locus sonus > audio in art





locus sonus > Symposium audio geo

Last changed: 2012/03/08 16:21

 



symposium #2
avr2006


Audio Geo
LOCUS SONUS audio in art
http://locusonus.org/

du 10 au 14 avril 2006
École Nationale Supérieure d'Art de Nice Villa Arson
http://www.villa-arson.org/


Workshop Locus Sonus
du 10 au 12 avril 2006

menu
page 1
     argument 
     présentation 
     programme 
     plan & contacts 
page 2
     participants 
page 3
     images 

     mp3 files 
     reports, pdf files 

     menu symposiums 





argument




Audio Geo
Quand les corps deviennent interfaces des flux. [1]




Dans le cadre du programme de recherche "Territoires Électroniques de la création sonore" et à la suite du premier symposium, Audio/Espaces/Réseaux, qui s'est déroulé au mois de novembre dernier avec de nombreux intervenants, auteurs de communications/conférences et d'interventions/performances, le programme de recherche et 3ème cycle Locus Sonus propose un second moment intensif autour d'un workshop, d'une soirée performances et de deux journées d'échanges et d'interventions. Lors de ces deux journées qui seront organisées en trois temps (chacun donnant lieu à une question, des interventions/présentations et un moment de discussion), chaque participant pourra assurer une présentation de l'état de ses recherches au regard de la thématique proposée. Le cycle annuel se prolongera par un troisième symposium au mois de juillet prochain.
Trois temps se succéderont et s'articuleront lors de la semaine du 10 au 14 avril: un workshop autour des interfaces de dispositifs multiplex de streamings, une soirée publique de performances à la fois prolongeant le workshop (dispositif face-à-face et en ligne du Laboratoire collectif Locus Sonus) et proposant un second événement qui sera réalisé par Adam Hyde, invité durant cette semaine, et une journée symposium autour de deux conférences génériques (Adam Hyde et le Hurloir), d'interventions en ligne et d'une table ronde réunissant les acteurs de cette semaine (étudiants et coordinateurs du 3ème cycle, membres du Conseil Scientifique de Locus Sonus, et enseignants des deux Écoles concernées - l'ESA d'Aix-en-Provence et l'ENSA de Nice Villa Arson -, participants à l'espace forum DropBox et observateurs).

La thématique de ce symposium, Audio Geo, prend comme objectif l'interrogation des pratiques d'audio en ligne (streaming, podcasting, skypecasting, contrôles audio à distance, etc.) des points de vue instrumental et plastique - l'immersion et l'action des corps, la localisation des points d'écoute et de production, la modification des espaces et les extensions temporelles - et de l'élaboration de dispositifs de flux de données (audio) en tant qu'interfaces de ces espaces virtualisés et qu'instruments de jeu/performance et d'interaction avec une installation.

Le workshop sera un temps-laboratoire Locus Sonus (non-public); les conférences et la soirée performances seront ouvertes à tout public; les trois demi-journées Table Ronde seront semi-publiques, ouvertes aux enseignants et étudiants concernés par les thématiques et les questions abordées.

Durant le workshop-laboratoire avec Michel Waisvisz et Frank Baldé (STEIM), nous souhaitons aborder 3 problématiques ou hypothèses:

quels sont les moyens pour interpréter/traduire des notions d'espace, de distances, de géographies et de magnifications (effets de loupe et d'amplification) au travers de la forme (de temps, d'espaces) et d'échelle(s) relative(s) des dispositifs de contrôle et/ou d'émission sonores des streams?
- Nos dispositifs en cours utilisent des flux audio streamés (distants, IP-adressés) et des transferts audio (FM) locaux, mobiles et délimités par un périmètre identifié (dû à la technologie FM). -

comment définir une interface commune à l'opposé (ou en complément, ou en extension) d'une interface instrumentale personnelle et/ou constituée de et associé à des gestes personnels, comme une extension de la nature spécifique des réseaux (la réticularité et l'inter-opérabilité) dans l'espace de performance ?

comment approcher les notions d'autonomie (actuellement développées par le STEIM) dans le cadre de construction des systèmes (autonomous objects) et des processus - si nous concevons les unités mobiles d'émission et de réception des streams comme possiblemement autonomes, autant au niveau technique (autonomie énergétique, autonomie de fonctionnement, autonomie de connexion), qu'au niveau de leur implémentation (leur localisation sociale, etc.) - ?



--------------------------------
[1]   —  Paraphrase de l'exposition "Quand les attitudes deviennent formes" organisée par Harald Szeemann à Berne en 1969.







présentation



AUDIO-GÉOGRAPHIE
ou AUDIO GÉO


Le laboratoire Locus Sonus [1] construit depuis plusieurs mois un dispositif instrumental et d'installation dont une première partie est conçue à partir de flux audio de sons environnementaux streamés, émis, transférés et interprétés selon des parcours, des lieux et des contextes [2]. Ce dispositif est appareillé à des interfaces de jeu et des constructions d'espaces audio manipulées et parcourues. Ces flux sont des "micros ouverts" [3], des captations microphoniques transmises à distance, "non-gelées" [4], "fantômes" [5], dont la nature audio est modifiée par des traitements au moment de la captation et au gré de leur réception [6]. Ces traitements peuvent être complétés par des apports supplémentaires de sons introduits, à l'image de géographies sonores restituées et constituant par leurs écoutes simultanées d'autres géographies et environnements.

Les technologies de streaming induisent la fluidité, la simultanéité et le direct d'un lieu à un autre (devenant des "extra-lieux" privés d'ancrage [7]). L'écoulement lisse des flux se confond avec son objet - les sons transmis comme particules circulantes, autophones [8], trains de données incessantes [9] - et s'assimile à sa propre technicité qui est ainsi démontrée, fonctionnelle, sans échelle. Au-delà du raccourci des distances, de la célérité de la transmission et d'une communication universelle annonçant par ailleurs l'homogénéisation des consciences et des comportements - contre laquelle nous devons nous armer [10] -, notre intérêt se porte sur le ralentissement, les aspérités et l'interprétation à dimension humaine induits par un tel dispositif. Il n'y a de flux, d'écoulements, de déplacements que s'il y a des singularités, des sédentarités: le moment et le lieu d'où et durant lequel l'on émet, le moment et le lieu où et durant lequel l'on reçoit, le lieu d'où l'on parle et le moment de cette interlocution, etc.
Cette interlocution est la dimension instrumentale du dispositif Locus Sonus, qui l'informe et qui le constitue; comment jouer de ces flux, de ces streams, de ces matériaux continus et factuels, sons de contextes distants? comment "incorporer", c'est-à-dire comprendre les corps, "graphier", "comproviser" [11] et interpréter spatialement et temporellement ces "chronotopes" [12] ? Loin d'être des lignes de fuites, de simples déplacements, des déterritorialisations ou des délocalisations migratoires, et ainsi de continuer à rompre les distances ou encore à signifier un temps synchronisé pour tous, il y a écart, différé, différences de temporalités et de localités. L'écoulement devient un "écoutement" [13], à la fois une pratique de l'écoute de ces réceptions sonores, et une pratique de ces émissions qui sont ainsi "jouées" et "interprétées", construisant des situations centrifuges et centripètes, des paysages inventés [14], des sillages où chacun inscrit son récit et ses fictions collectivement.

L'hybridation des corps, techniques et vivants, est au coeur de ce dispositif instrumental [15].
De quelle organologie relève ce méta-/multi-/télé-instrument [16], (télé-)autophone et interface jouable innervée de flux sonores, sinon de celle de l'écoute, de l'enregistrement et des contrôles du son?
Quelles formes se dessinent à partir de ces immersions, de ces contextes imbriqués (réceptions/émissions via les réseaux) et de ces étendues et durées expérimentées [17] ?



--------------------------------
[1]   —  http://locusonus.org/, 3ème cycle art audio, École Supérieure d'Art d'Aix-en-Provence, École Nationale Supérieure d'Art de Nice Villa Arson. Le laboratoire collectif jouera de son dispositif dans différents lieux en Europe et en Amérique du Nord durant l'été 2006.
[2]   —  http://audiolib4.free.fr/wikils/ , rubriques "Streaming" et "Ecoutes" pour accéder au log-book audio des flux ogg.
[3]   —  Un micro ouvert est un système audio autonome (micro, encodage, adresse IP) qui capte en continu son environnement. Il est placé dans un contexte choisi, il peut être fixe ou mobile (embarqué sur un système mobile). (Appelé aussi web-mic ou webmic - Cédric Peyronnet, http://www.ingeos.org/ et Yannick Dauby, http://www.kalerne.net/ -)
[4]   —  Référence à François Rabelais, narrant l'histoire des sons "gelés" qui en fondant font résonner les sons de leur environnement qu'ils ont emprisonnés lors de leur solidification (Pantagruel, Quart-Livre, 1532).
[5]   —  "Maurice Merleau Ponty appelle "un fantôme" un phénomène qui n'accède qu'à un seul de nos sens. Cette particularité nous laisse dans un état de doute sur son existence. C'est peut-être le propre de l'écoute acousmatique." (in Yannick Dauby, Paysages Sonores Partagés, Chap. 4, http://kalerne.free.fr/textes/yannick/pspartages/4transferts/42fluxpaysages.html )
[6]   —  Ces traitements sont des processus construits (patches PureData) modifiant les sons ou les séquencements des sons, et installés sur les ordinateurs sur lesquels sont connectés directement les microphones (sur les lieux de captation).
[7]   —  La notion de lieu devenant existante que par la transmission et le transfert des informations le concernant (sans que nous puissions éprouver ces lieux).
[8]   —  Instrument qui joue tout seul.
[9]   —  Le brouhaha invisible et inaudible des flux permanents de données (les flux radio, les flux d'information, les flux magnétiques, etc.)
[10]   —  Lire à ce sujet les publications actuelles de Bernard Stiegler.
[11]   —  Néologisme concaténant les termes "composition" et "improvisation", et signifiant l'entrelacement nécessaire entre l'écriture (programmée) et le jeu (improvisé, organisation imprévue) sur des échelles temporelles longues (Michel Waisvisz). Plus largement: compositions écrites qui comprennent des improvisations lorsqu'elles sont jouées ou enregistrées (Cline 2005; Richter & Ireland 1989).
[12]   —  Concept introduit en critique littéraire, dans les années 1920, par Bakhtine, qui emprunte le terme à la physique et aux mathématiques, et l'utilise dans un sens métaphorique. Le chronotope ou "temps-espace" est une catégorie de forme et de contenu basée sur la solidarité du temps et de l'espace dans le monde réel comme dans la fiction. Nous pouvons ici proposer un exemple: http://nocinema.org/ .
[13]   —  Néologisme créé à propos à partir de écoulement et écoute.
[14]   —  Yannick Dauby, "Paysages Sonores Partagés", 2004; et la notion de "paysage imaginaire" héritée de John Cage (processus de coexistence non-hiérarchique de sons pré-existants ou non, hors du désir de l'auditeur et de l'auteur) (voir aussi Daniel Charles, http://www.olats.org/projetpart/artmedia/2002/t_dCharles.html ).
[15]   —  Voir à ce sujet Peter Szendy, "Membres fantômes. Des corps musiciens", Éd. de Minuit, 2002.
[16]   —  "télé-" en grec veut dire "au loin" (à distance).
[17]   —  Nous prolongeons ici un générique de Bastien Gallet, "Composer des étendues (l'art des installations sonores)", ESBA Genève 2005.








programme
du 10 au 14 avril 2006



Pour télécharger l'ensemble des enregistrements audio du symposium : page documentation mp3s
Pour visionner l'ensemble des enregistrements video du symposium : page documentation images

: lecture fichiers mp3
vid: lecture fichiers video mp4 ou mov
: lecture des textes des intervenants en pdf
: liens externes



         
LUNDI 10 MARDI 11 MERCREDI 12 JEUDI 13 VENDREDI 14
         
workshop

locus sonus
avec
Michel Waisvisz
et Frank Baldé(STEIM)
Guillaume Stagnaro et
Jean-Pierre Mandon (ESA Aix)






(plateau expérimental / partie workshop)
workshop

locus sonus
avec
Michel Waisvisz
et Frank Baldé(STEIM)
Guillaume Stagnaro et
Jean-Pierre Mandon (ESA Aix)






(plateau expérimental / partie workshop)
workshop

locus sonus
avec
Michel Waisvisz
et Frank Baldé(STEIM)
Guillaume Stagnaro et
Jean-Pierre Mandon (ESA Aix)






(plateau expérimental / partie workshop)
symposium

conférence 1:
Le Hurloir
(10h)
(Amphi3)





table ronde



(salle Paul Gagnard)

symposium
conférence 2:
Adam Hyde
(Radioqualia)
(10h)
(Amphi3)




table ronde



(salle Paul Gagnard)

         
      performances
Locus Sonus
Adam Hyde


(plateau expérimental)
 
         


Note de dernière minute: Michel Waisvisz et Frank Baldé ne pourront nous rejoindre pour cette semaine. Le workshop sera assuré par Guillaume Stagnaro et Jean-Pierre Mandon (ESA Aix-en-Provence).
Nous souhaitons un prompt rétablissement à Michel Waisvisz.


       
  LUNDI 10, MARDI 11, MERCREDI 12 AVRIL    
       
tous les jours workshop Locus Sonus
avec Jean-Pierre Mandon et Guillaume Stagnaro
performance Locus Sonus - préparatifs - (video)
       
  JEUDI 13 AVRIL    
       
10h00 conférence ANDRÉ LOZANO, Le Hurloir pdf - vid - (à venir) - url
14h00 Table Ronde Compte-rendus pdf (à venir)
       
19h15 performance LOCUS SONUS performance Locus Sonus (video)
20h00 performance ADAM HYDE video
       
  VENDREDI 14 AVRIL    
       
10h00 conférence / discussion ADAM HYDE, Radio vs Streaming pdf - url
video
14h00 Table Ronde Compte-rendus pdf (à venir)
       








plan et contacts

Contacts
Jérôme Joy: joy (at) nujus.net      mob: +33 (0)6 81 25 98 16


Accès
Autoroute A8 : sortie Nice nord - bus numéro 4, 7, arrêt : Fanny
Cliquer sur l'image pour télécharger le pdf)

telecharger le pdf





documentation:
Jérôme Joy, Cyrille de Laleu, Peter Sinclair.
Photos: Cyrille de Laleu, Nicolas Bralet


Merci à Julien Bouillon pour les images Villa Arson,
et aux auteurs des autres images issues de différents sites, que nous utilisons ici en tant que documentation.