locus sonus > audio in art





locus sonus > Lab coordination.en (English, Français)

Last changed: 2014/03/02 09:16

 

This revision is from 2009/02/09 00:09. You can Restore it.

• research directors : Jérôme Joy, Peter Sinclair
• administrative coordination : Anne Roquigny




Jérôme Joy


Composer and artist, Jérôme Joy is teaching since 1992 at Villa Arson École Nationale Supérieure d'Art de Nice (National School of Arts) and since 2004 he's research director with Peter Sinclair of the research group Locus Sonus - Audio in Art. Having delivered multiple performances of both instrumental and electro-acoustic music since the early 1980s, he has devised numerous international, networked projects since 1995. His interests encompass the vast realm of sound composition and improvisation, alighting upon and inspired by electronic and radiophonic production, programming and streaming technologies, performed and networked systems, shared databases and the interplay and local gaps of narration between the organic (human, fallible, playable, awareness) and artificial (modular, detached, limitless) : Collective JukeBox, picNIC, nocinema.org, PacJap, pizMO, Lib_, Sobralasolas !, etc.

In recent years he has been invited in many international festivals and events (in SFMOMA San Francisco, Brussels2000, Open Radio CCCB Barcelona, Kunst in der Stadt Bregenz Austria, Avatar Quebec, ISEA Nagoya, etc.) and various granted residency status in Spain, France, Egypt and Japan. He's continuously working on various projects : Sobralasolas !, nocinema, picNIC, Collective JukeBox, radio works and next live improvised concerts with guests (DinahBird, Kaffe Matthews, Eric Leonardson, ...)

Jérôme Joy has been invited these last years as resident composer at the LIEM CDMC Madrid Spain, at the CIRM Nice France, at the Institut Français Alexandrie Egypt, and at the NTT ICC Tokyo Japan, and as lecturer in various international colloquiums: Multi Québec (2007), Engrenages Radio Festival Marseille (2006), Scopitone Festival Nantes (2005), CCCB Barcelona (2004), ISEA Nagoya (2003), Northwestern University Evanston (2002), School of the Art Institute of Chicago (visiting artist since 2001), Philosophy International College Paris (2000), CIREN Univ. Paris VIII (2000), Bauhaus Weimar University (1999), Invencao Sao Paulo (1999), Imagina Monaco (1998 and 2005), etc.

He has participed to various events and festivals: 99 Generators Concerts Vancouver, Murs du Son Villa Arson Nice, Art Entertainment Network Walker Art Center Minneapolis, Festival Manca Nice, Festival Lust London, Brussels2000, SoundBox Helsinki, Kunst in der Stadt Bregenz, Ars Acustica San Francisco, Arts Electroniques Festival Rennes, Musiques en Scène Lyon, GMEM Festival Marseille, JuniRadio Berlin, Resonances Festival Nantes, Festival send+receive Winnipeg, 33RPM SFMOMA San Francisco, MIMI Festival Marseille, Festival d'Automne Paris, Silenceradio.org Brussels, Festival SonoR Nantes, Festival Radiophonic 07 Brussels, Das Kleine Field Recordings Festival Berlin, etc.

http://joy.nujus.net/files/doc/2007_sbrlsls/jerome.jpg

STATEMENT

Involved in critical and borderline questions about systems and processes of composition and improvisation (musical writing, comprovisation, programming codes, recording, streaming, etc.) and listening situations (and of perceptions), his work extends the conditions and the operabilities of a today organology, under the name of 'extended music'. The systems he's using and he conceives are varying between "playable" forms and automatic ones, whose sound contents and materials are continuously malleable and modular, until to improvise with what looks like stable and fixed: from which his explorations and experimentations of various forms and media used and involved in his works. This investigates (or invests) the interrogation of renewals of musical forms and practices across the extended using of time scales and playing with memory (persistence and resistance) and of the permeability of sound materials between silence, materiality, contextual references and flux (permanently updated). Using last technologies - digital, electronics, programmings and telematics - and in the same time its relationships with historical and next to last ones, and crossing over musical and sound genres - electroacoustic, radiophony, performance, concert, and so on -, he's experimenting these systems to reveal (musical) practices and possible impacts, like places of local inventions, into our daily life and social contexts. The live and realtime practices are essential along his works: live improvisation and music, streaming, live cinema, live radio, etc. This is always asking practices of recording, of pre-recorded systems, and so on. From instrumental and computing environments to be performed and to be evaluated by the act of listening in the same time by the audience and the performer(s) - as local workspaces and agreed coop-systems -, the question of the composition (as constitution) of society and individuals is essential to approach the openness of critical spaces, so about musical production and representation, and to consider it as a moment of pollinization (against viruses and undergone dependences) and of silence, revealing the surrounding contexts and questions, more than the own status of the artwork.


Bibliography

Murs du Son / Murmures. Exposition sonore Villa Arson Nice, 1995.

Hypermusique, programmation, composition. in Actes du Colloque “les sens du numérique : nouvelles perceptions”, Monaco, 1998.

Forum Hub / Collective JukeBox. in .Net arts/réseaux, sous la direction de Jean-Philippe Halgand, AEC, cd-rom, 2000.

Musaic, the merging of all soundspaces, par Josephine Bosma, CrossFade, SFMOMA, San Francisco, 2000.

Les dispositifs coopératifs, in Revue Archée, Montréal, 2001. In Volume !, Paris, 2001.

Ryan & Joy / Joy & Ryan, un projet collectif 1982-1985, par Patrick Ferri, Livre du Frac Aquitaine, 2002.

Lascaux2.org. in L'art contemporain et son exposition, sous la direction de Catherine Perret, Éditions l’Harmattan, 2003.

Construction de situations collectives d'invention, homestudios et dispositifs audio en réseau, Revue Archée Montréal, 2003. in Volume ! n°2, Paris 2003.

Musical Experience and Online Communication, par Dante Tanzi, Crossings Vol.3 Issue 1, 2003.

Peer-to-peer : the collective, collaborative and liberated memory, par Alessandro Ludovico, Neural.it, 2003.

Celui par qui le code est parlé. Pour une lecture expressive du phénomène hacker, par Olivier Blondeau, Thèse de sociologie politique, Sciences-Po, 2003.

Dispositifs artistiques coopératifs (Collective JukeBox, picNIC, PacJap, ForumHub, etc.). in NetzMusik/NetMusic, sous la direction Golo Föllmer, Éditions Wergo, Neuen Zeitschrift für Musik, Berlin, revue et cd-rom, 2004.

Samplons sous la truie, par Ariel Kyrou, Samizdat Multitudes, 2004.

L'orchestre au 21° siècle, par Apo33, Revue Volume ! n°3, 2004.

LOGS, micro-fondements pour une émancipation sociale et artistique, sous la direction de Jérôme Joy, Éditions è®e, Paris 2005, Programme de recherche AGGLO, 2001-2005.

Experimental Music in 2005, par Warren Burt, World Literature Today, Univ. of Oklahoma, 2005.

Une époque circuitée, in Actes du Colloque "Metamedia", Avatar, Québec, DVD, 2007.

Networked Sonic Spaces, Locus Sonus, in Proceedings ICMC'08 International Computer Music Conference, SARC Belfast, 2008.

Espaces Sonores en Réseau - pratiques de la recherche en art, Locus Sonus, publication en cours, Recherche et Création Interactives, sous la direction de Samuel Bianchini.

Networked Music & SoundArt Timeline (NMSAT), Locus Sonus, publication en cours.

• "No Beginning, No End - Jérôme Joy : Modes d'emploi, Mario Gauthier, in Revue Intermédialités, Programmer'', Montréal, 2009.


Discography, complete bio and catalog of works

http://jeromejoy.org/


Webography

http://jeromejoy.org/

http://nocinema.org/

http://locusonus.org/

http://nujus.net/



Peter Sinclair


Peter Sinclair est un artiste principalement connu pour ses installations sonores et ses réalisations utilisant l'audio comme principal médium. Engagé dans des pratiques artistiques liées aux technologies il manipule ces médiums avec un regard critique, parfois ironique, mettant en oeuvre des rencontres entre hommes et machines pour créer des situations inédites. Son travail évolue de la mécanique burlesque, en passant par le détournement d'ordinateurs, jusqu'à la performance - son oeuvre parodie le langage des media modernes via des collaborations en réseau. Il enseigne à l'École Supérieure d'Art d'Aix-en-Provence où il est responsable du département son depuis 1996. Il est aussi membre du Conseil Scientifique du Bureau de la Recherche et de l'Innovation de la Délégation aux Arts Plastiques du Ministère de la Culture et co-dirige avec Jérôme Joy le laboratoire de recherche et cursus 3ème cycle Locus Sonus audio in art.


http://www.brettbalogh.com/bblog/wp-content/uploads/2006/09/peter_ball.jpg

STATEMENT

Chez Peter Sinclair, le son n'est pas un moyen, ni même une matière, mais une énergie, une durée, un mouvement, un champ inépuisable de variations, une potentialité jamais entièrement assujettie de langage. Il s'agit de s'en saisir, d'en jouer, d'y naviguer. Cela passe par l'invention d'instruments, l'élaboration de dispositifs, la construction de machines, l'intervention active et performative.

Aussi élaborées, ou au contraire aussi bricolées qu'elles puissent paraître, ses pièces s'inscrivent toujours dans le processus d'une recherche, le mouvement d'une démarche dont elles sont les étapes et les témoins. Elles en manifestent l'activité comme la partie émergente d'une réalité bien plus profonde et largement irréductible. C'est ce qui explique que les différentes pièces puissent être reprises, modifiées, développées. Qu'elles donnent souvent lieu à des versions successives ou à des suites progressives. Qu'elles engagent des questions ou des enjeux transversaux (interfaces et interactivité, générativité, flux), dont elles sont les "porteuses", ou les véhicules, et qui s'y trouvent, sous des formes parfois très différentes, mis en jeu, explorés, testés.

Cette notion de test, ou de mise à l'épreuve, est essentielle. Elle constitue l'une des constantes d'un travail dont les manifestations varient en fonction des situations, des collaborations, des moments particuliers du processus de développement de la recherche. Elle détermine le recours à la performance et plus généralement la dimension performative de beaucoup de ces propositions. Elle contribue au caractère en quelque sorte "expérimental" d'une démarche d'exploration. Elle donne aux différentes pièces leur statut véritable, qui est moins celui d'oeuvres achevées et détachées comme des "objets", que de "moments", qui répondent à des hypothèses provisoires et font retour sur la progression du travail.

Mais à chaque fois, il est bien question d'une construction, de l'élaboration d'une forme. C'est ce qui se joue dans la rencontre entre une idée, une proposition, un problème posé à partir de l'élaboration d'instruments et la réalité concrète d'une mise en oeuvre. Il est alors question d'espaces, d'interfaces, de quelque chose comme une dramaturgie. Il s'agit bien de créer une situation qui prenne corps dans un espace sensible, qui investisse un volume, une manipulation, qui passe par une présence tactile. Une stratégie du regard qui se distribue souvent entre celui qui agit et celui que devient le spectateur de l'action, et qui pourront être les mêmes, échangeant leur rôle et leur place. Dans certains cas on s'approche d'une situation de spectacle, et l'idée de la scène n'est jamais très éloignée. Dans d'autres cas, on a affaire à des installations, mais qui appellent à l'intervention du spectateur, qui l'invitent à pénétrer l'espace, à y circuler, à y trouver sa place et les modalité de son appropriation.

Les pièces peuvent ainsi être regardées comme le pôle pragmatique d'une mise à l'épreuve dans les contraintes d'un contexte, au sein d'une démarche dont l'autre pôle serait celui de l'élaboration de systèmes et de dispositifs possibles. Entre ces deux pôles, un mouvement de va et vient assure la dynamique du travail. En ce sens, aucune pièce n'est véritablement une fin ou un aboutissement. Elles sont plutôt des tentatives ou des ouvertures, un appui pour aller de l'avant.

Il y a là quelque chose comme une boucle, un système de rétroaction qui s'amuse de sa capacité à produire des situations, des événements, des effets imprévus, dont le caractère burlesque, l'humour et la prise de risque sont aussi important que les enjeux artistiques. Cette logique de la "boucle" a évidemment quelque chose à voir avec l'usage des machines et des codes, considérés comme des modes de transformation de données "naturellement" disponibles. Mais elle engage aussi un postulat dans lequel on serait en droit de voir quelque chose comme un parti pris philosophique, qui est en tout cas au fondement d'une esthétique : c'est que la diversité des manifestations de la réalité (quelle soit naturelle ou artificielle, peu importe) nous propose autant de sources continues d'énergie, de matériaux, de sensations, d'informations. L'acte même par lequel la continuité sensible émise par ces sources est proposée à une saisie, une captation, une écoute, est déjà un acte artistique. L'activité, elle aussi potentiellement continue, par laquelle ce flux sensible est travaillé, transformé, investi et renvoyé à une nouvelle écoute, constitue la condition de possibilité de cet acte.

Nous sommes donc moins dans une logique de l'expression que de la construction. Cela explique que le modèle auquel l'activité de l'artiste tend ici à renvoyer est moins celui du créateur isolé, porterait-il un regard ironique ou critique sur le monde contemporain, qu'à une forme d'engagement qui se situe dans le mouvement même de ce qui se présente comme potentialités d'expérimentations et d'investigations dans les systèmes actuels de production et de circulation des sons et des signes. Il ne s'agit pas tant de commenter une situation que d'agir en situation. Il s'agit moins de proposer des métaphores de la réalité que d'y intervenir comme dans un espace de création.

C'est aussi ce qui conduit à privilégier les formes contributives ou collaboratives, par ce qu'elles interrogent de la position de l'artiste et de la nature de sa pratique comme par ce qu'elles ouvrent de potentialités dans l'invention, le partage des compétences et le jeu. La liste de ces collaborations est longue, qu'il s'agisse d'un travail avec un autre artiste (Jean Claude Gagneux, Jean-marc Ferrari, Guy André Lagesse, Marc Tompkins, G.H.Hovagimyan, Cyrille Crasmenil de Laleu), de participation à des collectifs (Pacjap), d'invention de situations collectives de création (La fée électrique, Daisy Chain), ou de l'inscription dans une forme laboratoire qui articule recherche, pédagogie et création (Locus Sonus, en collaboration avec Jérôme joy).

Et c'est dans la cohérence de cette démarche que Peter Sinclair, en collaboration avec Caroline Duchatelet, a fondé en 1999 "Cap15". Il s'agit d'un regroupement indépendant d'ateliers d'artistes et de lieux de vie, qui se fonde sur un projet à la fois éthique et économique. On n'y affirme pas une position esthétique commune, mais un mode de fonctionnement qui s'appuie sur l'autonomie des outils de travail et la possibilité d'échanger des compétences et des savoir-faire, d'ouvrir des collaborations, de faire circuler des idées et des projets.

(Jean Cristofol)


Expositions, Installations, Spectacles, Performances (sélection)

2003 ______ Paris - "Shooter". festival La Gaité lyrique; Split, Festival de Cinema et de Nouveau media, Croatie; performance, Marseille. concert avec le collectif Pacjap Festival MiMi

2002 ______ Amsterdam - "Heartbreak Hotel". exposition personnelle STEIM; Nagoya, Japon avec le collectif PacJap. performance ISEA; Split, Festival de Cinema et de Nouveau media, Croatie; installation Eyebeam, Beta Launch, NewYork, USA. exposition collective

2001 ______ Marseille. Galerie du Tableau exposition personnelle; Marseille. GMEM exposition personnelle; Marseille Chateau de Serviere, , avec le collective Daisy Chain. installation; SVA, New York, USA. Digital Salon exposition collective

2000 ______ Belfort. installation Festival Interferences; Baillargues. avec GH Hovagimiyan. exposition personnelle Aldebaran

1999 ______ MAC de Lyon Musiques en scène. avec GH Hovagimiyan. exposition collective; New York,USA. Void avec GH Hovagimiyan. performance; Belfort. avec GH Hovagimiyan. performance Festival Les Nuits Savoureuses; New York,USA. avec GH Hovagimiyan. Postmasters Gallery exposition personnelle

1998 ______ New York,USA. avec GH Hovagimiyan. performance Postmasters Gallery; avec GH Hovagimiyan. performance Festival Les Musiques, MAC Marseille; Montpellier. performance Derives Magnétiques

1997 ______ San Francisco, USA. performance Exploratorium; Festival Out of Doors, New York,USA. installation Lincoln Center; Trembley en France. avec Marc Tompkins.; spectacle Mai Danse


Webography

http://petersinclair.org/

http://nujus.net/~petesinc/

http://nujus.net/



Anne Roquigny


Anne Roquigny, media arts curator, has specialised during these last ten years in the production, coordination, promotion and curating of hybrid digital projects linked to networks and to the Internet.

After a professional experience related to teaching and adult education, Anne Roquigny (www.roquigny.info)) specialised during these last ten years in the production, programming, co-ordination and promotion of multimedia events.

From 1995 to 1998 she devised and organised the cultural programs of events of the Web Bar, an internet café cum art gallery in Paris . For three years she presents several hundred electronic music concerts, live performances, theatre and dance shows, video and cinema projections, interdisciplinary events, multimedia installations, network performances, debates and conferences

http://www.sklunk.net/IMG/jpg/ar40399.jpg

Anne Roquigny is the founder and president of Association d’idées (a non-profit organisation aiming at the promotion of artists and their works) from 1994 to1999. In March 1999, she designs an internet site for the General Delegation for the French Language, on the occasion of the second Fête de l’Internet. The site presented 50 digital works specifically designed and conceived for the web. (http://www.culture.gouv.fr/culture/dglf/idees/)

In April 1999, she joins the CICV Pierre Schaeffer as artistic co-ordinator and programmer of the international urban multimedia arts festival, Les Nuits Savoureuses de Belfort in 1999 (http://www.nuits-savoureuses.net/1999/ ) and the Interferences festival, which comprised 350 artists from more than 40 countries in 2000 (http://www.interferences.org/).

From December 2000 to October 2002 she assists Pierre Bongiovanni (www.bongiovanni.info), director of the CICV Pierre Schaeffer, an experimental arts centre. This internationally orientated production and residence site welcomed approximately a hundred artists every year. It was closed in 2004 but placed the issues of image, sound media and networks at the very heart of its activity for fifteen years: audio-visual production / visual arts / performing arts in relation to new stage technology / musical creation / visual immersion environments / online performances and events / web-casting / debates and colloquiums / educational projects (http://www.next-movies.com/, www.cicv.fr).

From October 2002 to June 2004, Anne Roquigny is in charge of the general co-ordination of the preliminary project for a future Digital Arts Centre in Paris, dedicated to digital production and to music of our time, at La Gaîté Lyrique http://gaite.arscenic.org. The Mayor of Paris, Mr Bertrand Delanoé, entrusted Pierre Bongiovanni with this mission before the construction of the new building.

Anne Roquigny now develops the web performances project WJS http://www.wj-s.org. and co-coordinates with Peter Sinclair and Jérôme Joy the project Locus Sonus a research lab specialized in audio art and it's relation to space and networked audio systems. Ecole supérieure d'Art d'Aix en provence, Ecole nationale d'art de Nice Villa Arson.



Webography

http://www.roquigny.info

http://www.wj-s.org