NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

1922 __ « Rrose Sélavy » — From mental telepathy to wireless telegraphy
Robert Desnos (1900-1945)
Comment : Desnos was literally the most vocal surrealist, the one most identified with his voice, beginning with the period of hypnotic sleeps in the 1920s. Louis Aragon described the power of Desnos's voice during these early years of surrealism as so hypnotic it drowned out all other ambient sounds : "In a crowded, well-lit café, amid the noise of voices, Robert Desnos has only to close his eyes and he speaks; amidst the beer bottles, the saucers, the entire Ocean surges in, with its prophetic roar and its steamships decorated with long banners". When Desnos first recited his aphoristic "Rrose Sélavy" poems in the style of Marcel Duchamp, he claimed that Duchamp's voice spoke to him telepathically from the other side of the Atlantic, thus miming the technology of the radio, which, in 1922, was only barely beginning in Paris (although it was more advanced in New York, where Duchamp was living). Desnos supposedly "heard" Duchamp's disembodied voice, according to [André] Breton, only "if Duchamp is wide awake". He thus made of his own body a medium -- a kind of microphone over which could be heard his own voice and that of Duchamp. (Katharine Conley)
French comment : Rrose Sélavy est un personnage fictif créé par le peintre français Marcel Duchamp en 1920. Son nom apparaît pour la première fois sur une œuvre d'art, Fre(n)sh Wi(n)dow, modèle réduit de fenêtre à la française (fresh widow = veuve fraîche en anglais). Le nom de Rrose, qui ne prend alors qu'un seul r, est inscrit en signature sur la tablette. Elle figure ensuite dans une série de photographies réalisées par Man Ray, où Duchamp pose travesti en femme, maquillé et chapeauté. Le nom choisi évoque la phrase « Éros, c'est la vie ». Duchamp affirme également qu'il choisit le nom « Sélavy » pour sa sonorité juive (in Duchamp du signe). Le double r initial évoque, lui, le double l initial de certains noms gallois, comme « Lloyd ». Duchamp signe également du nom de Rrose Sélavy une série d'étranges calembours, par exemple : « Conseil d'hygiène intime : il faut mettre la moelle de l'épée dans le poil de l'aimée. » A partir de 1922, Robert Desnos reprend le personnage à son compte lors des séances de sommeil hypnotique qu'il pratique alors avec le groupe surréaliste et invente des aphorismes souvent en forme de contrepets approximatifs, poétiques et érotiques : « Suivrez-vous Rrose Sélavy au pays des nombres décimaux où il n'y a décombres ni maux ? », « Rrose Sélavy affichera-t-elle longtemps au cadran des astres le cadastre des ans? », « Nos peines sont des peignes de givre dans des cheveux ivres. »... Une partie de ces [150] aphorismes sera reprise dans le recueil Corps et biens (1930), où ils apparaissent sous forme numérotée. Dans l'aphorisme numéro 13, Desnos reconnaît, pour qui sait lire, sa dette envers le père de Rrose : « Rrose Sélavy connaît bien le marchand du sel. » En 1939, un recueil d'aphorismes paraît sous le nom de Rrose Sélavy, Poils et coups de pieds en tous genres. (Compiled from various sources)
Original excerpt : « Rose aisselle a vit. / Rrose, essaie là, vit. / Rôts et sels à vie. / Rose S, L, have I. / Rosée, c'est la vie. / Rrose scella vît. / Rrose sella vît. / Rrose sait la vie. / Rose, est-ce, hélas, vie ? / Rrose aise héla vît. / Rrose est-ce aile, est-ce elle ? / Est celle / AVIS » « 1. Dans un temple en stuc de pomme le pasteur distillait le suc des psaumes. 2. Rrose Sélavy demande si les Fleurs du Mal ont modifié les mœurs du phalle: qu'en pense Omphale? 3. Voyageurs, portez des plumes de paon aux filles de Pampelune. 4. La solution d'un sage est-elle la pollution d'un page? 5. Je vous aime, ô beaux hommes vêtus d'opossum. 6. Rrose Sélavy inscrira-t-elle longtemps au cadran des astres le cadastre des ans ? 7. Ô mon crâne, toile de nacre qui s'étiole. 8. Au pays de Rrose Sélavy on aime les fous et les loups sans foi ni loi. 9. Suivrez-vous Rrose Sélavy au pays des nombres décimaux où il n'y a décombres ni maux? 10. Rrose Sélavy se demande si la mort des saisons fait tomber un sort sur les maisons. 11. Passez-moi mon arc berbère dit le monarque barbare. 12. Les plantes tonnantes dans le ciel effrayent les cailles amoureuses des plantes tonnantes aux feuilles d'écaille cultivées par Rrose Sélavy. 13. Rrose Sélavy connaît bien le marchand du sel. »
Source : Desnos, Robert (1930), "Rrose Sélavy : le faux contrepet et l'allitération dans leur raffinement le plus pur", In "L'aumonyme" (1923) . Extr. "Corps et biens". Editions Gallimard 1953; In Revue Littéraire, Nr 7, 1922.
Source : Conley, Katharine (2003), "Robert Desnos, Surrealism, and the Marvelous on Everyday Life", University of Nebraska Press, pp. 94-95.
Urls : http://www.fatrazie.com/selavy.htm (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: