NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

ca 1300 __ Mechanical bell-ringer
Comment : In the 14th century, Flanders introduced a mechanical bell-ringer controlled by a rotating cylinder. Similar designs appeared in barrel organs (15th century), musical clocks (1598), barrel pianos (1805), and musical boxes (1815). All of these machines could play stored music, but they could not play arbitrary sounds, could not record a live performance, and were limited by the physical size of the medium. (Compiled from various sources)
French comment : Un jacquemart ou jaquemart est un automate d'art représentant un personnage sculpté en bois ou en métal, qui indique les heures en frappant une cloche avec un marteau. L'un des plus anciens et des plus célèbres est celui de Dijon. Pris en 1382 à Courtrai par le duc de Bourgogne Philippe le Hardi, il fut installé en 1383 sur l'amorce de la tour sud de la façade occidentale de l'église Notre-Dame de Dijon. Il comportait à l'origine un automate mû par une horloge et sonnant sur une cloche. Ce personnage ne fut appelé Jacquemart qu'à partir de 1458. Les Dijonnais lui adjoignirent en 1651 une épouse automate, Jacqueline. En 1714 ou peu après, ils ajoutèrent un fils, Jacquelinet, et, en 1884, une fille, Jacquelinette. Ces deux enfants sonnent de quart d'heure en quart d'heure sur deux petites cloches. L'origine du mot jacquemart est incertaine : il pourrait venir de 1) jacques ou jaque, ancien sobriquet des paysans français, et marteau, le jacquemart étant le paysan qui frappait l'angélus dans les champs, 2) du nom latin jaccomarchiardus (d'où Jacques-Marc), donné aux guetteurs de beffrois, qui portaient une jaque (en allemand : jacke) de mailles, 3) du nom de plusieurs horlogers à Courtrai, Dijon, Lille... 4) Du provencal Jaqueme, Jacques, auquel s'ajoute le suffixe -mart ou -mard. (Compiled from various sources).Au XIIIe siècle, l'Occident créa ses Jacquemarts, des figurines en fonte armées d'un marteau frappant les heures sur une cloche, tout en enchaînant moult mouvements… Ainsi en fut-il du coq datant de 1352 de l'horloge de la cathédrale de Strasbourg : quand sonne midi, il ouvre le bec, tire la langue, bat des ailes, ébouriffe ses plumes, et crie cocorico ! On ajouta ensuite d'autres personnages pour annoncer les quarts et les demies. (Damien HAVARD-dit-DUCLOS, "Les premiers Automates : de l'Antiquité à 1973")
Urls : http://artslivres.com/ShowArticle.php?Id=450 (last visited ) http://www.youtube.com/watch?v=dBLRIIsyhuQ (last visited ) http://www.youtube.com/watch?v=d45-JnYTocs (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: