NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

1917 __ « Verbe » « Que la musique sonne »
Edgard (Edgar) (1883-1965)
Comment : “Why Italian Futurists, have you slavishly reproduced only what is commonplace and boring in the bustle of our daily lives.” Varèse again from the 1917 statements in 391 (the iconoclastic periodical 391 edited by Francis Picabia, the notorious Dada instigator, in New York) : “Music should pulsate with life” and the new sounds generated by advances in technology should “lend themselves to the exigencies of my inner rhythm.”. (David Westling, "The Future of Electronic Music II”, 2007)
French comment : En 1917 Varèse publie un véritable manifeste dans la revue 391 de Picabia : « Notre alphabet est pauvre et illogique. La musique qui doit vivre et vibrer a besoin de nouveaux moyens d'expression, et la science seule peut lui infuser une sève adolescente ... Je rêve les sons obéissant à la pensée - et qui avec l'apport d'une floraison de timbres insoupçonnés se prêtent aux combinaisons qu'il me plaira de leur imposer et se plient à l'exigence de mon rythme intérieur ». Désormais, Varèse tentera de susciter la réalisation de nouveaux outils de création sonore : mais ce n'est que vers la fin de sa vie, pour “Déserts” et “Poème électronique”, qu'il pourra avoir recours aux techniques de studio; et il soutiendra les recherches sur la synthèse du son par ordinateur, décidant dès 1959 de présenter au public, dans le cadre d'un concert "carte blanche", les premières réalisations de Mathews et Guttman. (“Évolution des outils de création sonore”, in "Interfaces homme-machine et création musicale" sous la direction de Hugues Vinet et François Delalande, Hermès, Paris 1999, pp. 17-36)Dès 1916, [Varèse] se mit à étudier les possibilités nouvelles que permettait et présageait l’enregistreament sonore. Il fit varier la vitesse des disques, observa les résultats obtenus par des musiques se superposant à différentes vitesses, écouta les sons à l’envers. Mais le magnétophone n’était pas encore utilisé : ce fut l’un des drames de Varèse de composer en son esprit « pour des moyens qui n’existaient pas encore. Je devins une sorte de Parsifal diabolique à la recherche non pas du Saint Graal, mais de la bombe qui ferait exploser le monde musical et laisserait entrer tous les sons par la brèche, sons qu’à l’époque.et parfois encore aujourd’hui.on appelait bruits » [Edgard Varèse s’est servi du “rumor-harmonium” pour des essais acoustiques; le rumor-harmonium comporte trois modèles, pouvant jouer due des micro-intervalles (1/8 de ton). (Olivier Lussac, “Happening & Fluxus : polyexpressivité et pratique concrète des arts”, Éditions l’Harmattan, 2004, p. 34]. Et en mars 1916, il donnait sa première interview : « Il faut que notre alphabet musical s’enrichisse. Nous avons aussi)Comme le montrent ses textes prémonitoires de 1917, l'imagination visionnaire de Varèse a été mise en mouvement par les échos qu'il a eu du "Dynamophone" ou "Tellharmonium" de Cahill (1897), qui appliquait l'électrotechnique à la synthèse du son. L'évocation par Busoni de cette machine électrique à sons a frappé Varèse, qui n'a depuis lors eu de cesse d'invoquer la science et la technique pour inventer des moyens nouveaux de "produire" le son.et pas seulement de le reproduire. (Jean-Claude Risset)
Original excerpt 1 : « Translated excerpt.Our musical alphabet must be enriched. We also need new instruments very badly. In this respect, Futurists (Marinetti and his bruiteurs) have made a serious mistake. Instruments, after all, must only be temporary means of expression. Musicians should take up this question in deep earnest with the help of machinery specialists (engineers). I have always felt the need for new mediums of expression in my work. I refuse to submit myself only to sounds that have already been heard. What I am looking for is new mechanical/technical mediums which can lend themselves to every expression of thought and keep up with thought. » (Edgar Varèse, in the New York Telegraph, March 1916)
Original excerpt 2 : « VERBE.Ce qui n’est pas synthèse d’intelligence et de volonté est inorganique. Certains compositeurs n’ont en vue dans leur œuvre qu’une succession et un frôlement d’agrégats sonores.matière le plus souvent d’une effrayante indocilité.ne spéculant que sur la sensualité extérieure;.d’autres étayent leur pensée d’un fatras littéraire et cherchent par agencements de phrases à justifier ou à commenter un titre. O la mentalité protestante de ceux qui suintent l’ennui et qui travaillent comme s’ils remplissaient un devoir ! Le triomphe de la sensibilité n’est point une tragédie.QUE LA MUSIQUE SONNE.Notre alphabet est pauvre et illogique. La musique qui doit vivre et vibrer a besoin de nouveaux moyens d’expression et la science seule peut lui infuser une sève adolescente. Pourquoi futuristes italiens reproduisez-vous servilement la trépidation de notre vie quotidienne en ce qu’elle a que de superficiel et de gênant ? Je rêve les instruments obéissants à la pensée.et qui avec l’apport d’une floraison de timbres insoupçonnés se prêtent aux combinaisons qu’il me plaira de leur imposer et se plient à l’exigence de mon rythme intérieur.Oblation - A Francis Picabia.Le Ciel attend / Un rire de femme m’a fait tant de mal / Mon cœur est lourd / Les étoiles s’allument et le feluve roule le chagrin du monde. / Les idées spéculatives / Le soleil a refusé l’anneau nuptial à la lune / Je ne serai jamais ni député ni ambassadeur. / Palmes digitales / L’orange de Malte / J’ordonnerai la saturnale sur Brooklyn-Bridge face aux skyscrapers étonnés / Mon amour est mort. » (Edgar Varèse)
Source : Varèse, Edgard (1917), “Écrits”, Paris, Bourgois, 1983, pp. 23-24.
Source : Varèse, Edgar (1917), “Verbe” & “Que la musique sonne”, REVUE 391, n° 5, New York, June 1917, p. 1 & p. 3.
Source : Varèse, Edgar (1917), “Verb & And Sounds the Music”, From 391 (nr. 5), translated from the French by Louise Varèse. In E. Schwartz and B. Childs (eds.) Contemporary Composers on Contemporary Music, pp. 196-8; New York : Holt, Rinehart and Winston, 1967.
Source : Barthel, Anne-Sylvie (2007), “La “Simultanéité Métrique” varésienne, pierre angulaire d’une nouvelle écriture du temps au vingtième siècle ?”, Université Paris 8 - Journées Varèse des 30 et 31 Avril 2006, In “Edgard Varèse: du son organisé aux arts audio”, Edited by Timothée Horodyski & Philippe Lalitte, Paris, éditions l’Harmattan, Collection Arts 8, p. 106.
Source : Vivier, Odile (1973), “Varèse”, coll. Solfèges, Paris, éditions du Seuil, pp. 30-32.
Source : Marquis, Sylvain (2006), “Depuis Varèse jusqu’aux arts audio : Espaces d’un héritage”, Université Paris 8 - Journées Varèse des 30 et 31 Avril 2006, In “Edgard Varèse: du son organisé aux arts audio”, Edited by Timothée Horodyski & Philippe Lalitte, Paris, éditions l’Harmattan, Collection Arts 8, pp. 333-348.
Source : Risset, Jean-Claude (2007), "Varèse et la révolution électrique : de l'électrotechnique au son numérique", Université Paris 8 - Journées Varèse des 30 et 31 Avril 2006, In “Edgard Varèse: du son organisé aux arts audio”, Edited by Timothée Horodyski & Philippe Lalitte, Paris, éditions l’Harmattan, Collection Arts 8, p. 28.
Source : Risset, Jean-Claude (2004). “The Liberation of Sound, Art-Science and the Digital Domain : Contacts with Edgard Varèse”. In Contemporary Music Review, Vol. 23, no. 2, June 2004, pp. 27-54. Routledge, Taylor & Francis Group.
Urls : http://davidwestling.typepad.com/redlegs_masticate/2007/03/the_future_of_e.html (last visited ) http://artsaha.org/?page_id=107 (last visited ) http://sonhors.free.fr/panorama/sonhors3.htm (last visited ) http://trf.education.gouv.fr/pub/educnet/musique/neo/04infos/formations/concours/baccalaureat/bac2002/sud/6sud.htm (last visited ) http://www.vibrofiles.com/essays_sylvain_marquis.php (last visited ) http://sdrc.lib.uiowa.edu/dada/391/5/index.htm (last visited ) http://sdrc.lib.uiowa.edu/dada/391/5/images/01.pdf (last visited ) http://sdrc.lib.uiowa.edu/dada/391/5/images/03.pdf (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: