NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

1902 __ Telephotography
Arthur Korn (1870-1945)
Comment : Arthur Korn, in Germany, invents telephotography. The process involves manual breaking down and transmission of still photographs by means of electrical wires. In 1907, Korn sent the first inter-city fax when he transmitted a photograph from Munich to Berlin. (Vaunt Design Group 2002)
French comment : L'inventeur de la photographie à distance. Bien qu'il soit moins connu en France que son contemporain français Etienne (ou Édouard) Belin, Arthur Korn est une figure importante de l'histoire des télécommunications. Au début du vingtième siècle, quasi en même temps qu'Etienne Belin et que le belge H. Carbonelle, il met au point un téléautographe, un système de transmission des images fixes à distance, par le biais du fil télégraphique, en recourant aux propriétés photoélectriques du sélénium. Korn se situe ainsi avec succès dans la lignée des précurseurs qu'avaient été Bain (1842), Caselli (1862), Senlecq (1880), Gemmill (1885), Gray (1888), Amstutz (1894), Hummel (1898) et Schöffler (1898). Les premières démonstrations du télautographe de Korn datent de 1904 (mais la date de 1902 est parfois avancée). En 1904, il réussit à transmettre des images fixes entre Münich et Nüremberg. En 1907, transmet une photographie de Berlin au bureau parisien du magazine L'Illustration. Il publie en avril 1907 dans le magazine de vulgarisation scientifique français Je sais tout un article "La télégraphie des images" où il propose notamment l'usage par la police de la téléphotographie pour diffuser le portrait des criminels en fuite. Dans cet article, il indique que les problèmes de la télévision sont encore loin d'être résolus. Le 7 novembre 1907, une photo du roi Edouard VII est transmise de Berlin au siège londonnien du Daily Mirror. Le système de Korn sera développé par le directeur du Daily Mirror, Thorn Baker, sous le nom de telectrograph, qui sera d'utilisation régulière pour les transmissions des photos de presse entre Paris et Londres d'une part, Manchester et Londres d'autre part. Mais ce système n'aura qu'une existence éphémère en raison de son coût de transmission. Le système de Korn nécessitait en effet une demi-heure pour la transmission d'une seule photographie. Une telle lenteur rendait Korn particulièrement conscient de la différence entre la télé-photographie et la télévision. C'est ce qu'il exprime très clairement dans l'introduction de son ouvrage “Elektrische Fernsehphotographie” : pour Korn, la transmission d'images animées se révèle d'une bien plus grande difficulté que la transmission des images fixes, qui nécessite une grande rapidité de transmission et une maîtrise de la synchronisation entre émission et réception. La maîtrise de la transmission des images fixes est pour lui un préalable à la transmission d'images animées et il ironise sur les annonces, apparaissant régulièrement dans la presse, de réussite de transmission d'images animées. Korn sera ainsi un des premiers à prendre conscience des faiblesses du sélénium pour arriver à transmettre des images animées. Dans la conclusion de son ouvrage “Elektrische Fernsehphotographie und Ahnliches” (1904), Korn indique que la résolution du problème de la télévision électrique passera par une nette accélération de la vitesse de transmission des images. Mais la nécessité des innombrables connections qui seraient nécessaires pour pouvoir transmettre les impulsions électriques de mosaïques de cellules de sélénium est telle que le projet serait très coûteux et sans signification pratique. Korn est ainsi un des premiers à indiquer définitivement que l'hypothèse de la transmission d'images animées basées sur l'emploi du sélénium telle que divers "inventeurs" l'avait imaginée à la suite de George R. Carey (1878) relevait de l'utopie scientifique. Shelford Bidwell, qui fut un des premiers, en 1881, à proposer un schéma d'appareil de transmission à distance d'images fixes, sera également un des premiers à célébrer, dans son article "Practical Telephotography" (Nature, August 1907) l'efficacité de l'appareil de Korn tel que décrit dans Elektrische Fernsehphotographie und Ahnliches. En 1911, il publie avec Br. GLTAZEL, le “Handbuch der Phototelegraphie und Telautographie”, véritable somme sur l'état des connaissances en matière de téléphotographie et de télévision. Cet ouvrage, que John Logie Baird semble avoir découvert en 1919, sera à l'origine de la passion du jeune écossais pour la télévision et l'amènera à devenir, quelques années plus tard, le premier européen à réussir la transmission des images animées. C'est probablement par ce livre que Baird a découvert le disque de Nipkow. (André Lange)
Source : Korn, Arthur (1904), "Uber Gebe und Empfangsapparate zur elektrischen Fernübertragung von Photographien", Physikalische Zeitschrift, n.5 (4), 1904, pp.113-118.
Source : Korn, Arthur (1904), “Elektrische Fernsehphotographie und Ahnliches”, Verlag von S. Hirzel, Leipzig, 1904.
Source : Korn, Arthur (1907), "La télégraphie des images", Je sais tout, Paris, 18 avril 1907.
Source : Korn, Arthur und Glatzel, Br. (1911), “Handbuch der Phototelegraphie und Telautographie”, Verlag von Nemich, Leipzig, 1911.
Source : Lange, André (1986), “Stratégies de la musique”, Pierre Mardaga, Bruxelles-Liège, 1986.
Urls : http://histv.free.fr/korn/korn.htm (last visited ) http://histv.free.fr/korn/korn1907.htm (last visited ) http://www.scene.org/~esa/search/tesla.hu-mirror/articles/19201211.doc (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: