NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

1886 __ Berne Convention for the Protection of Literary and Artistic Works
Comment : The Berne Convention for the Protection of Literary and Artistic Works, usually known as the Berne Convention, is an international agreement governing copyright, which was first accepted in Berne, Switzerland in 1886. The Berne Convention was developed at the instigation of Victor Hugo of the Association Littéraire et Artistique Internationale. Thus it was influenced by the French "right of the author" (droit d'auteur), which contrasts with the Anglo-Saxon concept of "copyright" which only dealt with economic concerns. Under the Convention, copyrights for creative works are automatically in force upon their creation without being asserted or declared. An author need not "register" or "apply for" a copyright in countries adhering to the Convention. As soon as a work is "fixed", that is, written or recorded on some physical medium, its author is automatically entitled to all copyrights in the work and to any derivative works, unless and until the author explicitly disclaims them or until the copyright expires. Foreign authors are given the same rights and privileges to copyrighted material as domestic authors in any country that signed the Convention. Before the Berne Convention, national copyright laws usually only applied for works created within each country. Consequently, a work published in United Kingdom (UK) by a British national would be covered by copyright there, but could be copied and sold by anyone in France. Likewise, a work published in France by a French national could be copyright there, but could be copied and sold by anyone in the UK. The Berne Convention followed in the footsteps of the Paris Convention for the Protection of Industrial Property of 1883, which in the same way had created a framework for international integration of the other types of intellectual property: patents, trademarks and industrial designs. Like the Paris Convention, the Berne Convention set up a bureau to handle administrative tasks. In 1893, these two small bureaux merged and became the United International Bureaux for the Protection of Intellectual Property (best known by its French acronym BIRPI), situated in Berne. In 1960, BIRPI moved to Geneva, to be closer to the United Nations and other international organizations in that city. In 1967, it became the World Intellectual Property Organization (WIPO), and in 1974 became an organization within the United Nations. The Berne Convention was revised in Paris in 1896 and in Berlin in 1908, completed in Berne in 1914, revised in Rome in 1928, in Brussels in 1948, in Stockholm in 1967 and in Paris in 1971, and was amended in 1979. The UK signed in 1887 but did not implement large parts of it until 100 years later with the passage of the Copyright, Designs and Patents Act of 1988. The United States initially refused to become party to the Convention since it would have required major changes in its copyright law, particularly with regard to moral rights, removal of general requirement for registration of copyright works and elimination of mandatory copyright notice. This led to the Universal Copyright Convention in 1952 to accommodate the wishes of the United States. But on March 1, 1989, the U.S. "Berne Convention Implementation Act of 1988" came into force and the United States became a party to the Berne Convention, making the Universal Copyright Convention obsolete. Since almost all nations are members of the World Trade Organization, the Agreement on Trade-Related Aspects of Intellectual Property Rights requires non-members to accept almost all of the conditions of the Berne Convention. As of September 2008[update], there are 164 countries that are parties to the Berne Convention. The Berne Convention requires its signatories to recognize the copyright of works of authors from other signatory countries (known as members of the Berne Union) in the same way it recognises the copyright of its own nationals. For example, French copyright law applies to anything published or performed in France, regardless of where it was originally created. In addition to establishing a system of equal treatment that internationalised copyright amongst signatories, the agreement also required member states to provide strong minimum standards for copyright law. Copyright under the Berne Convention must be automatic; it is prohibited to require formal registration (note however that when the United States joined the Convention in 1988, they continued to make statutory damages and attorney's fees only available for registered works). The Berne Convention states that all works except photographic and cinematographic shall be copyrighted for at least 50 years after the author's death, but parties are free to provide longer terms, as the European Union did with the 1993 Directive on harmonising the term of copyright protection. For photography, the Berne Convention sets a minimum term of 25 years from the year the photograph was created, and for cinematography the minimum is 50 years after first showing, or 50 years after creation if it hasn't been shown within 50 years after the creation. Countries under the older revisions of the treaty may choose to provide their own protection terms, and certain types of works (such as phonorecords and motion pictures) may be provided shorter terms. Although the Berne Convention states that the copyright law of the country where copyright is claimed shall be applied, article 7.8 states that "unless the legislation of that country otherwise provides, the term shall not exceed the term fixed in the country of origin of the work", i.e. an author is normally not entitled a longer copyright abroad than at home, even if the laws abroad give a longer term. This is commonly known as "the rule of the shorter term". Not all countries have accepted this rule. (Compiled from various sources)
French comment : La Convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques (1886) marque un tournant majeur en matière de reconnaissance internationale et d'harmonisation du droit d'auteur. Initiée par Victor Hugo, la Convention stipule que les États signataires doivent accorder aux détenteurs de droits dans les autres États signataires la même protection que celle accordée à leurs ressortissants pour une durée au moins égale à celle applicable dans le pays d'origine. Cette protection ne peut être soumise à l'accomplissement d'une formalité quelconque. La Convention prévoit une protection de 50 ans à partir du décès de l'auteur, et de 95 ans à partir de la première publication pour les œuvres collectives. Les États contractants sont libres de fixer des protections plus longues. Bien qu'acceptée dans son principe de réciprocité, la Convention de Berne ne fut initialement signée que par une poignée de pays Européens. En particulier, les États-Unis n'y ont adhéré qu'en 1989, en maintenant leurs réticences à l'égard de l'automaticité de la protection et de l'inaliénabilité des droits moraux. La Convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques est un traité diplomatique qui établit les fondements de la protection internationale des œuvres. Elle permet notamment à un auteur étranger de se prévaloir des droits en vigueur dans le pays où ont lieu les représentations de son œuvre. Signée le 9 septembre 1886 à Berne, elle a été complétée à Paris (1896), révisée à Berlin (1908), complétée à Berne (1914), révisée à Rome (1928), à Bruxelles (1948), à Stockholm (1967) et à Paris (1971) et modifiée en 1979. Avec le retour de la monarchie, les éditeurs-imprimeurs de Londres obtinrent le Statute of Anne (1709, appliqué à compter du 10 avril 1710), première loi véritablement fondatrice du droit patrimonial sur les œuvres artistiques. Le Statute of Anne donne à l'auteur d'ouvrages déjà édités le droit exclusif de les imprimer à nouveau pour une durée de vingt et un ans. Pour les nouveaux ouvrages, les auteurs disposaient d'un droit exclusif de 14 ans, avec possibilité de renouvellement une fois. Au cours du XVIIIe siècle, plusieurs pays prirent des mesures visant à permettre aux auteurs de contrôler la publication de leurs écrits. Parmi les pays précurseurs, on compte ainsi la Norvège et le Danemark (1741), puis l'Espagne (1762). En France comme dans la plupart des autres pays, les imprimeurs-libraires-éditeurs disposaient de fait de droits de propriété sur les textes qu'ils avaient achetés à leurs auteurs. L'existence d'un tel droit était favorisée par l'avantage important dont disposait le premier éditeur. Préparer l'édition complète d'un ouvrage demandait en effet un temps tel que la plupart du temps, les premières éditions suffisaient à épuiser le marché, ne laissant guère de place à une édition à bas coût. Les améliorations de la technologie de composition et d'impression au début du XVIIIe siècle, ainsi que l'étendue du marché des livres lié à la dissémination de l'écrit à l'ère des Lumières rendit profitable l'entreprise de réédition à bas prix et moindre qualité d'un texte. En Europe, les premières demandes célèbres de protection contre la contrefaçon émanent des philosophes des Lumières eux-mêmes, à commencer par Diderot dans la Lettre sur le commerce de la librairie (1776). La première mesure de copyright aux États-Unis est le Copyright Act de 1790, protégeant les œuvres pour 14 ans, renouvelables une fois si l'auteur était encore en vie à l'expiration de la première période. Soumis à une demande, ce copyright fut en pratique peu exercé, avec 556 titres protégés entre 1790 et 1799 sur 13 000 titres publiés. Cette lois excluait explicitement les ouvrages étrangers du champ de sa protection. Au début du XIXe siècle, la plupart des pays industrialisés ne disposent pas d'une législation protégeant l'aspect patrimonial du droit d'auteur. À l'exception du Royaume-Uni où la législation n'est opposable qu'aux éditeurs résidant dans le pays où l'œuvre a été enregistrée. Ainsi, le livre d'un auteur protégé par la loi anglaise pouvait être librement copié et édité aux États-Unis. Toutefois, Arnold Plant fait remarquer que tout au long du XIXe siècle, les auteurs anglais recevaient des éditeurs américains des droits plus élevés que ce qu'ils percevaient sur les ventes au Royaume-Uni. La capacité à épuiser l'essentiel du marché avec la première édition ainsi que la menace d'une guerre des prix suffisait selon lui à décourager la contrefaçon. Ce qui n'est pas le cas en Europe où la contrefaçon se répand, à partir de la Belgique, jusqu'en Russie, en Hollande ou en Afrique du Nord. En France, Balzac est le premier à attirer l'attention des écrivains sur la nécessité d'instaurer un droit d'auteur. Dans sa Lettre aux écrivains du XIXe siècle du 2 novembre 1834, il les exhorte à régner sur l’Europe par la pensée plutôt que par les armes. « La loi protège la terre; elle protège la maison du prolétaire qui a sué; elle confisque l'ouvrage du poète qui a pensé […]. ». En 1838, avec notamment Victor Hugo, Alexandre Dumas, Frédéric Soulié et George Sand, il fonde la Société des gens de lettres (actuellement sise en l’hôtel de Massa, rue Saint-Jacques à Paris), association d’auteurs destinée à défendre le droit moral, les intérêts patrimoniaux et juridiques des auteurs de l’écrit. Il en deviendra le président en 1839[4]. Le 2 décembre 1852 la Convention commerciale franco-belge amorce le premier pas vers l'internationalisation du droit d'auteur. (Compiled from various sources)
Original excerpt : « A nulle époque, dit-il, l'artiste ne fut moins protégé ; nul siècle n'a eu de masses plus intelligentes ; en aucun temps la pensée n'a été si puissante ; jamais l'artiste n'a été individuellement si peu de chose. La Révolution française, qui se leva pour faire reconnaître tant de droits méconnus, vous a plongés sous l'empire d'une loi barbare. Elle a déclaré vos œuvres propriétés publiques, comme si elle eût prévu que la littérature et les arts allaient émigrer. Certes, il existe une grande idée dans cette loi. Sans doute, il était beau de voir la Société dire au génie : Tu nous enrichiras et tu resteras pauvre. Ainsi les choses allaient-elles depuis longtemps , mais, depuis longtemps aussi, les rois ou les peuples se permettaient des ovations et des honneurs tardifs que la Révolution n'admettait point pour les hommes supérieurs. Ainsi, messieurs, vous poètes, vous musiciens, vous dramatistes, vous prosateurs, tout ce qui vit par la pensée, tout ce qui travaille pour la gloire du pays, tout ce qui doit pétrir le siècle ; et ceux qui s'élancent du sein de la misère pour aller respirer au soleil de la gloire, et ceux qui, pleins de volonté triomphent, tous sont déclarés inhabiles à se succéder à eux-mêmes. La loi, pleine de respect pour les ballots du marchand, pour les écus acquis par un travail en quelque sorte matériel, et souvent à force d'infamie, la loi protège la terre, elle protège la maison du prolétaire qui a sué ; elle confisque l'ouvrage du poète qui a pensé. S'il est au monde une propriété sacrée, s'il est quelque chose qui puisse appartenir à l'homme, n'est-ce pas ce que l'homme crée entre le ciel et la terre, ce qui n'a de racine que dans l'intelligence, et qui fleurit dans tous les cœurs ? Les lois divines et humaines, les humbles lois du bon sens, toutes les lois sont pour nous ; il a fallu les suspendre toutes pour nous dépouiller. Nous apportons à un pays des trésors qu'il n'aurait pas, des trésors indépendants et du sol et des transactions sociales et, pour prix du plus exorbitant de tous les labeurs, le pays en confisque les produits. [...] N'attendez pas du gouvernement qu'il fasse une enquête sur l'état de la littérature, considérée comme intérêt matériel, comme produit énorme, comme moyen d'imposer à l'Europe, de régner sur l'Europe par la pensée, au lieu de régner par les armes. Non le gouvernement ne fera rien. Notre salut est en nous-mêmes. Il est dans une entente de nos droits, dans une reconnaissance mutuelle de notre force. Il est donc du plus haut intérêt pour nous tous que nous nous assemblions, gue nous formions une société, comme les auteurs dramatiques ont formé la leur. [...] L'auteur de cette lettre connaît assez le monde pour ne pas avoir la prétention de vous imposer ses idées, il veut seulement vous les exposer, afin qu'elles en fassent naître de meilleures, si elles n'étaient pas adoptées. Notre société pourrait avoir encore l'influence de régénérer la librairie ; mais aucun bien n'est possible sans le concours de toutes nos volontés vers un résultat qui doit augmenter le bien être de tous, et qui sera le salut d'un commerce chancelant. Notre société constituée saura demander de nouvelles lois sur la propriété littéraire, saura faire fixer les questions pendantes, et empêchera toute contrefaçon étran- gère. Les moyens dont nous nous sommes occupé, et que nous croyons efficaces, nécessitent cette association, qui seule pourra faire les démarches utiles au succès ; démarches d'ailleurs peu coûteuses. Sans doute il serait beau de voir la république des lettres avoir ses ambassadeurs, envoyer dans les pays voisins des hommes éminents entourés de plus d'éclat que n'en ont les plénipotentiaires, et traiter ses intérêts de langue à langue, en rendant à ce mot le sens qu'y attachait l'ordre de Malte. Chaque profession a son association philanthropique, et l'hôpital n'existe ni pour nos imprimeurs ni pour nos relieurs. Il n'est pas d'ouvrier qui n'ait sa société maternelle qui lui donne aide et assistance dans ses moments de détresse. Nous seuls artistes, écrivains, sommes sans un lien commun. Réunis, nous sommes au-dessus des lois, car les lois sont dominées par les mœurs. Ne constatons nous pas les mœurs ? La civilisation n'est rien sans expression. Nous sommes, nous savants, nous écrivains, artistes, nous poètes, chargés de l'exprimer. Nous sommes les nouveaux pontifes d'un avenir inconnu, dont nous préparons l'œuvre. Cette proposition, le XVIIIe siècle l'a prouvée. Réunis, nous sommes à la hauteur du pouvoir qui nous tue individuellement. Réunissons-nous donc pour lui faire reconnaître les droits et les majestés de la pensée. Ainsi nous pourrons tendre la main au génie méconnu, dès que nous aurons conquis un trésor commun, en reconquérant nos droits. Disons-le bien haut, il faut aide et secours au talent. Ne sera-ce pas ménager la fierté des hommes jeunes et déjà grands, que de faire accourir près d'eux la république entière pour les saluer, pour veiller à leur début, pour consoler leur vieillesse si le malheur voulait qu'ils trouvassent l'infortune au déclin de la vie ? Mais notre assemblée dût-elle se dissoudre après avoir fait cesser les maux de la contrefaçon, celui du timbre, et obtenu de nouvelles lois sur la propriété littéraire, elle aurait assez fait et pour le présent et pour l'avenir. Nous attendrons quelques adhésions pour poursuivre une œuvre juste que nous n'abandonnerons jamais. Une réunion préparatoire sera nécessaire pour prendre quelques précautions d'ordre [...?]. Comme les marchands du moyen âge, qui laissaient leurs différents à la porte de leur parlouère, nous laisserons nos opinions, nos antipathies, nos vanités à la porte, pour ne nous occuper que de la chose publique, et peut-être ne reprendrons-nous pas toujours tout en sortant. Messieurs les faiseurs de lois, protégez-donc les arts et la langue, car, quand vos intérêts matériels n'existeront plus, vous vivrez par nos pensées qui seront debout, et qui, si le pays pouvait disparaître, diraient : Là fut la France !. » (Honoré de Balzac)
Source : Royaumont, Louis (1914), "Balzac et la Société des gens de lettres, 1833-1913", Paris, Dorbon-Aine, pp. 19-28.
Source : Balzac, Honoré de (1833), “Lettre aux Écrivains français du XIXe siècle (novembre 1833), In Revue de Paris, and In “Oeuvres Diverses”, Tome 2, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade.
Source : Lamartine, Alphonse de (1841), “Rapport sur le projet de loi de propriété littéraire présenté à la Chambre des Députés le 13 mars 1841”, In “Le combat du droit d’auteur”, Baetens J., Paris, Les Impressions Nouvelles (2001), p. 129.
Urls : http://www.wipo.int/treaties/en/ip/berne/trtdocs_wo001.html (last visited ) http://www.wipo.int/treaties/fr/ip/berne/trtdocs_wo001.html (last visited ) http://www.archive.org/stream/balzacetlasoci00royauoft/balzacetlasoci00royauoft_djvu.txt (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: