NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

1881 __ Transmission simultanée et séparée de sons différents au travers d’un même fil
French comment : M. Maiche a entrepris à l'Exposition [de l'Électricité] quelques expériences intéressantes qui montrent, de la manière la plus complète, que des sons de nature très différente peuvent être transmis simultanément et individuellement par un même fil, sous l'influence de deux sources sonores séparées, et qu'ils peuvent être reçus séparément. Ses expériences portent sur des sons vocaux et sur des sons produits par une petite boîte à musique. Si, à la station de réception, on emploie deux téléphones de résistance très différente et que l'on fasse agir, à la station de transmission, la boîte à musique sur un microphone peu résistant, alors que l'on parle dans un transmetteur téléphonique à induction, les sons musicaux sont reproduits par le téléphone peu résistant, et les sons vocaux par l'autre téléphone ; de sorte que, si on a les deux instruments aux deux oreilles, on perçoit la musique d'un côté et la parole de l'autre côté. Quand on écoute attentivement dans le téléphone résistant, on entend cependant un peu le mélange des deux sons, mais il y a une grande différence d'intensité, quand l'expérience est disposée comme il a été dit précédemment. C'est donc un nouveau mode de triage de sons fondé sur un principe autre que celui sur lequel a été combiné le télégraphe harmonique, et qui pourra être quelque jour utilement appliqué. Il prouve que les vibrations musicales ont surtout besoin, pour être reproduites, d'intensités électriques un peu énergiques, tandis que les vibrations des sons articulés exigent surtout une grande étendue dans les diférences des effets électriques produits. Or, si l'on considère que les variations des actions magnétiques croissent comme le carré des intensités électriques qui les provoquent, et comme le carré des nombres de tours de spires, on peut comprendre que les avantages qui pourront résulter, de cette multiplicité des spires pourront, pour les vibrations musicales, s'effacer devant l'affaiblissement d'intensité électrique, qui en résulte, alors qu'ils seront tous puissants pour les vibrations des sons articulés. D'un autre côté, les courants induits, en raison de leur grande tension, agissent plus énergiquement sur les hélices résistantes que sur les hélices courtes, et est naturel de penser que ce sera le téléphone résistant qui devra être plus affecté par eux que le téléphone de faible résistance. (In "La Lumière Électrique)Journal Universel d'Électricité", 1e série, vol. 5, n°53-78, 1881, Paris : Union des syndicats de l'électricité, 9 novembre 1881, No. 64, pp. 211-212).
Urls : http://cnum.cnam.fr/CGI/fpage.cgi?P84.5/215/100/472/0/0 (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: