NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

79 __ A hoax or a futurology : The Vinyl Vase / Pottery Record in ancient Pompeii
Comment : Ancient pottery recreates sounds from a workshop - Incredible! French archaeologists have taken pottery from ancient Pompeii and managed to play back the grooves created when the clay was turned, recreating the sounds of the pottery workshop, including laughter. Recovering sound from pottery was suggested by Richard Woodbridge in "Acoustic Recordings from Antiquity", Proceedings of the I.E.E.E. 1969, pp. 1465-6). Years later, similar experiments were made in Gothenburg, Sweden, by archeology professor Paul Åström and acoustics professor Mendel Kleiner (see “The Brittle Sound of Ceramics - Can Vases Speak?” by Mendel Kleiner and Paul Åström, Archeology and Natural Science, vol. 1, 1993, pp. 66-72, Göteborg: Scandinavian Archaeometry Center, Jonsered, ISSN: 1104-3121). They were able to recover some sounds. A video of a French archaeologist discussing his discovery and the computer work that captured the laughter and chatting is making the rounds. Thanks to Denys P. Beauchemin in Texas for the following translation: Announcer: "It is in this university building at Cherat (? [in Belgium]) that a research team made an incredible discovery. It all started with this vase created more than 5 centuries ago in South America." Philippe Delaite: "We had in our reserves (storage) some vases that had been there for many generations, and in which nobody had been interested. We undertook a series of analyses and we realized that one of the vase with a totally normal appearance turned out to contain sound. Yes, you heard me right, I said sound contained on the surface of the vase." Philippe Delaite: "The sound was recorded accidentally by the potter at the time he was decorating his vase with the help of a long needle., we can suppose. Ambient sound was recorded thanks to the frequencies acting on the needle and so was preserved by the energy of the needle." Announcer: "Other potteries and currently undergoing analysis and the results speak for themselves. The fragment of a phrase pronounced in Latin recorded almost 2,000 years ago has been found on an antique vase originally from Pompeii." (Recording in Latin follows, with what sound like laughter.) Philippe Delaite: "One has to figure that if within a few weeks if these recordings turn out to be very interesting, the Faculty of the University will produce a CD with these recordings, which should be available in a few months. One can hope." Announcer: "And while we wait to enjoy the CD, "Credo quia absurdum." (The latter translates to "I believe it because it is absurd."). (Compiled from various sources)“Referring to the discussions on the archaeology of sound I would like to mention that experiments in trying to record sounds from the wheel-grooves in pottery have been made by Richard G Woodbridge III in 1969 and by Mendel Kleiner and Paul Åström in 1989 and 1993. I add below some extracts from a paper by Åström and Kleiner in the periodical Archaeology and Natural Science 1, 1993, 66-72. A cylinder of clay was formed and attached to a carrying cylinder which could be rotated. An old Edison wax dictaphone unit was used for this purpose. Modulation of the groove was accomplished by using a recording cutter head for 78 rpm records. The clay cylinder was then removed and fired in a kiln. Replay of the modulated groove was done using a gramophone pickup system. The signals were then measured as well as listened to. Listening showed that it was indeed possible to hear the signal through the noise. After the papers were published a modern potter, Herman Fogelin, has made two clay discs - one dry and one fired in an oven - in which acoustic signals have been engraved. We have had much help from Prof. Ph. Robert and Juraj Poliak (Laboratoire de Métrologie, École Polytechnique Fédérale de Lausanne) using an optical fibre player but more experiments are necessary. Lack of funds have prevented further research.”. (Paul Åström)In Gunnar Ekelöf's poem "Till Posthumus" in “A Night in Otocac” (1961) the poet directs himself to the future and suggests that one can hear. "the murmur of the human past as we hear the slogan of our youth _on an old 78-rpm record in the distance" Ekelöf's own voice and those of many contemporaries are preserved for posterity, but are there any sounds or voices preserved from antiquity ? An American electrical engineer Richard G. Woodbridge III (1969) wrote an article where he described the first experiments in trying to establish principles of recalling sounds from antiquity. He used a crystal grammophone cartridge and connected it to a set of headphones. "The chuck of cartridge could be fitted with "needles" of any suitable material, length, shape, etc. In all instances the cartridge was held in the fingers and could be positioned against a revolving pot mounted on a phono turntable (adjustable speed) or stroked along a paint stroke, etc." He then mounted a wheel-made pot on the phono turntable and held the phono cartridge (fitted with a needle of a sliver of wood) against the side of the revolving pot. A low frequency chatter sound could be heard in the earphones. Woodbridge was more successful in recalling sounds from a canvas affixed to a wooden frame. Words were spoken and music was played while the paint strokes were applied to the surface of the canvas. When the paint had dried, a wooden needle of the crystal cartridge was gently stroked in the paint and short snatches of music could be identified in the earphones. Experiments were done both in order to determine the mechanical impedance of the clay in the cutting action and to determine the noise levels. In order to determine the noise levels of a typical clay groove the following approach was used: A cylinder of clay was formed and attached to a carrying cylinder which could be rotated. An old Edison wax dictaphone unit was used for this purpose. Modulation of the groove was accomplished by using a recording cutter head for 78 rpm records. The modulation was in the plane of the clay surface and perpendicular to the groove. The clay cylinder was then removed and fired in a kiln. Replay of the modulated groove was done using a gramophone pickup system. A Euphonics cartridge using semiconductor benders was used since the output voltage would then be independent of the speed used for replay. It was judged necessary to keep the replay velocity of the groove as low as possible in order to avoid both unneccessary noise generation and distruction of the pickup needle. Conclusions - If one compares the level of the noise modulation in our experimantal cylinder to the level of the theoretical groove modulation possible by the sound wave as calculated above one finds that the level recorded by acoustic means (using our optimistic approximations) may in fact be of the same order. This indicates that further experiments and a more exact analysis should be of interest. (Compiled from various sources)
French comment : PEUT-ON CAPTER LES VOIX DU PASSE ENREGISTREES DANS L’ARGILE ?.Au lieu de témoignages directs comme en auront de nous leurs lointains collègues des millénaires à venir, ils doivent se contenter de chroniques plus ou moins déformées. Et quand ils remontent très avant dans le passé, il leur faut tout reconstituer à partir d’objets disparates et en mauvais état exhumés lors de fouilles. Il ne sera peut-être pas nécessaire de découvrir le secret du voyage dans le temps pour écouter à nouveau la voix des hommes qui ont disparu depuis des siècles, nous assurent certains savants. Le magnétophone existait à l’époque de Kheops ou dans la Chine aussi bien que dans n’importe quelle partie du monde. Mais ce qu’il nous manque c’est… la tête de lecture en quelque sorte ! Ce n’est pas un canular ou l’extrapolation d’un historien marginal assuré que les plus vieux habitants de la planète disposaient d’une technologie plus avancée que nous ne l’imaginons. Ces chercheurs des années 70, tels le docteur Peter Lewin de Toronto (Canada) ou le professeur Sydney Vethaeghe de l’Université de Minneapolis, parlaient du magnétophone « naturel », à l’époque, et non d’un appareil issu d’une éventuelle technologie avancée. Ils sont l’un et l’autre persuadés, et avec eux des spécialistes allemands, que les sons et plus particulièrement les voix humaines ont pu être enregistrés dans l’argile qui servait à fabriquer les poteries en tout genre trouvées en abondance sur les lieux de fouilles. « Les argiles, plus précisément lorsqu’elles sont cuites, contiennent des composés de silicates qui, en théorie, auraient pu enregistrer certaines fréquences sonores produites à leur proximité, écrit le professeur Vethaeghe. Des expériences ont montré que ces corps s’imprègnent littéralement des vibrations environnantes. La silice, à l’instar d’autres cristaux, est d’ailleurs utilisée dans un certain nombre de technologie de pointe qui s’occupent de fixer les sons… » Nos deux chercheurs, chacun de leur côté, ont multipliés les expériences pour essayer de faire « parler » les vieux tessons de pots archéologiques. A vrai dire, ils posent pour l’instant le problème à l’envers. On choisit une poterie d’argile toute neuve dont on connaît particulièrement bien la composition. Un sujet, en l’occurrence un chien du laboratoire pour le professeur de Minneapolis, produit des sons à proximité. Tout est prévu pour que ce soient les seuls qui aient des chances d’être enregistrés par l’objet. On l’a manipulé d’un bout à l’autre dans le plus profond silence. C’est ce que nos chercheurs appellent la « stérilisation sonore » pour rappeler le milieu aseptique dans lequel s’effectuera par exemple une expérience de biologie. Des essais de « lecture » ont été faits. Autant dire qu’ils ne sont pas encore concluants mais il demeure de nombreux espoirs. On a utilisé aussi à l’époque le laser dont le rayon peut être infiniment modulé afin de traduire certaines fréquences bien précises telles que celles de la voix humaine ou animale. D’après Lewin, qui a travaillé avec des lasers proches de ceux qu’on utilise dans les procédés de vidéos-disque, l’ancêtre des DVD ; il faudra mettre au point un rayonnement qui coïncide très exactement avec le mode inconnu de stockage des informations dans l’argile. Car c’est au niveau de cette dernière que se situe tout le mystère. Malgré toutes les performances analytiques de la recherche actuelle, on connaît très mal cette substance naturelle. Il faut avouer que d’un site à l’autre, ce qu’on appelle du terme générique les argiles ne correspond pas à une description chimique fixe. Des composés argileux de différents pays ont été analysés et la teneur en alumine varie suivant les régions. Il s’agirait donc de déterminer quel est l’élément qui « capte et mémorise » pour cerner davantage les recherches. Sans doute y-a-t-il des poteries qui ont mieux conservé que d’autres les voix du passé parce qu’elles contiennent plus ou moins de la silice ou du sesquioxyde de fer. C’est l’avis des chercheurs allemands de Stuttgart qui ont travaillé sur le problème. Les Anglo-Saxons ont une autre théorie. Elle se fonde sur une observation aussi vieille que le monde qui concerne la médication par l’argile. Cette thérapeutique que l’on recommence seulement à découvrir était jadis en honneur dans pratiquement toutes les médecines de la terre. Or, le professeur Vethaeghe remarque un réflexe empirique qui a peut-être une grande importance pour ses travaux. Dès que l’on a utilisé de l’argile en cataplasmes par exemple, pour soigner une maladie, il ne faut surtout pas s’en servir à nouveau car elle est toxique, « chargée » en quelque sorte par les effluves pathologiques dont elle a débarrassé l’organisme malade. On a essayé de déterminer quel élément précis était responsable de cette fixation. Notre connaissance des cristaux, disent les chercheurs, nous porte à croire que c’est la silice, soit en combinaison soit libre, qui est responsable du phénomène. Aucun contre-test de laboratoire n’a cependant permis de le prouver. Il se peut donc que ce soit l’argile dans son ensemble qui agisse, l’un ou l’autre de ses composants servant de catalyseur dans tout un complexe de stockage et de mémorisation dont nous ne connaissons ni les caractéristiques ni évidemment les conditions de décodage. Une chose nous paraît intéressante à signaler que ni le docteur Lynch, ni le professeur Vethaeghe, ni les chercheurs de Stuttgart ne paraissent avoir remarquée. Il s’agit de vieilles techniques d’envoûtement et de psychométrie utilisées justement en Egypte ancienne aussi bien que dans les civilisations extrêmes- orientales. Le sorcier « remontait » littéralement la mémoire d’un objet, poterie ou statuette, pourvu qu’il soit moulé dans l’argile. On rapporte ainsi qu’un disciple de Lao-Tseu, un certain Nih-Ho-Tan, était capable de tout dire sur une personne à partir d’un quelconque vase à onguent ou même d’une cruche à eau. Il « entendait » l’argile dont ils étaient constitués. De même, le prêtre mage d’Egypte utilisait-il de préférence un support argileux pour véhiculer ses charmes. On demandait aux serviteurs du pharaon de toucher longuement la glaise à partir de laquelle on modèlerait leurs figurines pour accompagner le monarque dans son tombeau. Il fallait que leur personnalité les imprègne afin que, dans l’au-delà, elles s’animent et entrent au service de leur maître mort. Toutes ces traditions, thérapeutiques comprises, semblent bien montrer qu’un objet d’argile véhicule à travers les siècles des informations insoupçonnées. Un jour peut-être, grâce à des savants comme Lynch ou Vethaeghe, un roi de la vallée du Nil en personne viendra faire les cours d’égyptologie de la Sorbonne ! On peut rêver !. (tyron29.kazeo.com)En 1992 le professeur Georges Charpak (prix Nobel de physique) faisait part de son intention d'ausculter des poteries anciennes à l'aide d'un rayon laser afin d'y déceler éventuellement des sons qui y seraient enregistrés depuis des siècles. Il déclara avoir fait mettre de côté, pour cela, quelques pièces du musée du Louvre et compter sur l'aide d'acousticiens parmi les meilleurs du monde. Nul ne sait si Georges Charpak put concrétiser cette théorie qui fut déjà évoquée dans les années 70. Les premiers enregistrements sonores ont utilisé la gravure des ondes de pression sonores sur la surface de cylindres en rotation régulière, ceci par l'intermédiaire d'une pointe actionnée par les vibrations d'une membrane sensible aux vibrations de l'air. Depuis l'Antiquité, la fabriquation d'une poterie, consiste généralement à tourner de l'argile humide en la façonnant avec les mains, lui imprimant des sillons circulaires ou en hélices, ceci avec la pointe d'un stylet en bois. La poterie est l'un des plus anciens artisanats du Proche-Orient; son apparition dans l'Est méditerranéen remonte à 6000 ans, avec le modelage à la main. L'invention du tour date de trois mille quatre cents ans environ. Au début, la mise en forme continue à se faire par façonnage manuel, et le tour sert à terminer le travail. Puis, vers 2600 avant J.C, le tour devient l'instrument indispensable au potier durant tout le processus de la mise en forme. Théoriquement, on devrait donc pouvoir un jour accéder à des sons datant de 4500 ans! Pendant la gravure de ces sillons, le potier était souvent environné de bruits divers et, par conséquent, il n'est pas absurde de penser que le stylet a vibré sous l'influence de ces sons et que ces vibrations sont sans doute conservées dans l'argile cuite. Dès lors, il devrait être possible de les restituer aujourd'hui. Une telle hypothèse contient manifestement une grande charge émotionnelle. En effet, il devrait être particulièrement émouvant d'entendre, à plusieurs siècles d'intervalle, ne serait-ce que l'aboiement d'un chien, les cris d'enfants ou, mieux encore quelques paroles discernables. Peut-être pourrions-nous même enfin connaître la prononciation exacte de certains mots latins, grec ou celtes. Par « archéoacoustique », on entend la récupération de sons d'une époque antérieure à l'invention de l'enregistrement sonore. Ceci sous-entend que des sons auraient étés enregistrés par inadvertance. Peu de choses ont été écrites à ce sujet et seulement de très rares expériences ont été faites. C'est une idée non prouvée et toujours dédaignée. A ce jour aucun ancien son antérieur à 1888 n'a été entendu, et les seules expériences effectuées ont été des tentatives pour reproduire les conditions dans lesquelles de tels enregistrements auraient pu se produire. Tentatives malgré tout couronnées de quelques succès encourageant, si l'on en croit les publications de certaines recherches. La première publication sur ce sujet date de 1969, dans laquelle Richard Woodbridge relate 4 expériences. La 1ère montrait qu'il pouvait récupérer le bruit produit par le tour d'un potier à partir d'une poterie, en utilisant une cellule piézo-électrique tenue à la main et munie d'une pointe de bois, connectée directement à des casques audio. La 2ème expérience dégageait le ronflement du moteur qui entraînait la roue du potier. Les expériences suivantes, plus intéressantes, mettant en jeu une toile que l'on peint pendant qu'on l'expose aux sons d'une musique militaire produite par des haut-parleurs. Certains des coups de pinceau avaient un aspect strié, et on pouvait déceler de « courtes bribes de musique ». Pour la 4ème expérience, le peintre prononça le mot « bleu » pendant un coup de pinceau, et après une longue recherche, on pouvait réentendre le mot en frottant la toile avec une pointe spéciale. En 1971, des expériences similaires ont eu lieu en Suède, à Göteborg, conduites par le professeur en archéologie Paul Astrom et le professeur en acoustique Mendel Kleiner. Leurs expériences étaient consacrées à l'analyse des forces agissant sur une pointe en contact avec une surface tendre, et à l'étude de la possibilité d'un enregistrement contemporain sur un cylindre de glaise avant sa cuisson. Les résultats sont plutôt encourageants pour ceux qui veulent entendre les sons de l'Antiquité. L'étude des pointes montrait que la force maximale apparaîtrait aux fréquences qui portent sur les consonnes d'un discours, donc celles qui apportent l'information maximale. Ainsi, des expériences ont montré que le son peut-être enregistré de nos jours grâce à la technologie moderne dans de la peinture, sur une toile, ou sur une surface de glaise. Mais si on veut récupérer des sons vieux de plusieurs centaines d'années, on aurait à rechercher des objets à la surface desquels des sons auraient été enregistrés accidentellement. Pour ce faire il faut une surface assez tendre pour recevoir une empreinte de la faible énergie d'un son, ensuite qui soit solidifiée avant que cette empreinte ne soit barbouillée au delà de toute reconnaissance possible. Cette surface devrait avoir été formée pendant un mouvement, puisqu'il faut un axe des temps le long duquel il faudrait rechercher un son enregistré. Perpendiculairement à cet axe des temps, il faut un mouvement produit par les vibrations sonores. Ce pourr ait être un mouvement de l'outil utilisé pour travailler la surface, comme dans le cas du tour de potier ou de la surface elle-même, comme dans le cas de la toile peinte. Si l'on veut en tirer quelque son à travers le bruit, la surface « enregistrée » devrait avoir traversé les ravages du temps dans son état original, vierge de toute substance adoucissant les marques de surface. Tout ceci nous laisse un nombre très restreint d'objets précieux utilisables pour l'expérience archéoacoustique. Une oeuvre souvent citée dans les journaux comme source possible de sons « récupérables » est La Joconde de Léonard de Vinci, ancienne de 500 ans. Néanmoins, elle ne semble offrir aucune possibilité d'entendre des voix puisqu'elle est peinte sur du bois, matériau probablement trop rigide pour avoir pu vibrer. Jacques Legout a lui aussi procédé à de nombreux essais fin 1997. A chaque fois, il n'a obtenu qu'un bruit de fond plus ou moins intense, provenant évidemment de la texture légèrement granuleuse de la poterie et de sa section irrégulièrement circulaire. Jamais les sons écoutés n'ont ne serait-ce que suggéré le timbre d'une trompette, le tintement d'une cloche ou des paroles quelconques. Une observation des sillons à la loupe ne révèle, en effet, aucune ondulation comme on en voit sur un disque vinyle. Certainement que la main et le bras du potier tenant le stylet sont d'une inertie trop grande pour vibrer selon des sons. La cuisson, qui libère une grande quantité d'eau, « gomme-t-elle » les infimes ondulations qui auraient pu être gravées ? D'autre part, lorqu'un potier fait un sillon circulaire sur une poterie, il se contente rarement d'un seul passage, donc des enregistrements éventuels sont en surimpressions et chaque passage a une durée qui ne dépasse pas une seconde. Enfin, les stylets, le plus souvent en bois, ont généralement des pointes assez larges donc un diamètre supérieur à la longueur d'onde de la gravure. Voilà beaucoup d'obstacles à la lecture d'enregistrements sonores sur les poteries. Des chercheurs japonais s'y sont pris d'une autre manière pour accéder aux voix de Mona Lisa et de Léonard de Vinci. Ils ont analysé leur morphologie et intégré les informations dans un programme informatique spécifique, afin de reconstituer leurs timbres sonores. Cette technologie acoustique qui permet de simuler le fonctionnement des cordes vocales est utilisée dans les enquêtes criminelles. Les résultats ont été présentés sur le site japonais de Microsoft à l'occasion de la promotion publicitaire du film Da Vinci Code au Japon. Les acousticiens pensent être parvenus à reconstituer à 90% l'empreinte vocale unique des voix en question. L'ingénieur Mastumi Suzuki, estime que Mona Lisa mesurait 1,68 mètre, une taille bien au-dessus de la moyenne. Elle avait un timbre de voix relativement bas pour une femme. Etant donné la largeur de son nez, elle devait également avoir une voix un peu nasillarde. Les spécialistes se sont basés sur la voix d'une italienne pour définir le timbre de voix et les intonations exactes correspondantes. Pour sa part, la voix de Léonard de Vinci a été reconstituée à partir du célèbre autoportrait du peintre italien, qui le représente avec sa longue barbe blanche à environ 60 ans. Sa mâchoire, grande et carrée, correspond à un timbre de voix doux et bas. Les « voix » de la Joconde et de Léonard de Vinci peuvent être écoutées sur Internet. (tyron29.kazeo.com)En ce tout début d'avril [2005], des chercheurs belges ont trouvé un moyen d'extraire le son enregistré par mégarde sur une poterie antique par le potier lui même. Une phrase et des rires sont tout à fait audibles. Impressionnant. Ce n'est pas totalement un poisson d'avril. C'est une idée lancée par le physicien Georges Charpack : lorsqu'un vase est fabriqué par le potier sur un tour avec un outil, cet outil s'enfonce plus ou moins dans l'argile en fonction de la pression qu'exerce la main du potier. Mais cette pression varie aussi, de façon infinitésimale, en fonction des ondes acoustiques qui se propagent dans l'air. Si l'on pouvait trouver un moyen de mettre en évidence ces variations infinitésimales, on pourrait théoriquement "reconstruire" les sons qu'entendait le potier au moment du tournage... Inutile de dire que le problème consistant à isoler ces variations de pression de l'air des autres variations de pression n'est pas prêt d'être résolu !.. (Compiled from various sources)
Original excerpt : « The possibility of recording and playing back sound by using clay as a recording medium has been studied. The study, which concerns only the case in which the clay is fired after engraving, has been made using both a simple experimental approach and a simplified theoretical approach. The results show that it may be possible to record sound into a clay surface by purely mechanical/acoustical means at a level high enough to permit detection under ideal circumstances. The detection may be done both by hearing and by measurement. » (Mendel & Åström 1993)
Source : Kleiner, M. & Åström, P. (1989). "Kan krukor tala?" Mycket menskligt. Humanistisk forskning vid Göteborgs universitet 2. Göteborg, 28-31.
Source : Kleiner, M. & Åström, P. (1993). "The Brittle Sound of Ceramics - Can Vases Speak?". Archaeology and Natural Science 1, 66-70 (Paul Åström’s förlag, Jonsered, Sweden)
Source : Woodbridge, R.G. III (1969). "Acoustic Recordings from Antiquity", IEEC Proceedings, 1465-1466.
Urls : http://www.museumofhoaxes.com/hoax/weblog/comments/3992/ (last visited ) http://archaeology.about.com/cs/romanarchaeology/a/pompeii.htm (last visited ) http://tyron29.kazeo.com/Ovni-l-infrarouge,r81539.html (last visited ) http://tyron29.kazeo.com/Espace-de-l-insolite/L-ARGILE-la-memoire-auditive-du-passe,a1443099.html (last visited ) http://www.youtube.com/watch?v=-TmoaH4nAC0 (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: