NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

ca 77 __ The tingling of ears — Paracusia
Pliny The Elder (Pline l'Ancien) (23-79)
Comment : Naturalis Historia (Latin for "Natural History") is an encyclopedia published circa AD 77-79 by Pliny the Elder. It is one of the largest single works to have survived from the Roman empire to the modern day and purports to cover the entire field of ancient knowledge, based on the best authorities available to Pliny.Pliny is often credited with being one of the first to think scientifically and sociologically about the ear and hearing. In his Natural History he makes such diverse observations as “There is no part of the body that creates a more enormous expense for our women in the pearls which are suspended from them,” and “The seat of the memory lies in the lower part of the ear, which we touch when we summon a witness to depose upon memory to an arrest,” and “it is a notion universally received that absent persons have warning that others are speaking of them by the tingling of the ears.” He also observes that there are people in India who have ears so large as to cover their whole body.” Okay, perhaps Pliny is not always exactly scientific. His cures for various ear ailments can also trigger a rather loud alarm in the contemporary sensibility. For example, in the case of fractured ears, he recommends, edible snails “with a small, broad shell” to be employed with an admixture of honey as a liniment for the break. While his preferred treatment for all pains and diseases of the ear is “bull’s gall, warmed with leek-juice, or with honey, if there is any supporation.” I think I’ll stick with the disease itself. Ellis (Miriam Anne Ellis’ opus of Ear-ophila, The Human Ear, published in 1900) speculates that one reason there are so few votive offerings in the shape of ears for recovery from deafness is that there was little left of the ear to envision making an offering to once the medical cure got underway. But Pliny does also make some interesting points regarding the human capacity to hear certain sounds at great distances, such as the Battle of Sybaris, which was ostensibly audible in faraway Olympia. He seems to grasp that our capacity to perceive sound is complexly contingent on subtleties of environmental conditions we may never get a full handle on. And, indeed, the miracle of sound heard over great distances is matched by the mystery of pockets of silence that can exist in immediate proximity to sources of sound. Leaving Pliny behind, in the spring of 1666, two renowned Londoners, John Evelyn and Samuel Pepys, wrote in their diaries of hearing the sound of the engagement of Dutch and British fleets in the Channel over 200 miles away.but the sound went unheard by people close to the confrontation across the Southwest of England and on up to the ouskirts of the metropolis. During the American Civil War, the phenomenon of “acoustic shadows” became a source of awe, and terror. In an era when the analysis of sound and silence often drove tactical decisions, several crucial battles may have tilted to the side that benefited from the muzzling effect of foliage, wind and other atmospheric conditions. On the April morning in 1865 of the Battle of Five Forks, known as the “Waterloo of the Confederacy,” Major General George Pickett attended a fish roast hosted by another senior officer two miles from where his troops were camped. A wooded grove bordering the improvised picnic ground so effectively masked the sound of the leaderless Confederate troops being routed that some generals later claimed they had no inkling of the massive attack, with its thousands of firing rifles, until the soldiers in blue had broken through the trees within sight of where the last bones of local shad were being sucked clean of flesh. (George Rochnik, Wonders & Mysteries of the Ear)Part Two).Paracusia : An auditory hallucination, or paracusia, is a form of hallucination that involves perceiving sounds without true auditory stimulus. A common form involves hearing one or more talking voices. This may be associated with psychotic disorders such as schizophrenia or mania, and holds special significance in diagnosing these conditions. However, individuals may hear voices without suffering from diagnosable mental illness. Robert Schumann, a famous music composer, spent the end of his life experiencing auditory hallucinations. Schumann’s diaries state that he suffered perpetually from imagining that he had the note “A5” sounding in his ears. The musical hallucinations became increasingly complex. One night he claimed to have been visited by the ghost of Schubert and wrote down the music that he was hearing. Thereafter, he began making claims that he could hear an angelic choir singing to him. As his condition worsened, the angelic voices transmogrified into demonic voices. Joan of Arc claimed to hear the voices of Saints who were the force that guided her and was resolved to obey these messages as she believed they were sent directly from God. She first began hearing voices when she was thirteen and soon after had visions of St. Francis, St. Catherine and St. Margaret. The ancient world viewed hallucinations as it did most of the natural world, with awe and superstition. As such, it was viewed as either a gift or curse by God, or the gods (depending on the specific culture). The oracles of ancient Greece were known to experience auditory hallucinations while breathing in certain neurologically active vapors, while the more pervasive delusions and symptomology were often viewed as possession by demonic forces as punishment for misdeeds. (Compiled from various sources)
French comment : Les tintements d'oreilles avaient déjà dans l'antiquité le sens qu'ils ont gardé depuis. On croyait être averti par là à distance qu'on était au même instant, quelque part, un sujet de conversation (Plin., Hist. Nat. XXVIII, 2, 24. Lucian. Dial. meretr., IX, 2. Anthol. Planud., I, 19, 5) . Les pythagoriciens croyaient y reconnaître, dit-on, la voix des génies (Aelian. Var. hist., IV, 17. Cic. Divin., I, 45). (Auguste Bouché-Leclercq, Tome I, p. 132)TINTEMENT d'oreille, (Médec.) dépravation de la sensation de l'ouie; elle consiste dans la perception que l'oreille fait de bruits qui n'existent pas réellement, ou du - moins qui ne sont pas extérieurs; de sorte que l'oreille étant déjà occupée par un son, elle est moins capable de recevoir les impressions des sons extérieurs, à moins qu'ils ne soient extrémement violents. Pour comprendre comment on peut apercevoir des sons qui ne sont pas effectivement, il faut remarquer que l'action de l'ouïe consistant dans un ébranlement de l'organe immédiat, il suffit que cet ébranlement soit excité pour faire un son, sans qu'il soit nécessaire que ce mouvement y soit causé par l'air; car de même que l'on comprend que la vision, qui dépend de la maniere dont la rétine est ébranlée par les rayons visuels, peut se faire sans ces rayons, lorsque quelqu'autre cause produit le même ébranlement, ainsi qu'il arrive quand les yeux voyent des étincelles dans l'obscurité, lorsqu'ils reçoivent quelque coup: on peut dire aussi, que quand quelqu'autre cause que l'air ébranlé produit dans l'organe de l'ouie (j'entends intérieurement), cet ébranlement modifié de la même maniere qu'il l'est ordinairement par l'air qui apporte le son, l'oreille paroît être frappée par un fon qui n'est point véritable, non plus que la lumiere des étincelles dont il a été parlé, n'est point une véritable lumiere: mais ce qui rend encore cette comparaison assez juste, est que de même que ces fausses apparences de lumiere qui ne sont point causées par des objets extérieurs n'ont rien de distinct, mais seulement une simple lumiere, la vue d'un objet plus circonstancié demandant le concours de trop de choses; il n'arrive presque point aussi que les bruits de l'oreille dont il s'agit, aient rien que de confus, les sifflemens & les tintemens qui sont les bruits les plus distincts dans ce symptôme, étant très - simples. La cause de cet ébranlement dans l'organe immédiat, dépend des maladies dans lesquelles les tintemens se rencontrent. Ces maladies sont l'inflammation, l'abscès du tympan, ou du labyrinthe, & les maladies du conduit de l'ouïe. La seconde espèce de tintement, est celle où l'on aperçoit un bruit véritable, mais intérieur. C'est ainsi que l'on sent un bourdonnement lorsqu'on se bouche les oreilles. Ce bruit se fait par le frottement de la main, ou par la compression qui froisse la peau & les cartillages. Les commotions du crâne, & les maladies qui étrecissent le conduit, peuvent causer de ces especes de tintemens; le desordre des esprits, les pulsations violentes d'une artere dilatée, produisent aussi cette sensation. Enfin, il se peut faire une perception d'un faux bruit sans aucun vice dans les organes de l'ouie, c'est ce qui arrive toutes les fois que les parties du cerveau où se terminent les silets du nerf auditif, sont agitées de la même maniere qu'elles ont coutume d'être ébranlées par les objets; c'est pour cela que plusieurs maladies du cerveau, comme le délire, la phrénesie, le vertige, sont accompagnées de tintemens d'oreilles. Le tintement d'oreille peut aussi provenir du froid, mais c'est alors peu de chose. On peut donc établir deux sortes de tintemens, dont les uns dépendent des maladies du cerveau, les autres des maladies de l'oreille. Ceux qui suivent les maladies de l'oreille, sont ou vrais ou faux; & de ceux - ci, les uns sont appellés tintemens, les autres sifflemens, les autres bourdonemens, les autres murmures; en général, on peut dire que les bruits sourds & bourdonnans sont causés par un ébranlement lâche, & les bruits sifflans & tintans par un ébranlement tendu, ce qui est confirmé par les causes éloignées de ces symptômes; les rhumes, par exemple, & les suppurations où les membranes sont relâchées, produisent ordinairement un bourdonnement; & les inflammations & les douleurs d'oreille, où ces parties sont tendues & desséchées, causent les sifflemens & les tintemens; peut - être que tous ces bruits font la même impression sur la lame spirale, & sur les canaux demi - circulaires que font les sons graves & les aigus. La cure du tintement dépend des maladies du cerveau, ou de l'oreille qui le produisent. Le tintement qui procede de l'inflammation demande les remedes généraux, surtout la saignée, & des injections émollientes & rafraîchissantes quand le mal est extérieur. Le tintement qui vient du froid, se dissipe de lui - même. Le tintement habituel incommode rarement, & & ne demande aucun remede particulier, à - moins qu'on n'en connoisse bien la cause. Celse est parmi les anciens celui qui a le mieux traité des tintemens de l'oreille. (D. J., Encyclopédie, ou Dictionnaire Raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers de Diderot et d'Alembert)”Les oreilles ont dû vous tinter” : On use cette locution pour signifier qu’on a parlé de quelqu’un, absent de la conversation. Elle est fondée sur une vieille superstition qui veut que les oreilles nous tintent quand on parle de nous en notre absence. Cette locution est fondée sur une vieille croyance populaire qui veut que les absents dont on parle en soient avertis par le tintement de leurs oreilles. Cette croyance est fort ancienne, on peut ainsi lire dans Pline l’Ancien : Absentes tinnitu aurium praesentire sermones de se receptum est (Nat. Hist. XXVIII, 2, 5). Ces propos sont présumés favorables si c’est l’oreille droite qui tinte, défavorables si c’est la gauche. (Rat 1973). (P. Lison, "Travail d’étymologie", 2006)Paracousie : Audition par contact, ou perception des vibrations sonores par l'ébranlement de surfaces du corps éloignées de l'oreille. L' « épreuve paracousique » est utilisée dans le diagnostic de la surdité. Les physiologistes médecins distinguent la paracousie de Weber, audition par contact, et la paracousie de Willis, qui est l'exaltation de l'audition aérienne dans les milieux en trépidation, voiture, chemin de fer, etc. Cette seconde forme n'apparaît que chez les sourds confirmés.Une paracousie est un signe observé au cours des affections de l'oreille. Le malade perçoit mal la hauteur (son grave ou aigu) des sons, leur intensité ou la localisation de leur source. La forme la plus commune de ce trouble est la paracousie de Willis, habituelle, par exemple, dans l'otospongiose (affection dans laquelle une diminution des vibrations de l'étrier est cause d'une transmission défectueuse des sons de l'oreille moyenne vers l'oreille interne) ; cette paracousie se caractérise par une amélioration de l'audition en ambiance bruyante. (Dictionnaire Larousse)Paracousie (de “paracusis”, j’entends mal) : On a appelé paracousie 1) le bourdonnement ou tintement d’oreille, dans lequel on entend des bruits imaginaires, ou du moins des bruits qui n’existent qu’à l’intérieur de l’oreille; 2) une anomalie dans la perception des sons, qui paraît résulter d’une impression discordante de ces mêmes sons sur les deux oreilles, anomalie qui est à l’ouïe ce que le strabisme est à la vue (c’est ce qu’on a appelé “paracousie double”). Le bourdonnement précède souvent la surdité. Le traitement de la paracousie est nécessairement aussi varié que ses causes. (In “Dictionnaire de Médecine, de Chirurgie, de Pharmacie, des Sciences Accessoires et de l’Art Vétérinaire”, 1834, pp. 421-422)
Original excerpt 1 : « BOOK XXVIII.(The eight and twentie setteth downe certaine receits of remedies in physicke, drawne from out of man and other bigger creatures, and it beginneth in this manner, Heretofore, &c.).REMEDIES DERIVED FROM LIVING CREATURES.V- A DESCRIPTION OF VARIOUS USAGES.Why is it that we salute [This has been a practice from the earliest times to the present day. See Brand's Popular Antiquities, Vol. III. p. 123, Bohn's Ed.] a person when he sneezes, an observance which Tiberius Cæsar, they say, the most unsociable of men, as we all know, used to exact, when riding in his chariot even? Some there are, too, who think it a point religiously to be observed to mention the name as well of the person whom they salute. And then, besides, it is a notion [In France and England, at the present day, this notion, or rather, perhaps, the memory of it, is universally to he found. If the right ear tingles, some one is speaking well of us; if the left ear, the reverse.] universally received, that absent persons have warning that others are speaking of them, by the tingling of the ears. Attalus [King Attalus Philometor. See end of B. viii.] assures us, that if a person, the moment he sees a scorpion, says "Duo," the reptile will stop short, and forbear to sting. » (Pliny the Elder. "The Natural History". Trans. John Bostock, M.D., F.R.S. H.T. Riley, Esq., B.A. London. Taylor and Francis, Red Lion Court, Fleet Street. 1855.)
Original excerpt 2 : « LIVRE XXVIII - TRAITANT DES REMÈDES TIRÉS DES ANIMAUX.V - Usages divers.2.[...] Pourquoi salue-t-on ceux qui éternuent, ce que Tibère, qui était certainement le plus sombre des hommes, exigeait, dit-on, même en voiture ? Quelques personnes trouvent qu'il est plus religieux alors de nommer ceux qu'on salue. Les absents (c'est une opinion reçue) sont avertis que l'on parle d'eux par le tintement de leurs oreilles. Attale [Phitométor] assure que si en voyant un scorpion on dit deux, l'insecte s'arrête, et ne pique point. Et, à propos de scorpion, personne en Afrique n'entreprend quoi que ce soit sans avoir prononcé auparavant le mot Afrique;. » (Pline l'Ancien, "Histoire Naturelle", Tome Second, Livre XXVIII, Trad. par É. Littré)
Source : Bouché-Leclercq, Auguste (1879[2003]). "Histoire de la Divination dans l'Antiquité - Divination Hellénique et Divination Italique". Tome I. « Collection Horos ». Grenoble : Éditions Jérôme Millon.
Urls : http://portail.atilf.fr/cgi-bin/getobject_?p.122:97./var/artfla/encyclopedie/textdata/IMAGE/ (last visited ) http://remacle.org/bloodwolf/erudits/plineancien/livre28.htm (last visited ) http://www.dfki.de/~plison/pubs/ling/rapport_ROM2160.pdf (last visited ) http://www.archive.org/stream/histoiredeladivi01boucuoft/histoiredeladivi01boucuoft_djvu.txt (last visited ) http://inpursuitofsilence.com/2010/03/18/wonders-mysteries-of-the-ear-part-two/ (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: