NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

1878 __ Télectroscope
Constantin Senlecq (1842-1934)
Comment : The "Telectroscope" is the name of a new apparatus, the plan of which was, “Les Mondes” states, recently submitted to MM. du Moncel and Halley d'Arros by M. Senlecq, intended to reproduced telegraphically at a distance the images obtained in the camera obscura. This apparatus is based on the well-known sensitiveness of selenium to various shades of light. ("Telectroscope", Nature, January 23, 1879, p. 278)M. Senlecq, of Ardres, has recently submitted to the examination of MM. du Moncel and Hallez d'Arros, a plan of an apparatus intended to reproduce telegraphically at a distance the image obtained in the camera oscura. This apparatus will be based on the property posseded by selenium of offering a variable and very sensitive electrical resistance according to the different graduations of light. The apparatus will consist of an ordinary camera oscura containing at the focus an unpolished glass and any system of autographic telegraphic transmission ; the tracing point of the transmitter intended to traverse the surface of the unpolished glass will be formed of a small piece of selenium held by two springs acting as pincers, insulated and connected, one with a pile, the other with the line. The point of selenium will form the circuit. In gliding over the surface, more or less lightened up, of the unpolished glass, this point will communicate, in different degree and with great sensitiveness the vibrations of the light. The receiver will also be a tracing point of blackhead or pencil for drawing very fixely, connected with a very thin plate of soft iron, held almost as in the Bell telephone, and vibrating before an electro-magnet, governed by the irregular current emitted in the line. This pencil, supporting a sheet of paper arranged so as to receive the impression of the image produced in the camera oscura, will translate the vibration of the metallic plate by a more or less pronounced pressure on that sheet of paper. Should the selenium tracing point run over a light surface the current will increase is intensity, the electro-magnet of the receiver will attract to it with greater force the vibrating plate, and the pencil will exert less pressure on the paper. The line thus formed will be scarcely, if at all, visible ; the contrary will be the case if the surface be obscure, for the resistance of the current increasing, the attraction of the magnet will diminish, and the pencil, pressing more on the paper, will have upon it a darker line. M. Senlecq thinks he will succeed in amplifying this apparatus by suppressing the electro-magnet and collecting directly on the paper by means of a particular composition the different graduations of tints proportional to the intensity of the electric current. ("The telectroscope", The Times, 27 January 1879)
Spanish comment : Verdaderamente merece nuestro siglo lamarse el siglo de la electricidad. Cada dia nuevas aplicaciones de este misterioso agente vienen á lienarnos de asombro. Gracias á el, dos personas separadas por el Atlántico podrán á un tiempo hablarse, oirse y verse sin abandonar su habitual morada. Para llegar á realizar esta ùltima maravilla se acaba de dar el primer paso. Lo ha dado el inventor del telectróscopo, ya ántes de ahora anunciado, pero sólo desde hoy sometido al exámen de fisicos tan eminentes como Du Moncel y Haliez d'Arros, que nos permiten creer en la realidad de invencion tan en extremo peregrina. El nuevo aparato está basado sobre la reconocida propiedad del selenio, de ofrecer una resistencia electrica variable y sensible á las gradaciones de la luz. Es el selenio un cuerpo simple, descubierto por Berzelius en 1817, en los residuos procedentes de la destilacion de las piritas de hierro, La maravillosa propiedad que ha dado lugar al telectróscopo fué descubierta sólo seis años há. El 12 de Febrero de 1873, Mr. W. Smith comunicaba á la Sociedad de ingenieros telegraficos de Londres que el selenio presentaba mucho menos resistencia á la corriente de la pila cuando se hallaba expuesto á la luz que cuando se mantenia en la oscuridad. Fué acogida al principio con desconfianza esta afirmacion : experimentos ulteriores la hicieron merecer entero crédito. Hace unos dos años, la Sociedad real de Londres podia apreciar los trabajos del profesor Adams, y la Acadernia de Ciencias de Berlin los del doctor Werner Siemens ; ambos habian comprobado el aserto de Smith. Gracias á los exporimentos de estos últimos, se llegó á medir la accion relativa de los diversos colores sobre la conductibilidad del selenio sensible. Los números siguientes indican las diferentes desviaciones de la aguja del galvanòmetro : oscuro, 139; ultra- violeta, 139 ; violeta, 148 ; azul, 158; amarillo, 178 ; rojo, 188 ultra-rojo, 180. Siemens liegó á construir un ojo artificial, en et que el selenio desempeñaba el papel de la retina, que era sensible á la acrion de la luz, á las diferencias del color, y que daba señales de cansancio cuando estaba sometido á una luz intensa. Introduciendo un pequeno mecanismo, creia posible hacer que el ojo artificial cer- rasse automaticamente los párpados bajo la influencia de una luz muy viva. Et telectróscopo, debido á Mr. Senlecq de Ardres, consiste en una cárnara oscura ordinaria provista de un cristal deslustrado y de un sistema de trasmision de telégrafe atitográfico cualquiera. La punta del trasmitor, destinada á seguir las imágenes fijadas por la luz en el cristal, está formada por un pedazo de selenio, mantenida por dos resortes, uno de los cualos está enlazado con la pila electrica y el otro con la linea telegráfica. La punta del selenio completa el circulo. Al pasar por encima de las superficies distintaniente coloreadas del cristal, esta punta cornu- nicará en grados diferentes las relativas vibraciones de la luz. En la estacion opuesta, el receptor se comporte de una punta de plombajina adherida á una delgada lámina de hierro dulce que se mantiene como en el teléfono de Bell, y que vibra ante un electro-iman que recibe la corriente eléctrica. La plombajina ó el lápiz, ó si es un lápiz, apoyándose sobre una hoja de papel dis- puesta de modo que reciba la impresion de la imágen producida en la cámara oscura, traduciria el maior ó menor número de vibraciones de la plancha metálica por una presion más ó menos fuerte sobre la hoja de papel. Ahora bien; el que trasmite la imágen fijada por la luz en el cristal de la cámara oscura, ai seguirla con et selenio, enconttraria partes más claras, la corriente eléctrica aumentaria entónces en intensidad. En la estacion opuesta, la mayor intensidad de la corriente haria que el electro-iman atrajese hácia si con mayor fuerza la plancha metálica á que va unido el lápiz, y que éste ejerceria, por lo tanto, ménos presion sobre el papel. Lo contrario sucederia si la superficie recorrida por el selenio fuese oscura, porque aumentando entónces la resistencia de la corriente, la atraccion del iman disminuiria, y el lápiz, haciendo más presion sobre el papel, dejaria en él lineas más ó ménos negras, pero que siempre corresponderian exactamente á la mayor ó menor oscuridad de las partes de la imàgen recorridas por el selenio. ("El telectróscopo", La Epoca. Año XXXI, n.1 9, 790, sábado 27 de setiembre de 1879, Madrid)
French comment : M. Senlecq, d'Ardres, a récemment soumis à l'examen de MM. du Moncel et Hallez d'Arros un projet d'appareil destiné à reproduire télégraphiquement à distance les images obtenues dans la chambre noire. Cet appareil serait basé sur cette propriété que possèderait le Sélénium d'offrir une résistance électrique variable et très sensible selon les différentes gradations de lumière. L'appareil consisterait dans une chambre noire ordinaire contenant au foyer une glace dépolie et un système de transmission de télégraphe autographique quelconque. La pointe traçante du transmetteur destinée à parcourir la surface de la glace dépolie serait formée d'un morceau de sélénium maintenu par deux ressorts faisant pince, isolés l'un avec la pile, l'autre avec la ligne. La pointe de sélénium formerait le circuit. En glissant sur les surfaces plus ou moins éclairées de la glace dépolie, cette pointe communiquerait, à des degrés différents et avec une grande sensibilité, les vibrations de la lumière. Le récepteur aurait également une pointe traçante en plombagine ou en crayon à dessiner très doux, reliée à une plaque très mince de fer doux maintenue à peu près comme dans les téléphones Bell, et vibrant devant un électro-aimant gouverné par le courant irrégulier émis dans la ligne. Ce crayon, appuyant sur une feuille de papier disposée de manière à recevoir l'impression de l'image produite dans la chambre noire, traduirait les vibrations de la plaque métallique par une pression plus ou moins accentuée sur cette feuille de papier. La pointe traçante en sélénium parcourrait-elle une surface éclairée, le courant augmenterait d'intensité, l'électro-aimant du récepteur attirerait à lui avec plus de force la plaque vibrante, et le crayon exercerait moins de pression sur le papier. Le trait, alors formé, serait peu ou point apparent. Le contraire se produirait si la surface était obscure, car la résistance du courant augmentant, l'attraction de l'aimant diminuerait et le crayon, pressant davantage le papier, y laisserait un trait plus noir. M. Senlecq pense arriver à simplifier encore cet appareil en supprimant l'électro-aimant et en recueillant directement sur le papier, au moyen d'une composition particulière, les différentes gradations de teintes proportionnelles à l'intensité du courant électrique. ("Télectroscope", La science pour tous, 7 décembre 1878 ; "Télectroscope", Les Mondes, Revue hebdomadaire des sciences et de leurs applications aux arts et à l'industrie, par M. l'Abbé Moigno. Tome XLVIII, n°3, 16 janvier 1879, Paris)"Autre merveille... - Quand il y a quelques années on annonça, ce que nous nous souvenons d'avoir enregistré ici, que le sélénium, corps simple, très analogue au soufre, suivant qu'il est éclairé par une lumière plus ou moins vive, conduit plus ou moins bien l'électricité, qui s'est douté alors qu'une telle particularité nous réservait ce qui va suivre ? Et voilà bien la preuve qu'en matière scientifique, jamais on ne doit dire : "A quoi bon !". Grâce au téléphone et au microphone, l'acuité de notre ouie et la portée de notre voix n'ont en principe plus de limites - Le phonographe fait plus encore, puisqu'il nous fera parler de vive voix à la postérité. Eh bien ! avec cette propriété du sélénium, notre vue va se trouver à peu près aussi avantagée que le sont l'oreille et la langue; nous aurons le spectacle de ce que nous ne pouvons voir, et sans être en plusieurs lieux à la fois, comme les petits oiseaux dont parle Tertullien, (ce qui n'a été donné qu'à ces volailles et à un certain nombre de saints), nous pourrons assister dans le même instant aux scènes qui se passeront en un nombre quelconque d'endroits aussi écartés qu'on le voudra les uns des autres. "Décrivons : "Soit au poste transmetteur une chambre noire ; au foyer de celle-ci une glace dépolie, et enfin une pointe de sélénium, susceptible de parcourir la surface de la glace ; "Soit au poste récepteur une feuille de papier, et s'appuyant contre celle-ci un crayon très-mou susceptible, lui aussi, de se promener à la surface du papier ; "Soit enfin entre les deux une communication téléphonique ; "La pointe de sélénium, maintenue par deux ressorts faisant pince et reliés, l'un avec la pile, l'autre avec la ligne, forme le circuit. Le crayon est relié à une plaque très mince de fer doux, maintenue à peu près comme les téléphones de Bell, et qui, l'appareil étant en activité, vibre devant un électro-aimant, que gouverne le courant irrégulier émis dans la ligne. "Voyons-le en activité. "La pointe du sélénium glisse sur la glace dépolie où se peint d'elle-même la scène que l'on veut transmettre, et, chemin faisant, rencontre des surfaces plus ou moins éclairées. - Parcourt-elle une surface éclairée, le courant augmente d'intensité, l'électro-aimant attire avec plus de force la plaque vibrante, et le crayon exerce une moindre pression sur le papier ; le trait formé est donc peu ou point apparent. Le contraire se produit si la surface est obscure ; car la résistance du courant augmentant, l'attraction de l'aimant diminue, et le crayon, pressant le papier davantage, y laisse un trait plus noir. Tel est le principe de l'invention. A quand maintenant le premier des polyramas nouveaux auquel elle ne peut manquer de donner naissance ? C'est ce que je saurais dire. - L'auteur est M. Senlecq d'Ardres". (Victor Meunier, In SENLECQ, C., “Le télectroscope”, 1881, pp. 17-19)
Urls : http://histv2.free.fr/senlecq/mondes.htm (last visited ) http://histv2.free.fr/senlecq/telectroscope1.htm (last visited ) http://histv2.free.fr/senlecq/telectroscope11.htm (last visited ) http://histv2.free.fr/19/redmond.htm (last visited ) http://histv2.free.fr/senlecq/senlecq1879.htm (last visited ) http://histv2.free.fr/senlecq/telectroscope3.htm (last visited ) http://histv2.free.fr/senlecq/telectroscope4.htm (last visited ) http://histv2.free.fr/de_paiva/telescopie10.htm (last visited ) http://histv2.free.fr/senlecq/meunier.htm (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: