NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

1877 __ « Le son mis en bouteille »
Victor Meunier (1817-1903), Alphonse Allais (1854-1905)
French comment : Un [...] grand holorimeur, Alphonse Allais, entendit pour la première fois parler de Charles Cros grâce à.... Victor Meunier. Extrait de « La Mort de Charles Cros », d'Allais, paru dans Le Chat Noir le 18 août 1888 : « Pauvre Cros ! Je le vois encore le jour où je le rencontrai pour la première fois. C'était, si je ne me trompe, en 76 [ndlr : 1877]. Comme ça va, le temps ! J'avais lu le matin dans Le Rappel une chronique scientifique de Victor Meunier, qui semblait un conte de fées. Un jeune homme venait d'inventer un instrument bizarre qui enregistrait la voix humaine et même tous les autres sons, et qui non seulement en marquait les vibrations, mais reproduisait ces bruits autant de fois que l'on voulait. L'instrument s'appelait le paléographe [sic]. La théorie en était d'une simplicité patriarcale. Le lendemain, grâce à mon ami Lorin, je connaissais Charles Cros, l'inventeur du merveilleux appareil dont M. Edison devait prendre le brevet, l'année suivante. ».
Original excerpt 1 : « Even children, especially children, know this story of words which, stopped on their road by a great cold, continued their travel when the thaw set in. Like so many other works of fiction, this story was a prophecy. Except, in fact, the use of the cold, which is not at all indispensable, the voice being neither fermentable nor putrescible, this historical anecdote is realized by the invention which Mr. Charles Cros consigned in a sealed packet deposited in the Academy of Sciences the 10th of April, and the opening of which he asked for last Monday. Monday, it was Mr. Dumas’ week. But even had it been Mr. Bertrand, the result would not have been different, Mr. Cros, as the author of the santal coffer being afflicted by the same disadvantage as Chamisso, who, having written Pierre Schlemil, had so much trouble in having the alternating generation accepted. The perpetual secretary, by the movement of his lips, must have said something of the sealed package of Mr. Cros: Requiescat! But if the Academy is the tomb, the press is the resurrection. You remember the sensation when, about fifteen years ago, this announcement was made all over, that Niepce of Saint Victor, nephew of the great Niepce, and great himself, bottled the sun; I mean its rays, golden veins of this incomparable light-ball. Mr. Charles Cros does the same thing for the voice, spoken or sung; he also bottles it, where it is indefinitely conserved. The day you want to drink of it, uncork. Let us add that this is the magical bottle; you can draw from it as much as you please of what you have put there, it always remains full.of the same. To put matters as exactly as necessary, bottle is only figurative; Mr. Cros puts the voice on a plate; but this plate has all the properties of a bottle, which are to preserve unchanged the liquid confided to it. Never, therefore, was a picture more correct. This is only a project. Are we the institution to hold back our encouragements to what has been a success? The construction of the instrument in which the idea will be materialized has been proposed to Mr. Braguet, Jr., who became very much interested. The registering of the voice will be effected on a turning and progressing cylinder, which cylinder is coated with a plastic substance such as paraffine; the lines will be gouged out on the same by an index actuated by a lever with unequal arms which will amplify its movements. Then these lines will be changed into a metallic plate by the galvano-plastic process. “I foresee the possibility,” writes the author to us, “of covering the cylinder with a fatty coating which would permit of cutting out the lines by an acid.” But I note that the desire of showing that “the matter is getting on well” has somewhat disarranged the line of order we should follow, and our description is a little enigmatical. Let us therefore give the key to the same. Let us turn back the play toy, that childish logophore, that string speaking tube, known doubtlessly, although its invention is still recent, by the greater part of the readers, of whom it will have puzzled a few. Two tubes open at one end, closed at the other by means of a stretched membrane and pierced with a central hole, are connected together by a string, or better by a wire passed at its two ends into the holes of the membranes, where it is held by a knot. Such is the instrument when at rest. This is it in action: let one person talk into one of the tubes, whilst another one places the other tube to his ear, the latter will distinctly hear the words pronounced, the songs sung of whistled by the other. The wire, if our memory is correct, is ordinarily 20 to 30 meters in length; and as to the maximum limit of the latter we are in ignorance. However, two things are clear; the first, that the sounds heard by the listener are produced by a rapid succession of tractions effected by the wire, which tractions are unequally intense and unequally long in duration. Let us consider any point of this wire: this point is thus subjected to a succession of reciprocal movements of variable amplitude, more or less fast, but always being produced in the same rectilinear direction. The simplicity of such movements renders their registration easy. Let us suppose that a pen point, a piece of tinsel, or any other very light index, were attached to the thread and drags in a surface having a rapid and regular movement. This surface is of glass blackened over a lamp. This said, there only remains to announce the following facts which are: if the wire is at rest, the index will trace a simple line; if the wire has a reciprocal movement, the index will trace an undulating line; the more amplitude this reciprocal movement these vibrations will have, the more the undulations will differ from the simple line; the more rapid these vibrations, the closer will be the undulations. Consequently, all the conditions of the movement of the wire will have been registered.stereotyped. This surface of a blackened glass thus scratched, what is it, in fact, if not the copy of a succession of the sound phenomena produced in a given time. Now the final object of a plate is to give proofs, how will its sound proof be drawn from this one? But there is really only the embarrassment of the choice. All sorts of processes, in fact, permit of transforming these open lines on the black ground of the glass into similar lines dug into a metal, into steel if you desire it. The operation offering neither difficulty nor novelty, it is useless to linger over details. Once this change effected into lines hollowed out in steel, the steel plate will be put in the same place where the blackened piece of glass was when it received the impression of the index. For this light index, pen or tinsel, will be substituted a hard index of wood, ivory or of a metal softer than the steel, so that it does not harm the plate, and this new index will be held by a spring in the groove of the lines dug out on the plate. This done, this plate is given the same movement which, during the registration of the sound phenomena, as given the registering surface. And as the index is solidly connected with the wire fastened to the acoustic membrane, and, as it reproduces all the vibrations the first index had undergone, it will thus transmit to this membrane, by the intermediary of the wire, a succession of vibrating phenomena, exactly reproducing the sounds rendered by this membrane in the first period of the experiment. Such is the principle of the instrument, the construction of which was, in fact, to tempt Mr. Breguet, Jr. We have, perhaps, been a little to explicit in regard to this principle for the majority of our readers, although doubtlessly not quite enough so for the Academy. As to the possible applications of the instrument, they are so apparent that they dazzle the eye. As we buy the photographs of celebrated persons, we will buy their voices and we can have the pleasure of hearing them as often as we have the pleasure of contemplating their faces. For instance in a valuable wooden box, lined in white satin, would be kept on gold a sample of the voice of Miss Sarah Bernhardt, when she cries out: “You are my superb and generous lion”? And what a pity that one cannot then have the pleasure of hearing Mlle. Mars ask with her street voice: “Do you like that, Mr. Hugo”? What? “You are my lion?" (See the scene in the Memoirs of Alexander Dumas, or in Victor Hugo, told by a witness of his life.) Before the portraits of the dear absent ones, we will have repeated to our ear, in their adored voices, the words uttered in happy times, by those even who will not again be directly heard below here. » (Victor Meunier Translated by Patrick Feaster)
Original excerpt 2 : « Les enfants eux-mêmes, les enfants surtout, connaissent cette histoire de paroles qui, arrêtées en route par un grand froid, reprennent leur essor au dégel. Comme tant d’autres œuvres d’imagination, ce conte était une prophétie. Sauf, en effet, l’emploi du froid, qui, la voix n’étant ni fermentescible, ni putrescible, n’est nullement indispensable, cette légendaire histoire est réalisée par l’invention que M. Charles Cros avait consignée dans un paquet cacheté déposé à l’Académie des sciences le 10 avril et dont il a demandé l’ouverture lundi dernier. Lundi, M. Dumas était de semaine. Eût-ce été M. Bertrand, le résultat n’eût pas différé, M. Cros, comme auteur du Coffret de santal, étant affecté de la même tare que Chamisso qui, pour avoir fait Pierre Schlemil eut tant de peine à faire accepter la génération alternante. Le secrétaire perpétuel, au mouvement de ses lèvres, a dû dire quelque chose du pli cacheté de M. Cros: Requiescat! Mais si l’Académie est la tombe, la presse est le réveil. Vous vous souvenez de la sensation quand, il y a une quinzaine d’années, cette annonce retentit, que Niepce de Saint-Victor, neveu du grand Niepce et grand luimême, mettait le soleil en bouteille; j’entends ses rayons, veines d’or de ce foudre incomparable. M. Charles Cros fait la même chose pour la voix parlée ou chantée; il la met également en bouteille où elle se conserve indéfiniment. Le jour où vous voulez en boire: débouchez. Ajoutons que c’est la bouteille magique; vous avez beau entirer ce que vous y avez mis, elle reste toujours pleine… du même. Pour mettre ici toute l’exactitude nécessaire, bouteille n’est qu’une figure; M. Cros met la voix sur plaque; mais cette plaque a toutes les propriétés d’une bouteille, qui sont de conserver inaltéré le fluide qu’on lui confie. Jamais image ne fut donc plus exacte. Ce n’est qu’un projet. Sommes-nous l’Institut pour réserver nos encouragements à ce qui a réussi? La construction de l’instrument où va se matérialiser l’idée a été proposée à M. Breguet fils qui s’y est fort intéressé. L’enregistrement de la voix se fera sur un cylindre tournant et progressant, cylindre enduit d’une substance plastique telle que la paraffine; les traces s’y marqueront en creux par un index commandé par un levier à bras inégaux qui en amplifiera les écarts. Ensuite ces traces seront traduites en moulage métallique par la galvanoplastie. « Je prévois la possibilité, nous écrit l’auteur, de couvrir le cylindre d’un enduit gras qui permettrait de creuser les traces à l’acide. » Mais je m’aperçois que le désir de montrer que « l’affaire est en bon train » a quelque peu troublé la correction de l’ordre que nous devions suivre, et notre description tient un peu de l’énigme. Donnons-en donc la clé. Qu’on se reporte à ce joujou, ce logophore enfantin, cette ficelle porte-voix, connu sans doute, bien que l’invention en soit encore récente, de la plupart des lecteurs, dont elle aura intrigué plusieurs. Deux cornets ouverts par un bout, fermés par l’autre au moyen d’une membrane tendue et percée d’on trou central, sont reliés ensemble par une ficelle, ou plus noblement par un fil, passé à ses deux extrémités dans les trous des membranes, où il est arrêté par und nœud. Voilà l’instrument au repos. Le voici en action: qu’une personne parle dans l’un des cornets, tandis qu’une autre met à son oreille l’autre cornet, cette dernière entend distinctement les paroles prononcées, les airs chantés ou sifflés par l’autre. Le fil, si nos souvenirs sont exacts, a le plus ordinairement de 20 à 30 mètres de longueur; et quant à la limite maxima de celle-ci, nous l’ignorons. Or, deux choses sont claires: la première que les sons perçus par l’auditeur sont produits dans le cornet acoustique par les mouvements de la membrane placée devant l’oreille; la seconde, que les mouvements de cette membrane sont produits eux-mêmes par une suite rapide de tractions exercées par le fil, tractions inégalement intenses et inégalement espacées dans la durée. Considérons un des points quelconques de ce fil: ce point est donc soumis à une suite de va-et-vient d’amplitude variable, plus ou moins pressés, mais se produisant toujours dans une même direction rectiligne. La simplicité de tels mouvements en rend l’enregistrement aisé. Supposons qu’une barbe de plume, un morceau de clinquant, ou quelque autre index très léger, soit attache au fil et traîne sur une surface animée d’un mouvement rapide et régulier. Cette surface est en verre noirci à la lampe. Cela dit, il n’y a plus qu’à énoncer la suite d’évidences que voici: si le fil est en repos, l’index tracera une ligne simple; si le fil est animé d’un mouvement de va-et-vient, l’index tracera une ligne ondulée; plus ce mouvement de va-et-vient, ces vibrations, auront d’amplitude, plus les ondulations s’écarteront de la ligne simple; plus ces vibrations seront rapides, plus les ondulations seront serrées. Par conséquent, toutes les circonstances du mouvement du fil auront été enregistrées…, clichées. Cette surface ainsi éraillée d’un verre noirci, qu’est-ce, en effet, sinon le cliché d’une succession des phénomènes sonores produits en un temps donné. Maintenant la cause finale d’un cliché étant de donner des épreuves, comment tiera-t-on de celui-ci son épreuve sonore? Mais on n’aura véritablement que l’embarras du choix! Toutes sortes de procédés en effet permettent de transformer ces traces ouvertes sur le fond noir du verre en traces semblables creusées dans un métal, dans de l’acier, si vous le voulez. L’opération n’offrant ni difficulté ni nouveauté, inutile de s’arrêter à son détail. Une fois opérée cette traduction en lignes creusées sur acier, la planche d’acier sera mise à la place méme où se trouvait la feuille de verre noircie quand elle a reçu l’impression de l’index. A ce léger index, plume ou cliquant, on substituera un index dur, de bois, d’ivoire ou d’un métal moins dur que l’acier, afin qu’il n’entame pas l’épreuve; et cet index nouveau sera maintenu par un ressort dans le sillon des traits creusés sur la planche. Cela fait, on animera cette planche du mouvement même qui, pendant l’enregistrement des phénomènes sonores, avait été communiqué à la surface d’enregistrement. Et, comme l’index est solidaire du fil rattaché à la membrane acoustique, comme il reproduit toutes les vibrations qu’avait éprouvées le premier index…, il transmettra donc à cette membrane, par l’intermédiare du fil, une suite de phénomènes vibratoires, reproduisant exactement les sons rendus par cette membrane dans le premier temps de l’expérience. Tel est le principe de l’instrument dont la construction était digne en effet de tenter M. Breguet fils. Nous l’avons peut-être un peu trop délayé ce principe pour la majorité de nos lecteurs, quoique pas assez sans doute pour l’Academie. Quant aux applications possibles de l’instrument, elles sautent aux yeux qu’elles éblouissent. Comme on achète les photographies de personnes célèbres, on achètera leurs voix qu’on pourra se donner le plaisir d’entendre aussi souvent qu’on aura le plaisir de contempler leurs traits. Par exemple, dans une boîte en bois de prix, doublée de satin blanc, on gardera une épreuve sur or de la voix de Mlle. Sarah Bernhardt, quand elle s’écrie: Vous étes mon lion superbe et généreux! Et quel dommage qu’on ne puisse pas ensuite se donner l’amusement d’entendre Mlle Mars demander de sa voix de ville:.Est-ce que vous aimez cela, monsieur Hugo?.Quoi?.Vous étes mon lion ! » [Voir la scène dans les Mémoires d’Alexandre Dumas ou dans Victor Hugo, raconté par un témoin de sa vie.] Devant les portraits de chers absents, on se fera redire à l’oreille, de leur voix adorée, des paroles proférées en d’heureux temps, par ceux-là même qu’on n’entendra plus directement ici-bas. » (Victor Meunier)
Source : Meunier Victor (1877), “Le son mis en bouteille”, In Le Rappel, No. 2832, December 11, 1877.
Urls : http://www.phonozoic.net/n0138.htm (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: