NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

ca - 52 BC __ « The Gallic Wars » — Vocal Telegraph in Gaul
Julius Cæsar (100-44 BC)
Comment : Julius Cæsar, while in Gaul in 53 BC, hearing of some disorders in Rome and believing that he had the Gauls pretty well subdued, hastened back to the capital, leaving his army in winter quarters. But bo sooner was his back turned than some Gallic chieftains began to conspire. The tribe of the Carnutes agreed to start an uprising if the other tribes would back them up. under two daring chiefs, they rendezvoused near Orléans and massacred all the Romans there, including Cæsar's commissary of that department. The news spread throughout Gaul with lightning quickness. It is said to have traveled to the Arverni at Gergovia, in present-day Auvergne, about one hundred and sisty miles, between sunrise and the end of the first watch, 9 A.M. Men stationed in low towers or signal posts on hilltops shouted the news from one to another in a peculiar code of "sonorous monosyllabes". This method of communication existed in some degree in Gaul until the Middle Ages. Remains of some of the towers could still be seen on hill-summits in France in recent years. One hears of the people in Albania and Montenegro using this lung telegraph not so many years ago, and of the Kaffirs of South Africa doing a bit of it during their wars with the French and English in the latter part of the nineteenth century.
French comment : La scène se passe en 52 av. JC, après le massacre des citoyens romains à Cenabum (Orléans) par les Carnutes. Le mille romain faisant 1473 mètres, on obtient une distance d'environ 235 km franchie en moins de 12 heures par ce moyen.La colonne de flamme ou de fumée que les Hébreux suivaient dans le désert n'était-elle pas un télégraphe ? Homère nous montre les Grecs et les Troyens se transmettant des nouvelles ou des ordres par des signaux analogues. On voit dans l'Agamemnon d'Eschyle, un vieil esclave occupé à guetter depuis dix ans les feux qui doivent annoncer à Clytemnestre la prise de Troie, en brillant tour à tour sur le mont Ida et sur le mont Athos. Les Gaulois, nos aïeux, avaient un système particulier de communication, qu'on pourrait appeler le télégraphe oral. « Quand il arrive chez eux, dit César, quelque événement d'importance, les premiers qui l'apprennent le proclament à grands cris dans la campagne. Ceux qui entendent ces cris les transmettent à d'autres, et ainsi de suite, de village en village ; si bien que la nouvelle traverse la Gaule avec la vitesse de l'oiseau. » Le conquérant avoue que telle était l'efficacité de cette correspondance, qu'il avait beaucoup de peine à tenir secrets les mouvements de son armée. Chose remarquable ! les Vendéens et les Chouans de Bretagne observaient encore en 1800 cet usage de leurs premiers ancêtres. On connaît leurs cris de chats-huants poussés dans le, silence de la nuit, et leurs fameux commandements répétés de chêne en chêne, à l'approche des bleus : « Rassemblez-vous les gars ; ou égaillez-vous les gars. » Un ancien monument de la télégraphie romaine orne le dernier étage de la colonne trajane. C'est une figure de guerrier, le casque en tète et l'épée à la main, faisant exécuter des signaux avec un flambeau de poix-résine. Ce flambeau, attaché au bout d'une perche, sort ou rentre à volonté par la fenêtre d'une guérite. (C. DE CHATOUVILLE, MUSÉE DES FAMILLES 1844-45)César fait mention dans ses “Commentaires” : “Quand il arrivoit des “évenements extraordinaires”, les Gaulois s’avertissoient par des cris qui étoient entendus d’un lieu à l’autre ; de sorte que le massacre des Romains, qui avoit été fait à Orléans au lever du soleil, fut su à neuf heures du soir en Auvergne, à quarante lieues de distance”. (Ignace U.J. Chappe, p. 30)
Original excerpt 1 : « Celeriter ad omnes Galliae ciuitates fama perfertur. Nam ubi quae maior atque inlustrior incidit res, clamore per agros regionesque significant ; hunc alii deinceps excipiunt et proximis tradunt, ut tum accidit. Nam quae Cenabi oriente sole gesta essent ante primam confectam uigiliam in finibus Aruernorum audita sunt, quod spatium est milium passuum circiter centum LX. » (Iulius G. Caesar, “De bello gallico”, Liber septimus-3)
Original excerpt 2 : « When the appointed day came, the Carnutes, under the command of Cotuatus and Conetodunus, desperate men, meet together at Genabum, and slay the Roman citizens who had settled there for the purpose of trading (among the rest, Caius Fusius Cita, a distinguished Roman knight, who by Caesar's orders had presided over the provision department), and plunder their property. The report is quickly spread among all the states of Gaul; for, whenever a more important and remarkable event takes place, they transmit the intelligence through their lands and districts by a shout; the others take it up in succession, and pass it to their neighbors, as happened on this occasion; for the things which were done at Genabum at sunrise, were heard in the territories of the Arverni before the end of the first watch, which is an extent of more than a hundred and sixty miles. » (Julius Cæsar, “Commentaries on the Gallic War” or “The Gallic Wars”, Book 7 - Section 3, Translated by W. A. McDevitte and W. S. Bohn)
French translated excerpt 3 : « La nouvelle parvient vite à toutes les cités de la Gaule. En effet, quand il arrive quelque chose d'important, quand un grand événement se produit, les Gaulois en clament la nouvelle d'un champ à l'autre et de domaine en domaine; de proche en proche, on la recueille et on la transmet. Ainsi firent-ils alors; et ce qui s'était passé à Cénabum au lever du jour fut connu avant la fin de la première veille chez les Arvernes, à une distance d'environ cent soixante milles. [Le mille romain faisant 1473 mètres, on obtient une distance d'environ 235 km franchie en moins de 12 heures par ce moyen !] » (Julius Cæsar, “Guerre des Gaules”, VII, III)
Source : Harlow, Alvin F. (1936), “Old Wires and New Waves”, originally published by D. Appleton-Century company, New York, Read Books Publisher (2008), pp. 7-9.
Source : Chappe, Ignace Urbain J. (1824), "Histoire de la Télégraphie", Paris : chez l'auteur.
Urls : http://classics.mit.edu/Caesar/gallic.html (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: