NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

1858 __ Daily Telegraph Weather Forecast
Admiral Robert FitzRoy (1805-1865)
Comment : Robert FitzRoy was born on July 5, 1805 in Bury St Edmunds. As a British naval officer he commanded the famous HMS Beagle in the surveying expedition to Patagonia and the Straits of Magellan (1823-36), carrying Charles Darwin as naturalist for the last five years. Like Darwin, he wrote a narrative of the voyage. He was governor of New Zealand from 1843-1845 before he became chief of the new meteorological department of the Board of Trade in 1854. As hydrographer and meteorologist he instituted a system of storm warnings, based on synoptic informations that remained in use for over a century. FitzRoy initiated to exchange meteorological data, notably with the French, and published the first regular daily weather report on September 3, 1860.While a committee of the Royal Society deliberated about the exact nature of the work to be done by the Meteorologic Office, Fitzroy contacted the ship captains who would make meteorological observations for him. He was not satisfied merely to amass weather information; he wanted to warn sailors and others of approaching weather changes. He began by making available cheap barometers, with accompanying instructions, to coastal fishermen. His next move was to set up a series of stations which would telegraph weather data to the Meteorologic Office in London. Using this data, Fitzroy produced some of the first weather charts and began issuing weather forecasts, a term he helped to popularize. By the end of 1860 the Times was printing daily weather forecasts and Fitzroy was gaining recognition as the man who could predict coming weather conditions. At the height of his career as a pioneer forecaster, Fitzroy published a large, introductory Weather Book (1863) that summarized his meteorological work. Fitzroy’s position at the Meteorologic Office was clearly defined as “statist”, that is, collector of weather information. Forecasting had carried him somewhat beyond his original instructions, and he soon encountered light criticism from the public when his forecasts failed.as they often did.and heavier criticism from scientists who argued that his whole approach to meteorology was marked by an excessive reliance upon the empirical at the expense of theoretical developments. These critics wanted the general theories of the science of meteorology established before weather predictions were made public. In the midst of this controversy Fitzroy took his own life. At his death the theorists won out, but public demand assured that at least his storm warnings would be continued. In retrospect it is clear that Fitzroy’s difficulties arose more from the state of the new science of meteorology than from some fundamental failing of his own. (Compiled from various sources)
French comment : Application du télégraphe électrique à la prévision du temps et à l'annonce des tempêtes.C'est à un savant anglais, l'amiral Fitz-Roy, que l'on doit l'idée de signaler par le télégraphe les perturbations atmosphériques, plusieurs jours à l'avance. En 1858, l'amiral Fitz-Roy obtint du gouvernement de la Grande-Bretagne la création, sur les côtes du Royaume-Uni, de 20 stations météorologiques, devant expédier à Londres l'état du temps, d'où il serait télégraphié à tous les ports de l'Angleterre. L'amiral Fitz-Aoy exposait ainsi son projet : « Comme les instruments météorologiques signalent ordinairement les changements importants plusieurs jours d'avance, nous examinons quel temps et quel vent on doit attendre d'après les observations du matin, comparées à celles des jours précédents, et nous en concluons, pour chaque lieu, le temps probable du lendemain et du surlendemain. Nous prenons une moyenne de ces indications locales, pour former celle de la région, et nous calculons alors les effets qui doivent se produire. Nous plaçons sur une carte des fiches mobiles qui indiquent le sens du courant et la possibilité des cyclones et nous notons la direction, l'étendue et la marche de ces vents autour de leur centre, suivant qu'ils se rencontrent, se combinent ou se succèdent. » L'état de l'atmosphère dans chacune des régions de l'Angleterre, une fois annoncé à Londres, l'Observatoire de cette ville expédie aux ports qui peuvent être menacés l'avis qui les concerne. Les commandants de ces ports hissent immédiatement un signal d'alarme, que les marins connaissent tous, et qui signifie : “Soyez sur vos gardes, l’atmosphère est troublée”. En France, c'est à Le Verrier que l'on doit la création d'un service télégraphique, destiné à prévoir les temps nuageux, pluvieux, et même les tempêtes. Depuis l'année 1860, d'après le plan de Le Verrier, nos côtes sont divisées en régions, qui contiennent des ports maritimes; et le télégraphe électrique leur expédie, chaque jour, les indications du temps et la prévision des orages prochains. L'Observatoire météorologique installé depuis plusieurs années sur le sommet du Pic du Midi, par le général de Nansouty, rend de grands services pour la prévision du temps et l'annonce des inondations, dans les vallées des Pyrénées et dans toute la région du sud-ouest de la France. Le câble atlantique est un instrument précieux de prévision du temps, pour les ports de l'Europe situés au nord-ouest. Il a été reconnu que c'est généralement dans le golfe du Mexique que se forment les grands cyclones que le gulf-stream entraîne avec lui, et qu'il jette sur les côtes de l'Angleterre et de la France occidentale. En signalant aux ports de ces deux pays la formation de ces cyclones, ou l'apparition de simples perturbations atmosphériques, le câble atlantique permet souvent d'annoncer avec exactitude le jour de l'arrivée d'une de ces grandes agitations de l'atmosphère, une fois leur vitesse déterminée sur la côte américaine. S'il s'agit d'un cyclone, les météorologistes américains, lorsqu'ils ont réussi à déterminer l'intensité,l'étendue et la direction des mouvements tournants qui constituent ce redoutable météore, ainsi que sa vitesse de transport, annoncent aux ports d'Europe placés dans sa direction le jour probable de son arrivée à tel ou tel point géographique de notre continent. Sans doute, de nombreuses causes perturbatrices peuvent faire dévier sur sa route la tempête ainsi annoncée; mais il est rare que ces indications soient reconnues erronées, et les avis reçus de l'Observatoire central créé à New-York par le commandant Maury, et dirigé aujourd'hui par ses successeurs, ont certainement évité de graves sinistres à nos côtes maritimes de l'ouest.Le télégraphe électrique et les pêcheurs.Autrefois, les pêcheurs de harengs perdaient beaucoup de temps et laissaient souvent échapper leur prise, s'ils n'étaient pas avisés des points de la côte où le poisson se montre, mais disparaît très vite, après avoir déposé son frai. Aujourd'hui, en Norvège, où la pêche du hareng est parfaitement organisée, on signale le banc dès qu'on l'aperçoit au large; et on peut toujours le reconnaître par le flot qu'il soulevé. Des câbles sous-marins relient des stations situées à des intervalles rapprochés, et ces stations communiquent avec les villages habités par les pêcheurs. Dès que le hareng a pénétré dans une baie, ou fiord, le télégraphe annonce à chaque village la baie où le banc de hareng s'est montré. (Louis Figuier)
Source : Source: Figuier, Louis (1867-1891), "Supplément au Télégraphe Électrique", In "Les Merveilles de la Sciences ou Description des Inventions Scientifiques depuis 1870 - Supplément", Paris: Jouvet et Cie (Eds), pp. 523-603.
Urls : http://www.wofrance.fr/reports/weatherbrains/ (last visited ) http://www.encyclopedia.com/doc/1G2-2830901445.html (last visited ) http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k24678x.image.f527 (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: