NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

ca - 62 BC __ Cursus Publicus
Comment : The first best-documented postal service is that of Rome and was created during the time of Augustus Caesar (62 BC-AD 14), it may also be the first true mail service. The Romans adapted their state post from the Persians. The service was called ‘cursus publicus’ and had light carriages (rhedae) with fast horses. Additionally, there was also a slower service which had two-wheels carts (birolae) pulled by oxen. Thus the concept of regular and speed post was very much in existence even then. The service was originally for Government correspondence but soon even citizens had access to it. About the creation of the ‘cursus publicus’ Suetonius (Gaius Suetonius Tranquillus (ca. 69/75 – after 130) (Aug. 49.3) noted:.« So that he [Augustus] quickly and easily could receive reports of events in every province, he stationed first young men, and later carriages, at points along the military roads. The latter system proved itself more advantageous, because then the same courier could deliver the message to its destination and, if necessary, also personally be questioned ». The text states clearly that Augustus' primary concern was the transportation of important messages. Suetonius describes two methods by which messages were transmitted. At first, young men from local communities were posted at points along the viae militares, apparently as a sort of relay system of runners, who passed messages at each station from one to the next. As Suetonius notes, this system had the disadvantage that the courier had no personal knowledge of his messages' content and, therefore, could neither answer questions nor provide supplementary information about conditions or events at the place where the message originated. The system was later changed to include vehicles that could be exchanged at the staging posts. Under the revised system, the same messenger could travel from his point of departure directly to his destination. The cursus publicus was a government transportation system based on obligations placed by the Roman state on private persons. They provided equipment, animals and wagons used by government agents during their travels. In the early empire, compensation had to be paid for this service, but that had fallen into abeyance in late antiquity. The burden of this munus then fell completely on the inhabitants, who also had to maintain the way stations and care for the animals. (Anne Kolb)The Tabula Peutingeriana.The Tabula Peutingeriana (Peutinger table, Peutinger Map) is an itinerarium showing the cursus publicus, the road network in the Roman Empire. The original map of which this is a unique copy was last revised in the fourth or early fifth century. It covers Europe, parts of Asia (Persia, India) and North Africa. The map is named after Konrad Peutinger, a German 15–16th-century humanist and antiquarian. The map was discovered in a library in Worms by Conrad Celtes, who was unable to publish his find before his death and bequeathed the map in 1508 to Peutinger. It is conserved at the Österreichische Nationalbibliothek, Hofburg, Vienna. The Tabula Peutingeriana is the only known surviving map of the Roman cursus publicus; it was made by a monk in Colmar in the thirteenth century. It is a parchment scroll, 0.34 m high and 6.75 m long, assembled from eleven sections, a medieval reproduction of the original scroll. It is a very schematic map: the land masses are distorted, especially in the east-west direction. The map shows many Roman settlements, the roads connecting them, rivers, mountains, forests and seas. The distances between the settlements are also given. The three most important cities of the Roman Empire, Rome, Constantinople and Antioch, are represented with special iconic decoration. Besides the totality of the Empire, the map shows the Near East, India and the Ganges, Sri Lanka (Insula Taprobane), and even an indication of China. It shows a "Temple to Augustus" at Muziris, one of the main ports for trade to the Roman Empire on the southwest coast of India. In the West, the absence of the Iberian Peninsula indicates that a twelfth original section has been lost in the surviving copy. The table appears to be based on "itineraries", or lists of destinations along Roman roads, as the distances between points along the routes are indicated. Travelers would not have possessed anything so sophisticated as a map, but they needed to know what lay ahead of them on the road and how far. The Peutinger table represents these roads as a series of roughly parallel lines along which destinations have been marked in order of travel. The shape of the parchment pages accounts for the conventional rectangular layout. However, a rough similarity to the coordinates of Ptolemy's earth-mapping gives some writers a hope that some terrestrial representation was intended by the unknown compilers. The stages and cities are represented by hundreds of functional place symbols, used with discrimination from the simplest icon of a building with two towers to the elaborate individualized "portraits" of the three great cities. Annalina and Mario Levi, the Tabula's editors, conclude that the semi-schematic semi-pictorial symbols reproduce Roman cartographic conventions of the itineraria picta described by Vegetius, of which this is the sole testimony. The fourth-century tabula was the distant descendant of the one prepared under the direction of Marcus Vipsanius Agrippa, a friend of Augustus. After Agrippa's death, the map was engraved on marble and placed in the Porticus Vipsaniae, not far from the Ara Pacis. That early imperial dating for the archetype of the map is also supported by Glen Bowersock, based on numerous details of the Roman Arabia province that look entirely anachronistic for a 4th-century map. Therefore, he also points to the map of Vipsanius Agrippa. The map was copied for Ortelius and published shortly after his death in 1598. A partial first edition was printed at Antwerp in 1591 (Fragmenta tabulæ antiquæ) by Johannes Moretus. Moretus would print the full Tabula in December 1598, also at Antwerp. The Peutinger family kept the map until 1714, when it was sold. It bounced between royal and elite families until it was purchased by Prince Eugene of Savoy for 100 ducats; upon his death in 1737, it was purchased for the Habsburg Imperial Court Library (Hofbibliothek) in Vienna, where it remains. In 2007, the map was placed on the UNESCO Memory of the World Register, and in recognition of this, it was displayed to the public for a single day on November 26, 2007. Because of its fragile condition, it is not ordinarily on display. (Compiled from various sources)
French comment : Le cursus publicus est le service de poste impérial qui assurait les échanges officiels et administratifs au sein de l’Empire romain. Son réseau nous est connu par la Table de Peutinger (La Table de Peutinger (Tabula Peutingeriana ou Peutingeriana Tabula Itineraria), appelée aussi Carte des étapes de Castorius, est une copie du XIIIe siècle d'une ancienne carte romaine où figurent les routes et les villes principales de l'Empire romain qui constituaient le cursus publicus. Cette carte était également connue autrefois sous le nom de Table théodosienne (ou tabula theodosiana), nom qui fait référence à l'empereur Théodose, car, selon M. D'Aigueperse, une copie affiche des vers faits sous cet empereur). L’organisation de ce service commence sous Auguste : « Pour que l’on pût facilement et plus vite lui annoncer et lui faire connaître ce qui se passait dans chaque province, il fit placer de distance en distance sur les routes stratégiques, d’abord des jeunes gens à de faibles intervalles, puis des voitures. Le second procédé lui parut plus pratique, parce que le même porteur de dépêche faisant tout le trajet, on peut en outre l’interroger en cas de besoin » (Suétone, La vie des douze Césars, Auguste XLIX). L’empereur Nerva en 96 ou 97 décharge les villes italiennes des frais d’entretien des postes, et les mit au compte des finances impériales. L’empereur Hadrien (117-138) confie la gestion du cursus publicus à un fonctionnaire impérial spécial, le praefectus vehiculorum, ou a vehiculis, de rang équestre, placé sous les ordres du préfet du prétoire. Au début du IIIe siècle, l’empereur Septime Sévère étend l’activité du cursus publicus à l’acheminement de l’annone militaire, c'est-à-dire le ravitaillement des armées. Le personnel de convoyage et les animaux de traits supplémentaires sont mobilisés selon les besoins par réquisitions ou corvées. Au IVe siècle, la réorganisation administrative de Dioclétien et Constantin Ier rattache la gestion du cursus publicus au maître des offices et à ses agentes in rebus. Les textes de l’époque évoquent des fraudes et des abus dans les réquisitions et la désorganisation de l’économie quotidienne qu’elles engendrent, ainsi que la plainte des municipalités provinciales sur les lourdes charges qu’elles supportent. Les successeurs de Constantin tentent d’y remédier par des mesures ponctuelles (limitation du nombre des ordres de mission accordés, suppression des réquisitions arbitraires). La Notitia Dignitatum (vers 400) précise même pour chaque poste de haut-fonctionnaire le nombre d'ordre de mission annuels auxquels cette dignité donne droit. Malgré ces vicissitudes, le cursus publicus assure ses missions jusqu’au début du Ve siècle. En 414, le bon fonctionnement de l’annone militaire permet ainsi au patrice Constance III de fixer les Wisigoths en Aquitaine, en échange de livraisons de ravitaillement. Quelques décennies plus tard, la disparition du cursus publicus en Occident suit la dissolution de l’Empire d'Occident. Le cursus publicus fonctionne grâce à une série de gîtes d'étape (mansiones) et de postes relais intermédiaires (mutationes) le long des voies romaines. Une mansio est un établissement où l'on peut se restaurer et passer la nuit, une mutatio (littéralement : changement) est un établissement plus important où l'on trouve des montures fraîches. L’entretien des gîtes et des postes est à la charge des municipalités sur le territoire desquelles ils sont implantés. Le fonctionnement est concédé par contrat à des particuliers ou à du personnel réquisitionné ; au IIe ou IIIe siècle ces établissements peuvent être dirigés par des militaires, comme les "bénéficiaires" (soldats du rang chargés de mission). L’État romain finance par l’impôt le matériel, le remplacement des bêtes et les fonctionnaires qui gèrent l’ensemble. Stratégique pour les liaisons entre l’empereur, l’administration des provinces romaines et les unités militaires, ce service prend rapidement de l’importance et assure la circulation des correspondances d’État, des personnalités officielles et des impôts perçus. Les particuliers ne peuvent en faire usage qu’avec une autorisation écrite, rarement accordée. Pour pouvoir bénéficier des prestations disponibles sur le réseau, comme l'hébergement et la remonte, les militaires et les fonctionnaires envoyés en mission reçoivent de l'empereur un "diplôme" ou ordre de mission. Régulièrement, les empereurs légifèrent contre les trafics de diplômes et contre les abus, comme les diplômes délivrés par des gouverneurs de province en toute illégalité.La Table de Peutinger.La Table est composée de 11 parchemins conservés; un douzième étant perdu. Ceux-ci sont assemblés pour former une bande de 6,82 m sur 0,34 m. Elle montre 200 000 km de routes, mais aussi l'emplacement de villes, mers, fleuves, forêts, chaînes de montagnes. La Table montre la totalité de l'Empire romain, le Proche-Orient et l'Inde, indiquant le Gange et Sri Lanka (Insula Taprobane), et même la Chine est mentionnée. La première feuille représente l'est des îles Britanniques, la Hollande, la Belgique, une partie de la France et l'ouest du Maroc. L'absence de la péninsule ibérique laisse supposer qu'une douzième feuille, aujourd'hui manquante, présentait l'Espagne et le Portugal, ainsi que la partie occidentale des îles Britanniques. Quelque 555 villes et 3500 autres particularités géographiques sont indiquées, comme les phares et les sanctuaires importants, souvent illustrées d'une imagette. Les villes sont représentées par deux maisons, les cités importantes - comme Rome, Constantinople, Antioche - sont signalées par un médaillon orné. Le format ne permet pas une représentation réaliste des paysages, mais ce n'était pas dans les intentions du concepteur. La carte doit plutôt être vue comme une représentation symbolique, à l'image des plans de métros comme celui de Londres, permettant de se rendre facilement d'un point à un autre, de connaître les distances des étapes, sans offrir une représentation fidèle de la réalité. De fait, elle est considérée comme la première représentation cartographique d'un réseau. Par contre, c'est une carte très exacte des distances, qui sont exprimées la plupart du temps en milles romains, ou dans d'autres unités si elles étaient en cours dans une région, par exemple des lieues gauloises en Aquitaine. Cela permettait d'avoir une idée assez exacte de la distance et du temps pour se rendre de n'importe quel point à un autre, même si parfois quelques liaisons ne sont pas indiquées. Les parcours sont assez réalistes. Chaque station porte la longueur de l'étape, tandis que des vignettes signalent les villes principales, les villes thermales, etc. Nombre de ces « stations » ne correspondent pas à des villes, mais à des carrefours. Inévitablement, la Table comporte des erreurs de copistes. Certains noms de villes ou des distances d'étapes comportent des coquilles : Grenoble est nommée Culabone alors que le nom classique antique de cette ville est Cularone (Cularo) ; certains V deviennent II, ou inversement. Afin de faciliter l'utilisation de la Table, il est conseillé d'avoir en regard un exemplaire d'une « carte de redressement », où les stations et itinéraires de la Table sont reportés sur une carte géographique moderne. Pour la Gaule : « Carte de redressement de la Gaule pour l'intelligence de la Table de Peutinger », par exemple. Elle est probablement basée sur la carte du monde préparée par Marcus Vipsanius Agrippa (né en 64 av. J.-C., mort en 12 av. J.-C.), un ami personnel de l'empereur Auguste. Après sa mort, la carte a été gravée dans le marbre et placée sur le Porticus Vipsaniæ, non loin de l'Autel de la Paix d'Auguste, le long de la Via Flaminia. Toutefois, c'est une version actualisée au IVe siècle qui paraît présentée. Le manuscrit est généralement daté du XIIIe siècle : il serait l'œuvre d'un moine copiste anonyme de Colmar, qui aurait reproduit vers 1265 un document plus ancien. L'original pourrait être postérieur à 328, car il montre la ville de Constantinople, qui fut fondée cette année-là, alors que d'autres éléments (par exemple dans la Pars IV – Levant de la Ligurie) sont peut-être antérieurs à -109, année de construction de la Via Æmilia Scauri, qui n'est pas indiquée sur la Table. Aucune route n'est indiquée non plus entre Pise et Luni, alors que figurent bien les Fossae Papirianae, marais situés près de l’actuelle Versilia, indiquées comme Fossis Papirianis (cf. Pars IV - Segmentum IV). Il est possible que la Table, originellement, ait été composée en bloc à une certaine date, et ensuite plus jamais mise à jour. Par exemple nous pouvons observer l'emplacement de la ville de Pompéi, qui n'a pas été reconstruite après sa destruction par l’éruption du Vésuve, en 79. Et d'autre part, certaines villes de Germanie inférieure sont indiquées alors qu'elles ont été détruites et abandonnées depuis le Ve siècle. (Compiled from various sources)
Source : Kolb, Anne (2001), “Transport and Communication in the Roman state”, In “Travel and geography in the Roman Empire”, by Colin Adams and Ray Laurence, Routledge, pp. 95-105.
Urls : http://www.ancientworlds.net/aw/Places/Property/881679 (last visited ) http://soltdm.com/sources/mss/tp/tp_0.htm (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: