NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

1855 __ Le Métronome Électrique
Mr Tassine (?-?), Mr Verbrugghe (?-?)
Comment : « There is another - traditional barbarism which every intelligent and energetic conductor should abolish. For choral or instrumental pieces which are to be executed behind the scenes, sometimes without participation of the main orchestra, a second conductor is indispensable. If the main 'orchestra accompanies this group, the first conductor, who hears this music from the distance, is strictly bound to let hiniself be guided by the second conductor and to follow his lead by ear. But if as frequently happens in modern music the full sound of the large orchestra prevents him from hearing the backstage music, the application of a special mechanism transmitting the meter becomes necessary to establish an instantaneous communication between the conductor and the distant performers. For this purpose a number of more or less ingenious experiments have been carried out, whose results have not always met expectations. Only the electric metronome set up by Verbrugghe in the Brussels theater leaves nothing to be desired. It consists of copper wires attached to a voltaic pile placed beneath the stage; these wires connect the conductor's desk with a movable baton attached by a pivot in front of a board which is placed at any desired distance from the conductor. The desk is furnished with a copper key similar to a piano key, which has at its bottom a small protuberance of about a quarter of an inch. Immediately under this protuberance is a little copper cup filled with quicksilver. When the conductor wants to mark a beat, he presses the copper key with the forefinger of his left hand (his right hand holds the baton, as usual), where by the protuberance makes contact with the quick-silver. The electrical connection thus effected nfekes the baton at the other end of the wires oscillate. The electrical contact and the movement of the baton take place simultaneously, regardless of the distance. The musicians behind the scenes watching the electric baton are thus practically under the immediate direction of the conductor, who might, if it were necessary, conduct from the middle of the Opéra orchestra in Paris a performance taking place in Versailles. It is only necessary to agree beforehand with the chorus singers or with their conductor (if there is one, as an additional precaution) on the manner of beating the tune: whether the conductor is to mark all main beats or only the first beat in each bar. For the oscillations of the electric baton, taking place in only one direction, give no precise indication in this respect. When I first used this valuable instrument in Brussels, its action disclosed one shortcoming. Every lame the copper key was pressed down it touched another copper plate and, however soft the contact, there was a short noise which attracted the attention of the audience during ' the pauses of the orchestra, to the detriment of the musical effect. I pointed out the defect to M. Verbrugghe, who substituted for the copper plate the cup with quick-silver previously mentioned. The protuberance of the key enters into it without any disturbing noise. Only the electric spark emitted during the use of the instrument is still noticeable, but its crackling is so weak that the audience does not hear it The installation of the metronome is not expensive. Large opera houses, churches and concert halls should have been provided with it long ago. Yet it is nowhere to be found except at the Brussels theater. This might appear unbelievable if the carelessness of many theater managers, to whom music is only a means toward an end, were not well known. We are only too well acquainted with their instinctive aversion to whatever is off the beaten track, with their indifference to the interests of art, their parsimony where an expenditure for the best of music is needed, and with the ignorance of the basic principles of our art among those in whose hands its fate rests. ». (Hector Berlioz, “Treatise on Instrumentation - Essay on Conducting”, 1855, translated by Theodore Front.)In November 1855, [...] Verbrugghe came to Paris to assist with the Exposition Universelle concerts Berlioz mentions, on which occasion the five sub-conductors - Tilmant, Bottesini, Hellmesberger, Vautrot and Hurand - were all equipped with electric metronomes at some distance from Berlioz’s beat. A cartoon by Cham in “Le Charivari” of 2 December 1855 imagined Berlioz wired to performers all over the globe.[...] When he first saw the electric metronom Berlioz, with justifiable pride, pointed out that he had imagined such an invention over ten years before, in his story “Euphonia”, published in 1844. (“Berlioz’s orchestration treatise”, A Translation and Commentary, Hugh Macdonald, pp. 356)Immense preparations had been made for the grand musical ceremony, which took place to-day, at the Exhibition, under the direction of Mr. Hector Berlioz. The band and chorus, for many days past, underwent incessant drilling. The orchestra consisted of 120 violins, 45 tenors, 40 violoncellos, 38 double-basses, and upwards of 200 wind instruments. Only twenty harps, or rather harpîsts, could be found in Paris. Twelve performers on that instrument were therefore invited from London to swell this mighty mass. The chorus consisted of 230 male and 200 female voices, in addition to 70 juvenile choristers. The following was the programme : 1) Cantata for double chorus, Berlioz; 2) Overture, Der Freischütz (the andante played by twenty-four horns), Weber; 3) Chorus from Judas Maccabeus, Händel; 4) Andante and Scherzo finale from symphony in C minor, Beethoven; 5) Chorus and Airs de Danse, from Armida, Gluck; 6) Grand Chorus, “Bénédiction des Poignards”, sung by eighty bass voices, from The Huguenots, Meyerbeer; 7) Prayer from Mosè in Egitto, accompanied by thirty harps, Rossini; 8) “Ave Verum”, Mozart; 9) N° 1 and 2, “Te Deum” followed by “La Marche des Drapeaux”, performed by thirty harps, the full orchestra, and six of Alexandre’s orgues -melodium. [M. Berlioz] directed his musical phalanx with the assistance of a new machine, the “metronome électrique”, invented by a Belgian, M. Werbrugghe. This machine contained five branches. A key is fixed to the desk of the conductor, who by touching it with his left hand marks the time electrically, to those at a distance, while his right hand gives the accustomed beat to those in his more immediate neighbourhood. It had not previously been tried in France, but is said to have been succesfully tested in Belgium and Germany. (In The Musical World, London, Nov. 17, 1855, pp. 746-747)
French comment : “Lors du concert monstre qui a eu lieu à l’occasion de la distribution des médailles de l’Exposition Universelle de 1855, le chef d’orchestre avait employé pour diriger son orchestre un métronome qu’il faisait fonctionner au moyen de l’électricité. [...] Nous lisons dans l’Indicateur de Bayeux, citant le Pilote du Calvados (du 13 décembre) : “Dans un article publié à propos du grand et magnifique concert exécuté lors de la clôture de l’exposition universelle, faisant avec raison l’éloge de l’emploi du métronome électrique pour la direction simultanée de plusieurs orchestres, semble en attribuer l’invention à M. Werbrugghe, mécanicien belge. [...] [Mais il faudrait plutôt en attribuer la paternité à M. Tassine de Bayeux]. Dans le courant du mois de septembre dernier, il a établi et fait fonctionner un appareil semblable dans la Cathédrale de Bayeux. Le maître de chapelle, en dirigeant le choeur des exécutants, a les deux mains entièrement libres : un léger mouvement de la point du pied lui suffit pour communiquer à l’organiste, par le fll conducteur, tous les temps de la mesure, qu’il marque en même temps de la main droite aux artistes qui l’entourent. Il est à remarquer que l’organiste, placé dans une tribune complètement isolée, ne peut voir le chef d’orchestre, ni même entendre les exécutants. [...] Quant à conduire à la fois quatre orchestres placés aux quatre extrémités de la terre, cela n’offre pas plus de difficulté que d’en conduire vingt-cinq mille, puisqu’il suffirait de multiplier les fils et de rendre plus puissante la batterie.”. (A. Delarue, In “Exposé des applications de l’électricité”, de Théodore du Moncel, 1857)« J’avais fait venir de Bruxelles un mécanicien à moi connu, qui m’installa un métronome électrique à cinq branches. Par le simple mouvement d’un doigt de ma main gauche, tout en me servant du bâton conducteur avec la droite, je pus ainsi marquer la mesure à cinq points différents et fort distants les uns des autres, du vaste espace occupé par les exécutants. Cinq sous-chefs recevant mon mouvement par les fils électriques, le communiquaient aussitôt aux groupes dont la direction leur était confiée. L’ensemble fut merveilleux. Depuis lors, la plupart des théâtres lyriques ont adopté l’emploi du métronome électrique pour l’exécution des chœurs placés derrière la scène, et quand les maîtres de chant ne peuvent ni voir la mesure ni entendre l’orchestre. L’Opéra seul s’y était refusé; mais quand j’y dirigeai les répétitions d’Alceste, j’obtins l’adoption de ce précieux instrument. [...] Autre barbarie traditionnelle que le chef d’orchestre intelligent et énergique a pour mission de détruire. Si un chœur ou un morceau instrumental est exécuté derrière la scène sans la participation de l’orchestre principal, un autre chef est absolument nécessaire pour le conduire. Si l’orchestre accompagne ce groupe, le premier chef, qui entend la musique lointaine, est alors rigoureusement tenu de se laisser conduire par le second et de suivre de l’oreille ses mouvements. Mais, si comme il arrive souvent dans la musique moderne, la sonorité du grand orchestre empêche le premier chef d’entendre ce qui s’exécute loin de lui, l’intervention d’un mécanisme spécial conducteur du rhythme devient indispensable pour établir une communication instantanée entre lui et les exécutants éloignés. On a fait en ce genre des essais plus ou moins ingénieux, dont le résultat n’a pas partout répondu à ce qu’on en attendait. Celui du théâtre de Covent Garden à Londres, que le pied du chef d’orchestre fait mouvoir, fonctionne assez bien. Seul le métronome électrique établi par M. Verbrugghe au théâtre de Bruxelles ne laisse rien à désirer. Il consiste en un appareil de rubans de cuivre, partant d’une pile de Volta placée sous le théâtre, venant s’attacher au pupitre-chef, et aboutissant à un bâton mobile fixé par un de ses bouts sur un pivot, devant une planche à quelque distance que ce soit du chef d’orchestre. Au pupitre de celui-ci est adapté une touche en cuivre assez semblable à une touche de piano élastique et armée à sa face inférieure d’une protubérance de trois ou quatre lignes de longueur. Immédiatement au dessous de la protubérance se trouve un petit godet en cuivre également et rempli de mercure. Au moment où le chef d’orchestre, voulant marquer un temps quelconque de la mesure, presse avec l’index de sa main gauche (la droite étant employée à tenir, comme à l’ordinaire, le bâton conducteur) la touche de cuivre, cette touche s’abaisse, la protubérance entre dans le godet plein de mercure, une faible étincelle électrique se dégage et le bâton placé à l’autre extremité du ruban de cuivre fait une oscillation devant sa planche. Cette communication du fluide et du mouvement sont tout à fait instantanés, quelle que soit la distance parcourue. Les exécutants étant groupés derrière la scène les yeux fixés sur le bâton du métronome électrique, subissent en conséquence directement l’action du chef, qui pourrait ainsi, s’il le fallait, diriger du milieu de l’orchestre de l’Opéra de Paris un morceau de musique exécuté à Versailles. Il est important seulement de convenir d’avance avec les choristes, ou avec leur conducteur (si, par surcroît de précaution, ils en ont un) de la manière dont le chef marquera la mesure, s’il marquera tous les temps principaux ou le premier temps seulement : les oscillations du bâton mû par l’électricité étant toujours d’arrière en avant, n’indiquent rien de précis à cet égard. Lorsque je me suis servi pour la première fois à Bruxelles du précieux instrument que j’essaie de décrire, son emploi présentait un inconvénient. Chaque fois que la touche de cuivre de mon pupitre subissait la pression de l’index de ma main gauche, elle venait frapper au dessous une autre plaque de cuivre; malgré la délicatesse de ce contact, il en résultait une petit bruit sec qui, pendant les silences de l’orchestre, finissait par attirer l’attention des auditeurs au détriment de l’effet musical. Je fis remarquer ce défaut à M. Verbrugghe qui remplaça la plaque de cuivre inférieure par le godet plein de mercure dont j’ai parlé plus haut, et dans lequel la protubérance supérieure s’introduit pour établir le courant électrique, sans produire le moindre bruit. Il ne reste plus maintenant, inhérente à l’emploi de ce mécanisme, que la crépitation de l’étincelle au moment où elle se dégage; crépitation trop faible pour être entendue du public. Ce métronome est peu dispendieux à établir; il coûte quatre cents francs au plus. Les grands théâtres lyriques, les églises et les salles de concert devraient en être pourvus depuis longtemps. À l’exception du théâtre de Bruxelles, on n’en trouve nulle part cependant. Cela paraîtrait incroyable, si l’on ne savait l’incurie de la plupart des directeurs d’institutions où la musique est exploitée, leur aversion instinctive pour ce qui peut déranger de vieilles allures routinières, leur indifférence pour les intérêts de l’art, leur parcimonie dès qu’il s’agit d’une dépense musicale, et l’ignorance complète des principes de notre art chez presque tous les hommes chargés d’en régler la destinée. ». (Hector Berlioz, “Le Chef d’Orchestre - Théorie de son art”, 1855)
Source : Berlioz, Hector (1855), “Treatise on Instrumentation - Essay on Conducting”, Enlarged and revised by Richard Strauss, including Berlioz's Essay on Conducting, translated by Theodore Front, New York : Edwin F. Kalmus Publisher of Music, 1948, pp. 418-419.
Source : Berlioz, Hector (1855), “Le Chef d’Orchestre - Théorie de son art”, online publication.
Source : Berlioz, Hector (1854), “Les Soirées de l’Orchestre”, Deuxième édition, Paris : Michel Lévy Frères.
Source : Berlioz, Hector (1848), “Postface — Le Diapason de l’Éternité”, In “Mémoires”, Adamant Media Corporation, Elibron Classics, pp. 554.
Source : Macdonald, Hugh (2002), “Berlioz’s orechestration treatise, A Translation and Commentary”, Published by Cambridge University Press, pp. 356.
Source : “The Musical World”, London, Nov. 17, 1855, pp. 746-747.
Source : Delarue, A. (1855), Le métronome électrique, In Theodore Du Moncel,“Exposé des applications de l’électricité”, Tome troisième “Applications Mécaniques, Physiques et Physiologiques”, Deuxième Édition, Paris: Librairie de L. Hachette et Cie, Rue Pierre Sarrazin, 14, Imprimerie de J. Claye, Rue Saint-Benoît, 7, 1857, pp. 123-125 (first published in “Pilote du Calvados” and in “L’Indicateur de Bayeux”, 13 Dec. 1855).
Urls : http://www.hberlioz.com/Scores/Chefdorchestre.htm (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: