NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

1846 __ Antiphonel
Alexandre François Debain (1809-1877)
Comment : In 1850, Alexandre Bebain patented the "Antiphonel", a reading system for piano with pin-studded wooden shingles. But the shingles so as the cylinder, had for defect a too short melody.Piano-mécanique, or antiphonel pianoforte, an instrument with success as a substitute for organs and harmoniums ; it is said to be superior to the barrels used in church organs, and less costly. The flat surface of the upper portion of the antiphonel is covered with a metal plate, pierced across its width with a series of openings, which admit though them a corresponding number of metal points, projecting about the eighth of an inch above the plate. These points are the extremities of small levers, which communicate with the action ; thus the upper level surface of the machine forms a complete key-board ; the projections are pressed down to perform the music by a small piece of hardwood, studded with pins, which is forced over the level surface already mentioned. This piece is held down by a bar placed over it, and the pressure regulated by springs. Having placed the piece on the antiphonel, it is passed over the key-frame by turning a handle, and as the pins on the plank come in contact with the antiphonal keys, the notes are struck, which are loud or soft, as may be required. The pieces studded with pins may be from 4 inches to 24 inches long : 8 inches will contain as much as is usually written on a page of music pater, and any number of pieces may be used for composititions of greater length. While one piece is playing, another should be had in readiness immediately to succeed it, until the piece of music is concluded. The mode of studding the wood with pins, to produce the various effects required, is very simple, and easily executed.The antiphonel can be placed on the pianoforte as a cover, and by a simple contrivance, on opening the pianoforte, the antiphonel action is removed, and on touching the keys the tone of the instrument is not affected by the attachment. In closing the pianoforte the antiphonel resumes its place, and is ready for use. When applied to the organ, &c., as pressure on the keys is only required, the antiphonel is placed over the key-frame, and appears like fingers pressing down the required notes. This instrument is played in the Exhibition building. (Compiled from various sources)In 1846, the instrument maker Alexandre François Debain filed a patent for his invention of the 'antiphonal' (antiphonel). When you cranked it up, this instrument, which used "small boards" (planchettes) pricked with nails rather than cylinders, made the keys of a keyboard play. Destined first for the organ, it was soon adapted for the piano, giving birth to the "Pianista Debain". This quickly had an immense success, and Debain began to sell "boards" reproducing all kinds of melodies in fashion. Among the most requested, ranking high up in the "hit parade", were airs from Verdi's "I Vespri Siciliani", the french rights to which belonged to the Escudier borthers. They had a bailiff seize the "boards" of "I Vespri" in Debain's studio, along with other titles to which they had exclusive rights. In the trial that ensued, Louis Nouguier, the lawyer for the publisher plaintiffs, explained first that, although the musical machines in question had already existed for a long time, it was the popularity that the industry had recently enjoyed that now motivated recourse to the law. (Peter Szendy)A piano fitted with a self-playing mechanism, normally pneumatic, capable of playing from a perforated paper music roll (piano roll). The first automatic piano-playing mechanism was the Barrel piano, developed at the end of the 18th century. Later developments dispensed with the cumbersome barrel; for example, A.-F. Debain's Antiphonel (1846) operated the piano through a system of wooden boards or planchettes studded with metal pins to represent the music to be played. Napoleon Fourneaux's barrel-operated Pianista (1863) was the first pneumatic piano-playing machine. These were the prototypes of the piano player (also called a cabinet player or push-up player), the forerunner of the player piano. (ARTHUR W.J.G. ORD-HUME)
French comment : On appelle antiphonel-harmonium, orgue-antiphonel, ou simplement antiphonel, un mécanisme inventé par MM. Alexandre Debain et Cie, à Paris, lequel mécanisme peut s’adapter sur les touches du clavier d’un orgue ou harmonium quelconque et permettre à toute personne étrangère au jeu de ces instruments d’y exécuter des accompagnements de plain-chant ou autres morceaux de musique et de les transposer instantanément dans tous les tons. A l'aide d'une manivelle, on fait tourner un cylindre entraînant des planches perforées. Ce mécanisme a été inventé principalement pour suppléer à l’organiste dans les églises des petites localités qui ne peuvent satisfaire à cette dépense. Il consiste en petites planchettes de bois qu’il suffit d’appliquer surle clavier disposé en conséquence, pour faire entendre avec une perfection admirable tous les morceaux d’exécution ou d’accompagnement dont on a besoin pour la circonstance. (Compiled from various sources)En 1846 Alexandre Debain fit breveter un système de lecture pour piano avec des planchettes à picots "l'Antiphonel ". Mais les planchettes comme le cylindre avaient le défaut d'être très limités dans la durée de la mélodie. Il faut aussi mentionner l'invention de la Boite à Musique en 1796 (peigne de lamelles métalliques mises en vibration par les picots d'un cylindre) par Antoine favre (1734-1820) à Genève. En 1866 Paul Lochmann à Leipzig eut l'idée géniale de remplacer le cylindre pointé par un disque métallique à picots. (. Françoise Dussour)Les inventions d’Alexandre Debain : Parti en Angleterre en 1830, il démontre un grand talent pour l'invention et la réalisation de machines complexes. Il construit un automate de 3 mètres de haut figurant un arbre - un oranger aux feuilles de bronze et aux fruits de porcelaine - habité de 7 oiseaux secouant la tête et les ailes, ouvrant le bec, et chantant grâce à une rangée de tuyaux fonctionnant avec le système de l'orgue de barbarie. Lors de ce passage en Angleterre (qui durera quatre ans), il apprend la facture d'orgue. 'Piano à clavier tournant', imaginé en 1836 par Debain. 'Piano écran', fait par Debain, de Paris, en 1836. On lui doit le dépôt du brevet de l'harmonium, en 1842. Il emploie le fer forgé pour le châssis qui recevait les corges et ajustait la table d'harmonie de manière à être remplacée sans rien déranger. 1847, Debain, nouveau système de piano-concert. Invention de premier 'piano automatique', in 1853. 'Piano harmonicorde', inventé par Debain. Il était accouplé d’un harmonium donnant à la note brève de la corde, la note soutenue de la lame. 'Piano-Mécanique', piano ordinaire, avec un mécanisme inventé par Debain. Ce mécanisme, semblable à celui de l’Antiphonel, fonctionne à l’aide de planchettes munies de dents d’acier faisant baisser d’autres dents d’un peigne horizontal, qui correspondent avec des pilotes appuyant sur les touches du clavier. Les planchettes sont notées à l’aide de ces dents, plus ou moins étendues, qui donnent plus ou moins de valeur à la note abaissée. 'Piano-Mécanique', un essai fut fait par Milchmayer, de Mayence, en 1786 ; mais c’est celui construit par Debain qui donna seul des résultats heureux. En 1867, Il est classé "hors-concours" à l'exposition universelle de Paris (étant membre du jury, il ne peut concourir). Il y présente un harmonium de 50 jeux, soit 3050 anches. (Compiled from various sources)“En 1846, le facteur d’instruments Alexandre François Debain déposa son brevet pour son invention de l’antiphonel. Lorsqu’on l’actionnait avec une manivelle, ce dispositif, qui utilisait des “planchettes” piquées de clous plutôt que des cylindres, faisait jouer les touches d’un clavier. D’abord destiné à l’orgue, il fut bientôt adapté au piano, donnant naissance au “Pianista Debain”. Celui-ci connut rapidement un immense succès, et Debain se mit également à vendre des “planchettes” reproduisant toutes sortes de mélodies en vogue. Parmi les plus demandées, au premier rang de ce “hit-parade”, il y avait des airs des “Vêpres Siciliennes” de Verdi, dont les droits pour la France appartenaient aux frères Escudier. Ces derniers firent saisir par un huissier les “planchettes” des Vêpres dans l’atelier de Debain, ainsi que d’autres titres dont ils avaient l’exclusivité. Dans le procès qu s’ensuivit, Louis Nouguier, l’avocat des éditeurs plaignants, expliqua d’abord que, si les machines musicales en question existaient depuis longtemps déjà, c’était l’ampleur qu’avait récemment prise leur industrie qui motivait désormais un recours en justice [...]”. (Peter Szendy)ANTIPHONEL. Instrument inventé par A. Debain, vers 1840, permettant d’exécuter, sur l’harmonium. à l’aide d’un moyen mécanique, non-seulement le plain-chant, mais toute autre musique. Ce sont des planchettes munies d’un côté de petites pointes saillantes, plus ou moins allongées selon la valeur musicale qui leur est attribuée. On les place sur un appareil s’adaptant au clavier, et, par la fonction d’un levier pour e plain-chant, ou d’une manivelle, les petites pointes font baisser les dents correspondantes d’un peigne horizontal, communiquant, par des prolonges et des pilotes, aux touches qui doivent s’abaisser. Ce mécanisme transpose à volonté, dans une étendue de douze demi-tons, tout morceau ainsi noté. L’invention, des plus ingénieuses, a valu à M. Debain, un succès et des éloges mérités. Lorsque l’Antiphonel est usité dans les églises qui ne possèdent pas d’organiste, il comble ainsi une véritable lacune et rend de grands services. (In “DICTIONNAIRE Pratique et raisonné Des INSTRUMENTS DE MUSIQUE Anciens et modernes” par Albert Jacquot, Deuxième Édition, Paris : Librairie Fischbacher, 1886). On appelle antiphonel-harmonium, orgue-antiphonel, ou simplment antiphonel, un mécanisme inventé par MM. Alexandre Debain et Cie, à Paris, lequel mécanisme peut s’adapter sur les touches du clavier d’une orgue ou harmonium quelconque et permettre à toute personne étrangère au jeu de ces instruments d’y exécuter des accompagnements de plain-chant ou autres morceaux de musique et de les transposer instantanément dans tous les tons. Ce mécanisme a été inventé principalement pour suppléer à l’organiste dans les églises des petites localités qui n epeuvent satisfaire à cette dèpense. Il consiste en petites planchettes de bois qu’il suffit d’appliquer surle clavier disposé en conséquence, pour faire entendre avec une perfection admirable tous les morceaux d’exécution ou d’accompagnement dont on a besoin pour la circonstance. (Dictionnaire de musique, Charles Soullier, 1880)Appareil inauguré en 1846 par Debain qui consiste en une série de leviers en acier, posés horizontalement à bascule dans une boîte ayant une longueur moins étendue que celle d’un clavier d’orgue. Cette boîte contient des pelotes correspondant à chacun des leviers et reposant par l’autre extrémité sur les touches. Une série de planchettes, notées musicalement avec des pointes de fer se place sur la boîte et se trouve entraînée par la pression d’un rouleau. Les pointes rencontrant les leviers en acier les forcent d’appuyer sur les et ceux-ci sur les touches. (Dictionnaire de musique, Léon et Marie Escudier, 1872)
Source : Sources : Debain, Alexandre François (1864), “Antiphonel : Mécanisme pour jouer de l’orgue sans être musicien”, 1864.
Source : Szendy, Peter (2001), "Écoute, Une Histoire de nos Oreilles", Paris, Éditions de Minuit, pp. 94-95.
Source : Szendy, Peter (2001), “Listen: a history of our ears”, Translated by Charlotte Mandell, Fordham Univ Press, 2008, p. 74.
Source : Szendy, Peter (2001), “Escucha: una historia del oído melómano”, Translated by José María Pinto, Colección: PAIDOS DE MUSICA, Barcelona, Paidós, 2003.
Urls : http://www.luthiers-mirecourt.com/jacquot1.htm (last visited ) http://demeter.revue.univ-lille3.fr/copie/tiffon.pdf (last visited ) http://www.law-guy.com/dummygod/Entries/S21928.htm (last visited ) http://oocities.com/threesixesinarow/exlista.htm (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: