NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

1794 __ A new species of electric letter post
Reusser (?-?)
Comment : In 1794 Reusser, of Geneva, made a proposition of a telegraph, in the “Magazin für das Neueste aus der Physik und Naturgeschichte”, published by Henri Voigt, describing the construction of “a new species of electric letter post” (“Schreiben an den herausgeber”). Every letter, then, was signaled by one or several sparks that started forth on the breaking of the strip; but we see nothing in this document to authorize the opinion which has existed, that every tinfoil strip was a sort of magic tablet upon which the sparks traced the very form of the letter to be transmitted. Voigt, the editor of the Magazin, adds, in continuation of Reusser's communication: "Mr. Reusser should have proposed the addition to this arrangement of a vessel filled with detonating gas which could be exploded in the first place, by means of the electric spark, in order to notify the one to whom something was to be dictated that he should direct his attention to the strips of tinfoil." Reusser also suggested calling the attention of the correspondent by firing an electrical pistol through the spark; to him, therefore, belongs the credit of having first clearly indicated the use of a special call for the telegraph. This passage gives the first indication of the use of a special call for the telegraph. The same year (1794), in a work entitled “Versuch über Telegraphie und Telegraphen”, Boeckmann likewise proposed the use of the pistol as a call signal, in conjunction with the use of a line composed of two wires only, and of discharges in the air or a vacuum, grouped in such a way as to form an alphabet. Experiments like those indicated by Boeckmann, however, seem to have been made previous to 1794, or at that epoch, at least, by Cavallo, since the latter describes them in a Treatise on Electricity written in English, and a French translation of which was published in 1795. In these experiments the length of the wires reached 250 English feet. Cavallo likewise proposed to use as signals combustible or detonating materials, and to employ as a call the noise made by the discharge of a Leyden jar. (Compiled from various sources)
French comment : 1794 - Reusser, de Genève, Suisse, emploie une combinaison de lignes et d'intervalles, avec des bandes d'étain, de telle sorte qu'en illuminant les espaces par l'étincelle électrique, on peut faire ressortir les lettres et les figures [...] (In Annales Télégraphiques, 1876,, p. 100)[La proposition de Reusser, un Allemand, en 1794,] est contenue en texte allemand dans le "Magazin für das Neueste aus der Physik und Naturgeschichte", publié par Henri Voigt. [...] Chaque lettre était donc signalée par une ou plusieurs étincelles partant à la rupture de la bande, mais nous ne voyons dans le document [...] rien qui autorise à penser, comme on l'a fait, que chaque bande d'étain était une sorte de petit tableau magique sur lequel les étincelles dessinaient la forme même de la lettre à transmettre. L'éditeur du "Magazin", Voigt, ajoute à la suite de la communication de Reusser : "M. Reusser eût dû proposer d'ajouter à cette disposition un vase rempli de gaz détonant que l'on eût fait d'abord détoner au moyen de l'étincelle électrique, pour avertir celui auquel on veut dicter quelque chose, qu'il ait à porter son attention sur les bandes d'étain". Ce passage est la première indication de l'emploi d'un appel spécial pour le télégraphe. La même année 1794, dans un ouvrage intitulé 'Versuch über Telegraphie und Telegraphen", Bœckmann, proposa aussi, concurremment à l'emploi d'une ligne composé seulement de deux fils, et de décharges dans l'air ou dans le vide, groupées de manière à former un alphabet, l'usage du pistolet comme signal avertisseur. Des expériences semblables à celles indiquées par Böckmann semblent cependant avoir été faites avant 1794 ou au moins à cette époque par Cavallo, puisqu'il les décrivit dans un Traité d'électricité, écrit en anglais et dont la traduction française fut publiée en 1795. Dans ces expériences la longueur des fils atteignit jusqu'à 250 pieds anglais. Cavallo a également proposé de se servir comme signaux de l'inflammation de matières combustibles ou détonantes et d'employer comme avertissement le bruit de la décharge d'une bouteille Leyde. (Auguste Guerout, "L'Historique de la télégraphie électrique", 1883)
Original excerpt 1 : « "I am at home, before my electric machine, and I am dictating to some one on the other side of the street a complete letter that he is writing himself. On an ordinary table there is fixed vertically a square board in which is inserted a pane of glass. To this glass are glued strips of tinfoil cut out in such a way that the spark shall be visible. Each strip is designated by a letter of the alphabet, and from each of them starts a long wire. These wires are inclosed in glass tubes which pass underground and run to the place whither the dispatch is to be transmitted. The extremities of the wires reach a similar plate of glass, which is likewise affixed to a table and carries strips of tinfoil similar to the others. These strips are also designated, by the same letters, and are connected by a return wire with the table of him who wishes to dictate the message. If, now, he who is dictating puts the external armature of a Leyden jar in contact with the return wire, and the ball of this jar in contact with a metallic rod touching that of the tinfoil strip which corresponds with the letter which he wishes to dictate to the other, sparks will be produced upon the nearest as well as upon the remotest strips, and the distant correspondent, seeing such sparks, may immediately write down the letter marked. Will an extended application of this system ever be made ? That is not the question; it is possible. It will be very expensive; but the post hordes from Saint Petersburg to Lisbon are also very expensive, and if any one should apply the idea on a large scale, I shall claim a recompense. »
French translated excerpt 2 : « Je suis chez moi devant ma machine électrique et je dicte à quelqu'un de l'autre côté de la rue, une lettre complète qu'il écrit lui-même. Sur une table ordinaire, on fixe verticalement une planche carrée dans laquelle est insérée une plaque de verre. Sur cette plaque sont collées des bandes d'étain coupées de manière que l'étincelle soit visible. Chaque bande est désignée par une lettre de l'alphabet, et de ces bandes partent de longs fils, enfermés dans des tubes de verre, qui passent sous le sol et vont jusqu'à l'endroit où la dépêche doit être transmise. Les extrémités de ces fils arrivent à une plaque de verre semblable, également fixée sur une table et portant des bandes d'étain semblables aux premières. Ces bandes sont désignées aussi par les mêmes lettres et elles sont reliées par un fil de retour à la table de celui qui veut dicter la lettre. Si maintenant celui qui dicte met l'armature extérieure d'une bouteille de Leyde en contact avec le fil de retour, et le bouton de cette bouteille en contact avec une tige de métal touchant à celle des bandes d'étain qui correspond à la lettre que l'on veut dicter à l'autre, il se produira des étincelles aussi bien sur la bande la plus rapprochée que sur la plus éloignée, et le correspondant éloigné, voyant ces étincelles, écrit aussitôt la lettre marquée auprès. L'exécution en grand de ce système aura-t-elle jamais lieu ? Là n'est pas la question ; elle est possible. Elle coûterait très cher, mais les chevaux des postes de Saint-Pétersbourg à Lisbonne coûtent aussi fort cher, et si quelqu'un applique l'idée en grand, je réclame une récompense. » (In Aug. Guerout, "L'Historique de la télégraphie électrique", 1883)
Source : Fleury Mottelay, Paul (1922), “Bibliographical History of Electricity and Magnetism, Chronologically Arranged”, Read Books (2008), pp. 315-316.
Source : Siemens, C. WM. (1883), “THE HISTORY OF THE ELECTRIC TELEGRAPH”, In Scientific American Supplement, No. 384, May 12, 1883, p. 22.
Source : Guerout, Auguste (1883), "L'Historique de la télégraphie électrique", In "La Lumière Électrique — Journal Universel d'Électricité", 1e série, vol. 8, n°1-17, 1883, Paris : Union des syndicats de l'électricité,3 mars, No. 9, pp. 257-264.
Urls : http://www.worldwideschool.org/library/books/tech/engineering/HeroesoftheTelegraph/chap1.html (last visited ) http://manybooks.net/titles/anonetext058038410.html (last visited ) http://www.jmcvey.net/cable/elements/letters1.htm (last visited ) http://cnum.cnam.fr/CGI/fpage.cgi?P84.8/263/100/572/0/0 (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: