NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

ca 1790 __ Binary telegraph
French comment : M. Buria, membre de l'Académie des Sciences de Berlin, s'est dégagé de tout ce fatras télégraphique en réduisant le télégraphe à sa plus simple expression. Ses signes et son alphabet ne se composent que de deux caractères, qui sont deux lignes verticales de longueur différente : la plus petite représente zéro, et l'autre l'unité. Pour varier la valeur des deux signes, il les fait paroître dans l'ordre indiqué par l'arithmétique binaire, et les applique aux lettre de l'alphabet. Sa méthode peut servir dans beaucoup de circonstances, pour communiquer, par exemple, sa pensée à travers une muraille. Deux prisonniers enfermés dans des cachots, et qui ne seroient séparés que par l'épaisseur d'un mur, pourroient se parler en se servant d'un instrument quelconque pour frapper ou gratter, suivant l'ordre convenu, la valeur des lettres de l'alphabet, et sépareroient par des intervalles de temps les groupes de signes qui formeroient les lettres et les mots. M. Buria, qui a pris cette manière de correspondre dans les "Récréations Mathématiques" de Schwenter, fait observer naïvement qu'on peut se servir, pour cette opération, du talon de son soulier. Les deux signes que peut fournir la machine de M. Buria, et l'application qu'il peut en faire, présentent trop peu de combinaisons, et réduisent son télégraphe à une nullité presque absolue. (Ignace U.J. Chappe, pp. 160-161)
Source : Chappe, Ignace Urbain J. (1824), "Histoire de la Télégraphie", Paris : chez l'auteur.

No comment for this page

Leave a comment

:
: