NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

ca - 500 BC __ Oracles — Sybil, Pythia, etc.
‣ In Plutarch, "De Pythiae Oraculis" (Sur les oracles de la Pythie)
Heraclitus of Ephesus (Héraclite d'Éphèse) (ca 544-541 BC)
Comment : An oracle is a person or agency considered to be a source of wise counsel or prophetic opinion. It may also be a revealed prediction or precognition of the future, from deities, that is spoken through another object or life-form (e.g.: augury and auspice). In the ancient world many sites gained a reputation for the dispensing of oracular wisdom: they too became known as "oracles," and the oracular utterances, called khrēsmoi in Greek, were often referred to under the same name.a name derived from the Latin verb ōrāre, to speak. Oracles were common in many civilizations of antiquity. In China, the use of oracle bones dates as far back as the Shang Dynasty, (1600–1046 BC). The I Ching, or "Book of Changes", is a collection of linear signs used as oracles that are from that period. Although divination with the I Ching is thought to have originated prior to the Shang Dynasty, it was not until King Wu of Zhou (1046–1043 BC) that it took its present form. In addition to its oracular power, the I Ching has had a major influence on the philosophy, literature and statecraft of China from the time of the Zhou Dynasty (1122 BC – AD 256). The earliest tradition of oracular practice in Hellenic culture is from the Archaic period shortly after arrival of the Hellenes in their current place of settlement c. 1300 BC. The oracle was associated with the cults of deities derived from the great goddess of nature and fertility, the preeminent ancient oracle.the Delphic Oracle.operated at the Temple of Apollo at Delphi. Oracles were thought to be portals through which the gods spoke to man. In this sense they were different from seers (manteis in Greek) who interpreted signs sent by the gods through bird signs, animal entrails, and other various methods. The Pythia, the oracle at Delphi, only gave prophecies the seventh day of each month, seven being the number most associated with Apollo, during the nine warmer months of the year; thus, Delphi was not the major source of divination for the ancient Greeks. Many wealthy individuals bypassed the hordes of people attempting a consultation by making additional animal sacrifices to please the oracle lest their request go unanswered. As a result, seers were the main source of everyday divination. The temple was changed to a center for the worship of Apollo during the classical period of Greece and priests were added to the temple organization.although the tradition regarding prophecy remained unchanged.and the apparently always-female priestess continued to provide the services of the oracle exclusively. It is from this institution that the English word, oracle, is derived. The Delphic Oracle exerted considerable influence throughout Hellenic culture. Distinctively, this female was essentially the highest authority both civilly and religiously in male-dominated ancient Greece. She responded to the questions of citizens, foreigners, kings, and philosophers on issues of political impact, war, duty, crime, laws--even personal issues. In ancient India, the oracle was known as Akashwani, literally meaning "voice from the sky" and was related to the message of God. Oracles played key roles in many of the major incidents of the epics Mahabharat and Ramayana. An example is that Kans, the evil uncle of lord Krishna, was informed by an oracle that the eighth son of his sister Devaki would kill him. There are still a few existing and publicly accessible Oracles in India. One such example is the Copper Oracle of Sri Achyutha ([http://www.garoiashram.org/english/oracle.html http://www.garoiashram.org/english/oracle.html]). Description about a few such oracles are also provided at: [https://tagmeme.com/orissa/pothis.html https://tagmeme.com/orissa/pothis.html] . In the migration myth of the Mexitin, i.e., the early Aztecs, a mummy-bundle (perhaps an effigy) carried by four priests directed the trek away from the cave of origins by giving oracles. An oracle led to the foundation of Mexico-Tenochtitlan. The Yucatec Mayas knew oracle priests or chilanes, literally 'mouthpieces' of the deity. Their written repositories of traditional knowledge, the Books of Chilam Balam, were all ascribed to one famous oracle priest who correctly had predicted the coming of the Spaniards and its associated disasters. The Igbo people of southeastern Nigeria in Africa have a long tradition of using oracles. In Igbo villages, oracles were usually female priestesses to a particular deity, usually dwelling in a cave or other secluded location away from urban areas, and, much as the oracles of ancient Greece, would deliver prophecies in an ecstatic state to visitors seeking advice. Though the vast majority of Igbos today are Christian, many in Nigeria today still use oracles. In Norse mythology, Odin took the severed head of the mythical god Mimir to Asgard for consultation as an oracle. The Havamal and other sources relate the sacrifice of Odin for the oracular Runes whereby he lost an eye (external sight) and won wisdom (internal sight; insight). In Tibet, oracles have played, and continue to play, an important part in religion and government. The word "oracle" is used by Tibetans to refer to the spirit that enters those men and women who act as media between the natural and the spiritual realms. The media are, therefore, known as kuten, which literally means, "the physical basis". The Dalai Lama, who lives in exile in northern India, still consults an oracle known as the Nechung Oracle, which is considered the official state oracle of the government of Tibet. The Dalai Lama has according to custom, a custom that has endured for centuries, consulted the Nechung Oracle during the new year festivites of Losar. Before fleeing from Tibet however he consulted the oracle of Dorje Shugden. Another oracle he consults is the Tenma oracle, for which a young Tibetan woman is the medium for the goddess. The Dalai Lama gives a complete description of the process of trance and spirit possession in his book Freedom in Exile. (. (Compiled from various sources)The word sibyl probably comes (via Latin) from the Greek word sibylla, meaning prophetess. The earliest oracular seeresses known as the sibyls of antiquity, "who admittedly are known only through legend" prophesied at certain holy sites, under the divine influence of a deity, originally.at Delphi and Pessinos.one of the chthonic earth-goddesses. Later in antiquity, sibyls wandered from place to place. Homer seems to have been unaware of a Sibyl. Walter Burkert observes that "Frenzied women from whose lips the god speaks are recorded very much earlier in the Near East, as in Mari in the second millennium and in Assyria in the first millennium". The first known Greek writer to mention a sibyl is Heraclitus, in the 5th century BC: The Sibyl, with frenzied mouth uttering things not to be laughed at, unadorned and unperfumed, yet reaches to a thousand years with her voice by aid of the god.' (Heraclitus, fragment 12.) Until the literary elaborations of Roman writers, sibyls were not identified by a personal name, but by names that refer to the location of their temenos, or shrine. Like Heraclitus, Plato speaks of only one Sibyl, but in course of time the number increased to nine, with a tenth, the Tiburtine Sibyl, probably Etruscan in origin, added by the Romans. According to Lactantius' Divine Institutions (i.6, 4th century AD, quoting from a lost work of Varro, 1st century BC) these ten sibyls were among the eleven of the following. Of them, the three most famous throughout their long career were the Delphic, Erythraean and Cumaean. Not all the following Sibyls were securely identified with an oracular shrine, and in the vague and shifting Christian picture there is some overlap. (Compiled from various sources)
French comment : Les oracles grecs constituent un aspect fondamental de la religion et de la culture grecques. L'oracle est la réponse donnée par un dieu que l'on a consulté à une question personnelle, concernant généralement le futur. De tels oracles ne peuvent être rendus que par certains dieux, dans des lieux précis, sur des sujets déterminés et dans le respect de rites rigoureusement respectés : la prise d'oracle s'apparente à un culte. De plus, interpréter les réponses du dieu, qui s'exprime de diverses manières, demande parfois un apprentissage. L'oracle nécessite en général une interprétation heuristique, il s'agit souvent d'une parole énigmatique, "sibylline" (sic: Sibylle était une prêtresse d'Apollon et une oracle, dans la mythologie grecque). Par extension et déformation, le terme d'oracle désigne aussi le dieu consulté, l'intermédiaire humain qui transmet la réponse ou encore le lieu sacré où la réponse est donnée. La langue grecque distingue ces différents sens : parmi de nombreux termes, la réponse divine peut être désignée par χρησμός / khrêsmós, proprement « le fait d'informer ». On peut aussi dire φάτις / phátis, « le fait de parler ». L'interprète de la réponse divine est souvent désigné par προφήτης / prophêtês, "qui parle à la place [du dieu]", σίβυλλα/ "sibylla", ou encore μάντις / mántis et πρόμαντις / prómantis. Enfin, le lieu de l'oracle est le χρηστήριον / khrêstếrion (terme qui désigne aussi l'oracle et la réponse de l'oracle). La mantique, c'est-à-dire le domaine de la divination, n'est, dans le monde grec antique, constituée que des sciences oraculaires. Les devins comme Tirésias sont considérés comme des personnages mythologiques : la divination, en Grèce, n'est pas l'affaire de mortels inspirés mais de personnes respectant des rites déterminés, bien que la tradition ait pu donner l'apparence d'une telle inspiration, ou, au sens propre, ἐνθουσιασμός / enthousiasmós, « enthousiasme », c'est-à-dire le « fait d'avoir le dieu en soi ». La prophétesse (προφῆτις / prophễtis), au sens grec : celle qui parle à la place [du dieu], est nommée la Pythie (Πυθία ἱέρεια) / puthía hiéreia, « prêtresse pythienne »), choisie parmi les femmes de la région. Son nom (à l'origine un adjectif, mais on utilise souvent Πυθία / puthía seul) vient d'une épiclèse d'Apollon, dit pythien à Delphes, parce qu'il y avait terrassé le serpent Python ; Delphes, d'ailleurs, est souvent nommée Πυθώ / puthố (voir l'article Apollon pour plus de détails). La Pythie était souvent âgée, et Plutarque nous apprend qu'elle pouvait avoir une cinquantaine d'années, ce qui, pour l'époque, est un âge avancé. Celle-ci s'exprimait en vers (du moins s'est-elle exprimée ainsi pendant longtemps ; Plutarque fait cependant remarquer qu'à son époque elle ne le faisait plus, sans pouvoir expliquer pourquoi), et ses propos confus devaient être interprétés par un collège de deux prêtres, assistés par cinq ministres du culte. Chose exceptionnelle, ces charges étaient attribuées à vie. La marche à suivre pour consulter le dieu était la suivante: 1) le consultant (qui ne pouvait pas être une femme), s'acquittait d'une taxe versée à une confédération de cités ; les consultations pouvaient être demandées individuellement ou collectivement, pour une cité, par exemple. Le paiement d'une surtaxe ou des services rendus à la cité de Delphes permettaient d'acquérir le droit de promantie (προμαντεία / promanteía), c'est-à-dire celui de consulter avant les autres, et ainsi de passer outre la liste d'attente qui pouvait être d'autant plus longue qu'on ne pouvait consulter la pythie qu'un jour par mois; 2) on menait le consultant dans l'adyton (ἄδυτον / áduton) du temple d'Apollon; 3) il y rencontrait la Pythie, qui s'était purifiée, avait bu l'eau de la Fontaine de Castalie de Delphes et mâchait des feuilles de laurier ; celle-ci était installée sur un trépied. 4) le consultant offrait un sacrifice sanglant au dieu, lequel était conduit par les deux prêtres et leurs assistants ; préalablement, la victime était aspergée d'eau froide et, si elle ne tremblait pas, la prise d'oracle était annulée (au risque, sinon, de tuer la Pythie : elle ne pouvait contredire ce signe du dieu qui donnait ou non son accord); 5) le consultant posait sa question à la Pythie, question que les prêtres (chacun était un προφήτης / prophếtês) avaient souvent remise en forme (afin qu'elle prît la forme d'une alternative); 6) la Pythie, enfin, rendait l'oracle du dieu, qui parlait à travers elle; cette réponse devait être rendue claire par les deux prêtres d'Apollon. D'après les témoignages, dont ceux de Plutarque, la Pythie n'était pas visible, et l'on n'entendait que sa voix. On le voit, la Pythie était en état d'enthousiasme, c'est-à-dire d'inspiration divine ; la légende rapportait que des effluves magiques sourdaient dans le temple, et qu'ils étaient responsable de l'état second connu par la Pythie. Selon des historiens grecs, qui ne font que répéter des légendes, ces effluves auraient même poussé au suicide des bergers et de simples mortels qui les auraient respirées par hasard, avant que l'on destine à ce rôle dangereux la seule Pythie. Il convenait donc que celle-ci, pour recevoir l'inspiration divine, le pneuma sans en souffrir, fût pure, vierge, et menât une vie saine. Son esprit devait être disponible, calme et serein, afin que la possession par le dieu ne soit pas rejetée, au risque de la mener à la mort. (Compiled from various sources)On oppose depuis Cicéron la divination en deux branches : la voyance et la mantique, toutes deux étant des arts du pronostic, mais par des moyens différents. La voyance est naturelle, intuitive ("éclair", prophétisme...), c'est la divination des Sibylles et Pythies, la possession ; la mantique est artificielle, inductive, technique, on trouve là l'examen des entrailles d'animaux égorgés, l'astrologie, la cartomancie. (Compiled from various sources)Une sibylle est une prophétesse, une femme qui fait des prédictions. Quelles différences entre sibylle et pythie ? Premièrement, la Pythie a un statut institutionnel, elle est associée au sanctuaire de Delphes, alors que la sibylle donne une divination occasionnelle, indépendante, nomade. Deuxièmement, la Pythie n'est que le porte-parole du dieu, elle répond aux questions qui lui sont adressées, alors que la sibylle parle à la première personne, revendique l'originalité de sa prophétie et le caractère indépendant de ses réponses. Troisièmement, on imagine la Pythie jeune (c'est, à l'origine, une jeune fille vierge), mais la sibylle est représentée mûre sinon vieille. Quatrièmement, la Pythie apparaît en Grèce après la première sibylle (Hérophile), les Sibylles, à l'origine servantes de La grande déesse Cybèle (Agdistis), sont venues de Pessinonte, en Asie Mineure au VIIIe siècle av. J.-C. Cinquièmement, malgré certaines images poétiques (Lucain, Virgile), la Pythie est plutôt posée, même si elle est en transe, alors que la sibylle « dit l'avenir d'une bouche délirante » dans le sens d'hermétique ou à la signification ambiguë nécessitant la possession de clés ou de capacités analytiques de décryptage. (Compiled from various sources).Le premier auteur à en avoir parlé est Héraclite d'Ephèse. Suivront Euripide, Aristophane, et Platon. D'après Lactance, Sibylla viendrait de "Sios Bolla" via "Dios Boulé" (conseil ou volonté de Dieu). Les sibylles étaient le plus souvent vierges, au service d'un temple païen. Certains des oracles sibyllins avaient un caractère secret; par exemple le temple de Jupiter Capitolin avait obtenu de la sibylle d'Erythrée un millier de vers dont la connaissance était réservée à "quindecim vir sacris faciundis" (d'après Lactance, Divin. Institut. I,6. Brandt T.1 p.20-23). On appelle "Oracles Sibyllins" un recueil de vers en 14 livres qui sont censés être tous produits par des femmes vaticinantes regroupées sous le nom générique de Sibylles en référence à la Sibylle de Delphes. La première Sibylle était antérieure aux Pythies. Elle s'appelait Hérophilè d'après Pausanias (X, 12, 1).Ce n'est pas la même Hérophilè que la Sibylle d'Erythrées (Plutarque 401 B). Plutarque attribue aux oracles sibyllins (lunaires) moins de valeur qu'aux prophéties de la Pythie (solaires) (Plutarque, 398 C, p. 39). Les sibylles n'étaient pas des exaltées comme les pythonisses, mais plutôt des inspirées à la manière des poètes, d'où l'imitation facile qu'en firent les juifs et les chrétiens. L'oracle de Delphes dont Ovide parle à propos du déluge grec (métamorphose I, 320) s'appelait d'abord Thémis (la justice). Elle fut nommée "Pythie" en fonction de la mythologie qui montre la victoire d'Apollon sur le serpent python; ce serpent python symbolisait les énergies souterraines, les énergies de la terre. On a également traduit ce terme grec par "ergastrimythos" qui peut tout simplement signifier ventriloque, qui parle du ventre. En fait, il s'agit de la voix caverneuse caractéristique d'une certaine forme de transe qu'on retrouvera plus tard décrite dans la possession diabolique au sens chrétien. C'est une voix instinctive où dominent les sons graves. La Pythie faisait en même temps des mouvements bizarres et excessifs. Après avoir mâché des feuilles de laurier, symbole d'Apollon, la Pythie s'asseyait sur un trépied afin de ne pas tomber dans une crevasse d'où émanaient des vapeurs sulfureuses (peut-être psychotropes ?). Elle entrait alors en transe et donnait ses oracles en des termes incompréhensibles que les prêtres devaient expliciter tant ils étaient hermétiques. Il est frappant de constater le cousinage de cette pratique avec le parler en langues et l'explicitation du parler en langues qui font partie des charismes de la première communauté chrétienne. Héraclite (cité par Plutarque in Présocratiques p. 167 XCII) "La Sibylle à la bouche délirante profère des mots sans sourire, sans fards et sans parfums, grâce à Dieu" et sa voix se fait entendre pendant mille ans. Le même auteur déclare aussi "le prince dont l'oracle est à Delphes ne parle pas, ne cache pas mais signifie". Pour certains, la seule différence entre les Pythies et les Sibylles serait que les premières ont existé alors que les secondes auraient été créées de toute pièce (Cf. Encyclopaedia universalis). (Dr Bernard Auriol)Héraclite, qui manifestait souvent son mépris pour les fictions dont se repaît le vulgaire, n'était pastenté d'être indulgent pour les pratiques puériles de la divination populaire. Il fit donc un choix dans toutes les croyances relatives au surnaturel et n'accepta qu'une mantique épurée, conciliable de tout point avec ses théories générales. Il paraît d'abord aboir rejeté toute la divination dite artificielle, fondée sur l'interprétation des signes extérieurs, et la divination semi-subjective par les songes. Il éliminait arbitrairement la première, car il peuplait le monde d'assez de génies et d'âmes sans corps pour occuper ces êtres, comme l'a fait Pythagore, à la production de signes révélateurs; mais la seconde n'était guère compatible avec son système. Héraclite enseignait en effet, que, pendant le sommeil, l'âme humaine, momentanément séparée de l'âme universelle par l'occlusion des sens, ne vivait plus que d'une vie subjective, isolée de la conscience générale. Ce n'était donc pas le moment où la pensée divine venait s'infuser dans l'intelligence : tout au plus pouvait-on admettre que les barrières refermées sur les sens n'étaient point infranchissables et que la révélation savait les entr'ouvrir pour les glisser dans les perceptions confuses d'un demi-sommeil. Mais la révélation s'altère nécessairement par cet effort même, et, si Héraclite accordait quelque créance aux songes, elle ne pouvait être qu'hésitante et conditionnelle (Chalcidius paraît s'y être trompé et avoir transporté à Héraclite une doctrine stoïcienne quand il donne comme étant commune à Héraclite et aux stoïciens l'opinion que l'âme devient capable de divination pendant le sommeil). La seule méthode divinatoire qui fût à la fois digne de la raison divine et conciliable avec la philosophie d'Héraclite était l'inspiration prophétique, communiquée à l'âme pendant la veille, telle que la recevaient les pythies d'Apollon et la Sybille. Héraclite, en effet, parle avec un pieux respect de la sybille, être symbolique qui représente la révélation de toute sa pureté. La sybille est une voix presque immatérielle de la divinité, vois dont l'écho traverse les âges et leur dévoile, dans sa nudité redoutable, le mystère de l'avenir. Héraclite mettait évidemment au-dessous de l'inspiration sybilline, qui avait tracé une fois pour toutes le plan divin, la divination plus obscure et toute appliquée aux questions de détail que dispensaient au fur et à mesure les oracles apolliniens. Á ses yeux, la révélation obtenue par l'intermédiaire des pythies était une langue énigmatique detinée à faire entendre ce que la divinité ne voulait ni cacher tout à fait, ni formuler d'une façon précise. « Le lieu dont l'oracle est à Delphes, disait-il, ne parle point, ne cache point, mais il donne des indices ». Héraclite s'isolait ainsi dans une théorie éclectique de la divination, séparée de l'opinion commune par le côté négatif de sa critique et de la science naturaliste par sa foi positive au commerce intellectuel de l'homme avec la divinité. (Auguste Bouché-Leclercq, Tome I, pp. 49-50)En 1932, Amedeo Maiuri fit à Cumes une découverte sensationnelle, qui ne fut publiée in extenso que dans une collection destinée aux touristes et dont le succès fut immédiat. Le grand archéologue italien prétendit en effet avoir retrouvé l'Antre de la Sibylle immortalisé par Virgile et, pendant des décennies, des millions de touristes défilèrent avec curiosité dans un impressionnant dromos de quelque 130 mètres de long, soigneusement taillé dans la roche et à peine éclairé à distance régulière par de hautes fenêtres ouvertes dans une des parois ; ils contemplèrent aussi avec respect la grande pièce rectangulaire, le lieu secret (adyton), où était censée siéger la Sibylle (A. Maiuri, I Campi Flegrei : dal sepolcro di Virgilio all'antro di Cuma, Rome, 1934 (Itinerari dei Musei e Monumenti d'Italia, 32), p. 112-121). [...] Selon M. Pagano, archéologue italien, en 1986, l'ensemble connu sous le nom d'Antre de la Sibylle ne peut pas être rattaché à des activités de type oraculaire. Il est plus vraisemblable qu'il faisait partie, avec beaucoup d'autres éléments de la zone, d'un vaste complexe, essentiellement défensif à l'origine, dont la construction s'est étendue sur plusieurs siècles et dont les archéologues, il est vrai, ne parviennent pas à dater et à interpréter avec précision tous les détails. Ainsi, pour n'envisager que le dromos, on peut estimer que sa construction initiale date de la fin du IVe ou du IIIe siècle av. J.-C. ; quant à la salle où la Sibylle était censée rendre ses oracles, on pense pouvoir la dater de la fin de l'antiquité. [...] Dans l'Alexandra de Lycophron, la Sibylle de Cumes est citée dans ce qu'on appelle la « partie romaine ». La datation de cette section est discutée par les spécialistes : soit vers -270, pour les tenants de l'unicité de l'œuvre, soit après -197, pour les partisans d'une interpolation De toute façon, nous sommes en pleine période hellénistique. Lycophron évoque les frontières d'un état romain qui englobe au sud : « les hautes clairières du Circaion et le grand port d'Aiètès, célèbre mouillage de l'Argo, et les eaux du lac Marsionide de Phorcé, et le fleuve Titonios avec la crevasseoù il s'enfonce dans les profondeurs de la terre, et la colline de Zosterius, où se trouve la sombre demeure de la vierge Sibylle, dont la caverne profonde est couverte d'un toit en forme d'arcs ». (vers 1273-1280). Le terme Sibylle lui-même fait problème. Était-ce au départ un véritable nom propre, celui d'une personne dotée d'un pouvoir prophétique hors du commun, qui se serait dans la suite appliqué par antonomase à toute femme censée parler au nom des dieux ? Ou était-ce, au départ toujours, un nom générique désignant toute femme capable devaticiner ? On ne le sait pas avec certitude, pas plus qu'on ne connaît l'étymologie précise du mot, une étymologie déjà discutée dans l'antiquité et que les Modernes n’ont pas résolue. Quoi qu'il en soit, il semble que les Sibylles représentaient surtout un phénomène caractéristique de l’époque archaïque, et qu’elles n'avaient pas de lien nécessaire avec un sanctuaire déterminé ou avec un dieu particulier. Elles pouvaient parler n'importe où au nom d'une divinité. Une seule Sibylle ou plusieurs Sibylles ? Tacite déjà se posait la question. Disons simplement que les plus anciens auteurs grecs n'évoquent qu'une seule Sibylle : ainsi Héraclite, sur un mode sérieux (Plut., Sur les oracles de la Pythie, 6, p. 397 C) ou Aristophane, dans une perspective satirique (Paix, 1095 et 1116). Mais on observe très vite une multiplication de Sibylles, dotées chacune d'une précision géographique : ce sera la Sibylle d'Érythrée, ou celle de Samos, ou celle de Colophon, ou celle deMarpessos, ou - quand on ne disait pas « la Pythie » - celle de Delphes. C'est que les Sibylles nous font pénétrer dans un univers sensible. Le particularisme grec a manifestement poussé les régions et les cités à mettre en avant leur Sibylle propre ou à s'en donner une. Et comme la religion en général et le monde de la divination oraculaire en particulier relèvent par excellence de l'Imaginaire, on se trouve devant une matière éminemment malléable, où, à l’évidence, l'affabulation règne en maître, les amalgames soient légion et les données fiables extrêmement rares. La plupart du temps, on est « hors de l'Histoire », et les informations sont, pour le chercheur moderne, très difficiles, voire impossibles, à vérifier. Les Modernes prennent trop souvent les textes des Anciens « au pied de la lettre ». Un aperçu rapide de quelques points montrera qu’avec les Sibylles, on évolue plus dans l’Imaginaire que dans l’Histoire. (Jacques Poucet, "Les Tarquins, les Livres Sibyllins et la Sibylle de Cumes : entre Tradition, Histoire et Imaginaire", Extrait de : Folia Electronica Classica, t. 16, 1, juillet-décembre 2008)
Source : Bouché-Leclercq, Auguste (1879[2003]). "Histoire de la Divination dans l'Antiquité - Divination Hellénique et Divination Italique". Tome I. « Collection Horos ». Grenoble : Éditions Jérôme Millon.
Urls : http://www.archive.org/stream/histoiredeladivi01boucuoft/histoiredeladivi01boucuoft_djvu.txt (last visited ) http://bcs.fltr.ucl.ac.be/FE/16/SibylleCumesFEC16.pdf (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: