NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

1783 __ Prospectus de dom Gauthey — transport sonore des informations : Télélogue
Don Gauthey (or Dom Gauthier or Gualtier) (1742-1809)
Comment : Paris, 19th July, 1798 – A telelogue or ‘speaking tower’ has been invented to magnify the volume of human speech to address large crowds. It appears to be primarily constructed from a huge horse-powered cylinder. (In "History 1793-1844 from the newspapers")Capt. Gaumet's Optical Telegraph.The system of optical communication proposed by Capt. Gaumet, and which he names the Telelogue, is based upon the visibility of colored or luminous objects, and upon the possibility of piercing the opaque curtain formed by the atmosphere between the observer's eye and a signal, by utilizing the difference in brightness that exists between such objects and the atmosphere. It is a question, then, of giving such difference in intensity its maximum of brightness. To do this, Capt. Gaumet proposes to employ silvered signals upon a black background. He uses the simple letters of the alphabet, but changes their value. His apparatus has the form of a large album glued at the back to a sloping desk. Each silvered letter, glued to a piece of black cloth, is seen in relief upon the open register. A sort of index along the side, as in commercial blank-books, permits of quickly finding any letter at will. Such is the manipulator of the apparatus. The receiver consists of a spy-glass affixed to the board that carries the register. For a range of two and a half miles, the complete apparatus, with a 12×16 inch manipulator and telescope, weighs but four and a half pounds. For double this range, with a 20×28 inch manipulator and telescope, the total weight is thirteen pounds. The larger apparatus, according to the inventor, have a range of seven miles. For night work the manipulator is lighted either by one lamp, or by two lamps with reflector, placed laterally against it. This apparatus, although well known, and having been publicly experimented with, has not, to our knowledge, been applied practically. From a military standpoint, its short range will evidently not permit it to compete with optical telegraphic apparatus, properly so called. Perhaps it might rather be of service for private communications between localities not very far apart, since it costs but little and is easily operated. (In "Scientific American Supplement", No. 508, September 26, 1885, Ed. by Munn & Co)The new media influence sign systems, even quite traditional ones, used to generate and comprehend messages. These systematic influences are being thoroughly analyzed by communication researchers. Computers mediate human communication and at the same time influence it. Mediated communication via computer networks has been called telelog (Ball-Rokeach and Reardon, 1988). Telelog (or telelogue) is an apt term since it refers to both 'distant' and to 'communication', and it was originally a new term for denoting communication processes. The term is therefore adopted in this chapter to refer to computer-mediated communication. [...] First, in telelogue communication, no time zones are assumed; in other words, it might be argued that CMC never stops, it has no brakes. Next, as already mentioned, turn-taking is not assumed in CMC. In a sense, everybody holds the floor at any time. Alternations are characteristic for email communication, but for newsgroups, it might be hypothesized that all participants are producing messages independently and simultaneously. Unlike face-to-face communication, this kind of 'egocentric' speech, investigated in depth by Piaget (1929) and Vygotsky (1962), is a real way of communicating and is not considered an aspect of self-communication or internal speech. Telelogue speech supports the communicator's initiative both in sending messages (the ease of holding of floor) and in receiving. The latter process includes the willingness to receive, to read, and/or to ignore the message Subscribers to newsgroups and teleconferences, for example, usually browse headers to select messages for reading. Even when ignoring a portion of a message, a netter is aware of their existence and has some impression about content, interconnections, and relevance. Thus, awareness and initiative are characteristic of a telelogue way of communication. [...] Telelogue messages generated in CMC sessions, including texts, voice, and graphics, have the attributes of written and oral speech, of dialogical and monological forms of speech, and they often serve the functions of self-communication. Telelogue messages form the basis of a new kind of pidgin English. As the newest and highly syncretic external tool of communication being internalized, telelogue communication will cause a profound evolutionary effect on human psychological development. The effect is similar to the effects caused by some other technological inventions but the artificial tools mediating human communication transform the existing and familiar semiotic systems that are in the core of the human mind. (Alexander E. Voiskounsky, "Telelogue Conversations", Department of Psychology, Moscow University, In JCMC "Journal of Computer-Mediated Communication", Volume 2, Number 4: "Network and Netplay", March, 1997)“The telelogue is a simple telegraphical device with two signal channels. By varying simple electrical pulse-signals between these two channels, one can easily generate messages in a binary code, or even trinary - though in usual codes, the third signal, "simultaneous pulse" is used for errors and suchlike. Unlike its contemporary signalling systems with only one channel, the simple telegraph, telelogues did not require timing in how the signal was sent, thus making it much more machine-readable. Because of the simple character of the binary signal compared with temporally coded signals (which used pulses of varying length), it garnered support fast and displaced the simple telegraph everywhere. Originally, messages were encoded by hand using see-saw logue keys (1), and later with dials (2), but these were replaced fairly early by machinated encoding. Messages were entered into the kenner's message prelog as punch cards or tapes, which could have been made with octal typichords (below) or by hand. As the speed and range of the telelogue grew, and the prices fell, its uses were also expanded upon by inventive customers. Because the information sent by the line did not need be actual language, it could contain any sort of meaning, including simple pictures and, for example, musical notation, though the telelogue always was, first and foremost, about conferring language. It did not take long until soon every village in England had its own operating station, and not long after did the first personal signals, besides those meant for business, appear. People started using the telelogue for much beyond what was used for personal letters, and soon, newspaper-like discussion columns became usual, together with other applications. A tick of the telelogue, a single signal of information, which can be interpreted as left and right or true and false or even as zero and one, is called a mott [abbreviated μτ] (and a corrupted mote is called a moit). Six motts make up a single mote [Μω], which is the basic unit of transferring information. A mote can encode sixty-four different characters, starting with the number from zero to nine and some mathematical symbols ([ooo.oo1], [000.010]... [001.001]), continuing with the lower case letters of the alphabet (though not arranged alphabetically - legacy to the days of ticking the code by hand, the most frequent letters of the English alphabet had the most simple and robust codes), followed by punctuation and ending with a set of meta-characters. Further characters can be sent by using one of the extension meta-characters at the end of the primary mote set. [111.110] is a meta-character that 'capitalises' the following character: or rather, this meta-character and one more character makes up a single double-mote (a mite [Μᾳ]) character, this set including capital letters not found in the primary set. Other sets triggered by other meta-characters in the primary set include foreign letters and other symbols.”. (Kristian Järventaus, "The Steam Opera", A Repository of Knowledge pertaining to or of the fictional World of Steam, Science & Space during the Reign of Victor I of the Union Kingdom King and Emperor)
French comment : Dom Gauthey fit paroître, en 1783, un "Prospectus" imprimé à Philadelphie, dans lequel on voit qu'il avoit proposé à l'Académie des Sciences deux moyens absolument nouveau « pour faire parvenir une dépêche avec la plus grande célérité. En se servant du prmier, on pourra donner un signal à plus de cent lieues en moins d'une minute, et ce signal aura le double avantage d'être prompt et secret, puisqu'il pourra partir d'un endroit fermé, secret et clos, et parvenir à un lieu semblable, sans qu'on puisse s'apercevoir dans l'intervalle : il aura lieu bien plus la nuit que le jour, et en toute saison, et pourra se donner et se renouveler à toute heure, en tout temps, et sans une nouvelle dépense ; enfin, il pourra se porter à trente lieues en quelques secondes, sans stations intermédiaires ; et il n'est question ni d'électricité, ni d'aimant. Avec le second moyen, je crois pouvoir me flatter de faire parvenir l'avis le plus détaillé et l'instruction la plus longue à cent lieues dans une demie-heure. » Ces deux nouvelles découvertes furent soumises à l'examen de l'Académie des Sciences, et MM. de Condorcet et de Milly, commissaires nommés pour les examiner, insérèrent dans leur Rapport du 15 juin 1782, sur la première découverte, que le moyen présenté leur avoit paru praticable, ingénieux et nouveau ; "qu'il n'avoit aucune analogie avec les moyens connus, et qu'on pourroit donner, par ce moyen, un signal à trente lieues en quelques secondes, sans stations intermédiaires ; que l'appareil ne seroit ni cher, ni incommode ; qu'ils avoient mis au bas du "Mémoire" de dom Gauthey les raisons de leur opinion sur la possibilité de ce moyen, dont l'auteur vouloit garder le secret". Ce secret a été en effet enfermé sous un cachet, sous lequel il est encore dans les archives de l'Académie des Sciences. Les mêmes commissaires furent nommés pour faire un Rapport sur le second moyen ; mais Gauthey les pria d'en suspendre l'examen jusqu'à ce qu'il se fût procuré l'argent nécessaire pour faire des expériences en leur présence. Il ouvrit une souscription qui fut insuffisante pour subvenir aux frais que devoit occasionner l'épreuve qu'il vouloit faire, et le Rapport n'a pas eu lieu. Mais Gauthey a exposé ce second moyen : « Il consiste à propager la voix secrètement à une grande distance. Un son se fait entendre beaucoup plus aisément lorsqu'il est resserré et retenu dans un espace étroit, et l'on sait qu'en parlant à l'embouchure d'un tuyau, quoique très long, on se fait entendre très distinctement à l'autre bout ; que le son même de la voix se trouve augmenté par les répercussions qui se font aux parois d'un tuyau. Cet effet une fois reconnu, jusqu'à quel point, jusqu'à quelle distance peut-il avoir lieu ? C'est ce que personne n'avoit cherché à approfondir : on n'a pu jusqu'à ce moment s'assurer que d'une longueur de quatre cents toises, qui est celle des tuyaux de la pompe de Chaillot ; mais on peut conclure de l'effet qui en résultoit que le son pourroit s'étendre à une distance beaucoup plus grande. J'ai fait une autre expérience dans un tuyau de cent dix pieds avec une montre ; on entendoit à l'autre bout le bruit du balancier beaucoup plus fort et plus distinctement que si la montre eût touché l'oreille. Le même phénomène se reproduisoit dans les sinuosités d'un cor de chasse qui faisoit dix tours. On pourroit établir un courant d'air dans les tuyaux : le son trouveroit moins de résistance dans une colonne d'air entraînée vers la même direction, et il recevroit une double impulsion qui contribueroit à le porter à une plus grande distance. Supposons qu'à l'embouchure d'une suite de tuyaux formant la longueur d'une lieue, un homme, en articulant quelques mots, puisse être entendu distinctement à l'autre extrémité par un second, qui feroit passer les paroles par un autre tuyau de la même longueur à un troisième, et ainsi de suite, le son, ne mettant guère qu'une seconde pour parcourir quatre-vints toises, fera trois cent lieues dans une heure. » M. Biot s’est occupé de quelques unes des recherches que Gauthey se proposoit de faire. Il a lu à l'Académie des Sciences un "Mémoire" qui continet le récit de plusieurs belles expériences sur la propagation du son à travers les corps solides et à travers l'air dans des tuyaux très allongés ; il y fait connoître que la propagation du son est plus rapide à travers les corps opaques qu'à travers l'air, et il apprécie la différence de cette vitesse avec une sagacité et une précision qui prouvent combien nos modernes physiciens mettent de soin et d'exactitude dans leurs observations : "En faisant l'examen de cette différence, j'eus l'occasion d'observer plusieurs phénomènes dignes de remarque, relativement à la faculté avec laquelle les sons, même les plus foibles, se soutiennent et se propagent dans les tuyaux à une distance où l'on s'imagineroit difficilement qu'ils pussent être sensibles. Dans les premières expériences, à la distance de 197 mètres, on s'entendoit si bien de l'un à l'autre bout par le tuyau, que cela devint incommode. La simple conversation à 2 mètres de l'orifice étoit parfaitement entendue ; un autre tentative, faite à 395 mètres, ne réussit pas aussi bien ; il fallut crier plus haut ; et à une troisième expérience faite à 951 mètres, on entendoit à peine la voix, en parlant avec toute la force possible. Le son d'un timbre et celui d'un marteau ne s'entendoient plus par l'air ; le son seul, propagé à travers le métal, paroissoit sensiblement transmis. L'extrême facilité avec laquelle on s'étoit entendu d'abord de 200 mètres, rendoit cet affoiblissement inexplicable. Pour savoir si le son s'affoiblissoit dans une proportion aussi forte, j'essayai de détruire ou d'affoiblir les causes du bruit étrangères et voisines, qui pouvoient couvrir le son, et je choisis les heures de la nuit les plus calmes, pour faire de nouvelles expériences : on entendit alors non seulement les deux sons du marteau et du timbre, mais la voix même la plus basse, de manière à distinguer parfaitement les paroles pendant une conversation suivie. [...] Les mots dits aussi bas que lorsqu'on parle en secret à l'oreille, étoient reçus et appréciés. Des coups de pistolet, tirés à l'une des deux extrémités, occasionnoient à l'autre une explosion considérable ; l'air étoit chassé du tuyau avec de force pour jeter, à plus d'un demi-mètre, des corps légers, et pour éteindre des lumières, quoiqu'il y eût 950 mètres d'où partoit le coup." On ne voit rien, dans la théorie mathématique du mouvement de l'air, qui indique que le son doive s'affoiblir dans des tuyaux cylindriques ; il est donc probable que, si l'on continuoit ces expériences avec soin, on obtiendroit des résultats curieux et utiles. Peut-être trouveroit-on le moyen de faire un télégraphe, ou plutôt un "télélogue", dont la correspondance ne seroit pas entravée par lers variations de l'atmosphère. On ne sait pas encore jusqu'où peut s'étendre l'expansion du son, l'influence que la répercussion et les milieux qu'il traverse peuvent avoir sur son intensité. Franklin assure avoir entendu, à la distance d'un mille et demi sous l'eau, le son de deux pierres qu'on avoit fait choquer l'une contre l'autre au fond d'une rivière, et que le son ne paroissoit pas affoibli par l'éloignement, comme celui qui vient par l'air ("Œuvres de Franklin", traduction de Dubourg, Tome 1er). Des globes de feu, formés par des météores élevés à trente milles d'élévation, produisent, en éclatant à cette hauteur, un bruit que l'on entend sur la terre à soixante-dix milles à la ronde ("Lettre de Franklin", du 20 juillet 1762). Le traducteur de Franklin ajoute qu'il a entendu à Paris des coups de canon tirés à Lille. On lit dans la "Géographie Générale" de Varenius (Liv. 1, p. 41), qu'il gravit, en 1615, une montagne à la hauteur d'un mille d'Allemagne. il y tira un coup de pistolet qui d'abord ne se fit presque pas entendre ; mais le bruit augmenta successivement, et parvint à remplir les vallons et les bois qui se trouvoient au-dessous de l'endroit où le coup avoit été tiré. Un second coup tiré par Varenius, vers la partie basse de la montagne, au milieu des neiges, fit un bruit égal à celui de la plus grosse pièce de canon, qui retentit pendant un demi-quart d'heure, avec tant de violence, que Varenius craignit que la montagne ne d'écroulât sur lui. Beaucoup de phénomènes de cette espèce sont décrits par différents auteurs, mais on ne les a pas expliqués d'une manière satisfaisante ; et des expériences faites pour trouver un "télélogue", fourniroient l'occasion de faire de nouvelles recherches sur l'action que l'air reçoit des vibrations qui produisent le son, et feroient faire peut-être à cette partie de la physique les progrès dont elle est encore susceptible. Et comme il ne seroit nécessaire, pour s'assurer de la possibilité de faire un "télélogue", que d'établir les tuyaux conducteurs du son, d'une station à une autre, c'est-à-dire à trois ou quatre lieues, le Gouvernement pourroit, sans beaucoup de frais, ordonner qu'on fît un essai qui, s'il réussissoit un moyen de communication d'une grande utilité. (Ignace U.J. Chappe, pp. 66-77)
Source : Chappe, Ignace Urbain J. (1824), "Histoire de la Télégraphie", Paris : chez l'auteur.
Source : Ball-Rokeach, S. J., Reardon, K. (1988), ''Monologue, dialogue and telelogue. Comparing an emergent form of communication with traditional forms'', in R. P. Hawkins, J. M. Wiemann, e S. Pingree (eds) Advancing Communication Science. Merging Mass and Interpersonal Processes,Sage, Newbury Park, pp.135-161.
Urls : http://jcmc.indiana.edu/vol2/issue4/voiskounsky1.html (last visited ) http://sites.google.com/site/naeddyr/telelogue (last visited ) http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rvart_0035-1326_1987_num_76_1_347641?_Prescripts_Search_tabs1=standard& (last visited ) http://www.houghton.idv.hk/chapter23.htm (last visited ) http://www.thechestofbooks.com/crafts/scientific-american/sup4/Optical-Telegraphy-Cryptography-Preservation-Of-Telegrams-Continued.html (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: