NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

1776 __ Droit d'auteur — « Lettre sur le commerce de la librairie »
Denis Diderot (1713-1784)
Comment : The droit d'auteur (or French copyright law) developed in the eighteenth century at the same time as copyright developed in the United Kingdom. Based on the "right of the author" (droit d'auteur) instead of on "copyright", its philosophy and terminology are different from those used in copyright law in common law jurisdictions. It has been very influential in the development of copyright laws in other civil law jurisdictions, and in the development of international copyright law such as the Berne Convention. The concept of "right of the author", which differs from Anglo-American copyright, finds its roots in the practice of printing patents and royal privileges, which first appeared in the 16th century and became common in the 17th century. Rather than the author, the privilege concerned the publication of his works. The first privilege granted in France was given by Henri II in 1551 to Guillaume Morlay, his luth player. Through this system of royal privileges, the King granted monopolies to specific editors, and implemented a system of censorship. Privileges were then very short (3 to 10 years), after which the work entered the public domain. The Moulins ordinance of 1566, first piece of legislation to impose to librarians and editors the request of a printing patent, did not make any mention of authors. Despite this regime which privileged editors on authors, some of the latter succeeded in obtaining privileges for their works. During the Muret Affair, in 1568, the lawyer Marion pleaded for a complete and unrestricted right of property of the author on his work, and intellectual property thus entered the French jurisprudence. In the same time, the practice of percentage remuneration given to authors became common during the 17th century. Authors of dramatic plays, such as Corneille, started to defend their rights, as when a play was published, any troop could play it without paying anything to its creator. The King thus arbitrated between the rival interests of editors and creators, giving his preference to the former. In 1761, a court decision granted to Jean de La Fontaine's granddaughters the right of ownership of La Fontaine's work, legitimized by the right of inheritance. In 1777, two other court decisions limited the publisher's right, which was restricted to the life-time of the author. (Anne Latournerie)“The Letter on the book trade” (A historical and political letter to a magistrate on the book trade, its former and current state, its regulations, privileges, tacit permissions, censors, pedlars, the expansion of trade across the river and other subjects relating to literary laws), written for the Director of the Book Trade administration, Antoine de Sartine, discussed the nature of author's right as a property. This famous mémoire, probably written in 1763, was not published in its original form until the second half of the nineteenth century, although an altered version by the Parisian booksellers did finally reach its original addressee. Following some precisions on the history of this mémoire, the commentary shows that, fundamentally, Diderot followed the path initiated by Louis d' Héricourt in 1725: the legal qualification of the bond linking the author to his work must be understood from the perspective of a property right, although the philosopher's approach has been said to be more "personalist", that is, invoking a property of a particular type, more personal to its author than any other goods to his owner. The patrimonial consequences of such a property, however, remained completely traditional for Diderot, and, most significantly, he saw this property as completely transferable. Of course, this approach also had consequences on royal privileges themselves, understood as a simple means to secure pre-existent rights. Finally, the Letter was also concerned with censorship matters. The aim of the Letter was ambitious, attempting nothing less than to analyze the state of the literary market, "which connection exists between commerce and literature" and the question as to "whether it is possible to worsen one without harming the other and to impoverish the bookseller without ruining the author...". As a work probably commissioned for use by the Parisian booksellers in their Représentations, it was indeed necessary to disentangle the interests of these two main protagonists of the literary market. The structure chosen by Diderot appears simple a priori, with a summary on the state of the literary market, then a presentation of the "facts" which is followed by his analysis of the author's right, the effects of free trade, and in conclusion a discussion of the freedom of expression and tacit permissions. It is not difficult, however, to point to a number of superfluous passages, even if on the whole it cannot be denied that the Letter is presented "in the magic way, so characteristic of Diderot, of piling up disparate elements by binding them together". In supporting the right of property as a legal qualification of the bond linking the author to his work, Diderot was following, in particular, the path initiated by Louis d' Héricourt to protect the interests of the privileged Parisian booksellers : literary property is justified by analogy to property in land, resulting from the actions of one's own body, a fortiori from the author's creative work. Forty years had passed since the fundamental mémoire of the Parisian lawyer. In addition to the decline of patronage during the second half of the seventeenth century, the literary world in general was striving for greater independence, something that is reflected in the way that the number of published titles increased from 1,000 in 1720 to 3,500 in 1770. As Voltaire observed, "the thoughts of men have become an important object of commerce"; the author was growing into a professional of the trade, sometimes to the point of defending his rights against the booksellers, as in the example of Luneau de Boisjermain (see f_1770): on the market, therefore, the notion of literary property conveyed increasingly significant and complex interests. Under Diderot's quill, it was also a kind of property which became distinctively, albeit somewhat mysteriously, personal: « Indeed, what can a man possess, if a product of the mind, the unique fruit of his education, his study, his efforts, his time, his research, his observation; if the finest hours, the finest moments of his life; if his own thoughts, the feelings of his heart, the most precious part of himself, that part which does not perish, that which immortalises him, cannot be said to belong to him? What comparison can there be between a man, the very substance of a man, his soul, and a field, a meadow, a tree or a vine which, at the beginning of time, nature offered equally to all men, and which the individual claimed for himself only by cultivation, the first legitimate means of possession? Who has more right than the author to use his goods by giving or selling them? » In this famous and much discussed passage of the Letter, Diderot seems to deviate from more orthodox paths by radicalizing and applying to the field of literary matters the principle that property is derived from personality - an approach which emphasizes the role of an autonomous author in the creative process. The farmer's cultivation legitimizes the property in his field, although in the final analysis his action, his work, becomes insignificant and imitable. The writer, on the other hand, is not a simple technician, nor even an inventor, because he primarily reveals outside himself his own "substance", as Linguet would argue a few years later. In other words, he demonstrates an originality that elevates him above other workers. By refusing the traditional comparison between the work of the writer and a farmer's cultivation of his field or a wine grower's of his vineyard, Diderot was evidently echoing contemporary thoughts and debates on aesthetics and genius, which are also reflected, for example, in what the English poet Edward Young had written three years earlier: "An imitator shares his crown, if he has one, with the chosen object of his imitation. An Original may be said to be of a vegetable nature; it rises spontaneously from the vital root of genius; it grows, it is not made: Imitations are often a sort of manufacture wrought up by those mechanic, art, and labour, out of pre-existent materials not their own." In a more technical sense, however, upholding the notion of a property right implied a discussion of its foundations, especially Lockean ones such as occupatio and labour. It also meant having to answer precise accusations from the provincial booksellers, such as that of attempting to secure the appropriation of ideas, which after all appeared as illegitimate as an occupation of moving things, without borders or demarcations and, in short, ineluctably immaterial. It had indeed been awkward for a long time to transpose the foundations of landed property to the literary property of authors - in particular, the concept of occupation, as we may see, for example, in the Abbé Pluquet's attempts a few years later, in 1778. In his “Third Letter to a Friend” concerning the literary trade, he recalled that the author who composes a book represents an instance of "first occupation", not by appropriation of the matter, which belonged to the common world of ideas, but at least "by the manner of treating it". Pluquet concluded that the author was then like the farmer on his land, the first occupant "of a particular subject". Diderot, perhaps because he was not directly confronted with the demanding realities of legal disputes, did not develop his analysis on the property subject matter. He knew, however, very well that in literary matters, it is not in fact the "ideas" which "cost" effort on the part of the author; rather, "it is the tone which is appropriate to them". (Frédéric Rideau)
French comment : Le droit d'auteur se décompose en deux parties : les droits moraux et les droits patrimoniaux. Juridiquement, il forme une catégorie autonome de droits patrimoniaux, car il n'est ni un droit réel portant sur une chose, ni un droit de créance exercé à l'encontre d'un débiteur. Le droit d'auteur concerne la propriété littéraire et artistique et scientifique. La première relève de la famille du droit français, alors que la seconde relève du droit anglo-saxon. Mais depuis l'adhésion d'une majorité de nations à la Convention de Berne sur le droit d'auteur (signée par 163 pays), cette distinction n'a plus de raison d'être et les deux termes sont donc en partie synonymes. Le droit d'auteur repose sur l'idée d'un droit personnel de l'auteur ou d'un éditeur, fondé sur une forme d'identité entre l'auteur et sa création. Le droit moral est ainsi constitutif de l'attachement du droit d'auteur à la personne de l'auteur plutôt qu'à l'œuvre : il reconnaît dans l'œuvre l'expression de la personne de l'auteur, et la protège donc au même titre. La protection du copyright se limite à la sphère stricte de l'œuvre, sans considérer d'attribut moral à l'auteur en relation avec son œuvre, sauf sa paternité ; ce n'est plus l'auteur proprement dit, mais l'ayant droit qui détermine les modalités de l'utilisation d'une œuvre. Le droit anglo-saxon connaît la notion de copyright qui ne recouvre que la part patrimoniale du droit d'auteur. L’expression elle-même de « droits d’auteur » est apparue très tardivement. Sous la Révolution française, Lakanal, dans son rapport de janvier 1793, parle de « propriété de la production de génie ». A.-C. Renouard serait le premier auteur à avoir employé l’expression « droit d’auteur », pour le substituer au terme « propriété » dans son Traité des droits d’auteurs, dans la littérature, les sciences et les beaux-arts [A.-C. Renouard, Traité des droits d’auteurs, dans la littérature, les sciences et les beaux-arts, Paris, Jules Renouard et Cie, t.I, 1838, t.II, 1839], publié en 1838. L’usage de ce mot, inventé par la doctrine, se serait ainsi généralisé et développé tout au long de la seconde moitié du XIXe siècle, même si cela n’empêchait pas l’emploi concomitant de la notion de « propriété » littéraire et artistique. Les terminologies sont porteuses de sens puisque « droit d’auteur » ou « propriété littéraire et artistique », font clairement référence à l’auteur, à la personne créatrice, alors que la notion de « copyright », dont le terme apparaît pour la première fois par écrit en 1791, renvoie davantage à l’œuvre et l’exemplaire que l’on cherche à préserver de la copie [le terme de copyright apparaît pour la première fois dans la Vie de Johnson par Boswell, publié en 1791, même si le terme devait sans doute déjà exister aux alentours des années 1760. Ce que la plupart des juristes appellent la première loi du monde sur le copyright, le Statut of Anne de 1709, ne comprenait pas le terme de « copyright », ni dans son titre ni dans son contenu. Stanley Rubinstein, « Copyright in the past and in the future », Revue Internationale du Droit d’Auteur (RIDA), avril 1957, n° V, p. 75 sqq.]. En France comme dans la plupart des autres pays, les imprimeurs-libraires-éditeurs disposaient de fait de droits de propriété sur les textes qu'ils avaient achetés à leurs auteurs. L'existence d'un tel droit était favorisé par l'avantage important dont disposait le premier éditeur. Préparer l'édition complète d'un ouvrage demandait en effet un temps tel que la plupart du temps, les premières éditions suffisaient à épuiser le marché, ne laissant guère de place à une édition à bas coût. Les améliorations de la technologie de composition et d'impression au début du XVIIIe siècle, ainsi que l'étendue du marché des livres lié à la dissémination de l'écrit à l'ère des Lumières rendit profitable l'entreprise de ré-édition à bas prix et moindre qualité d'un texte. En Europe, les premières demandes célèbres de protection contre la contrefaçon émanent des philosophes des Lumières eux-mêmes, à commencer par Diderot dans la “Lettre sur le commerce de la librairie” (1776). Ainsi, jusqu’à la Révolution, la propriété littéraire a eu pour référence clé cette pratique du privilège d’édition. Son histoire est une alternance de progrès et de replis, selon le rapport de force entre le pouvoir, qui accorde ou refuse le privilège ; l’éditeur, qui en détient l’usage ; l’auteur, dont le texte justifie l’existence même du privilèges [Alain Viala, “Naissance de l’écrivain”, Les éditions de Minuit, Paris, 1985, p. 95]. La question de la propriété des textes ne se posa guère dans un premier temps, l’imprimerie diffusant essentiellement des textes anciens, des textes juridiques ou religieux, sans « auteur-propriétaire ». Il était donc logique que le privilège aille au libraire-éditeur, fabriquant le livre comme objet commercial. Le premier privilège personnel fut accordé à Jean Spira, premier éditeur de Venise, en 1469. Le premier privilège concernant les œuvres musicales éditées en France semble être celui qu’accorda Henri II en 1551 à son joueur de luth, Guillaume Morlaye. Par le système du privilège, condition indispensable à toute édition, le pouvoir contrôlait toutes les activités de publication. C’est ainsi que très tôt, privilège, censure et droit d’auteur furent des questions intimement liées. Les privilèges étaient alors de courte durée, entre trois et dix ans. Ensuite le texte tombait dans le domaine public et tout autre éditeur pouvait le publier. Au début, l’auteur restait en marge des préoccupations de la loi. L’ordonnance de Moulins de 1566, la première législation faisant obligation aux libraires-imprimeurs de demander des « lettres de privilèges » et d’indiquer leur nom et lieu de demeure ne mentionne nullement les auteurs, et le Registre du syndic (sur lequel devait être inscrit tous les privilèges à partir de 1610) indiquait rarement le nom de l’auteur à côté de celui du libraire concerné. (Anne Latournerie)Écrite en 1763 sur l'instance de la communauté des libraires parisiens, la Lettre historique et politique adressée à un magistrat sur le commerce de la librairie, son état ancien et actuel ses réglementa, ses privilèges, les permissions tacites, les censeurs, les colporteurs, le passage des ponts et autres objets relatifs à la police littéraire est l'un des textes majeurs sur la liberté d'écrire et de publier. Chargé de présenter les doléances de la profession auprès de Sartine, directeur de la librairie, Diderot réclame la liberté d'éditer et aborde la question du droit d'auteur en souscrivant largement aux conditions des libraires. Ceux-ci assimilent la création littéraire à la production et à l'échange de marchandises; estimant que le droit de propriété de l'acquéreur d'une oeuvre est aussi éminent que l'était, avant l'achat, celui du créateur. Les gens de lettres ne s'insurgeront pas immédiatement contre ce point de vue et il faudra attendre le XXe siècle pour que s'affirme une réelle protection du droit d'auteur. On sait que Diderot est aussi l’un des rares penseurs dixhuitiémistes à écrire un texte sur la question de la librairie, qui , pour ainsi dire, renvoie à des personnages indispensables dans la diffusion des livres, au même titre que ceux qui les écrivent ou les éditent. En conséquence, en quoi consistent les différentes prises de position de Diderot relatives à ce métier trop souvent ignoré ? Au temps des Lumières, les libraires étaient toujours en position dominante dans le monde du livre. Par l'acquisition des manuscrits, ils se donnaient des droits sur les ouvrages littéraires. La plupart des écrivains étaient soumis à ce système, sans lequel ils ne pouvaient pas se faire imprimer. La Lettre sur le commerce de la librairie (1763) de Diderot est le premier livre dans lequel un écrivain français ait mis en question ce système d'édition. On s'attendrait donc à ce que le philosophe y présente, d'une manière ou d'une autre, la notion de propriété littéraire. En fait, il insiste plus que personne sur la valeur immatérielle de l'œuvre littéraire : il introduit, dans sa définition de la production de l'esprit, l'idée d'éléments émanant des profondeurs de l'être de l'auteur. Nous devons rappeler que le texte de Diderot a pour sous-titre : « Lettre historique et politique adressée à un magistrat sur le commerce de la librairie, son état ancien et actuel, ses règlements, ses privilèges, les permissions tacites, les censeurs, les colporteurs, le passage des ponts et autres objets relatifs à la police littéraire ». En effet, écrite au magistrat Sartine, la Lettre sur le commerce de la librairiede Diderot est sans doute le texte le plus important des Lumières françaises sur la liberté d’écrire et de publier. Il faut savoir que l'Ancien Régime ignorait le droit de propriété privée ou droit d'auteur, qui ne sera reconnu qu'à la Révolution française. L'auteur n'était donc pas le propriétaire de son œuvre, qui appartenait au libraire (l'éditeur) dûment muni d'un privilège, c'est-à-dire d'un droit exclusif à éditer. Le problème est que le privilège était le plus souvent bafoué par les éditeurs étrangers (en particulier ceux des Pays-Bas, d'Avignon, de Londres et de Genève), inondant le royaume de livres contrefaits, voire par les éditeurs nationaux, parisiens ou provinciaux (Lyon, Rouen et Toulouse), procédant à des éditions clandestines. Fin connaisseur du monde de l'édition, Diderot ne revendique pas la reconnaissance du droit d'auteur mais il défend le système archaïque de la corporation des libraires. On pourra s'étonner de sa position : les Encyclopédistes ne critiquaient-ils pas vigoureusement les corporations ? C'est que Diderot est conscient des méfaits du libéralisme en matière littéraire. Il revendique avec vigueur la spécificité du livre, qui n'est pas un produit manufacturé comme les autres et qui exige à ce titre un régime spécial de protection, voire de protectionnisme : "Une bévue que je vois commettre sans cesse à ceux qui se laissent mener par des maximes générales, c'est d'appliquer les principes d'une manufacture d'étoffe à l'édition d'un livre". Un livre n'est pas un morceau de chiffon ! Aux yeux de Diderot, la concurrence excessive entraîne la dégradation de la qualité des éditions et la spoliation des libraires ayant établi, à grands frais, le texte original : "…sans doute la concurrence excite l'émulation ; mais dans les affaires de commerce et d'intérêt, pour une fois qu'elle excite l'émulation de bien faire, cent fois c'est celle de faire à moins de frais", et donc à moindre qualité. La spoliation des libraires entraîne celle des auteurs, lésés de leurs droits et dépouillés de tout revenus par les contrefacteurs. En ce sens, Diderot anticipe ce qu'on nomme aujourd'hui le régime de "l'exception culturelle". Sa lettre plaide pour l'extension "à l'infini" du système des "permissions tacites", moins réglementé que celui des privilèges. Elle revendique en outre l'allégement de la censure et une plus grande tolérance en matière littéraire : "pouvez-vous empêcher qu'on écrive ? - Non. - Eh bien ! vous ne pouvez pas plus empêcher qu'un écrit ne s'imprime et ne devienne en peu de temps aussi commun et beaucoup plus recherché, vendu, lu, que si vous l'aviez tacitement permis". Diderot parle en connaissance de cause : dans les années 1760, il a publié avec le baron d'Holbach toute une "bibliothèque nouvelle antichrétienne", sans que la police n’ait jamais pu l'empêcher. Autant tolérer ce qui ne peut être interdit ! Bref, la Lettre sur le commerce de la librairie fait ainsi figure de remarquable plaidoyer pour la liberté de publier et la tolérance en matière philosophique et littéraire. (Wander Numa and compiled from various sources)
Source : Latournerie, Anne (2001), “Petite histoire des batailles du droit d’auteur”, Multitudes n°5, May 2001.
Source : Viala, Alain (1985), “Naissance de l’écrivain”, Paris : Les Éditions de Minuit, p. 95.
Source : Diderot, Denis (1763), “Lettre sur le commerce de la librairie”, éditions Parangon, 2001.
Source : Rideau, Frédéric (2008), “Commentary on Diderot's Letter on the book trade (1763)”, in “Primary Sources on Copyright (1450-1900)”, eds L. Bently & M. Kretschmer.
Urls : http://multitudes.samizdat.net/spip.php?article168 (last visited ) http://www.freescape.eu.org/biblio/IMG/pdf/lettre_com_livres.pdf (last visited ) http://classiques.uqac.ca/classiques/Diderot_denis/lettre_commerce_livre/lettre_com_livres.pdf (last visited ) http://www.copyrighthistory.org/htdocs/data/commentary/f_1763/f_1763_com_2552008105829.html (last visited ) http://www.copyrighthistory.org/ (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: