NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

1746 __ La Bouteille de Leyde
Abbé Jean-Antoine Nollet (1687-1770)
Comment : On an April day in 1746 at the grand convent of Carthusians in Paris, about two hundred monks arranged themselves in a long, snaking line. Each monk held one end of a twenty-five-foot iron wire in each hand, connecting him to his neighbor on either side. Together, the monks and their connecting wires formed a line over a mile long. Once the line was complete, the abbé Jean-Antoine Nollet, a noted French Scientist, took a primitive electrical battery and, without warning, connected it to the line of monks.giving them a powerful electric shock. (Tom Standage)In electrical demonstrations during the ancien regime little distinction was made among the message being transmitted, the path of conduction and the recipient. "On one occasion in a demonstration before the king organized by the Abbé Nolle (or Nollet ?), 180 guards were said to have been made to jump simultaneously; on another, an entire community of Carthusian monks at Paris, linked together by iron wires, were reported to have made the distance travelled by the shock over 5000 feet (1.5Km)." The Czar of Russia, ever interested in news from afar, held great interest in the newly discovered electrical fluid and replicated the French experiments with Cossacks. (Margaret Rowbottom and Charles Susskind)
French comment : À l’époque où l’on inventa la bouteille de Leyde (l’ancêtre de la pile électrique, décrite dans une lettre de Musschenbroek à Réaumur, rédigée en latin), et l’ont voulu savoir jusqu’à quel point s’étendrait le pouvoir du choc électrique. Le premier qui l’éprouva fur Cunœus, de Leyde. À l’une des expériences faites par Muschenbrock et ses amis, il tenait à la main une bouteille de verre remplie d’eau; il voulut la suspendre au conducteur d’une machine électrique, et, touchant le fil métallique qui était déjà en contact avec la machine, il perçut aussitôt une sensation nouvelle qui n’avait point été décrite jusqu’alors. Les annales de la science rapportent avec exagération les effets produits par le choc sur les individus qui eurent assez de courage pour s’y soumettre. Winkler, Muschenbroek, Boze et Singer éprouvèrent, ou du moins prétendirent avoir épéouvé de terribles effets. L’abbé Nollet fit éprouver la commotion électrique à cent quatre-vingts soldats qui se tenaient par la main; dans une autre circonstance, ce fut à plusieurs moins chartreux, séparés les uns des autres par des fils métalliques formant une chaîne d’un mille de long; enfin, on fit l’expérience sur un régiment rangé en bataille, et tous, dit-on, seraient tombés au même instant. (Manuel Fernandez de Castro)
Original excerpt : « Douzième Expérience.Formez une chaîne de cinquante à soixante personnes qui se tiennent toutes par les mains; que le premier de la bande tienne le vase de l’Expérience de Leyde sous le fil de métal, et que le dernier tire l’étincelle du fil de fer, tous ceux qui participeront ressentiront en même temps la commotion.Explication.Il est facile de rendre raison de ce phénomène, lorsqu’on se représente la matière électrique comme résideant dans tous les corps, & comme composée de rayons dont les parties sont contigües; il faut donc expliquer cette douzième expérience, à peu près comme la cinquième. En effet, il n’est pas plus étonnant que l’électricité se communique, non seulement à cinquante, mais à mille personnes qui se tiendraient toutes par les mains, qu’il est étonnant qu’elle se communique par une corde de douze cents pieds. M. L’Abbé Nollet nous assure que l’expérience dont on parle, lui a réussi parfaitement avec deux cents personnes qui formaient deux rangs, dont chacun avait plus de cent cinquante pas de longueur. »
Source : Standage. Tom (1998), “The Victorian Internet: The Remarkable Story of the Telegraph and the Nineteenth Century's Online Pioneers”, London, Weidenfeld and Nicholson.
Source : Rowbottom, Margaret and Susskind, Charles (1984), “Electricity and Medicine - History of Their Interaction”, San Francisco Press.
Source : Guyot, Joseph Nicolas, & Chamfort, Sébastien-Roch-Nicolas, & Duchemin de la Cheznaye, Fernand Camille (), “Le Grand Vocabulaire François, Vol. 9, Paris : Panckoucke et Amsterdam : Veuve Chatelain & Fils, Marc-Michel Rey, pp. 61-73
Source : Fernandez de Castro, Manuel (1859), “L’Électricité et les chemins de fer : Description et examen de tous les systèmes proposés pour éviter les accidents sur les chemins de fer au moyen de l’électricité”, Lacroix et Baudry, p. 46.
Urls : http://world-information.org/wio/infostructure/100437611796/100438659771/?ic=100446325088 (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: