NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

1652 __ Carillons
Comment : In medieval times, bells were first used as a way of notifying people of fires, storms, wars and other events. The great bell Rowland announced births, deaths, fires, and military attacks. A ringing of bells rung from the lowest note to the highest note indicated that an attack had taken place. The use of bells in a musical fashion originated in the 14th century in the Low Countries. In the 17th century, François and Pieter Hemony developed the art of bell-founding and -designing, and tuning, which they passed on to Antwerp bellfounder Melchior de Haze. In the 18th century, several members of the Van den Gheyn bellfounders dynasty also mastered the skill of bell tuning, such as Andreas Joseph Van den Gheyn. Unfortunately his techniques also died with him. It was not until the 19th century in England under the John Taylor Bellfounders at Loughborough, England, that bell tuning was re-invented. The greatest concentration of carillons is still found in The Netherlands, Belgium, and in (the North of) France, where they were mounted in the grand towers of rich cities as tokens of civic pride and status. Carillons were usually housed in church towers, belfries, or in municipal buildings. In Germany, a carillon is also called a Glockenspiel. (Compiled from various sources)The carillon is an extraordinary musical instrument with a history as rich as it is long. For more than five centuries, the carillon has been a voice for the hopes, aspirations and joys of humankind. Carillons evolved in the lowlands of Holland, Belgium and northern France. The rich mercantile towns of the lowlands exhibited their status by installing fine carillons in their church towers, and arranging tunes to be played every quarter hour (or more often!) by an automatic mechanism. The town carillonneur played on market days and holidays. It was said that good bells and good schools were the sign of a well run city. The first tuned carillon was cast by the brothers Pieter and Francois Hemony, and installed in Zutphen, The Netherlands, in 1652. The Hemonys produced many fine instruments; their work set a standard to which modern carillons are still compared. By the time of the French Revolution, changing musical tastes and the wars sweeping across Europe put an end to the first "golden age" of the carillon. Although several Flemish and French founders continued to make large sets of bells, the tuning secrets of the Hemonys and their successors were lost. In addition, new "power" mechanisms were developed to make the carillon easier to play; unfortunately, these mechanisms sacrificed musicality for loudness and ease of playing. Just before the turn of the Twentieth Century, there was a resurgence of interest in this ancient instrument, due in large part to the efforts of Jef Denyn, carillonneur in Mechlin, Belgium. He improved the musical qualities of his carillon and began a series of weekly concerts that became famous beyond the borders of his own country. In particular, they inspired an American civil servant, William Gorham Rice, who wrote a series of books popularizing this old world instrument. At the same time, developments in England led to the rediscovery of the art of bell tuning. England never developed a tradition of playing music on sets of bells. Instead, they invented a unique system of ringing mathematical variations on bells, called change ringing. Bells are swung in change ringing, so were shortened to make them easier to swing. The negative effect this had on the tone of the bells was a serious consideration in change ringing. In the latter part of the 19th century, a Church of England clergyman and ardent bell ringer, Canon Simpson, began investigating why English ringing bells sounded so poorly. He published his results in two articles in Pall Mall magazine, entitled "On Bell Sounds", and "Why Bells Sound Out of Tune, and How to Cure Them". Later published in pamphlet form, these articles laid out the principles of five point tuning, eventually adopted by English bell founders. The first set of "Simpson" tuned bells was cast by the Taylor bellfoundry of Loughborough England, and installed in Ames, Iowa. Today those 10 bells are the foundation of an important carillon at Iowa State University. Based on Simpson's work and a study after WWII by H.W. Van Heuven of bells removed during the war from towers in the low countries, modern founders now consistently surpass the standards set by the Hemony brothers over 300 years ago. In addition to more accurate tuning, another advance of modern founders is the development of thicker profiles for the small treble bells, so their sound will balance. Carillon bells are cast from bell bronze, an alloy composed of approximately 78% copper and 22% tin, which is heated in a furnace to above 2,000 degrees F, until it melts and combines into a homogenous liquid. The molten metal is then poured into a mold made up of a core, which is the shape of the inside section of the bell, and a cope, which is the shape of the outside of the bell. A bell's weight and profile, or shape, determine its note and the quality of its tone. Once cast, a bell must be tuned. Most musical instruments produce a complex set of harmonically related overtones or partials. A bell, on the other hand, produces a sound whose partial tones are not necessarily harmonically related. To produce a pleasing, harmonically related series of tones, the bell's profile is very carefully adjusted, or tuned, by the bell founder. Bell founders tune five principal tones of a bell. These are the Hum Tone, the lowest pitched partial, produced by the vibration of the entire bell. An octave above that is the Prime. This is the tone for which the bell is named, because it is also the pitch of the Strike Note, the most prominent tone heard when the bell is struck. Next is the Tierce, sounding a minor third above the Prime. The Tierce is unique to bells and gives them their somewhat plaintive sound. Above that is the Quint, a partial sounding a fifth above Prime, and last is the Nominal sounding an octave above the prime, and two octaves above the hum tone. There are many more partial tones, but these are usually the only ones tuned. The casting process isn't sufficiently precise to produce a perfectly tuned bell profile, so carillon bells are cast slightly thick, and then put on a lathe (see picture) where metal is cut from the inside surface to adjust the various partial tones. Each partial is tuned separately, by removing metal from a different area of the bell. The tuner aims to get the partials into a harmonically related series when the strike note of the bell is in tune with the other bells in the ensemble. Once tuned at the foundry, a bell never needs further tuning in the tower. Bells over 300 years old sound as they did when they left their maker's hands. A bell's greatest enemies are fire, which can destroy the bell, and air pollution, which dissolves the bell metal thus affecting the tuning. (The Guild of Carillonneurs of North America)
French comment : Presque tous les peuples de l’antiquité ont connu les cloches ou les clochettes et s’en sont servis sous des formes variées et pour des usages divers. Plusieurs matières ont servi à les confectionner, l’or, l’argent, le cuivre rouge et le cuivre jaune, le fer; on en trouve même en pierre, en terre cuite, en verre et en bois. Elles étaient connues en Orient, et les Perses, les Hébreux, les Egyptiens, les Grecs n’en ignorèrent pas l’usage. Chez les Hébreux, le grand prêtre avait des sonnettes au bord de son vêtement sacerdotal, pour avertir le peuple de sa présence dans le sanctuaire. Le Temple de Salomon ([http://www.bibliorama.fr/archeo/culte%20AT.htm http://www.bibliorama.fr/archeo/culte%20AT.htm]) était orné de clochettes. Eupolème, qui écrivit un traité des Rois des Juifs, dit qu’au-dessus de ce temple étaient tendus deux réseaux fixés à des charpentes particulières, et qu’à chaque réseau pendaient quatre cents clochettes que le vent mettait en mouvement. On prétend que les femmes juives mêlaient aux ornements de leur coiffure des sonnettes ou des grelots, - mode qui a reparu au XVIe siècle ; - que les harnais des chevaux de bataille de ce peuple en étaient garnis, et que c’est de sonnettes d’or et d’argent mezilothaims que parle Zacharie (chap. 14, vers. 20), en disant que les ornements des chevaux seront consacrés au Seigneur. Les Grecs attachaient aussi des sonnettes aux harnais de leurs chevaux pour exciter leur ardeur, usage qu’on retrouve chez les Romains, et dont l’architecte Giovanni-Battista Piranesi (1720 † 1778), offre un exemple par le dessin d’un bas-relief antique reproduit dans ses Antiquités romaines "Urbis æternæ Vestigia" (220 pl.), où les poitrails des chevaux sont ornés de sonnettes. Cet usage d’orner de sonnettes les harnais des chevaux se retrouve encore au Moyen Age. Dans un ancien poème épique flamand probablement écrit à la fin du XIIe siècle ou du XIIIe siècle, l’Histoire du roi Charles et d’Elegast, on parle d’une selle à laquelle étaient attachées cent clochettes d’or, resplendissantes, s’agitant sans cesse. Les gardes du temple de Jupiter Tonnant avaient des cuirasses avec sonnettes, et les bacchantes en portaient comme ornement de leurs bracelets. Le goût des Chinois, ce peuple si ancien et si attaché à ses usages, pour les cloches et les clochettes, dont ils ornent encore leur édifices, leurs vêtements et leur coiffure, ne prouve pas moins la haute antiquité de ces instruments. Les Egyptiens se servaient également beaucoup, d’après Athanasius Kircher (1601-1680), qui même leur en attribue l’invention. Ce peuple employait des clochettes dans ses fêtes d’Osiris ; et du temps de saint Athanase d’Alexandrie (infos), né vers 298 et décédé en 373, les Egyptiens avaient encore des usages superstitieux aux quels ils mêlaient le son des cloches, ce que le saint combattit. Les auteurs grecs et latins font souvent mention de cloches ou de clochettes dans leurs écrits. Polybe, auteur grec qui vivait au IIe siècle av. J.-C., cite l’emploi d’une clochette; Strabon (vers 57 av. J.-C. - 21/25 ap. J.-C.), écrivant dans la quinzième année av. J.-C., parle d’une cloche qui appelait le peuple au marché à l’heure de la vente du poisson. Tibulle, Ovide, Quintilien, Pline, Juvénal, Martial et d’autres parlent aussi de cloches et clochettes sous différentes dénominations, et il est de fait que les anciens s’en servaient dans la vie privée comme dans la vie publique. Ils avaient des clochettes pour annoncer l’heure des bains publics, ou celle de leurs marchés comme cela vient d’être dit, et ces clochettes devaient avoir une dimension assez considérable, afin qu’on pût les entendre à une certaine distance. Les condamnés à mort qu’on menait au supplice portaient une sonnette au cou, afin d’avertir les passants qui voulaient éviter la vue du condamné. Aux funérailles les païens frappaient sur des instruments de métal ou faisaient sonner des cloches, afin d’éloigner les mânes du défunt et de chasser les esprits impurs. Pseudo-Apollodore (infos), écrit au Ier ou au IIe siècle ap. J.-C., dans la Bibliothèque, sorte d’abrégé de la mythologie grecque, que le prêtre de Proserpine avait coutume de se servir d’une clochette dans son office sacré; et Lucien, né vers 120 et décédé après 180, auteur grec, dit la même chose d’un prêtre de la déesse syrienne. Le moine bénédictin Bernard de Montfaucon (1655-1741), dans son Antiquité expliquée, s’exprime ainsi, en donnant le dessin de plusieurs clochettes : "Il y en avait quelquefois aux portes des sonnettes, tintinnabula. Ces clochettes servaient aussi à plusieurs autres usages : on les pendait au cou des chevaux, des bœufs et des moutons. On s’en servait encore dans les maisons pour éveiller, le matin. Ceux qui faisaient la ronde dans les villes fortifiées en portaient de même. On en mettait aux portes des temples." Pour l’Antiquité, il y a lieu de citer le fameux tombeau du roi Porsenna, roi des Etrusques, qui était orné de clochettes. Pline, dans la description qu’il en fait, dit que les pyramides qui surmontaient ce monument étaient réunies par des chaînes auxquelles pendaient des clochettes que le vent mettait en mouvement. Les noms par lesquels les anciens ont désigné les cloches ou clochettes sont: "tintinnabulum", "pelasum" et "nola". L’étymologie de "tintinnabulum" se trouve dans le verbe "tinnire", rendre un son; "petaum" rappelle la façon de la cloche qui, chez les anciens, se rapprochait plus de la forme d’un bonnet ou d’une ruche que celle d’une pomme, conformation qu’ont les plus anciennes cloches chrétiennes. Le mot "nola" est également une expression ancienne dont se sert Quintilien, qui vivait sous l’empereur Domitien (Ier siècle), en citant le proverbe: "Nola in cubiculo". [...] Insensiblement la cloche profane se changea en cloche religieuse pour les chrétiens, qui l’admirent au nombre des instruments de leur culte, en lui donnant des formes particulières et des dimensions en proportion avec l’usage qu’ils en voulaient faire. Il est probable que cette transformation a eu lieu graduellement et d’après les circonstances. De même que les païens se servaient de clochettes pour leur religion, qu’ils avaient des sonnettes aux portes de leurs temples et que leurs prêtres en faisaient usage pour leurs cérémonies, les chrétiens auront été amenés à se servir de ce signal; on ne doit pas oublier que la loi juive avait adopté l’usage des trompettes pour appeler le peuple à la prière, et celui de sonnettes pour l’avertir de la présence du grand prêtre dans le sanctuaire. [...] Les auteurs sacrés des trois premiers siècles n’en font pas mention, ni Pline le jeune (vers 61 - vers 114) non plus, dans son épître à Trajan, où il parle des chrétiens et rend compte de leur religion et de leurs cérémonies; et l’on suppose qu’à cause des persécutions les fidèles n’usèrent d’aucun signe extérieur pour annoncer les offices, obligés qu’ils étaient de se réunir en secret. L’évêque annonçait aux fidèles leur réunion prochaine dans chaque assemblée, ou les faisait avertir à domicile au moyen de messagers. Walafridus Strabo ou Walafrid Stabon né vers 808/809-849, dit que les usages différaient, et que chez les uns on convoquait les fidèles au moyen de tables en bois, tabulis, et chez d’autres avec des cors, cornibus. Au témoignage de Barnius, Constantin (272-337), après avoir donné la paix aux chrétiens en l'année 312, éleva publiquement de grandes cloches pour appeler le peuple à l’église, opinion que Thiers (1626-1703), dans son "Traité des Cloches" (1781), n’admet pas, parce que nul ancien auteur n’en fournit la preuve. Eusèbe, dit-il, qui a écrit quatre livres de la Vie de Constantin, et qui a fait son panégyrique, n’en dit pas un mot, quoique cet auteur parle d’un assez grand nombre d’églises que cet empereur fit bâtir et qu’il enrichit de présents énumérés par son panégyriste. [...] Les mots "signum", "tintinnabulum" et "nola" sont les plus anciennes dénominations des cloches; les auteurs anciens et aussi les premiers auteurs chrétiens s’en servent. L’origine du mot "campana" est rapportée à l’ancienne Campagnie, province de Naples, renommée par ses mines de cuivre dont la qualité était en réputation du temps de Pline, et où l’on aurait inventé le mode de suspendre et de balancer les cloches. "Cloca" ou "glocka" est d’origine germanique et n’est que le mot glocke ou cloc latinisé. C’est sous ce nom que Charlemagne en parle dans ses Capitulaires, quand il défend de baptiser les cloches: "ut clocas non baptizent". L’opinion la plus répandue attribue l’introduction des cloches dans les églises à saint Paulin, évêque de Nola (ville de Campagnie en Italie), qui vécut au Ve siècle, et qui aurait placé à Nola même la première cloche, d’où le nom de nola aurait été usité pour désigner la cloche d’une église. Mais Thiers observe que ce saint ne parle pas de cloches dans sa description de l’église de Fondi (province de Latina en Italie), qu’il bâti lui-même et qu’il a décrite dans tous ses détails. [...] Les anciens se servaient de cloches pour leurs usages civils, et les grandes maisons, à Rome, en avaient pour avertir et convoquer la famille à certaines heures du jour. Les monastères, reproduisant en grande partie par leur construction ces anciens hôtels romains, auront été pourvu d’une cloche ou clochette, comme signe nécessaire à réunir les moines ou les religieuses, et ce signe aura paru nécessaire surtout dans les couvents où le silence est une des règles observées. [...] Au VIIe siècle, le pape Sabinien, qui succéda à saint Grégoire le Grand, en 604, et à qui quelques auteurs, dont l'italien Augustin Onofrio Panvinio (1529-1568), dans son Epitome pontificum Romanorum (Venise, 1557), lui attribuent l’introduction des cloches à l’usage des églises, en ordonnant de les sonner pour les heures canoniales et le sacrifice de la messe. Lorsque Clotaire envoya attaquer la ville de Sens, en 613, saint Loup ou Leu entra dans la cathédrale, dédiée à saint Etienne, et sonna la cloche pour appeler le peuple. Pour la Germanie, nous citerons saint Boniface (vers 680-754), apôtre de cette contrée, martyr et archevêque de Mayence, qui, dans une de ses épîtres, mande qu’on lui envoie une cloche, et entend par ce mot une cloche à main, puisqu’il ajoute : "qualem ad manum habui". [...] En Angleterre, l’usage des cloches était connu au VIIe siècle, et Bède, dans son histoire de ce pays, en parle, entre autres, à propos des funérailles de l’abbesse Hilda, morte en 630. Au VIIIe siècle, l’art de fondre les cloches florissait sous Charlemagne. Le moine de Saint-Gall, dans la biographie de ce monarque, parle de fondeurs de cloches contemporains du grand empereur, en rapportant l’anecdote suivante : "Il y avait cependant un ouvrier qui surpassait tous les autres dans l’art de couler le cuivre et le verre. Et lorsque Tancho, moine de Saint-Gall, eut coulé une très belle cloche, dont l’empereur admira la sonorité, cet excellent maître fondeur dit : Seigneur Empereur, ordonnez qu’on m’apporte beaucoup de cuivre, que je purifierai, et au moins cent livres d’argent dont j’ai besoin au lieu d’étain, et je vous coulerai une cloche d’un tel son qu’elle fera paraître muette celle que vous admirez." [...] Ce fut donc principalement en Occident qu’on se servit d’abord de cloches pour le service religieux, et cet usage y était généralement admis dès le commencement du VIIe siècle, et même avant, d’après les citations que nous venons de faire de cloches du Ve et du VIe siècle. Cet usage s’y maintint et se développa de plus en plus avec les nombreux monastères et églises qu’on bâtit successivement. En Orient, au contraire, on se servit pour appeler le peuple à l’église de certains instruments en bois qu’on frappait avec des marteaux. En 628, les habitants de Césarée, en Palestine, allèrent pleins de joie à la rencontre des reliques du martyr saint Anastase, de Perse (?-628), en frappant des bois sacrés. [...] Guillaume Durand (vers 1230-1296), évêque de Mende, dans son "Rationale divinorum officiorum", ouvrage qu’il acheva en 1286, distingue les cloches en six espèces. La première, dit-il, sert à la communauté au réfectoire et sappelle "squella"; la deuxième, "cymbalum", sert au cloître; la troisième, "nola", dans le chœur; la quatrième, "nolula", est celle de l’horloge; la cinquième, "campana", se met dans le clocher, et la sixième est celle de la tour et s’appelle "signum". Les auteurs sacrés comparent les cloches aux trompettes de l’Ancien Testament, que Dieu ordonna à Moïse de faire, et les expressions poétiques et pleines de la plus grande vénération qu’ils emploient en parlant de ces beaux instruments prouvent l’importance que l’Eglise y a attaché de très bonne heure. Ainsi, disent-ils, tout ce qui était annoncé, dans la loi ancienne, au son des trompettes, tel que les mouvements des armées, l’approche d’une guerre, la convocation du peuple à la guerre, aux fêtes, festins publics, holocaustes et hosties pacifiques, se proclame de même, chez les chrétiens, par le son des cloches, et les fêtes de l’Eglise catholique, le sacrifice de la messe, les victoires des armées ou les calamités publiques, enfin tout ce qui doit exciter la joie ou les larmes est annoncé au son de ces belles voix d’airain. Tous les instruments destinés au culte dans l’église étant bénis, les cloches reçurent aussi, avec des cérémonies particulières, une bénédiction qu’on nomme ordinairement baptême et dont les auteurs qui ont écrit sur les cloches ont fait connaître les cérémonies. Ce rite est ancien, mais ne semble pas remonter à l’origine même de l’usage des cloches. [...] Dès le XIIe siècle, les cloches commencent à gagner en dimensions. A mesure que les églises, les monastères et les villes se développèrent, on senti de plus en plus le besoin de grandes cloches. D’après l’Histoire littéraire de la France, conçue au début XVIIIe siècle par Dom Rivet, bénédictin de la congrégation de Saint-Maur, les moines de Cluny faisaient fondre, au XIIe siècle, de grosses cloches qu’à peine deux hommes pouvaient sonner. Les auteurs du même ouvrage disent que pour la musique d’église on employait même de petites cloches sur lesquelles on frappait pour imiter le trétachorde des Grecs, d’où est venu, disent-ils, le carillon de nos cloches. La cloche du Puy est la plus ancienne cloche répertoriée en France (fin du XIIe siècle), qui porte un décor au niveau du "cerveau" composé d'une frise de rinceaux fins et de palmettes peu développées. En plus du bandeau de rinceaux, une succession de filets parsèment le corps de la cloche jusqu'à la pince. Ce décor, peu courant dans la décoration campanaire, donne à l'objet une élégance décorative qu'accompagne un raffinement des formes et de l'acoustique. [...] Les armées avaient une cloche pour le service militaire, au Moyen Age, et l’on s’en servait à la guerre, d’après Jérôme Magius, qui donne la description et le dessin d’une cloche de ce genre et du char au haut duquel elle était suspendue. La description de cette intéressante machine militaire du XIe siècle est encore plus complète dans les notes que François Swert, d’Anvers, mit au traité de Magius, d’après le peintre et architecte Antoine Campo, de Crémone (1585) : "Les habitants de Crémone, dit-il inventèrent, en 1081, un char dit carroccium, dont l’empereur Henri leur accorda l’usage, en même temps qu’ils obtinrent de ce prince leurs privilèges de liberté par entremise de sa femme Berthe. En reconnaissance de cette faveur de l’impératrice, on appela ce char Bertacciola, ou char de Berthe. Ce char était plus grand et plus élevé qu’une voiture ordinaire. Les Lombards l’inventèrent d’abord et les Milanais furent les premiers à l’imiter. Les uns le drapent en blanc, d’autres en rouge, ceux des Crémone mêlent ces deux couleurs à sa décoration, et elle varie enfin, pour chaque ville, d’après la couleur de son drapeau. Les six bœufs qui le traînent ont des housses aux mêmes couleurs. Du haut d’une antenne dressée au milieu du char, et que surmonte une bannière blanche à croix rouge dans le genre de celles qu’on porte dans les processions religieuses, pend la cloche, dont plusieurs jeunes gens très forts tiennent les cordes. Ce char ne sort que sur un décret public et sous la garde d’au moins quinze cents des meilleurs soldats, couverts d’armures complètes et armés de haches d’armes. Il est placé près de l’état-major; derrière lui se trouvent huit joueurs de flûte et plusieurs prêtres pour l’office. On le confie au capitaine le plus brave et le plus expérimenté, et là où il se trouve on exerce la justice du camp et on tient le conseil de guerre. C’est au même endroit que l’on soigne les blessés et que se réfugient ceux qui sont trop fatigués du combat, ou ceux qu’un ennemi supérieur en nombre presse de trop près. ([...] L’historien des cloches, Magius, cite trois cloches en argent qu’il a vues chez l’évêque de Bologne, en Italie, sur lesquelles on carillonnait. Un auteur hollandais anonyme qui a écrit sur les cloches et les carillons, au XVIIIe siècle, di)
Urls : http://www.gcna.org/carillon-history.html (last visited ) http://www.prieuresainthilaire.com/Histoire_des_cloches_clochettes_et_carillons.html (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: