NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

1956 __ Psycho-géographie — Théorie de la dérive
Ernest Debord (1931-1994)
Comment : In 1955/56 Guy Debord defined psycho-geography as "the study of the precise laws and specific effects of the geographical environment, consciously organized or not, on the emotions and behaviour of individuals". This has been echoed much later by Michel de Certeau in his characterisation of patterns established in ostensibly unpurposeful walking in the city: "a symbolic order of the unconscious". The strategy of mapping is informed by the tactics of the Situationist derive and their theories of psychogeography. Mapping is examined as a method for redefining urban space, and for promoting new orientations to the city. (Compiled from various sources)
Original excerpt 1 : « One of the basic situationist practices is the dérive, a technique of rapid passage through varied ambiences. Dérives involve playful-constructive behavior and awareness of psychogeographical effects, and are thus quite different from the classic notions of journey or stroll. In a dérive one or more persons during a certain period drop their relations, their work and leisure activities, and all their other usual motives for movement and action, and let themselves be drawn by the attractions of the terrain and the encounters they find there. Chance is a less important factor in this activity than one might think: from a dérive point of view cities have psychogeographical contours, with constant currents, fixed points and vortexes that strongly discourage entry into or exit from certain zones. But the dérive includes both this letting-go and its necessary contradiction: the domination of psychogeographical variations by the knowledge and calculation of their possibilities. In this latter regard, ecological science, despite the narrow social space to which it limits itself, provides psychogeography with abundant data. The ecological analysis of the absolute or relative character of fissures in the urban network, of the role of microclimates, of distinct neighborhoods with no relation to administrative boundaries, and above all of the dominating action of centers of attraction, must be utilized and completed by psychogeographical methods. The objective passional terrain of the dérive must be defined in accordance both with its own logic and with its relations with social morphology. n his study “Paris et l’agglomration parisienne” (Bibliothèque de Sociologie Contemporaine, P.U.F., 1952) Chombart de Lauwe notes that “an urban neighborhood is determined not only by geographical and economic factors, but also by the image that its inhabitants and those of other neighborhoods have of it.” In the same work, in order to illustrate “the narrowness of the real Paris in which each individual lives . . . within a geographical area whose radius is extremely small,” he diagrams all the movements made in the space of one year by a student living in the 16th Arrondissement. Her itinerary forms a small triangle with no significant deviations, the three apexes of which are the School of Political Sciences, her residence and that of her piano teacher. Such data.examples of a modern poetry capable of provoking sharp emotional reactions (in this particular case, outrage at the fact that anyone’s life can be so pathetically limited).or even Burgess’s theory of Chicago’s social activities as being distributed in distinct concentric zones, will undoubtedly prove useful in developing dérives. If chance plays an important role in dérives this is because the methodology of psychogeographical observation is still in its infancy. But the action of chance is naturally conservative and in a new setting tends to reduce everything to habit or to an alternation between a limited number of variants. Progress means breaking through fields where chance holds sway by creating new conditions more favorable to our purposes. We can say, then, that the randomness of a dérive is fundamentally different from that of the stroll, but also that the first psychogeographical attractions discovered by drivers may tend to fixate them around new habitual axes, to which they will constantly be drawn back. An insufficient awareness of the limitations of chance, and of its inevitably reactionary effects, condemned to a dismal failure the famous aimless wandering attempted in 1923 by four surrealists, beginning from a town chosen by lot: Wandering in open country is naturally depressing, and the interventions of chance are poorer there than anywhere else. But this mindlessness is pushed much further by a certain Pierre Vendryes (in Médium, May 1954), who thinks he can relate this anecdote to various probability experiments, on the ground that they all supposedly involve the same sort of antideterminist liberation. He gives as an example the random distribution of tadpoles in a circular aquarium, adding, significantly, “It is necessary, of course, that such a population be subject to no external guiding influence.” From that perspective, the tadpoles could be considered more spontaneously liberated than the surrealists, since they have the advantage of being “as stripped as possible of intelligence, sociability and sexuality,” and are thus “truly independent from one another.” At the opposite pole from such imbecilities, the primarily urban character of the dérive, in its element in the great industrially transformed cities that are such rich centers of possibilities and meanings, could be expressed in Marx’s phrase: “Men can see nothing around them that is not their own image; everything speaks to them of themselves. Their very landscape is alive.” One can dérive alone, but all indications are that the most fruitful numerical arrangement consists of several small groups of two or three people who have reached the same level of awareness, since cross-checking these different groups’ impressions makes it possible to arrive at more objective conclusions. It is preferable for the composition of these groups to change from one dérive to another. With more than four or five participants, the specifically dérive character rapidly diminishes, and in any case it is impossible for there to be more than ten or twelve people without the drive fragmenting into several simultaneous drives. The practice of such subdivision is in fact of great interest, but the difficulties it entails have so far prevented it from being organized on a sufficient scale. The average duration of a dérive is one day, considered as the time between two periods of sleep. The starting and ending times have no necessary relation to the solar day, but it should be noted that the last hours of the night are generally unsuitable for dérives. [...] The exploration of a fixed spatial field entails establishing bases and calculating directions of penetration. It is here that the study of maps comes in.ordinary ones as well as ecological and psychogeographical ones.along with their correction and improvement. It should go without saying that we are not at all interested in any mere exoticism that may arise from the fact that one is exploring a neighborhood for the first time. Besides its unimportance, this aspect of the problem is completely subjective and soon fades away. [...] The lessons drawn from dérives enable us to draft the first surveys of the psychogeographical articulations of a modern city. Beyond the discovery of unities of ambience, of their main components and their spatial localization, one comes to perceive their principal axes of passage, their exits and their defenses. One arrives at the central hypothesis of the existence of psychogeographical pivotal points. One measures the distances that actually separate two regions of a city, distances that may have little relation with the physical distance between them. With the aid of old maps, aerial photographs and experimental dérives, one can draw up hitherto lacking maps of influences, maps whose inevitable imprecision at this early stage is no worse than that of the earliest navigational charts. The only difference is that it is no longer a matter of precisely delineating stable continents, but of changing architecture and urbanism. Today the different unities of atmosphere and of dwellings are not precisely marked off, but are surrounded by more or less extended bordering regions. The most general change that drive experiences lead to proposing is the constant diminution of these border regions, up to the point of their complete suppression. [...]Announcement of a Provisional Congress for the Psychogeographic Fragmentation of the London Agglomeration -- In the month of August we propose to bring together for a week a certain number of individuals called on to discuss the first concrete results of psychogeography [The study of the precise laws and specific effects of the geographical environment, consciously organized or not, on the emotions and behavior of individuals.”]; of that discipline’s place in the group of problems posed by the creation of a new culture, and the possibilities of its concrete application to the city of London. At the end of this week of discussions the group will enter into action in order to verify by experience some of the theoretical conclusions of the Congress. This action will inevitably take on multiple – and occasionally violent – aspects. Its usefulness will principally reside in the study of the effects, on a great modern urban center, of a series of rapid and sustained shocks calculated to introduce -during a period limited to one month – an element of uncertainty in the normal social and affective organization of the city. We recognize that an urban agglomeration the size of London represents nothing psychogeographically. It is important in the very beginning to divide it into several clearly defined zones. And then, within these juxtaposed zones, we must study the placement and limits of the different ambience units in order to utilize them in function of our plans, and to anticipate their emotional perfecting by means of an appropriate architecture and urbanism. We know that the inhabitants of London, like those of all the other cities of current society, suffer from nervous problems, which are the inevitable consequence of today’s urbanism and, more generally, of a profound mental misery, which is a product of our primitive society. We feel ourselves capable of participating, in the important sector of the modern sensibility, in the labor of change our times demand. It is with this goal in mind that we are undertaking the London experiment. It is a matter of offering everyone the chance of adopting a global solution to the problems of 1957. The solution offered will exercise a radical influence on activities of all kinds: plastic, psychological, musical, political, literary, social, journalistic, erotic, popular, military, philosophical, cinematographic, aristocratic, pedagogical, commercial, religious, culinary, architectural, etc. In fact, we hope to assemble in London experts in the revolution in every aspect of life in order to work together at the creation of transitory affective situations consciously constructed. It isn’t currently possible to foresee the results of such activity. We invite all those who want to participate in its invention to contact the organizing committee. Organizing Committee of the Provisional Congress for the Psychogeographic Fragmentation of the London Agglomeration. c/o I.C.A. 17-18 Dover St, Piccadilly, London, W1. Potlatch, 32, rue de la Montagne-Geneviève, Paris. » (Guy-E Debord, 1956, In Les Lèvres Nues, No 9, novembre 1956 - Translated by Mitchell Abidor)
Original excerpt 2 : « Entre les divers procédés situationnistes, la dérive se définit comme une technique du passage hâtif à travers des ambiances variées. Le concept de dérive est indissolublement lié à la reconnaissance d’effets de nature psychogéographique, et à l’affirmation d’un comportement ludique-constructif, ce qui l’oppose en tous points aux notions classiques de voyage et de promenade. Une ou plusieurs personnes se livrant à la dérive renoncent, pour une durée plus ou moins longue, aux raisons de se déplacer et d’agir qu’elles se connaissent généralement, aux relations, aux travaux et aux loisirs qui leur sont propres, pour se laisser aller aux sollicitations du terrain et des rencontres qui y correspondent. La part de l’aléatoire est ici moins déterminante qu’on ne croit : du point de vue de la dérive, il existe un relief psychogéographique des villes, avec des courants constants, des points fixes, et des tourbillons qui rendent l’accès ou la sortie de certaines zones fort malaisés. Mais la dérive, dans son unité, comprend à la fois ce laisser-aller et sa contradiction nécessaire : la domination des variations psychogéographiques par la connaissance et le calcul de leurs possibilités. Sous ce dernier aspect, les données mises en évidence par l’écologie, et si borné que soit à priori l’espace social dont cette science se propose l’étude, ne laissent pas de soutenir utilement la pensée psychogéographique. L’analyse écologique du caractère absolu ou relatif des coupures du tissu urbain, du rôle des microclimats, des unités élémentaires entièrement distinctes des quartiers administratifs, et surtout de l’action dominante des centres d’attraction, doit être utilisée et complétée par la méthode psychogéographique. Le terrain passionnel objectif où se meut la dérive doit être défini en même temps selon son propre déterminisme et selon ses rapports avec la morphologie sociale. Chombart de Lauwe dans son étude sur "Paris et l’agglomération parisienne" (Bibliothèque de sociologie contemporaine, PUF, 1952) note qu’ "un quartier urbain n’est pas déterminé seulement par les facteurs géographiques et économiques mais par la représentation que ses habitants et ceux des autres quartiers en ont " ; et présente dans le même ouvrage - pour montrer "l’étroitesse du Paris réel dans lequel vit chaque individu géographiquement un cadre dont le rayon est extrêmement petit " - le tracé de tous les parcours effectués en une année par une étudiante du XVIe arrondissement : ces parcours dessinent un triangle de dimension réduite, sans échappées, dont les trois sommets sont l’Ecole des Sciences Politiques, le domicile de la jeune fille et celui de son professeur de piano. Il n’est pas douteux que de tels schémas, exemples d’une poésie moderne susceptible d’entraîner de vives réactions affectives - dans ce cas l’indignation qu’il soit possible de vivre de la sorte - , ou même la théorie, avancée par Burgess à propos de Chicago, de la répartition des activités sociales en zones concentriques définies, ne doivent servir aux progrès de la dérive. Le hasard joue dans la dérive un rôle d’autant plus important que l’observation psychogéographique est encore peu assurée. Mais l’action du hasard est naturellement conservatrice et tend, dans un nouveau cadre, à tout ramener à l’alternance d’un nombre limité de variantes et à l’habitude. Le progrès n’étant jamais que la rupture d’un des champs où s’exerce le hasard, par la création de nouvelles conditions plus favorables à nos desseins, on peut dire que les hasards de la dérive sont foncièrement différents de ceux de la promenade, mais que les premières attirances psychogéographiques découvertes risquent de fixer le sujet ou le groupe dérivant autour de nouveaux axes habituels, où tout les ramène constamment. Une insuffisante défiance à l’égard du hasard, et de son emploi idéologique toujours réactionnaire, condamnait à un échec morne la célèbre déambulation sans but tentée en 1923 par quatre surréalistes à partir d’une ville tirée au sort : l’errance en rase campagne est évidemment déprimante, et les interventions du hasard y sont plus pauvres que jamais. Mais l’irréflexion est poussée bien plus loin dans Médium (mai 1954), par un certain Pierre Vendryes qui croit pouvoir rapprocher de cette anecdote - parce que tout cela participait d’une même libération antidéterministe - quelques expériences probabilistes, par exemple sur la répartition aléatoire de têtards de grenouille dans un cristallisoir circulaire, dont il donne le fin mot en précisant : "il faut, bien entendu, qu’une telle foule ne subisse de l’extérieur aucune influence directrice ". Dans ces conditions, la palme revient effectivement aux têtards qui ont cet avantage d’être "aussi dénués que possible d’intelligence, de sociabilité et de sexualité ", et, par conséquent, "vraiment indépendants les uns des autres ". Aux antipodes de ces aberrations, le caractère principalement urbain de la dérive, au contact des centres de possibilités et de significations que sont les grandes villes transformées par l’industrie, répondrait plutôt à la phrase de Marx : "Les hommes ne peuvent rien voir autour d’eux qui ne soit leur visage, tout parle d’eux-mêmes. Leur paysage même est animé." On peut dériver seul, mais tout indique que la répartition numérique la plus fructueuse consiste en plusieurs petits groupes de deux ou trois personnes parvenues à une même prise de conscience, le recoupement des impressions de ces différents groupes devant permettre d’aboutir à des conclusions objectives. Il est souhaitable que la composition de ces groupes change d’une dérive à l’autre. Au-dessus de quatre ou de cinq participants, le caractère propre à la dérive décroît rapidement, et en tout cas il est impossible de dépasser la dizaine sans que la dérive ne se fragmente en plusieurs dérives menées simultanément. La pratique de ce dernier mouvement est d’ailleurs d’un grand intérêt, mais les difficultés qu’il entraîne n’ont pas permis jusqu’à présent de l’organiser avec l’ampleur désirable. La durée moyenne d’une dérive est la journée, considérée comme l’intervalle de temps compris entre deux périodes de sommeil. Les points de départ et d’arrivée, dans le temps, par rapport à la journée solaire, sont indifférents, mais il faut noter cependant que les dernières heures de la nuit sont généralement impropres à la dérive. [...] L’exploration d’un champ spatial fixé suppose donc l’établissement de bases, et le calcul des directions de pénétration. C’est ici qu’intervient l’étude des cartes, tant courantes qu’écologiques ou psycho-géographiques, la rectification et l’amélioration de ces cartes. Est-il besoin de dire que le goût du quartier lui-même inconnu, jamais parcouru n’intervient aucunement ? Outre son insignifiance, cet aspect du problème est tout à fait subjectif, et ne subsiste pas longtemps. Ce critère n’a jamais été employé, si ce n’est occasionnellement, quand il s’agit de trouver les issues psychogéographiques d’une zone en s’écartant systématiquement de tous les points coutumiers. On peut alors s’égarer dans des quartiers déjà fort parcourus. [...] Les enseignements de la dérive permettent d’établir les premiers relevés des articulations psychogéographiques d’une cité moderne. Au-delà de la reconnaissance d’unités d’ambiances, de leurs composantes principales et de leur localisation spatiale, on perçoit les axes principaux de passage, leurs sorties et leurs défenses. On en vient à l’hypothèse centrale de l’existence de plaques tournantes psychogéographiques. On mesure les distances qui séparent effectivement deux régions d’une ville, et qui sont sans commune mesure avec ce qu’une vision approximative d’un plan pouvait faire croire. On peut dresser à l’aide de vieilles cartes, de vues photographiques aériennes et de dérives expérimentales une cartographie influentielle qui manquait jusqu’à présent, et dont l’incertitude actuelle, inévitable avant qu’un immense travail ne soit accompli, n’est pas pire que celle des premiers portulans, à cette différence près qu’il ne s’agit plus de délimiter précisément des continents durables, mais de changer l’architecture et l’urbanisme. Les différentes unités d’atmosphère et d’habitation, aujourd’hui, ne sont pas exactement tranchées, mais entourées de marges frontières plus ou moins étendues. Le changement le plus général que la dérive conduit à proposer, c’est la diminution constante de ces marges frontières, jusqu’à leur suppression complète. [...] Le sentiment de la dérive se rattache naturellement à une façon plus générale de prendre la vie, qu’il serait pourtant maladroit d’en déduire mécaniquement. Je ne m’étendrai ni sur les précurseurs de la dérive, que l’on peut reconnaître justement, ou détourner abusivement, dans la littérature du passé, ni sur les aspects passionnels particuliers que cette dérive entraîne. Les difficultés de la dérive sont celles de la liberté. Tout porte à croire que l’avenir précipitera le changement irréversible du comportement et du décor de la société actuelle. Un jour, on construira des villes pour dériver. On peut utiliser, avec des retouches relativement légères, certaines zones qui existent déjà. On peut utiliser certaines personnes qui existent déjà.Annonce d'un Congrès provisoire pour la fragmentation psychogéographique de l'agglomération londonienne -- Nous nous proposons de réunir à Londres, au mois d’août 1957, pendant une semaine, un certain nombre de personnes appelées à discuter des premiers résultats concrets de la psychogéographie, de la place de cette discipline dans l’ensemble des problèmes que pose la création d’une nouvelle culture, et de ses possibilités d’application pratique immédiate à la ville de Londres. À l’issue de cette semaine de débats, le groupe passera à l’action pour vérifier par l’expérience quelques conclusions théoriques du Congrès. Cette action prendra inévitablement des aspects multiples, et occasionnellement violents. Son utilité résidera principalement dans l’étude des effets, sur un grand centre urbain moderne, d’une série rapide et soutenue de chocs, calculés pour introduire, pendant une période limitée à un mois, un élément d’incertitude dans l’organisation sociale et affective normale de la ville. Nous reconnaissons qu’une agglomération urbaine de l’ampleur de Londres ne représente rien psychogéographiquement. Il importe tout d’abord de la diviser en plusieurs zones nettement définies. Puis, à l’intérieur de ces zones juxtaposées, il nous faut étudier l’emplacement et les limites des différentes unités d’ambiance, pour les utiliser en fonction de nos desseins, et pour prévoir leur perfectionnement passionnel au moyen d’une architecture et d’un urbanisme adéquats. Nous savons que les habitants de Londres, pareils à ceux de toutes les autres villes de la société actuelle, souffrent de troubles nerveux, qui sont la conséquence inévitable de l’urbanisme d’aujourd’hui ; et, plus généralement, d’une profonde misère mentale, qui est le produit de notre civilisation primitive. Nous nous sentons capables de participer, dans l’important secteur de la sensibilité moderne, au travail de changement que notre temps exige. C’est dans ce but que nous entreprenons l’expérience de Londres. Il s’agit d’offrir à tout le monde la chance d’adopter une solution globale aux problèmes de 1957. La solution offerte exercera une influence radicale sur des activités de toutes sortes : plastiques, psychologiques, musicales, politiques, littéraires, sociales, journalistiques, érotiques, populaires, militaires, philosophiques, cinématographiques, aristocratiques, pédagogiques, commerciales, religieuses, culinaires, architecturales, etc. En effet, nous souhaitons rassembler à Londres des experts de la révolution dans chaque aspect de la vie, pour travailler ensemble à la création de situations affectives transitoires, consciemment construites. Il ne nous est pas actuellement possible de prévoir les résultats d’une telle activité. Nous invitons tous ceux qui veulent participer à son invention à prendre contact avec le comité d’organisation. Comité d’organisation du Congrès provisoire pour la fragmentation psychogéographique de l’agglomération londonienne c/o I.C.A. 17-18 Dover Street, Picadilly, London W 1. Potlatch, 32 rue de la Montagne-Geneviève, Paris 5e. » [Rédigé aussi en anglais et probablement en décembre 1956, ce projet de Congrès psychogéographique à Londres, annoncé pour le mois d’août 1957, fut repoussé à avril 1958 avant d’être abandonné] » (Guy-E Debord, Dec. 1956, In Les Lèvres Nues, No 9, novembre 1956)
Source : Debord, Guy-Ernest (1958), “Theory of the Dérive”, In Internationale Situationiste #2, pp. 51-55, Dec. 1958 [first published in the Belgian surrealist journal Les Lèvres Nues #9 (November 1956)'' - [Deux ans après la parution de ce texte dans le numéro 9 des Lèvres Nues, Guy Debord le fera paraître à nouveau dans le numéro 2 d’Internationale Situationniste, avec quelques variantes. Notamment une phrase ajoutée à la fin de la deuxième partie : «Ce que l’on peut écrire vaut seulement comme mots de passe dans ce grand jeu.» Deux passages seront supprimés. Le premier, à la fin du septième paragraphe de la deuxième partie («Ce critère n’a jamais été employé […] quartiers déjà fort parcourus»), et le second, où à la place du dernier paragraphe, on lit ces seuls mots : (À suivre.)]
Urls : http://www.bopsecrets.org/SI/2.derive.htm (last visited ) http://www.larevuedesressources.org/spip.php?article38 (last visited ) http://juralibertaire.over-blog.com/article-6303758.html (last visited ) http://juralibertaire.over-blog.com/article-6292884.html (last visited ) http://library.nothingness.org/articles/all/en/display/314 (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: