NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

1942 __ Studio d'Essai
Pierre Schaeffer (1910-1995)
Comment : In 1942, Pierre Schaeffer created the Studio D'Essai (later known as the Club D'Essai), which played a role in the activities of the French resistance during World War II, and later became a center of musical activity. It was from D'Essai that he successfully recorded his first work, which itself appeared on Dix Ans D'Essais Radiophoniques Du Studio Au Club D'Essai : 1942-1952, a compilation of his personal concrète, along with many other artists' experimental pieces, released later in his life – 1953. The compilation has since become valued as a notable publication of the experimental music genre. After being rapidly promoted in 1942, at the age of 32, he persuaded the RTF corporation (which was under the control of the German occupying forces), to initiate the science of musical acoustics with himself as the director. He had at his disposal the resources of RTF such as phonograph turntables, disc recording devices, a direct disc cutting lathe, mixers, and a large library of sound effect records owned by the studio. Initially the new studio was known as Studio d'Essai and later renamed Club d'Essai. Schaeffer spent months experimenting with the technology available to him. He discovered that he could lock-groove records. In other words, instead of spiraling toward the center of the record, the needle could be made to stay in one groove creating a loop. He was drawn to the possibility of isolating naturally produced sounds. This would lead eventually to the term ' Musique Concrete' which meant that the sounds were based on natural sounds recorded and played back in a musical context. He was influenced by Russolo and the Futurist Manifestos. (Jeff Snyder)
French comment : Sa vocation est de "rechercher les éléments d'une doctrine de l'émission artistique radiophonique". La première commande publique de ce Studio a été passée à Arthur Honegger pour une pièce de Henri de Montherlant. Loin de surgir de rien lorsque Schaeffer invente la "musique concrète" en 1948, celle-ci découle de plusieurs années de réflexions et de pratiques intensives de la création radiophonique, partiellement officielles et partielles clandestines (Radio-jeunesse à partir de 1940, La Coquille à Planètes en 1943-44 et la fondation du Studio d'Essai en 1942). À travers ces expériences, tous les grands thèmes de la pensée schaefferienne se mettent en place, ainsi que les conditions de possibilité de la future stabilisation institutionnelle de ses recherches (Groupe de Recherche de Musique Concrète en 1951, Groupe de Recherches Musicales en 1958, etc.). Ainsi, l'invention de la Musique Concrète peut-elle être rattachée de façon étroite à la période de Vichy. Pierre Schaeffer lui-même a donné les éléments de périodisation englobant une période de la guerre, notamment avec la publication en 1955 d'une anthologie sonore intitulée "Dix ans d'essais radiophoniques du Studio au Club d'essai : 1942-1952". Schaeffer n'est pas le seul novateur de l'après-guerre à utiliser l'isolement forcé des années de guerre pour mûrir une esthétique : le jeune Pierre Boulez monde de Lyon à Paris en 1943 pour apprendre son métier auprès d'Andrée Vaurabourg-Honegger et bientôt d'Olivier Messiaen. (Nicolas Donin, "Les années 1940-45 : notes sur une périodisation usuelle de l'histoire de la musique", in Musique et Modernité en France 1900-1945)Pendant la guerre Pierre Schaeffer fonde le studio d'essai en 1942, c'est l'aboutissement d'un de ses premiers projets professionnels et une belle tentative de participer à la constitution d'un art radiophonique qui en est à ses balbutiements. Schaeffer l'exprime ainsi : "Nous allons créer avec ces gens doués pour le micro, un instrument de travail pour cet art radiophonique dont on ne sait pas trop ce que c'est". Le studio est installé au 37 rue de l'Université, en plein quartier latin, à Paris. Maurice Martenot, inventeur des ondes Martenot en 1928, participe lui aussi à la fondation du studio d'essai. Le décor est planté pour l'écriture des plus belles pages de l'histoire de la radio française et de l'expérimentation musicale. Sous l'occupation les activités du studio d'essai se concentrent sur la prise de son, l'interprétation et la mise en ondes. Certaines de leurs productions seront diffusées, le dimanche après-midi. (leur première eut lieu le 3 juillet 1943). Peu à peu le studio glisse dans la résistance et Schaeffer est démis de ses fonctions peu avant la Libération. A la Libération s'ouvre pour Schaeffer une période plus instable où il enchaîne les missions à l'étranger (Etats-Unis, Canada, Antilles, Maroc, Sénégal...) et des postes éphémères à la télévision française alors à ses débuts (il sera notamment directeur des programmes pendant moins de 3 mois en 1946). Entre 2 séjours à l'étranger il poursuit ses travaux d'expérimentations musicales qui aboutiront bientôt à la naissance de la musique concrète grâce à 2 découvertes majeures, le sillon fermé et la cloche coupé. Le sillon fermé est la répétition d'un son gravé sur disque grâce à une rayure, c'est donc à partir d'une circonstance fortuite qu'une des plus grandes découvertes pour la musique contemporaine et la musique électronique va avoir lieu. Il s'agit donc d'isoler un son enregistré pour le modifier par des appareils électroniques et le réutiliser, c'est l'essence même du sampling, qui aurait donc pu s'appeler sillon fermé ou bien échantillon de sillon. La cloche coupé découle du même principe, puisqu'il s'agit d'isoler un son produit par une cloche pour ensuite le graver sur disque et le modifier grâce à la technique du sillon fermé. Cependant, à l'époque, ce travail demande énormément de temps, les magnétophones à bande ne seront commercialisés qu'au début des années 1950 en France, puisque chaque expérience exige de graver un nouveau disque souple qui ne peut servir qu'une fois. Le 15 mai 1948, Pierre Schaeffer décide de nommer ce nouvel art sonore qu'il expérimente : musique concrète. Un premier "concert de bruits" sera joué le 20 juin 1948 sur les ondes de Radio Paris... Puis, en 1949 il élabore la "Symphonie pour un homme seul" avec l'aide de Pierre Henry, alors jeune compositeur et Jacques Poullin à la technique. La première présentation eut lieu à l'école normale de musique le 18 mars 1950. (Compiled from various sources)
Source : Donin, Nicolas (2006), "Les années 1940-45 : notes sur une périodisation usuelle de l'histoire de la musique", in Musique et Modernité en France (1900-1945), Observatoire International de la Création Musicale, Les Presses de l'Université de Montréal, 2006.
Urls : http://csunix1.lvc.edu/~snyder/em/schaef.html (last visited ) http://sonhors.free.fr/panorama/sonhors7.htm (last visited ) http://www.olats.org/pionniers/pp/schaeffer/schaeffer.php (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: