NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

1932 __ « Traum und Okultismus »
Sigmund Freud (1856-1939)
Comment : The occult phenomena that Freud described in his personal communications and published papers can be divided into two broad groups: phenomena that are associated with dreams and those that occur during waking hours. These categories can be further subdivided into prophetic and telepathic occurrences. Freud also spent some time examining superstitions, beliefs that seemingly chance events actually have a hidden meaning and can predict the future (Freud, Sigmund. "Determinism, Belief in Chance and Superstition -- Some Points of View." The Psychopathology of Everyday Life. New York: W.W. Norton and Company, Inc., 1965, p. 257). While superstitions are not strictly occult phenomena, they deserve mention here because a belief in the supernatural is intimately connected with them. Freud defined telepathy as the instantaneous transmission of an event between the minds of two people. According to him, the individuals who are "telepathically" linked must share strong emotional ties (Freud, Sigmund. "Dreams and the Occult." Psychoanalysis and the Occult, George Devereux, ed. New York: International Universities Press, Inc., 1953, p. 95.), and the event that is transmitted should be charged with negative emotions (Jones, Ernest. The Life and Work of Sigmund Freud (vol. 3), New York: Basic Books, Inc., 1957, p. 381). This definition is different from the one employed by professional parapsychologists. They define telepathy as "extrasensory awareness of another person's mental content or state."(Handbook of Parapsychology, Benjamin B. Wolman, ed. New York: Van Nostrand Reinhold Company, 1977, p. 935) No mention is made about the necessity of an emotional link or the type of event that can be transmitted. This more closely corresponds with Freud's definition of thought transference, a process he considered to be closely connected to telepathy. (Freud, Sigmund. "Dreams and the Occult," pp. 97-8. (in Devereux, Psychoanalysis and the Occult.)). Freud often thought that telepathy, if it did actually exist, might prove to be useful in the analytic setting. Indeed, in one of his papers on technique Freud stated that an analyst must "turn his unconscious like a receptive organ towards the transmitting unconscious of the patient."(Freud, Sigmund. "Recommendations to Physicians Practicing Psycho-Analysis." The Freud Reader, Peter Gay, ed. New York: W.W. Norton and Company, Inc., 1989, p. 360). Other psychoanalysts jumped on the same bandwagon. Helene Deutsch and Istvàn Hollós, contemporaries of Freud's, (Gay, Peter. Freud: A Life for Our Time. New York: W.W. Norton and Company, 1988, p. 357) published papers on their theories of the role of the occult in psychoanalysis. Even psychoanalysts unconnected to Freud became interested in the subject. Freud never made any secret of his bias towards a scientific explanation of mental phenomena. He had, after all, first been trained as a medical doctor. He described psychoanalysts as having fundamentally materialistic and mechanistic attitudes, even though they were willing to search for undetected qualities of the mind and soul (Freud, Sigmund. "Psychoanalysis and Telepathy." Psychoanalysis and the Occult, George Devereux, ed. New York: International Universities Press, Inc., 1953, p. 58). This inclination towards rational definitions extended to the occult. Freud proposed a possible physical basis for thought transmission (which presumably could be extended to telepathy as well) based on an analogy with the telephone. He postulated that the thoughts or other mental processes that are transmitted are transformed into physical processes such as waves or rays (Jones, p. 381). Once these waves or rays reach their target, they are transformed back into the original mental processes (Freud, Sigmund. "Dreams and the Occult," p. 108. (in Devereux, Psychoanalysis and the Occult.)). Additional evidence for Freud's belief in this physical basis for the occult can be found in a letter of his to Ferenczi, in which he describes his opinion of a soothsayer whom they had both visited. Freud thought that she had a "physiological gift" that allowed her access to the thoughts of others (Jones, pp. 384-5). It is time to turn to the occult phenomena themselves. Superstitions should be dealt with first. It can be shown that, even though they seem connected with the supernatural, they are really products of the unconscious mind. From there, it will be a relatively simple matter to extrapolate from them to the other supernatural happenings that Freud studied. [...] Telepathic dreams were the more common type of "occult" dreams investigated by Freud; he very rarely analyzed prophetic dreams. Naturally, he was quick to state that the only reason for mentioning the connection between telepathy and dreams was that sleep seemed to be conducive for the reception of telepathic communications. Telepathic messages, he claimed, would not be treated any differently by the mind than any other material used in dream (Freud, Sigmund. "Dreams and the Occult," p. 96. (in Devereux, Psychoanalysis and the Occult.)). Furthermore, telepathic dreams should in all ways adhere strictly to the accepted view of dreams, since telepathy in no way altered the fundamental character of the dream (Ibid., p. 95). According to Freud's theory of dreams, there are two types of dream-contents. There is the latent dream- content, which consists of the actual psychical material behind the dream, and there is the manifest dream- content, which is the material actually remembered by the dreamer (Freud, Sigmund. "On Dreams." The Freud Reader, Peter Gay, ed. New York: W.W. Norton and Company, Inc., 1989, p. 148). A process called the dream-work serves to transform the latent into the manifest (Freud, Sigmund. "The Dream-Work." Introductory Lectures on Psychoanalysis. New York: W.W. Norton and Company, Inc., 1966, p. 170). Freud postulated that a telepathic message would serve as the latent dream-content. The message would be distorted during the dreaming process, and hence the dream would not exactly reflect the nature of the communication. As a result, only analysis of a telepathic dream would enable it to be distinguished from a nontelepathic one. Freud hoped that psychoanalysis would be equally successful at uncovering other types of occult phenomena (Freud, Sigmund. "Dreams and the Occult," p. 97. (in Devereux, Psychoanalysis and the Occult.)). At this point, it is necessary to point out a flaw in Freud's explanation of telepathic phenomena. If so- called telepathic messages are modified and distorted by the dream work, then how is it possible to prove that they are indeed telepathic? Might they just be other unconscious images altered beyond immediate recognition so that they appear to be telepathic in nature? If this is the case, then analysis should enable alternative interpretations of the dreams to be made that do not involve the supernatural. As will be subsequently proved, that is exactly what analysis does. An excellent example of a "telepathic" dream that was stripped of its paranormal nature can be found in Freud's paper "Dreams and Telepathy," which was published in 1922 (The Freud Reader, p. xliii.). This dream was reported to Freud via correspondence; Freud was unable to interview the dreamer, whom he did not know personally (Freud, Sigmund. "Dreams and Telepathy," p. 71. (in Devereux, Psychoanalysis and the Occult.)). (Rebecca A. Drayer, "Freud's Studies of the Occult")
French comment : Dans "la Signification occulte des réves", Freud définit la télépathie comme « la réception de processus mentaux d'un sujet par un autre, grâce à d'autres moyens que les perceptions sensorielles. ».L'analogie trouble entre la télépathie et l'écoute "flottante" pose à Freud un des problèmes majeurs de la situation analytique dans la cure [psychanalytique]. Le sujet qui parle est placé dans uen mise en scène particulière et répétée. Celui qui reçoit la parole la recueille dans uen sorte de disposition psychique hyper-réceptive ou "troisième oreille", medium ou révélateur pour ses interprétations. Il y a encore ici du "transfert de pensée". Freud voulait se débarrasser de l'hypnose et de la suggestion et les retrouvent dans la cure sous la forme du transfert (Freud, Sigmund. "Le Transfert". In "Introduction à la Psychanalyse", (pp. 408-44). Paris : Payot), véritable moteur de cette même cure. (Gérard Danou, "Le Corps Souffrant : Littérature et Médecine", 1994)« La fausse conférence de 1922, « Rêve et télépathie », ne fût jamais prononcée, comme elle devait l'être, devant la Société de Vienne, seulement publiée [en 1932 sous le titre "Rêve et Occultisme"] ». (Jacques Derrida)Qu’est-ce qu’au fond l’appareil de téléphone sinon un canal qui est disponible ? [...] “Le “oui” minimal et primaire, “allô” téléphonique ou coup à travers le mur d’une prison marque, avant de vouloir-dire ou de signifier, “je-là”, écoute, réponds, il y a de la marque, il y a de l’autre”, écrit Jacques Derrida (Jacques Derrida (1987). “Ulysse Gramophone”. (p. 127). Paris : Galilée). [...] Le téléphone efface notre subjectivité en même temps qu’il nous permet de l’affirmer. Au téléphone, on meurt et on renaît en même temps. La conversation téléphonique implique donc aussi une sorte de transfert, comme Freud l’avait déjà indiqué (non sans ironie) dans ses célèbres “Conseils aux médecins” : “L’inconscient du psychanalyste doit se comporter à l’égard de l’insconscient émergeant du malade comme un récepteur téléphonique à l’égard du volet d’appel. De même que le récepteur transforme en ondes sonores les vibrations téléphoniques qui émanent des ondes sonores, de même l’inconscient du médecin parvient, à l’aide des dérivés de l’inconscient du malade qui parviennent jusqu’à lui, à reconstituer cet inconscient dont émanent les associations fournies.” (Sigmund Freud, “La Technique Psychanalytique”, Paris, PUF, 1970, p. 66). [...] Dans une conférence consacrée aux rapports entre "rêve et occultisme", Freud émet l'idée que la télépathie serait en réalité « le mode originel, archaïque de la communication entre les individus, mode qui se trouve repoussé, au cours de l'évolution phylogénétique, par une méthode meilleure, la communication à l'aide de signes reçus par les organes des sens ». Et Freud de revenir à l'image téléphonique : « L'analogie avec d'autres transpositions comme lorsqu'on se parle et qu'on écoute au téléphone serait alors indéniable » (Freud, Sigmund. "Nouvelles conférences d'introduction à la Psychanalyse". Coll. « Folio Essais », (p. 78), 1989. Paris : Gallimard). Jacques Derrida a commenté ce passage dans un "fragment détaché" de "La Carte Postale" où il reprend et développe sa fameuse théorie de la "destinerrance". Il me semble que nous avons intérêt ici, fût-ce pour aboutir à une meilleure lecture du texte durassien ["Le Navire Night"], à superposer les textes de Derrida et de Freud. D'après Derrida, le problème du départ est d'ordre épistolaire. Il s'agit de savoir comment il est possible qu'une lettre parvienne à destination : « Je ne fais pas l'hypothèse qu'une lettre qui serait l'occasion externe, en quelque sorte, d'une rencontre entre deux sujets identifiables.et qui seraient déjà déterminés. Non, d'une lettre qui après coup semble avoir été lancée vers quelque destinataire inconnu(e) au moment de son écriture, destinataire inconnu de lui-même ou d'elle-même si on peut dire, et qui se détermine [...] à la réception de la lettre; celle-ci est alors tout autre chose que le transfert d'un message. Son contenu et sa fin ne la précèdent plus. » (Derrida, Jacques. [1987]. "Télépathie". In "Psyché", (p. 240). Paris : Éditions Galilée). C'est un petit miracle de la télécommunication, une performance que "les théoriciens du performatif" n'ont guère étudiée : un destinataire apparaît qui n'existe pas encore au moment de l'envoi de la lettre mais qui s'avère être, une fois le message arrivé et reçu, le seul destinataire possible. Or cela ne suppose-t-il pas l'existence d'un vaste réseau télépathique et téléphonique, réseau dont feraient partie destinateur et destinataire de la lettre "avant" même qu'une relation de destination-réception ne les relie l'un à l'autre ? C'est ce que Derrida finit en effet par suggérer : « [...] Le procès de télépathie serait physique en lui-même, sauf en ses deux extrémités; l'une se convertit ("sich wieder umsetzt") dans le même psychique à l'autre extrémité. Dès lors l'"analogie" avec d'autres "transpositions" ("Umsetztungen") serait indiscutable : par exemple l'analogie avec "parler et entendre au téléphone". Entre la rhétorique et le rapport psycho-psychique, en chacun et de l'un à l'autre, il n'y a que la traduction ("Übersetztung"), de la métaphore ("Übertragung"), des "transferts", des "transpositions", des conversions analogiques, et surtout des transferts de transferts : "über", "met", "tele" : ces mots transcrivent le même ordre formel, la même chaîne, et comme notre discours sur ce passage passe en latin, ajoute "trans" à ta liste. Nous privilégions aujourd'hui le support électrique ou magnétique pour penser ce procès, ce procès de pensée. Et la "tekhnè" télématique n'est pas un paradigme ou un exemple matérialisé d'autre chose, "elle est cela" (compare avec notre bloc magique, c'est une problématique analogue, tout cela se téléphone). Mais encore une fois, un téléphone terrifiant (et il a peur, le vieux, moi aussi) : avec le transfert télépathique, on ne pourrait pas assurer de pouvoir couper (plus besoin de dire "hold on", "ne coupez pas", c'est branché jour et nuit, tu nous imagines ?), ni de pouvoir isoler les lignes » (Derrida, Jacques. [1987]. "Télépathie". In "Psyché", (pp. 252-253). Paris : Éditions Galilée). [...] "Cela communique", dit Derrida, "cela a toujours communiqué", même lorsqu'il n'y eut pas encore de communication au sens jakobsonien du terme et même si le schéma jakobsonien est probablement le meilleur accès à ce que nous appelons ajourd'hui encore communication. [...] Il me semble que Margurite Duras ne dit pas autre chose dans “Le Navire Night”. C’est parce qu’elle croit elle aussi, et à sa manière, à l’existance d’un vaste réseau téléphono-télépathique, qui relie les êtres avant même qu’ils se sachent reliés, qu’elle a le courage de s’adresser à “n’importe qui”, en suggérant que n’importe qui serait précisément le nom propre du lecteur. Car l’écriture est sans adresse. Platon le disait déjà et Roland Barthes l’a répété après lui: “Savoir qu’on n’écrit pas pour l’autre, savoir que ces choses que je vais écrire ne me feront jamais aimer de qui j’aime, savoir que l’écriture ne compense rien, ne sublime rien, qu’elle est précisément “là où tu n’es pas” - c’est le commencement de l’écriture” (Roland Barthes (1977). “Fragments d’un Discours Amoureux”. p. 116. Paris : Seuil). La logique de la "destinerrance" est une logique téléphonique. Et télépathique. En appelant, je ne sais jamais très bien qui j'appelle. Du point de vue de l'écrivain, il ne serait à rien de consulter l'annuaire. Et pourtant, je suis certain d'être entendu. "Cela arrive", et à n'importe qui. ». (Franc Schuerewegen, "Tekhnè Telepathikè Sur Marguerite Duras", In "Enjeux de la communication romanesque", Suzan van Dijk et Christa Stevens éds., Éditions Rodopi, 2004)
Original excerpt 1 : « It is not known how the collective will works in the great insect states. Possibly it acts by the way of a direct mental transfer. One is led to the surmise that this is the original and archaic mode of communication among the simple creatures; in the course of the phylogenetic development it is repressed in favor of better methods of thought-transfer with the help of signs which are perceived by the sense organs. Yet the older method could survive in the background and reappear under certain conditions, for instance, in the highly excited masses. » (Trans. by Immanuel Velikovsky, New Introductory Lectures, New York: W. W. Norton, 1933, pp. 79-80)
French translated excerpt 2 : « Vous savez que nous appelons télépathie ce fait prétendu qu’un événement survenu à un moment déterminé puisse être connu, presque au même instant, par une personne spatialement éloignée, sans le concours des moyens d’information ordinaires [Trad. altern. : nous nommons télépathie le prétendu fait selon lequel un événement qui se produit à un moment déterminé se présente, à peu près simultanément, à la conscience d'une personne éloignée dans l'espace, sans qu'interviennent en l'occurrence "les moyens de communication connus de nous"]. Condition tacite : l’événement doit concerner une personne pour laquelle l’autre, la réceptrice de la nouvelle, éprouve un vif intérêt émotionnel. Exemple - la personne A est victime d’un accident nu bien elle meurt ; la personne B, très attachée à A, mère, sœur, amante, apprend la mauvaise nouvelle, à peu près au même instant, par une perception visuelle ou auditive ; dans ce dernier cas, tout se passe comme si B avait été téléphoniquement prévenue, ce qui ne s’est pas produit en réalité. On pourrait parler là d’une contrepartie psychique de la télégraphie sans fil. Point n’est besoin de vous dire combien de pareils phénomènes semblent invraisemblables ; l’on est en droit de rejeter la plupart de ces informations, mais pour quelques-unes le rejet est moins aisé. Permettez-moi maintenant de ne plus utiliser, dans la communication que je désire vous faire, ce petit mot de « soi-disant » et de poursuivre comme si je croyais à la réalité objective du phénomène télépathique. Soyez certains toutefois qu’il n’en est rien et que je n’ai à cet égard acquis aucune conviction. J’ai peu de choses à vous apprendre, rien qu’un fait minuscule. Pour que vous n’attendiez pas trop de moi, je vous dis tout de suite que le rêve n’a en somme que peu de rapports avec la télépathie. La télépathie ne projette aucune lumière sur l’essence du rêve et, inversement, le rêve ne fournit aucun témoignage direct de la réalité de la télépathie. Le phénomène télépathique n’est d’ailleurs pas du tout lié au rêve, Il peut aussi se manifester en état de veille. Le seul motif qui permette de faire un rapprochement entre le rêve et la télépathie est dû à ce que le sommeil paraît particulièrement favorable à la réception du message télépathique. On obtient alors ce qu’on appelle un rêve télépathique et en l’analysant on se convainc que la nouvelle télépathique a joué le même rôle que tout autre reste diurne et que remaniée, comme ce dernier, ses tendances ont été mises à contribution. [...] Actuellement, j’ai changé d’avis. C’est, à mon sens, témoigner de peu de confiance envers la science que de la croire incapable d’assimiler et de remanier celles d’entre les données de l’occultisme qui seraient reconnues exactes. Et la transmission des pensées en particulier semble favoriser l’extension du mode de penser scientifique - les adversaires disent mécanique - sur le monde spirituel si difficilement saisissable. Par le phénomène télépathique, l’acte psychique accompli par une certaine personne doit provoquer la réalisation d’un acte semblable chez une autre. Ce qui se produit entre deux actes psychiques peut facilement être un phénomène physique à point de départ et aboutissant psychiques. L’analogie avec d’autres transpositions, telles, par exemple, que l’émission et l’audition au téléphone, serait alors indiscutable, Et figurez-vous ce qui arriverait si l’on pouvait se rendre maître de cet équivalent physique de l’acte psychique. Je dirai même que la psychanalyse nous a préparés à admettre des phénomènes comme la télépathie, en insérant l’inconscient entre le physique et ce qu’on a appelé jusqu’ici le psychique. Si l’on s’accoutume à l’idée de la télépathie, on peut ensuite utiliser celle-ci sur une grande échelle, mais actuellement en imagination seulement. Chacun sait qu’on ignore encore comment la volonté collective vient à s’imposer chez les insectes qui vivent groupés. Peut-être est-ce par le moyen d’une transmission psychique directe de ce genre. On est amené à penser que ce fut là le mode primitif, archaïque de communication entre les êtres et qu’il céda ensuite la place à la méthode par signes perceptibles à l’aide des organes sensoriels. Mais l’ancienne méthode peut continuer à subsister à l’arrière-plan et à se manifester en certaines circonstances, par exemple dans les foules animées de quelque passion. Tout cela est encore obscur, plein d’énigmes non résolues, mais il n’y a pas lieu de s’en épouvanter. Si la télépathie existe effectivement, on peut supposer, malgré les difficultés qu’il y a à fournir des preuves de son existence, qu’elle doit constituer un phénomène très fréquent. Nous ne serions pas surpris de la découvrir justement dans la vie spirituelle de l’enfant. L’enfant ne se figure-t-il pas fréquemment que les parents connaissent toutes ses pensées sans qu’il leur en ait fait part ? Et la croyance des adultes en l’omniscience de Dieu est peut-être l’équivalent de cette idée enfantine dont elle découle d’ailleurs sans doute. Récemment, une femme digne de confiance, Dorothy Burlingham, dans un article intitulé « L’analyse des enfants et la mère », a relaté certaines observations qui, si elles se confirment, doivent ne plus laisser aucun doute sur la réalité de la transmission de la pensée. Dorothy Burlingham mit à profit une situation qui n’est plus très rare actuellement : celle où l’enfant et la mère subissent, en même temps, le traitement analytique. Elle nous raconte certains faits étranges, tel celui-ci par exemple : un jour, la mère vient à parler, au cours d’une séance, d’une pièce d’or qui joue un certain rôle dans une des scènes de son enfance. A peine est-elle rentrée chez elle que son jeune fils, âgé de 10 ans environ, pénètre dans sa chambre et lui apporte une pièce d’or afin qu’elle la mette de côté pour lui. Étonnée, elle lui demande d’où lui vient cette pièce. Il l’a reçue en cadeau pour son anniversaire. Cet anniversaire avait été célébré quelques mois auparavant, mais rien n’explique pourquoi l’enfant se souvient précisément aujourd’hui de ce présent. La mère informe l’analyste de l’enfant de cette coïncidence et la prie de rechercher pourquoi l’enfant avait ainsi agi. Mais l’analyse ne révèle rien, l’acte s’étant ce jour-là introduit dans la vie du garçonnet à la manière d’un corps étranger. Quelques semaines plus tard, la mère, assise à son bureau, se prépare, comme en le lui a demandé, à transcrire l’incident en question, quand le garçonnet survient et exige de sa mère qu’elle lui rende la pièce d’or. Il veut, dit-il, l’emporter avec lui pour la montrer à sa psychanalyste. Et l’analyse ne parvient pas, cette fois non plus, à découvrir le motif de ce désir. »
Source : Freud, Sigmund. (1932[1953]. "Dreams and the Occult." Psychoanalysis and the Occult, George Devereux, ed. New York: International Universities Press, Inc., 1953.
Source : Freud, Sigmund. (1932[1936]). "Rêve et Occultisme". In "Nouvelles Conférences sur la Psychanalyse", Trad. A. Berman, coll. « Idées », (pp. 45-79). Paris: Gallimard.
Source : Freud, Sigmund. (1922[1985]). "Rêve et Télépathie". In "Résultats, Idées, Problèmes I". Paris : PUF.
Source : Derrida, Jacques. (1987), "Psyché : inventions de l'autre". (p. 160). Paris : Éditions Galilée.
Source : Szendy, Peter (2007), “Sur Écoute - Esthétique de l’Espionnage”. (P. 104). Paris : Éditions de Minuit.
Urls : http://afgen.com/freud.html (last visited ) http://www.circee.org/freud-reve-occultisme (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: