NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

1930 __ « La Voix Humaine »
Jean Cocteau (1889-1963), Francis Poulenc (1899-1963)
Comment : The story involves one woman on stage for almost one hour of non-stop theatre speaking on the telephone with her (invisible and inaudible) departing lover, who is leaving her to marry another woman. The telephone proved to be the perfect prop for Cocteau to explore his ideas, feelings, and "algebra" concerning human needs and realities in communication.Cocteau worked closely with a number of composers, including Satie, Stravinsky, and Poulenc. His play La Voix humaine was premiered in 1930 at the Comédie Française, the only theater still allowed to feature one-act plays, and served as the text for Poulenc’s one-character opera La Voix humaine, which appeared in 1959. Like Cocteau's other plays, La Voix humaine challenged the audience to accept radically different perspectives on drama. The plot involves a nameless, prototypical woman abandoned by a lover who intends to marry someone else the following day. As the woman anxiously sits in her bedroom, the man calls her to check on her emotional state. At first, she feigns stability and calmness, but this façade eventually gives way to her distress. During the course of the evening, several interruptions divert the ex-couple’s conversation, forcing the woman to acknowledge the outside world. Although the entire dialogue takes place over a telephone, the audience only hears the woman’s part of the exchange. In the end, she clings to her love for this man, even as she hangs up the telephone. This dramatic presentation poses some problems. First and foremost, the audience must rely solely on the woman’s “monodialogue.” She is obviously emotionally unstable and seems to be suffering from delusions. With this in mind, it is difficult to accept her statements. She even admits at one point that she has lied, singing “c’est parce que je viens de te mentir là, au telephone.” If the audience rejects the woman’s account, there is no other means to discover the truth. If the text provides only one perspective of the conversation, the music reveals deeper levels of psychological complexity. Although Poulenc's vocal music is praised for its lyricism, La Voix humaine treats the voice in a declamatory manner. An awareness of the dramatic element helps explain why Poulenc sought an untraditional treatment of the voice in this opera. Poulenc uses quotations from his “Dialogues des Carmélites” in La Voix humaine, resignifying the religious subject matter of the Carmelite nuns in the worldly context of the woman’s telephone conversation. The end of “La Voix humaine” then becomes a theme for the first movement of his “Sonate pour Clarinet et Piano”, creating a dramatic reference for the purely instrumental work. [...] In New York, Liv Ullmann performed the play in English, as did Ingrid Bergman for a recording and television. The forty-five minute work is preserved on film by Anna Magnani in a collection of short dramas entitled L’amore (1948), directed by Roberto Rossellini. Even after Poulenc transformed Cocteau’s play into an opera, the original version remained popular, evident by its revival by Louise Conte in January 1962. [...] La Voix humaine defines a world through the invisible realm of an unseen and unheard antagonist. This allows Cocteau to exploit the woman’s need to feign stability, as she lies to the man. For instance, the woman tells her ex-lover that she is wearing a red dress while the audience can see that she is in a dressing gown. The man also deceives the woman by saying that he is at home, and the woman discovers his deception only when she tries to call him after their call is disconnected. By centering the plot around the telephone conversation, Cocteau creates a cold, mechanistic scenario for his drama. The man is detached through his absence on the stage, and the audience must imagine what he says. When the conversation ends, the situation remains unchanged: the couple has already parted, and their conversation merely prolongs the inevitable end of the relationship. The lack of teleology in Cocteau’s play is built into the dramaturgy of predetermination: there is no other possible course of action. In this context, the telephone represents a mechanistic world not only through its presence but also as a depersonalized symbol. Ironically, the woman depends on this mechanistic element of her world. Without the telephone, she has no means of communicating with the man. When the conversation is interrupted, she loses her connection to the man; consequently, the telephone actually assumes fatalistic control over the woman. Cocteau uses the telephone line as the catalyst to articulate the action. Before the woman receives the call from the man, she first converses with the operator who controls the party line. The multiple-user telephone line later causes an interruption in the conversation, when the woman discovers that another woman is eavesdropping on the two ex-lovers. The woman demands, “Allo, âllo, Madame, retirez vous. Vous êtes avec des abonnés. Allô! Mais non, Madame . . . Mais, Madame, nous ne cherchons pas à être intéressants . . . Si vous nous trouvez ridicules, pourquoi perdez-vous votre temps au lieu de raccrocher?” (Hello! hello, Madame, hang up. You are with a subscriber. Hello! But no, Madame . . . But, Madame, we are not trying to be interesting. If you find us so ridiculous, why are you wasting your time instead of hanging up?). [...] The telephone (object) is the sign that refers to something else. The woman would not be holding the telephone if she were not conversing with her ex-lover, and yet she is talking to him, even if the audience does not see the “something else,” the man, to which the sign refers. The man remains unrevealed to the audience, both visually and audibly. Even so, the audience is aware of him through the sign whose object is the telephone. The woman refers to the telephone several times during the conversation, reminding the audience of the distance between the ex-lovers. At one point, the man cannot hear her clearly, and the woman responds, “Pourtant je parle très fort . . . Et là, tu m’entends? . . . Je dis: et là, tu m’entends? . . . C’est drôle parce que moi je t’entends comme si tu étais dans la chambre.” (Yet I am speaking very loudly . . . And there, do you hear me? . . . I said: do you hear me? . . . It is peculiar because you sound as if you were in the room). [...] (Cynthia C. Beard)
French comment : Une femme seule, dans une chambre en désordre, téléphone à son amant qui vient de la quitter pour une autre. En partant de cette situation tristement banale, Jean Cocteau a écrit une mini-tragédie en un acte.un étrange « monologue à deux voix » fait de paroles et de silences.dans laquelle le téléphone joue un rôle essentiel. « Dans le temps, écrit Cocteau, on se voyait. On pouvait perdre la tête, oublier ses promesses, risquer l'impossible, convaincre ceux qu'on adorait en les embrassant, en s'accrochant à eux. Un regard pouvait changer tout. Mais avec cet appareil, ce qui est fini est fini. » Créé en 1930 à la Comédie française par Berthe Bovy, ce texte a également été joué et enregistré par Simone Signoret. Il a été mis en musique par Francis Poulenc et adapté au cinéma par Roberto Rosselini, avec Anna Magnani dans le rôle-titre. On reprochait à Jean Cocteau d'agir par machines, de machiner trop ses pièces, de compter trop sur la mise en scène. Il lui importait donc d'aller au plus simple : un acte, une chambre, un personnage, l'amour et l'accessoire banal des pièces modernes, le téléphone. Cette tragédie lyrique en un acte est l'une des pièces les plus célèbres de Jean Cocteau. Dans ce drame de la rupture amoureuse, l'auteur scrute l'attitude d'une femme désespérée qui, par le biais du téléphone qui fait une entrée fracassante sur scène, tente de reconquérir son amant. Elle passe à travers tous les registres de la solitude, de la souffrance amoureuse, mais n'arrête pas de parler. C'est un long monologue poncé de silences. Pendant cette conversation rendue d'autant plus pénible par un système téléphonique encore mal établi (la pièce fut écrite en 1930), cette femme passe à travers tous les registres de la souffrance mais la rupture doit se passer en toute amitié, ils doivent se quitter en bons termes. Enfin, c'est ce qu'il veut lui, pour se donner bonne conscience après sa trahison car il la quitte après cinq années pour en épouser une autre. Elle, elle tient bon, ment, assure qu'elle est forte, qu'elle prend très bien la chose. Ses mots vont dans le sens de l'amant, mais ses gestes, ses larmes contenues trahissent son désarroi. Un mensonge de trop de la part de l'homme la fait craquer et elle laisse, enfin, exploser sa détresse, pleurant, pardonnant, mentant et démentant par amour, sans que jamais les mots sonnent faux. Elle se laisse aller sans pudeur à la douleur de l'abandon, sans colère contre celui qui la laisse seule au monde. Abandonner ? Lutter ? Minute après minute, elle accepte et embrasse tous ses sentiments, toute sa vérité, toute son humanité en un chant qui s'élève dans une plainte éternelle de l'amour trahi. En vivant pleinement la rupture, cette femme accepte une traversée de la nuit nécessaire pour renaître et ainsi, reconnaître la lumière de l'espoir, des amours futurs... Cocteau disait : « La Voix humaine, acte inesthétique, acte de présence contre les esthètes, contre les snobs, contre les jeunes (les pires snobs), capable d'émouvoir seulement ceux qui n'attendent rien et ne préjugent pas. Faut dire aux autres : "Ce n'est pas du Cocteau. Pourquoi a-t-il écrit cela ? Un tel pourrait le faire aussi bien et même mieux car il est plus habile." Rejoindre le vrai public qu'on ne trouve qu'à la Comédie française et à Bobino. Grosses recettes. Salle comble. Rappels. Ce n'est pas le public qu'il faut choquer, c'est l'élite ; obtenir un scandale de banalité, entrer au répertoire, tenir l'affiche. » Car le public du nouveau boulevard s'attendait à tout ; il était avide de sensations, ne respectait rien. La Comédie française possédait encore un public avide de sentiments. La personnalité des auteurs disparaissait au bénéfice d'un théâtre anonyme, propre à donner aux œuvres le relief et le recul dont elles jouissent lorsque l'actualité ne les déforme plus. (Pascale Arguedas)
Original excerpt : « Allô, allô... Mais non, Madame, nous sommes plusieurs sur la ligne, raccrochez... Vous êtes avec une abonnée... Mais, Madame, raccrochez vous-même... Allô, Mademoiselle... Mais non, ce n’est pas le docteur Schmit... Zéro huit, pas zéro sept... Allô... C’est ridicule... On me demande ; je ne sais pas. Allô... Mais, Madame, que voulez-vous-que j’y fasse ? ... Comment, ma faute... pas du tout... Allô, Mademoiselle... Dites à cette dame de se retirer. Allô, c’est toi ?... Oui, très bien... C’était un vrai supplice de l’entendre à travers tout ce monde. Oui... Oui... Non... C’est une chance... Je rentre il y a dix minutes... Tu n’avais pas encore appelé ?... Ah !... non, non... J’ai diné dehors...chez Marthe... Il doit être onze heures et quart... Tu es chez toi ?... Alors, regarde la pendule électrique... C’est ce que je pensais... Oui, oui, mon chéri... Hier soir ? Hier soir je me suis couchée tout de suite et comme je ne pouvais pas m’endormir j’ai pris un comprimé... Non...un seul...à neuf heures... J’avais un peu mal à la tête, mais je me suis secouée. Marthe est venue. Elle a déjeuné avec moi. J’ai fait des courses. Je suis rentrée à la maison. J’ai... Quoi ? Très forte... j’ai beaucoup, beaucoup de courage... Après je me suis habillée. Marthe est venue me prendre... Je rentre de chez elle. Elle a été parfaite... Elle a cet air, mais elle ne l’est pas. Tu avais raison, comme toujours... Ma robe rose... Mon chapeau noir... Oui, j’ai encore mon chapeau sur la tête... Et toi, tu rentres ?... Tu es resté à la maison ?... Quel procès ?... Ah ! Oui... Allô, chéri, si on coupe, redemande-moi tout de suite... Allô ! Non... Je suis là... Le sac ?... Tes lettres et les miennes. Tu peux le faire prendre quand tu veux... Un peu dur... Je comprends... Oh, mon chéri, ne t’excuse pas, c’est très naturel et c’est moi qui suis stupide... Tu es gentil... Tu es gentil... Moi non plus, je ne me croyais pas si forte. Quelle comédie ?... Allô... Qui ?... Que je te joue la comédie, moi... Tu me connais, je suis incapable de prendre sur moi... Pas du tout... Pas du...tout... Très calme... Tu l’entendrais... Je dis : Tu l’entendrais. Je n’ai pas la voix d’une personne qui cache quelque chose... Non, j’ai décidé d’avoir du courage et j’en aurai. J’ai ce que je mérite. J’ai voulu être folle et avoir un bonheur fou... Chéri, écoute... Allô !... Chéri...laisse... Allô...laisse-moi parler. Ne t’accuse pas. Tout est ma faute. Si, si... Souviens-toi du dimanche de Versailles et du pneumatique... Ah !... Alors !... C’est moi qui ai voulu venir, c’est moi qui t’ai fermé la bouche, c’est moi qui t’ai dit que tout m’était égal... Non...non...là, tu es injuste... J’ai...j’ai téléphoné la première... Un mardi... J’en suis sûre. Un mardi 27. Tu penses bien que je connais ces dates par cœur... Ta mère ? Pourquoi ?... Ce n’est vraiment pas la peine....” Je ne sais pas encore... Oui...peut-être... Oh ! Non, sûrement pas tout de suite, et toi ?... Demain ?... Je ne savais pas que c’était si rapide... Alors, attends... c’est très simple...demain matin le sac sera chez le concierge. Joseph n’aura qu’à passer le prendre... Oh moi, tu sais, il est possible que je reste, comme il est possible que j’aille passer quelques jours à la campagne, chez Marthe… Marthe…Oui, mon chéri... Mais oui, mon chéri... Allô ! Et comme ça ? Pourtant je parle très fort. Et là, tu m’entends ?... Je dis : et là, tu m’entends ? C’est drôle parce que moi je t’entends comme si tu étais dans la chambre... Allô !... Allô !... Allons, bon ! Maintenant c’est moi qui ne t’entends plus... Si, mais très loin, très loin... Toi, tu m’entends ? C’est chacun son tour... Non, très bien... J’entends même mieux que tout à l’heure, mais ton appareil résonne. On dirait que ce n’est pas ton appareil… Je te vois, tu sais... Quel foulard ?... Le foulard rouge... Tu a des manches retroussées... Ta main gauche ? Le récepteur. Ta main droite ? Ton stylographe. Tu dessines sur le buvard des profils, des cœurs, des étoiles. Ah ! T ris ! J’ai des yeux à la place des oreilles... Oh ! Non, mon chéri, surtout ne me regarde pas... Peur ?... Non, je n’aurai pas peur...c’est pire... Enfin je n’ai plus l’habitude de dormir seule. Oui...oui...oui. Je te promets... Je te promets... Tu es gentil... Je ne sais pas… J’évite de me regarder. Je n’ose plus allumer dans le cabinet de toilette. Hier, je me suis trouvée nez à nez avec une vieille dame... Non, non ! Une vieille dame avec des cheveux blancs et une foule de petites rides... Tu es bien bon ! Mais, moi chéri, une figure admirable, c’est pire que tout, c’est pour les artistes... J’aimais mieux quand tu disais : Regardez-moi cette vilaine petite gueule !... Oui, cher Monsieur !... Je plaisantais... Tu es bête... Heureusement que tu es maladroit et que tu m’aimes. Si tu ne m’aimais pas et si tu étais adroit, le téléphone deviendrait une arme effrayante. Une arme qui ne laisse pas de traces, qui ne fait pas de bruit… Moi, méchante ?.. Allô !... Allô, chéri... Où es tu ?... Allô. Allô, Mademoiselle. Allô, Mademoiselle, on coupe… Allô, c’est moi. Mais non, Mademoiselle. On m’a coupé... Je ne sais pas...c’est-à-dire...si…attendez... Auteuil 04 virgule 7. Allô... Pas libre.Allô, Mademoiselle, il me redemande... Bien. Allô ! Auteuil 04 virgule 7 ? Allô ! C’est vous, Joseph ?... C’est Madame... On nous a coupés avec Monsieur... Pas là ?... Oui...oui...il ne rentre pas ce soir...c’est vrai, je suis stupide ! Monsieur me téléphonait d’un restaurant, on a coupé et je redemande son numéro... Excusez- moi, Joseph… Merci… Merci... Bonsoir, Joseph. » (Libretto of Poulenc’s opera)
Source : Cocteau, Jean (1930), “ La Voix humaine,” Vol. 7 Oeuvres complètes de Jean Cocteau, Genève: Marguerat, 1946-51.
Source : Beard, Cynthia C. (2000), “BEYOND THE HUMAN VOICE: FRANCIS POULENC’S PSYCHOLOGICAL DRAMA, LA VOIX HUMAINE (1958)”, Thesis Prepared for the Degree of MASTER OF MUSIC, UNIVERSITY OF NORTH TEXAS, May 2000.
Urls : http://digital.library.unt.edu/permalink/meta-dc-2543:1 (last visited ) https://www.hollandsymfonia.com/pdf/Programma_Casser_la_voix.pdf (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: