NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

1928 __ « La Musique est Dangereuse »
Paul Nougé (1895-1967)
Comment : In terms of historicity, recorded music saves the past; but in providing an indexical trace of a passage of time, a snapshot of the reified moment in which the musical text is realized and written into the medium, it also challenges the listener to open up the past and inhabit it as an objectified phenomenon. For Tom Hardy, a haunting presence thus achieves a technological embodiment. The Surrealist Paul Nougé's essay "Music is Dangerous", written in 1928, has a wonderful account of music as haunting : "It would reach us in its most pervasive forms; the song is rising from the lips of those about us, of such and such a stranger, perhaps in the most haunting circumstances; that mechanical music which floats our way from the background of deserted places; and sly and most dangerous of all, the voice which suddenly materializes from some forgotten corner of our memory". (Tim Armstrong, 2003)
French comment : Mais le texte fondamental de ce livre, est, certainement, celui de La Conférence de Charleroi, dont la traduction anglaise (Music is dangerous, publiée en 1946 dans la revue View) motive le choix du titre. Dans cette conférence prononcée en 1929, d'une importance capitale pour l'histoire du surréalisme en Belgique, Nougé insiste sur le fait que la musique est, comme les autres arts, capable de changer le monde. En influençant l'esprit qui l'écoute, car l'esprit « tend inévitablement à s'épanouir en actes qui le justifient. » Ainsi, la notion de spectateur doit être abolie, car elle indique un état de passivité totale, alors que l'art musical produit sur celui qui y prend part un effet qui peut le pousser à commettre des actions, irréparables dans certains cas.comme celui de ce jeune homme qui se suicide après avoir entendu Tannhäuser. Toute l'importance, pour le musicien, est d'être conscient de cette possibilité et d'en user comme il se doit. A travers ce texte d'une rigueur de pensée impressionnante, Nougé relie la musique aux autres arts, contrairement aux surréalistes parisiens qui l'en séparaient. (Noël Lebrun)
Original excerpt : « MM., La tradition réclame de moi un commentaire mêlé de louanges des œuvres musicales que vous allez entendre. Je crois bien faire en dérogeant à cette tradition. Je sais qu’en agissant ainsi je me prive de certains avantages. L’expérience a prouvé que l’on accueille favorablement, d’habitude, l’admiration qui s’exprime sur un mode lyrique et, avec non moins de plaisir, toute explosion de mépris ou de haine. J’ai renoncé délibérément à vous vanter les choses que j’aime, comme à dénigrer celles qui me déplaisent. Je n’ai, d’ailleurs, nulle confidence à faire à propos d’Hindemith, de Schoenberg ou de Strawinsky. Mais la musique soulève de graves problèmes. Il convient donc, à mon sens, d’examiner ces problèmes avec gravité, et, pour éviter qu’ils ne nous échappent, avec une certaine froideur. Le souci d’amuser ou de déplaire serait ici déplacé... Je ne craindrai pas d’insister longuement sur certaines choses qui semblent aller de soi. Les choses capitales, au premier abord, semblent toujours aller de soi. Je me verrai forcé aussi de réclamer de vous un effort d’attention véritable. Mieux encore, une sorte de collaboration. J’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur, et quoi qu’il arrive, que vous me pardonnerez d’avoir jugé que le sujet en valait la peine. [...] La musique est dangereuse. Elle est puissante parce qu’elle engendre chez ses auditeurs des états affectifs qui échappent à la raison. Certes, toutes les musiques ne méritent pas que l’on s’abandonne à elles : il en est de médiocres qui n’ont pour ambitions que de distraire; il en est d’autres qui se veulent de purs déroulements sonores, qui se livrent à des jeux gratuits et des expérimentations formelles. » (“La Conférence de Charleroi”)
Source : Nougé, Paul (1928), “La Musique est dangereuse - écrits autour de la musique”, rassemblés et présentés par Robert Wangermée, Bruxelles: Ed. Didier Devillez, 2001.
Source : Armstrong, Tim (2003), "Hardy, History, and Recorded Music", in "Thomas Hardy and Contemporary Literary Studies", ed. Tim Dolin and Peter Widdowson, Palgrave-Macmillan, 2003.
Source : Armstrong, Tim (1998), "Modernism, Technology and the Body", Cambridge: Cambridge University Press, 1998.
Urls : http://personal.rhul.ac.uk/uhle/012/0333_994450_15_cha10.pdf (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: