locus sonus > audio in art





locus sonus > R&D > SonArt

Last changed: 2012/03/04 09:33

 

This revision is from 2012/03/02 16:49. You can Restore it.


2012 - ANR

Appel Blanc

Jan 2012


Partners

  • LESA Laboratoire d'Études en Sciences de l'Art Univ. de Provence Aix-Marseille 1
  • École supérieure d’Art et de Design de Marseille et de la Méditerranée (ESADMM)
  • Locus Sonus (ESA Aix en Provence, ENSA Bourges)
  • LSIS Laboratoire des Sciences de lʹInformation et des Systèmes



Résumé de la proposition

SonArt
SonArt : pour  un  corpus  numérisé  et  indexé  des  expérimentations et  production artistiques sonores
SonArt
SonArt : for  a  digital  corpus  and  index  artistic  experiments and sound  productions
Le projet de recherche SonArt vise le développement dʹune base documentaire sur les arts sonores à lʹaide dʹoutils numériques spécifiquement élaborés. Les arts « sonores » ne sont pas une catégorie définie : ils impliquent sculptures ou installations sonores, poésie sonore, arts  en réseau, musiques expérimentales, création radiophonique, création vidéographique, etc. 
Alors que ce domaine est aujourd’hui en pleine expansion, son inventaire et son approche historique n’en sont qu’à leurs débuts tout autant que sa théorisation, actuellement en pleine  évolution  dans  les  pays  anglo‐saxons  et  germaniques.  SonArt  propose  d’y  ajouter  une  importante contribution.   

La  base  documentaire  de  SonArt  portera  sur  les  pratiques  sonores  artistiques et expérimentales depuis le début du XXème jusquʹaux œuvres les plus actuelles.  Elle sera créée à partir de systèmes et dʹoutils spécifiques dʹindexation. Le projet est le fruit  d’une  collaboration  Université/Ecoles  d’Art  croisant  les  expertises  et  les  champs  de  connaissances : des sciences de l’information – laboratoires LSIS, LESA–, de l’histoire et de la  théorie artistique – LESA, ENSA Bourges – de la création artistique et sonore et de recherche en art – École supérieure d’Art et de Design de Marseille et de la Méditerranée (ESADMM), 
Locus  Sonus  groupe  de  recherche  Écoles  supérieures  d’Art  d’Aix‐en‐Provence  et  École  nationale  supérieure  d’Art  de  Bourges.  La  singularité  de  cette  collaboration  a  pour  conséquence  l’originalité  du  projet.  La  constitution  de  cette  base  prévoit  une    double  indexation : elle renverra d’une part à un système encyclopédique de type Wiki, et d’autre part à un index de type NMSAT (Networked Music & SoundArt Timeline), c’est‐à‐dire à un système de mind‐mapping. Cette configuration permettra à la fois l’usage d’informations  répertoriées,  complétées  d’articles  historiques,  esthétiques,  critiques  selon  des  normes  scientifiques,  et  d’autre  part  ouvrira  l’accès  aux  œuvres  elles‐mêmes,  avec  des  outils  susceptibles de créer des filiations et des arborescences. L’ensemble sera ainsi utile à la  recherche  universitaire  et  à  l’inventivité  des  créateurs.  Il  servira  la  pédagogie  et  sera  accessible à tout public. 

Objectifs Spécifiques

A la croisée de nombreuses disciplines (arts, musique, histoire et sciences des arts,  musicologie, esthétique, anthropologie, sciences de l’information et de la documentation,  informatique), SonArt contribuera à une meilleure connaissance de ce champ. 
Fondé  sur  un  système  cumulatif,  son  but  demeure  de  produire  une  réflexion  pluridisciplinaire permettant – d’affiner des terminologies ; de mettre au point des méthodes  d’analyses  d’œuvres  inter‐catégorielles ;  de  permettre  de  nouvelles  analyses  historiques,  esthétiques et théoriques, de créer un système d’archives ouvertes, de références dʹœuvres et  de création sonores, de références bibliographiques et médiatiques, d’accès aux ressources  existantes sur le web. Il doit favoriser les expérimentations de jeunes chercheurs‐créateurs  dans ce domaine. 



Contexte de la proposition

Le projet SonArt s’inscrit dans la recherche fondamentale. Actuellement les arts sonores –  c’est‐à‐dire  toute  la  diversité  des  pratiques  artistiques  et  expérimentales  fondées  ou  articulées sur le son ou incluant du son – reçoivent un intérêt croissant. Cet intérêt est  parallèle et conjoint à la croissance exponentielle des usages du numérique. L’ouverture aux  pratiques images‐sons et au domaine sonore en général est publique mais pour tous les  systèmes éducatifs, généraux ou spécifiquement artistiques, il n’existe pas aujourd’hui de  base de références permettant une approche simple, bien informée et historique, avec des  documents  hiérarchisées,  et  des  systèmes  de  connections  stimulants  permettant  une  augmentation des connaissances en la matière ou la réalisation de pratiques inventives. Il  existe certes des bases de données et de nombreux sites, mais ils demeurent largement  dispersés,  disparates,  souvent  peu  scientifiquement  organisés.  D’une  façon  générale,  le  domaine des pratiques sonores est peu renseigné, non par manque de matériau mais en  raison du manque d’historisation et de théorisation de ce domaine difficile à cerner parce  qu’issu de pratiques artistiques transversales. Une recherche visant à élaborer l’histoire et la  théorie  des  arts  sonores  se  développe  aujourd’hui  dans  les  pays  anglo‐saxons  et  germaniques.  Il  devient  important  pour  les  chercheurs  en  art(s)  ici  et  maintenant  de  développer  ce  domaine,  en  innovant  et  en  tirant  profit  des  évolutions  technologiques  touchant aux systèmes dʹindexation et aux modèles de lʹintelligence artificielle. L’élaboration  d’une  base  de  références  scientifiquement  articulée  permettra  des  analyses  ouvrant  des  perspectives historiques nouvelles, des approches esthétiques et critiques plus fines dans ces  domaines et procurera une archive ouverte où pourront puiser la médiation culturelle, les étudiants  en  arts  et  le  domaine  éducatif  en  général.  Cette  base  est  particulièrement  importante pour les Écoles d’Art, où les jeunes créateurs sont depuis assez longtemps déjà  producteurs dans ce domaine. Une des caractéristiques des Écoles d’Art est leur capacité à  offrir un enseignement transversal qui les a amenées à être pionnières dans ce domaine. De  même,  cette  base  peut  nourrir  un  certain  nombre  de  conservatoires  ainsi  que  certains  départements  de  musicologie  et  d’études  sur  les  arts  contemporains  engagés  dans  les  pratiques expérimentales, issues elles‐mêmes de l’histoire de la musique électro‐acoustique.  Le projet tirera parti de la richesse expérimentale développée.  



Enjeux Économiques et Sociétaux

La réalisation du projet SonArt se pose essentiellement en termes d’enjeux sociétaux, dans le  domaine de l’éducation, de la création, de la recherche en sciences humaines. La recherche  dans  le  domaine  des  diverses  pratiques  sonores  est  récente,  car  il  est  resté  longtemps   marginal. Il s’est considérablement étendu depuis le développement du numérique et de son  accès. La recherche est internationale, mais à très forte prédominance anglo‐saxonne, ce qui  construit ainsi une histoire de l’art partielle. Il est donc nécessaire d’élaborer une approche  complémentaire  en  tirant  parti  des  méthodes  et  des  connaissances  existantes,  et  en  les  améliorant  par  l’élaboration  d’outils  nouveaux.  Cette  recherche  commence  à  peine  à  s’extraire  d’un  champ  marginal,  resté  à  l’écart  des  grandes  pédagogies  publiques.  L’université  française  s’est  peu  attachée  à  ce  domaine,  et  les  avancées  en  la  matière  proviennent essentiellement des institutions artistiques et culturelles (musées, centres d’art).  Les travaux synthétiques en la matière en sont à leurs balbutiements (la plupart ont moins de  10 ans). La France apparaît très en retard sur cette question, ce que ce projet vise à rectifier.

Le projet SonArt est la création d’une plate‐forme coopérative multi‐sources, multi‐bases  distribuée et évolutive concernant les arts sonores. Cette plate‐forme a un caractère innovant  par sa conception issue de la rencontre entre des enseignants‐chercheurs et des enseignants‐ artistes participant à des programmes de recherche en art, et plus précisément entre des  universitaires  en  histoire  et  théorie  des  arts  et  en  sciences  de  l’information  et  des  personnalités, artistes et théoriciens, travaillant en Ecoles d’art dans le domaine du son. Cette  plate‐forme  se  caractérise  par  un  double  système,  l’un  de  type  wiki,  évolutif  et  à  but  encyclopédique, indexé sur un autre système permettant un accès aux ressources et à la  diffusion d’images, de films, et bien sûr de son. 
Les  œuvres  attachées  à  ce  domaine  sonore  résultent  de  rencontres,  de  croisements,  de  franchissements entre les catégories dans lesquelles on classe habituellement les arts. Elles  correspondent à différents domaines de la création artistique et de la pensée. La plate‐forme  permet  de  ne  pas  tenter  de  définir  une  catégorie  nouvelle,  mais  de  tenir  compte  de  l’importante diversité des modes d’apparition et d’élaboration de ces œuvres. Ce programme  dégagera probablement des branches non encore répertoriées ou actuellement invisibles et  mettra à jour leurs généalogies. Il participe d’une certaine manière de son évolution, car le  caractère pluridisciplinaire de l’équipe offre non seulement une diversité d’approches et une  garantie de compétences, mais rend compte directement du caractère pluridisciplinaire du  champ observé. 
L’objectif est d’une part quantitatif, dans la mesure où une histoire des arts sonores ne peut  se construire qu’avec une quantité importante d’œuvres scientifiquement répertoriées. Il  s’agit d’harmoniser les ressources disponibles et d’en collecter de nouvelles.   De définir  des méthodes pour  les enrichir et de leur associer des  métadonnées afin de  faciliter leur gestion. 
D’autre part, l’objectif est qualitatif et critique, puisqu’à partir de l’information, des pistes  historiques  pourront  être  confirmées  ou  déduites  et  une  théorisation  produite,  des  méthodologies  testées  ou  mises  au  point,  et  d’autres  développements  de  recherche  envisagés. L’expérimentation en Ecoles d’Art par de jeunes créateurs et la recherche de  dispositifs d’exposition et de diffusion représentent à cet égard un caractère innovant, car il  sera possible de tester in vivo les résultats de la recherche. 
.    L’objectif  est  aussi  d’offrir  la  possibilité  pour  tout  usager  de  produire  ses  propres  approches, son réseau et de nourrir sa propre critique. De la même façon, les créateurs  pourront s’approprier la plate‐forme, s’en servir et la nourrir.