locus sonus > audio in art





locus sonus > Proj Lauvin

Last changed: 2014/03/02 06:03

 

This revision is from 2012/03/06 10:23. You can Restore it.

Projets (2011-2012)

http://locusonus.org/documentation/img/logos/logo_locusonus_small2.jpg

Grégoire Lauvin

cette page est en cours de rédaction / This page is under construction / página en construcción






Bio Grégoire Lauvin








Mémoire : SplitSoundscape

(en cours)





Réalisation : SplitSoundscape

SplitSoundscape est un projet d’installation sonore proposant une expérience originale de l’espace sonore urbain.

Une série de microphone sont disposés dans un espace vaste, à l'échelle d'une ville.

Le son de ces microphones est streamé, en temps réel.

Dans le lieu d'exposition, des haut-parleurs omnidirectionnels diffusent, en temps réel, les sons enregistrés.

La disposition dans l'espace d'exposition reprend, à échelle humaine, la disposition géographique réelle des micros.

Dans SplitSounscape, c'est le visiteur qui, en se déplaçant, créé le mixage entre les différentes sources sonores.



Exemple : Proposition pour le Cloître des Trinitaires à Metz


http://locusonus.org/documentation/img/PROJETSCHERCH/Lauvin_splitsoundscape_1.png

http://locusonus.org/documentation/img/PROJETSCHERCH/Lauvin_splitsoundscape_2.png




Dispositif

SplitSoundscape se présente comme une maquette, comme un diorama sonore.

  • Captation :

Une certain nombre de sources sonore sont captées, formant autant de pixels composant un paysage sonore.

Les streambox seraient utilisées pour le streaming.

Le nombre de sources est variable, mais un chiffre entre 5 et 10 semble raisonnable.

  • Restitution :

Dans un lieu d'exposition, propice à l'écoute, des hauts parleurs, autant qu'il y a de sources captées, restituent ces sons. Leur disposition dans l'espace reprend, à l'échelle, la disposition des sources.

Le paysage sonore est ainsi reconstitué.

Le volume sonore des haut-parleurs est gardé volontairement à un niveau assez bas, le but n'étant pas de les entendre tous en même temps, mais de percevoir chaque source sonore différemment, selon la distance. C'est en déambulant dans l'espace d'exposition que le visiteur reconstitue le paysage sonore. C'est la position du visiteur qui crée le mixage.

Il y a donc une multitude de point de vue sonore, selon ou l'on se trouve par rapport au différentes sources, changeant dans le temps.

Il n'y a pas de limite de distance entre le lieu de captation et le lieu de restitution.



Description

L’installation se compose de plusieurs haut-parleurs, répartis dans un espace propice à l’écoute, au sein duquel le visiteur est invité à déambuler.

Ce lieu est idéalement isolé des bruits alentours.

Ces haut-parleurs diffusent des sons en direct, captés dans différents point d’une zone géographique donnée.

La distance entre le lieu d’enregistrement et le lieu de diffusion n’as pas de limite, les deux pouvant être dans la même ville, ou sur deux continents différents.

La disposition des haut-parleurs au sol reprend à l’échelle la disposition réelle des micros dans l’espace; leur zone de diffusion reprenant la zone de captation des micros.

La captation peut être directionnelle ou omnidirectionnelle, dans un cas comme dans l'autre la diffusion doit être adapté. Il semble cependant que la solution omnidirectionnelle soit préférable, car elle permet une construction plus uniforme de l'espace sonore (voir croquis). Le choix de l'une ou l'autre solution reste tout de même assez lié au lieu capté.

Il n'y a pas sur le lieux d'exposition d'informations visuelles sur les lieux d'origine des sons, laissant le visiteur imaginer et reconstruire l'espace. Mais il est envisagé d'avoir ces informations disponibles autre part, comme un visuel à l'entrée ou une carte en ligne.



Intentions

SplitSoundscape propose une double lecture de l’espace sonore, et l’expérience unique d’un espace acoustique multi-source, véritable maquette d'un paysage sonore.

Le choix de la zone géographique écoutée est crucial, et de lui dépend la portée critique de la pièce, le dispositif décrit pouvant s'appliquer à de nombreuses configuration et de là, prendre différent sens.

Split SoundScape renverse le rapport de l’auditeur au dispositif de reproduction, en le plaçant non pas immobile face à un dispositif de diffusion unique, mais immergé dans une multitude de sources sonore où c’est son mouvement et sa position dans l’espace qui définit ce qu’il entend.

S’inspirant de The tuning of the world de Murray Schafer, et notamment de la notion de schizophonia qui décrit la séparation entre un son originel et sa reproduction, Split SoundScape propose de considérer la ville comme une partition musicale.



Mise en espace:

  • Choix de l'espace streamé

SplitSoundscape est pensé comme un dispositif temporaire qui s'adapte à un territoire, pour une certaine durée, et à une thématique qui en émerge.

Le choix de la disposition des micros en lui-même peu porter une charge critique.

La proposition associée à Chicago, par exemple, suivait un méridien qui correspond au développement historique de la ville, le long du lac, et le long duquel la répartition social est fortement marquée entre le nord riche et le sud particulièrement pauvre et défavorisé.

Ce choix se fait comme un parcours, un certain regard, qui s'impose quand on cherche à découvrir un nouveau territoire.

Il est envisagé d'utiliser des streamBox mise en place pour l'occasion, plutôt que le réseau d'utilisateurs. Ce qui assure en plus d'avoir des stream permanent.

Cela dit, il est possible d'avoir une installation de stream fixe, permanente, et une installation de diffusion mobile, reconstituée ça et là.

  • Disposition des haut-parleurs

La reproduction de l'espace sonore tient à la corrélation entre sources et haut-parleurs, étant donné qu'il n'y à pas d'autres indications d'espace.

La disposition dans l'espace des hauts parleurs est la même que celle des sources, mise à l'échelle de la salle.

Si les points d'écoute sont disposés le long d'un méridien, les hauts-parleurs seront disposés en ligne droite.

Cela dit, les hauts parleurs doivent être reliés à leurs amplificateur par des câbles.

Le choix du support (sur piquet, pendant du plafond, au sol) est discuté dans la partie diffusion.

L'aspect final, bien que dépendant de la géométrie des sources, garde essentiellement un aspect épuré, ou seul sont physiquement présent une dizaine d'enceintes, quoi que à la forme particulière.



Aspects techniques

  • Streaming

Les streamBox, sont parfaitement adaptées à cette tâche.

Chaque source sonore se compose dune streamBox, donc d'un point d'accès à internet, et d'une alimentation électrique, d'un micro, et d'un amplificateur.

Le microphone serai idéalement omnidirectionnel, captant une sphère sonore autour de lui.

  • Reproduction

Cinq streamBox permanentent de récupèrer 10 sources sonore, en tirant partis de la stéréo.

Chaque streamBox à besoin d'un accès réseau, et d'une alimentation électrique.

Un amplificateur sonore est bien sur nécessaire. Toutefois sans avoir besoin d'une grande puissance, étant donné le volume sonore de diffusion envisagé.

  • Diffusion

Chaque haut parleur diffuse le son d'une source sonore.

Les hauts parleurs sont montés dans une enceinte omnidirectionnelle, l'idée étant de diffuser le son de façon homogène autour de lui, d'obtenir une sphère sonore.

Les enceintes sont montés sur des piquets, à environ 1,5m du sol.

Le volume sonore est gardé volontairement assez faible, le but étant qu'à différents point de l'espace d'exposition on entende différents mixage de ces sources.

La hauteur, environ 1,5m, à pour but de rapprocher la source sonore du point d'écoute.

Placer les haut parleurs au sol couperait en quelque sorte l'espace sonore reconstitué, et placerai le visiteur dans un position plus aérienne, et remplacerai le point de vue immersif que le dispositif chercher à produire par un point de vue en survol.

  • Enceintes

Les enceintes omnidirectionnelle existent, quoi que peu commune.

Lantec en produit une destinée aux balladeurs MP3, de faible puissance, et que l'on pose par terre.

On les trouve généralement sous la forme d'un haut parleur, dirigé vers le haut, et surmonté d'un forme qui n'est pas dénuée de qualités plastique.

Parfois cette forme est réduite à une simple sphère. Il semble nécessaire que cette forme soit faite d'un matériau dense.