NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

ca 400 __ « Qui habet aures audiendi audiat »
Augustine of Hippo (Aurelius Augustinus Hipponensis) (354-430)
Original excerpt 1 : « ... corpus tuum habitatio tua est; cor tuum sentit etiam per corpus tuum, sed corpus tuum non quod cor tuum... In corpore tuo inueniebas, alibi oculos, alibi aures; in corde tuo numquid hoc inuenis ? An in corde tuo non habes aures ? De quibus ergo Dominus dicebat : "Qui habet aures audiendi, audiat ?" An in corde non habes oculos ? Vnde dicit apostolus : "Illuminatos oculos cordis uestri" ? ... Vide quemadmodum omnes corporis sensus cordi into nuntient qui senserint foris ; ... Renuntiant oculi cordi alba et nigra ; ... renuntiat et sibi ipsum cor iusta et iniusta. Cor tuum et uidet et audit, et cetera sensibilia diiudicat; et quo non aspirant corporis sensus, iusta et iniusta, mala et bona discernit. » (Aurelius Augustinus Saint Augustin, "In Iohannis Euangelium Tractacus, Tract. XVIII, paragraph. 10, lignes 8-28, p. 186, In "Corpus Christianorum", Series latina. Brepols, Turnholt, 1994, Vol. XXXVI, R. Willems)
French translated excerpt 2 : « Dix-huitième partie.Jn 5, 19.9.[...] Mais, pourtant, sommes-nous autorisés à chercher en lui la place des yeux et des oreilles, comme ils se trouvent dans le corps humain en des endroits différents? Y a-t-il, dans son être, une partie qui voie, et une autre partie qui entende? Son oreille est-elle incapable de faire ce que fait son oeil, et son oe il ne peut-il jouer le rôle de son oreille? Est-il tout entier dans l'organe de la vue ou l'organe de l'ouïe? Peut-être. Mais ce n'est pas assez dire, j'ajoute: Certainement, oui; avec cette réserve, toutefois, qu'en lui, voir et entendre sont bien différents de ce qu'ils sont en nous. La vue et l'ouïe se trouvent ensemble dans le Verbe, mais sans que la première soit autre que la seconde chez lui, la vue n'est pas différente de l'ouïe, et l'ouïe n'est pas autre que la vue.10.Pour nous, en qui l'ouïe et la vue sont choses absolument différentes, pouvons-nous comprendre un pareil mystère? Oui, peut-être, si nous nous replions sur nous-mêmes, à condition, toutefois, de ne pas être des prévaricateurs, car à de pareilles gens il a été dit: "Hommes de péché, rentrez dans votre coeur"; rentrez en vous-mêmes: pourquoi vous en éloigner, et, par là, vous exposer à périr? Pourquoi courir en des chemins solitaires? Vous ne suivez pas la véritable voie; aussi vous égarez-vous; revenez. Où? Au Seigneur. Mais c'est trop tôt: commence par rentrer en toi-même: hors de toi, loin de ton coeur, tu t'égares; tu ne te connais pas même, et tu voudrais connaître ton Créateur? Reviens, rentre dans ton coeur, arrache-toi à ton corps. Ton corps est comme ta demeure; il est pour ton coeur la source d'une foule de sensations, mais ils sont bien différents l'un de l'autre: laisse donc là ton corps pour rentrer dans ton coeur. Dans ton corps, l'oeil occupe une place, et l'oreille une autre place: en est-il ainsi pour ton coeur? Est-il dépourvu de la faculté d'entendre? Qu'est-ce donc que le Sauveur avait en vue, quand il disait:"Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende? (Lc, 8.8)" Est-il privé de la faculté de voir? Pourquoi, alors, l'Apôtre dit-il: "Qu'il éclaire les yeux de votre coeur (Eph. 1.18)?" Rentre en toi-même, et, par ce que tu y verras, tu pourras peut-être te faire une idée de ce qu'est Dieu; car ton âme en est l'image. Le Christ habite dans l'homme intérieur. Au dedans de toi se renouvelle l'image de Dieu: en elle, reconnais les traits de son auteur. Vois comment les sens du corps font connaître au coeur les impressions qui leur viennent du dehors remarque le grand nombre de ministres attachés au service de ce maître unique qui règne à l'intérieur, et aussi les opérations secrètes qu'il accomplit sans leur concours. Les yeux signalent à l'âme le blanc et le noir; les oreilles transportent jusqu'à elle les harmonies et les dissonances; par l'odorat, elle distingue les émanations embaumées des corps d'avec leurs émanations fétides; le goût lui sert à savourer les douceurs et à reconnaître les amers; au moyen du tact, elle fait la différence entre les surfaces polies et les autres; enflai, elle se suffit à elle-même pour apprécier le juste et l'injuste. Elle voit et entend tout ensemble, elle porte des jugements sur tous les êtres matériels, et elle discerne même ce à quoi ne peuvent atteindre les sens du corps, c'est-à-dire, la justice et l'injustice, le bien et le mal. Montre-moi ses yeux, ses oreilles, son organe de l'odorat. Son appréciation s'exerce sur une foule d'objets, et pourtant nous n'apercevons point en elle différents sens. En ton corps se trouvent, ici l'organe de la vue, là celui de l'ouïe: en ton âme se rencontrent, en même temps et à la même place, et l'ouïe et la vue. S'il en est ainsi de l'image, n'en est-il pas, à plus forte raison, ainsi de celui qu'elle représente? Donc, le Fils voit et entend; je dis plus: il est la vue et l'ouïe mêmes; en lui, voir et entendre, c'est être. En toi, la vue est chose distincte de l'existence; car tu peux perdre la vue sans perdre la vie, comme tu peux cesser d'entendre sans cesser de vivre. » (Saint Augustin d'Hippone, "Traité sur L'Evangile de Saint Jean")
Original excerpt 2 : « Si quis diligit me, inquit Veritas, sermonem meum servabit. » Quis autem verba vel praecepta Domini sui servare obediendo potcrit, nisi hasc prius intellexerit ? Nemo studiosus erit in exequendo, nisi qui attentus fuerit in audiendo. Sicut et de beata illa legitur muliere, quae, caeteris omnibus postpositis, sedens secus pedes Domini, audiebat verbum illius : illis videlicet auribus intelligentiac, quas ipsemet requirit dicens : « qui habet aures audiendi, audiat. » (Abélard et Héloïse ca 1400, Lettres II, Epistola Octava)
French translated excerpt 3 : « Celui qui m’aime, dit la Vérité, conservera ma parole. » Or, qui pourra garder par l’obéissance les paroles ou les enseignements du Seigneur, s’il n’a commencé par les comprendre ? On n’a de zèle pour exécuter, que lorsqu’on a été attentif à écouter, ainsi qu’il est écrit de cette sainte femme qui, dédai- gnant tout le reste, s’assit aux pieds du Seigneur, pour entendre sa parole, fans doute avec les oreilles de cette intelligence qu’il demande lui-même, quand il dit : “Que celui-là écoute, qui a des oreilles pour écouter”. » (In "Lettres d'Abélard et d'Héloïse" ca 1400, Transl. by Victor Cousin, Paris : Garnier 1875)
Source : Saint Augustin (ca 400), "Traités sur Saint Jean — Évangile et Épitre aux Parthes", In "Œuvres complètes de Saint Augustin" traduites pour la première fois en français sous la direction de M. Poujoulat et de M. l’abbé Raulx, Bar-Le-Duc 1864, aux tomes X et XI.
Urls : http://www.biblestudytools.com/vula/mark/4.html (last visited ) http://www.biblestudytools.com/search/?q=habet+aures+audiendi+audiat+ (last visited ) http://fr.wikisource.org/wiki/Page:Abelard_Heloise_Cousin_-_Lettres_II.djvu/126 (last visited ) http://fr.wikisource.org/wiki/Page:Abelard_Heloise_Cousin_-_Lettres_II.djvu/125 (last visited ) http://www.lexilogos.com/bible/vulgata_matthaeus.htm (last visited ) http://www.clerus.org/bibliaclerusonline/pt/ct3.htm (last visited ) http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Staugustin/index.htm (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: