NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

1882 __ Un orchestre électrique
Comment : An Electric Orchestra.At the circus in the Champs Elysees, Paris, an electric orchestra has been lately set in action. The Brothers Bozza conceived the idea of suspending all round the circus a variety of instruments, and working them from the centre by means of electricity. The instruments selected are naturally drums, cymbals, multiple-bells, Ader fanfare, "cahiers chantants", etc., all apparatuses which have been actuated by electricity before, or are easily so adapted. The performers play a piece of music on four largo trumpets in the middle of the circus, and from time to timo one of them works a sort of electric manipulator on a table near him. Thus he introduces into the piece now a drum-beat or clash of cymbals, now the jingle of a tambourine, a play of bells, or a bird's song. Sometimes detonating bodies are exploded or blue lights fired. The whole arrangement requires a large number of wires. M. du Moncel fears the effect produced does not correspond to the trouble taken. "Will not the public prefer the ordinary musical eccentricities of clowns, to all this electric complication, of which it cannot understand much ?". (In the Furniture Gazette, 1882, p. 314)
French comment : A quoi n'essaiera-t-on pas d'appliquer l'électricité ! Nous étions conviés il y a quelques jours au cirque des Champs-Élysées à l'audition d'un orchestre électrique. Des mélomanes excentriques, les frères Bozza, ont eu l'idée de suspendre tout autour du cirque des instruments de toute sorte et de les faire manœuvrer du centre de la piste au moyen de l'électricité. Les instruments choisis sont naturellement des tambours, tam-tams, sonneries multiples, cahiers chantants, fanfares genre Ader, etc., tous appareils en un mot, dont la mise en marche par l'électricité est connue depuis longtemps ou facile à imaginer. Nos mélomanes jouent un morceau d'orchestre sur quatre immenses trompettes disposées au milieu du cirque, et de temps en temps l'un d'eux manœuvre une sorte de manipulateur électrique placé sur une table à portée de sa main. Il fait intervenir ainsi dans le morceau, tantôt un coup de tam-tam ou de grosse caisse, tantôt un roulement de tambour, un jeu de cloches, ou un chant d'oiseau. Parfois même il fait partir quelques pétards ou enflamme en guise d'apothéose un feu de Bengale. Toute cette installation, faite avec le concours de M. Chardin, exige évidemment un nombre considérable de fils conducteurs, et si le problème en lui-même n'était pas difficile à résoudre, il a dû demander beaucoup de soins et d'attention. Nous craignons cependant que l'effet produit ne réponde pas à la peine prise. La public ne préférera-t-il pas les excentricités musicales ordinaires des clowns à toute cette complication électrique, à laquelle il ne comprendra d'ailleurs pas grand chose ?. (In "La Lumière Électrique)Journal Universel d'Électricité", 1e série, vol. 7, n°26-52, 1882, Paris : Union des syndicats de l'électricité, 4ième Année, Tome VII, Samedi 30 septembre 1882, No. 39, p. 334).
Urls : http://cnum.cnam.fr/CGI/fpage.cgi?P84.7/338/100/667/0/0 (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: