NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

ca 100 __ « Symposia » — ΣΥΜΠΟΣΙΑΚΩΝ ΒΙΒΛΙΑ''' »
Plutarch of Delphi (Plutarque) (ca 46-120)
French comment : Une autre question qui fait débat, c'est la différence de perception des sons, d'une intensité supposée égale, suivant qu'ils proviennent du dehors ou de l'intérieur d'une maison. Cette question était justement en préambule de la discussion précédente, dans les "Propos de table" de Plutarque (Plutarque, "Les symposiaques, ou propos de table", VIII, 3) : « Un bruit violent, comme nous soupions à Athènes chez Ammonius, vint à retentir dans toute la maison. C'étaient des gens qui, du dehors, demandaient à grands cris le préteur : Ammonius venait d'être promu à cette charge pour la troisième fois. Quand il eut envoyé quelques- uns de ceux qui l'entouraient faire cesser le tapage et congédier la foule, nous nous mîmes à chercher pourquoi ceux qui sont dedans entendent ceux qui sont dehors, mais pourquoi ceux du dehors n'entendent pas aussi bien ceux du dedans. Ammonius dit que ce fait était expliqué par Aristote : que la voix des personnes renfermées sortant dehors au milieu d'un grand espace d'air très libre, s'évanouit aussitôt et se disperse, mais que celle qui de dehors pénètre dedans, au lieu d'éprouver un effet semblable, se maintient, et demeure parfaitement distincte ». La référence à Aristote vient directement d'une question des Problèmes, qui traite précisément de ce sujet. Nous avons vu que ce texte est postérieur à Aristote (Ps Aristote, Problèmes, XI, 37, p 22). « Pourquoi entend-on mieux les bruits extérieurs quand on est dans une maison que les bruits intérieurs quand on se trouve à l'extérieur ? Est-ce parce que de l'intérieur le son se disperse dans l'espace, si bien que chaque détail ne peut pas être entendu, ou l'est moins ? Au contraire, du dehors vers l'intérieur, la voix passant dans un lieu plus réduit et rencontrant un air stable, pénètre sans se disperser, si bien qu'étant plus forte elle s'entend mieux ». On voit comment les nouvelles lois de ce mouvement particulier du son commencent à s'établir. La représentation du mouvement sonore, comme une sorte de sphère qui s'accroît avec la distance, prend forme et on imagine mieux les représentation des conséquences mécaniques de ce type de mouvement. On est loin ici de la balistique et de ses trajectoires, mais on est également loin de la théorie corpusculaire qui éprouvera des difficultés sur cette question de la dispersion, on le verra. (François BASKEVITCH, pp. 83)
Source : Baskevitch, François (2008), "Les représentations de la propagation du son, d’Aristote à l’Encyclopédie", Thèse de Doctorat, Université de Nantes, U.F.R. Lettres et Langages, Ecole doctorale : « Connaissance, Langages, Cultures ».
Urls : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00423362/en/ (last visited ) http://remacle.org/bloodwolf/historiens/Plutarque/index.htm (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: