NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

1842 __ Acoustic Archeology — Archeoacoustics
Louis Simon Fanart (1807-1883)
Comment : Richard D. Woodbrige III in 1969 theorized that cultural objects such as pots and paintings can innocently capture sounds in their grooves and strokes. In other words, the combination of a potter at a wheel tracing grooves on a clay pot with a stick is a crude recording device capable of pickking up ambient sounds. The theory was as much about how such objects couls absorn sounds as it was about the scientific possibility of, as on a phonograph, releasing or playing them. Experimentation is this area, dubbed “acoustic archeology”, has the virtue, as with a lot of 60’s happenings and ideas, of being “groovy”, but it is not farôut that it cannot be appreciated as a part of this era’s interest and advancements in sound technology. This example serves here as a figurative hieroglyph - an attempt ultimately to decipher the ideograph and the phonograph in tandem - for the vestiges of the unpredictability of noise not so innocently solidified in the leftover cultural objects of the 60’s. (Andrea Loselle, “Jean Baudrillard and May’68 - An Acoustic Archeology”, In Historicizing Theory edited by Peter C. Herman, pp. 120-121)The parapsychologist Paul Deveraux develops research into the trance-inducing resonant properties of some neolithic sites. Apparently they resonate at 111Hz, about the same frequency as a low-chanting voice, inducing theta waves in those exposed to it (Paul Devereux, “Secrets of the Dead:Sounds from the Stone Age” on BBC Radio 4) : « The specific concerns about the possibility of sound-generated patterns in dust or incense smoke (or steam - see my STONE AGE SOUNDTRACKS, Vega, 2001) inspiring some of the concentric and zigzag rock art patterns at Newgrange. First, let me inform that I stated on film that there are over 100 theories for rock art, and this was just one more idea - unfortunately, this moderating perspective was edited out (but is in my book). Second, it is possible to build up continuous sound pressure by human action, using drums, certainly, or even just the voice (ever heard Tibetan undertone chanting?). Further, and most importantly, the way sound behaves in a small enclosed space is dynamically different to open or wide spaces. You can actually “hear” the pattern of a standing wave: quite close to a sound source, for instance, when standing at the trough (node) of the waveform, there can be silence - rather eerie for people who thought of sound in supernatural terms rather than scientific ones. In addition, there is the matter of the Newgrange passage blocking stone. This is discussed at length in my book, but was edited out of the film. With this stone (which exactly fits the entrance) in place, the waveforms in the passage would have become intensified, while midwinter sunrise sunlight shafting through the roof box could have illuminated airborne components being organised by the sound waves. So, it would have been possible - but whether it actually happened is, as they say, another story. But a bit of lateral thinking is always good exercise! At the risk of making this sound like an advert, I would point out that my book is the most comprehensive single-source work on acoustic archaeology (and anthropology) currently available. Although it was timed to come out with film (of course), it is far more than a "book of the movie". In fact the reverse is the case - the film only relates to about 2 chapters of the book, in which there is far more detailed information (TV is a broad but shallow medium), and many other aspects of sound in the ancient world are touched upon, ranging from ringing rocks to musical stalactites to the use of sound to control visionary experience under mind-altering drugs in ancient rainforest rituals.” (Paul Devereux) - Description of the TV program :Then Paul Devereux followed, and showed us ten minutes worth of slides of pre-history monuments, cave drawings and their ilk, discussing their acoustic properties. Some of it was interesting, for example there is one rock in Canada that is heavily carved into with over 900 pictograms, and Devereux believes the attraction of this rock is that it is cracked, and at certain times of the year an underground stream beneath it becomes audible, and sounds like human whispers. However, there are only so many ways that you can say that rocks and trees and wind make noises, and the places that our ancestors gathered had noises associated with them. Devereux more than exhausted them. He was clearly passionate about his subject, and his best anecdote was about sneaking onto Stonehenge in order to test his potentially Nobel prize-winning theory that the stones had been transferred from Wales because they had sonic "ringing rock" properties. They didn't. He also pointed out to us that someone had said architecture can be "frozen music". It was a great phrase that stuck in my mind, but saying it doesn't make it true. The climax was the revelation that nearly all the pre-historic chambers they measured had a resonating frequency of 110 Hz - studies showed that the range of frequencies between 110 & 112 Hz cause a change in the electrical pattern of the brain, so they deduced that this is why the chambers were engineered this way. To demonstrate it they showed a home-movie of the sun moving across some rock carvings in Ireland whilst pumping the auditorium full of loud chanting at 110 Hz to see what effect it would have on us. For ten minutes. (Compiled from various sources).The idea was first raised in the 6 February 1969 issue of New Scientist magazine, where it was discussed in David E. H. Jones's light-hearted "Daedalus" column. He wrote: “[A] trowel, like any flat plate, must vibrate in response to sound: thus, drawn over the wet surface by the singing plasterer, it must emboss a gramophone-type recording of his song in the plaster. Once the surface is dry, it may be played back.”.Jones, 1982 (David E.H., Jones (1982), “The Inventions of Daedalus: A Compendium of Plausible Schemes”, W.H. Freeman & Company). Jones subsequently received a letter from one Richard G. Woodbridge III who claimed to have already been working on the idea and said that he had sent a paper on the subject to the journal Nature. The paper never appeared in Nature, but the August 1969 edition of the journal Proceedings of the IEEE ("Acoustic Recordings from Antiquity", Proceedings of the IEEE 57 (8): 1465–1466, August 1969) printed a letter from Woodbridge entitled "Acoustic Recordings from Antiquity". In this communication, the author stated that he wished to call attention to the potential of what he called "Acoustic Archaeology" and to record some early experiments in the field. He then described his experiments with making clay pots and oil paintings from which sound could then be replayed, using a conventional record player cartridge connected directly to a set of headphones. He claimed to have extracted the hum of the potter's wheel from the grooves of a pot, and the word "blue" from an analysis of patch of blue color in a painting (Kleiner, Mendel; Åström, Paul (1993), "The Brittle Sound of Ceramics - Can Vases Speak?", Archeology and Natural Science 1: 66–72). In 1993, archeology professor Paul Åström and acoustics professor Mendel Kleiner performed similar experiments in Gothenburg, and reported that they could recover some sounds. Gregory Benford's 1979 short story "Time Shards" concerns a researcher who recovers thousand-year-old sound from a piece of pottery thrown on a wheel and inscribed with a fine wire as it spun. The sound is then analyzed to reveal conversations between the potter and his assistant in Middle English. (Compiled from various sources)Archaeoacoustics - By archaeoacoustics I mean the recovery of sounds from the time before the invention of recording. This implies that such sounds would have been recorded inadvertently, while intending to do sometring else. Not much has been written about this subject and only very few experiments have been made, but I find the subject fascinating enough to dare the deep waters of the unproven and often scorned. So far no ancient sound has been heard, and the experiments conducted have been attempts to reproduce the conditions at which such recordings would have been produced, successful attempts, according to the papers published. The Woodbridge experiments - What is probably the first publication on the subject appeared in 1969, when Richard G. Woodbridge, III related four experiments in a letter in the Proceedings of the IEEE (Acoustic Recordings from Antiquity, by Richard G. Woodbridge, III (Proceedings of the IEEE, vol. 57, No. 8, August 1969, pp. 1465-1466)). In the first experiment, he could pick up the noise produced by the potter's wheel from a pot, using a hand-held crystal cartridge (Astatic Corp. Model 2) with a wooden stylus, connected directly to a set of headphones. The second experiment yielded 60 Hz hum from the motor driving the potter's wheel. More interesting were the following experiments, with a canvas being painted while exposed to sounds. In the third experiment the canvas was painted with a variety of different paints while exposed to martial music from loudspeakers. Some of the brush strokes had a striated appearance, and "short snatches of the music" could be indentified. For the fourth experiment, the painter spoke the word "blue" during a stroke of the brush, and after a long search the word could be heard again when stroking the canvas with the stylus. The Kleiner - Åström experiments - Years later, similar experiments were made in Gothenburg, Sweden, by archaeology professor Paul Åström and acoustics professor Mendel Kleiner (The Brittle Sound of Ceramics - Can Vases Speak? by Mendel Kleiner and Paul Åström (Archaeology and Natural Science, vol. 1, 1993, pp. 66-72, Göteborg: Scandinavian Archaeometry Center, Jonsered,). Their experiments were dedicated to the analysis of the forces acting on a stylus or its equivalent (feather, vane etc.) while working on a soft surface, and to the actual recording of sound on a clay cylinder that was subsequently fired. The results are rather encouraging for those who wish to hear the sounds of antiquity. The stylus analysis showed that the maximum force on a possible stylus (in this case a feather used to decorate a pot) would occur at high frequencies, those carrying the consonants of speech and thus the maximum information. The actual recording also gave a fairly good result. A clay cylinder was formed on a dictaphone mandrel and a 400 Hz signal was recorded with an electrical cutting head giving a lateral modulation. After firing the cylinder, it could be fitted on the mandrel again after some filing, and the signal could be both heard and measured. The noise level at 400 Hz was about the same as the signal level, but at 1-2 kHz it measured considerably lower, which would make it easier to make out any recorded voices. But, really? - So, experiments have shown that sound can be recorded in paint on a canvas and on a clay surface - that is, if you actually intend to record a sound. But if we want to recover sounds from hundreds of years back, we would then have to look for objects on the surfaces of which sounds have been recorded unintentionally. Then we would have to have some idea about where to begin. What we need is: 1) A surface soft enough to recieve an imprint of the low energy of the sound, yet it has to solidify before this imprint is smeared beyond recognition. 2) This surface would have to be formed during movement, as we need a time axis along which to search for the recorded sound. 3) Transversely to this time axis, there must be a movement produced by the sound vibrations. This could be a movement of the tool used to work the surface - as in the case of the potter's wheel - or of the surface itself - as in the case of the painter's canvas. 4) The surface would also have had to withstand the ravages of time in a more or less pristine condition if we are to make out anything at all through the noise. Nor must it have been covered with any substance that smooths the surface markings. All this leaves us with precious few objects to try our luck on, for the recorded surface would also have to be old for our search to make any sense. From the last 100 years or more, we have intentional recordings of a quality and duration that we cannot hope to equal in archaeoacoustics. One object often mentioned in the newspapers as a possible source of sound is Leonardo da Vinci's 500 year old painting Mona Lisa (La Gioconda). It does not seem to give any possibilities of hearing either Leonardo's or Mona Lisa's voice, however, as it is painted on wood, a material probably too stiff to vibrate enough for our purposes. (Christer Hamp, 1999)
French comment : Il semble bien que les artistes préhistoriques qui réalisèrent les fresques retrouvées dans de nombreuses cavernes de par le monde aient voulu laisser le son en même temps que l'image. En effet, de récentes études menées par Steven Waller de « l'Américan Rock Art Association » révèlent que les hommes préhistoriques utilisaient l'acoustique des cavernes pour donner vie et force à leurs fresques. Steven Waller qui a enregistré les échos de grottes du monde entier à remarqué que les sons renvoyés par les parois imitaient les bruits des animaux représentés par les peintures rupestres. L'intensité sonore correspond étrangement à la présence de décors muraux. Les parois délaissées par les artistes préhistoriques sont celles qui restent muettes, sans échos.De son côté, Jean Louis Heim, en collaboration avec le laboratoire d'anthropologie du Musée de l'Homme de Paris et l'Institut de la Communication parlée de Grenoble, a réussi à reconstituer par ordinateur la voix que pouvait avoir l'Homme de Néanderthal, en prononçant certaines syllabes. On ne peut se contenter que de cela puisqu'on a aucune idée des mots ou des paroles prononcées par notre présumé ancêtre.Des recherches d'un intérêt exceptionnel, fondée sur le principe de la désagrégation des sons, sont effectuées depuis de nombreuse années dans les laboratoires du couvent des bénédictains de l'île Saint-Georges à Venise où une équipe scientifique aurait mis au point des appareils électroniques permettant de reconstituer ou d'interpréter des sons provenant du passé, et enregistrés au coeur de la matière. Le procédé met en oeuvre la résonance des ondes telluriques (et non pas les courants telluriques), avec la conjonction des ondes harmoniques des molécules des pierres. Des fragments de paroles auraient ainsi déjà été reproduits sur bandes. (tyron29kazeo.com)L'Archéoacoustique - Par Archéoacoustique j'entends la récupération de sons d'une époque antérieure à l'invention de l'enregistrement sonore. Ceci sous-entend que l'on aurait enregistré de tels sons par inadvertance, en faisant autre chose. Peu de choses ont été écrites à ce sujet et seulement de très rares expériences ont été faites, mais je trouve la question assez fascinante pour braver les eaux profondes d'une idée non prouvée et toujours dédaignée. A ce jour aucun ancien son n'a été entendu, et les seules expériences effectuées ont été des tentatives pour reproduire les conditions dans lesquelles de tels enregistrements auraient pu se produire, tentatives couronnées de succès, si l'on en croit les publications de ces recherches. Les expériences de Woodbridge - La première publication sur le sujet est probablement celle de 1969, dans laquelle Richard G. Woodbridge III relate quatre expériences dans une lettre dans les Actes de l'IEEE (Acoustic Recordings from Antiquity, by Richard G. Woodbridge, III, Proceedings of the IEEE, vol. 57, No. 8, August 1969, pp. 1465-1466). Dans la première expérience, il pouvait récupérer le bruit produit par le tour du potier à partir d'une poterie, en utilisant une cellule piézo-électrique tenue à la main (Astatic Corp. Model 2) munie d'une pointe de bois, connectée directement à un arrangement de casques audio. La deuxième expérience dégageait le ronflement 60 Hz du moteur qui entraînait la roue du potier. Les expériences suivantes sont plus intéressantes, mettant en jeu une toile que l'on peint pendant qu'on l'expose aux sons d'une musique militaire produite par des haut-parleurs. Certains des coups de pinceau avaient un aspect strié, et on pouvait déceler de "courtes bribes de musique". Pour la quatrième expérience, le peintre parla le mot "bleu" pendant un coup de pinceau, et après une longue recherche, on pouvait réentendre le mot en frottant la toile avec la pointe. Les expériences de Kleiner et Åström - Des années plus tard, des expériences similaires ont eu lieu en Suède à Göteborg, conduites par le professeur en archéologie Paul Åström et le professeur en acoustique Mendel Kleiner (“The Brittle Sound of Ceramics - Can Vases Speak?” by Mendel Kleiner and Paul Åström (Archaeology and Natural Science, vol. 1, 1993, pp. 66-72, Göteborg: Scandinavian Archaeometry Center, Jonsered).Leurs expériences étaient consacrées à l'analyse des forces agissant sur une pointe ou son équivalent (plume, stylet, etc.) en contact avec une surface tendre, et à l'étude de la possibilité d'un enregistrement contemporain sur un cylindre de glaise avant sa mise au feu. Les résultat sont plutôt encourageants pour ceux qui veulent entendre les sons de l'Antiquité. L'étude des pointes montrait que la force maximale sur une pointe éventuelle (dans ce cas une plume utilisée pour décorer un pot par gravure) apparaîtrait aux hautes fréquences, celles qui portent les consonnes d'un discours, donc l'information maximale. L'enregistrement contemporain a donné un assez bon résultat. Un cylindre de terre glaise fut façonné sur un mandrin de Dictaphone et un signal de 400 Hz fut enregistré avec une tête graveuse électrique à enregistrement latéral. Après la cuisson de ce cylindre, on pouvait encore l'installer sur le mandrin après ajustage, et le résultat pouvait être à la fois entendu et mesuré. Le niveau de bruit à 400 Hz était à peu près le même que le niveau du signal, mais à 1 ou 2 kHz il était considérablement plus faible, ce qui pourrait faciliter la restitution de toute voix enregistrée. Mais en fait? - Ainsi, des expériences ont montré que le son peut être enregistré dans de la peinture sur une toile, et sur une surface de glaise, c'est-à-dire aujourd'hui, si vous voulez enregistrer un son. Mais si on veut récupérer des sons vieux de plusieurs centaines d'années, on aurait à rechercher des objets à la surface desquels des sons auraient été enregistrés accidentellement. Aussi faudrait-il avoir une idée sur où commencer. Ce dont on a besoin est: 1) Une surface assez tendre pour recevoir une empreinte de la faible énergie d'un son, ensuite qui soit solidifiée avant que cette empreinte ne soit barbouillée au delà de toute reconnaissance possible. 2) Cette surface devrait avoir été formée pendant un mouvement, puisque il faut un axe des temps le long duquel il y aurait à chercher un son enregistré.. 3) Perpendiculairement à cet axe des temps, il faut un mouvement produit par les vibrations sonores. Ce pourrait être un mouvement de l'outil utilisé pour travailler la surface, comme dans le cas du tour de potier, ou de la surface elle-même, comme dans le cas de la toile peinte. 4) La surface devrait avoir traversé les ravages du temps plus ou moins dans son état original, si on voulait en tirer quelque son à travers le bruit. De plus elle ne devrait avoir été couverte d'aucune substance adoucissant les marques de surface. Tout ceci nous laisse un nombre très restreint d'objets précieux pour tenter notre chance, et dont la surface enregistrée devrait aussi être assez ancienne pour donner quelque sens à cette recherche. Depuis les 100 dernières années, ou un peu plus, nous avons des enregistrements intentionnels d'une qualité et d'une durée que l'on ne saurait espérer en archéoacoustique. Une oeuvre souvent citée dans les journaux comme source possible de sons est la Monna Lisa (La Joconde) de Léonard de Vinci, ancienne de 500 ans. Elle ne semble offrir aucune possibilité d'entendre la voix de Léonard, pas plus que celle de Monna Lisa toutefois, puisqu'elle est peinte sur du bois, un matériau probablement trop rigide pour avoir vibré assez en l'occurrence. (Christer Hamp, 1999)
Original excerpt : « Lecture de M. L. Fanart - Séance du 18 novembre 1842.[...] J’abandonne donc, Messieurs, l’archéologie monumentale pour entrer dans un ordre d’idées qui m’est plus familier. Ce que je vais dire, doit, si je ne m’abuse, exciter quelque intérêt dans une académie, car il s’agit d’une science entièrement neuve et inculte, dont je pose ici la première pierre, et dont personne ne s’est encore sérieusemetn occupé, bien qu’elle soit d’une utilité évidente : je veux parler de “l’archéologie acoustique”. Un temple est un lieu destiné à adorer la divinité, à écouter l’instruction du prêtre. Or, chez tous les peuples et dans tous les cultes, l’adoration et la prière se sont formulées par le chant, l’instruction sacerdotale, par le discours. Donc, favoriser l’audition par tous les moyens possibles, offrir aux ondulations sonores les lignes les plus favorables à leur propagation, tel a dû être, à toutes les époques de la civilisation avancée, le but constant des architextes qui ont élévé des constructions religieuses. Dans un édifive quelconque, destiné au chant et à la parole, trois défauts sont particulièrement à redouter : la déperdition, l’absorption et la répercussion des ondes sonores. Quel que soit celui de ces inconvénients qui domine dans un tel édifice, il n’est plus que très imparfaitement propre à sa destination, il manque aux conditions les plus essentielles que l’on est en droit d’exiger de lui. Dire comment les artistes d’Athènes, de Byzance et de Rome étaient parvenus à trouver les règles acoustiques qui doivent présider à l’érection des grands monuments; déterminer s’ils les avaient rencontrées par suite de tâtonnements multipliés, par l’étude de quelques phénomènes naturels comme l’écho, l’antre des Trophonius ou l’oreille de Denys, ou bien par l’application d’une théorie préalable, cela serait difficile. La dernière hypothèse me semblerait toutefois la plus probable, car la théorie existait et était même fort avancée à l’époque déjà très ancienne. Plusieurs passages d’Aristote et surtout le chapitre huit du deuxième livre de “l’âme”, où il enseigne d’une manière fort remarquable les lois de la propagation du son, le témoignent de façon à lever toute espèce de doute à cet égard. Quoi qu’il en soit, les architectes de l’antiquité avaient non seulement construit des temples qui ne laissaient rien à désirer sous le rapport acoustique, mais encore des théâtres qui, placés dans des conditions bien plus défavorables, puisqu’ils étaient à ciel ouvert et quelquefois abrités par des tissus, n’en étaient pas moins si parfaitement calculés que, 80000 spectateurs placès à l’aise pouvaient y entendre la voix de l’acteur. Ces belles traditions, ces secrets précieux s’étaient transmis d’âge en âge, et les architectes chrétiens en avaient hérités des artistes de l’antiquité. Rien n’est plus rare que de voir un édifice du moyen-âge ne pas être dans les conditions acoustiques les plus favorables et les mieux raisonnées. Certes, Messieurs, cette partie intéressante et jusqu’alors inexplorée de l’ancienne maçonnerie vaudrait déjà bien la peine qu’on s’y arrêtât quelque peu, qu’on y fit quelque attention, peut-être même qu’on y sacrifiât quelque chose et qu’on se gardât bien de tout ce qui pourrait ou l’effacer, ou même lui nuire. Que sera-ce donc lorsque je vous aurait dit qu’à l’heure qu’il est, ce grand art de la “construction acoustique” est perdu complètement et qu’on ne peut guère espérer en ressaisir le fil que par une étude patiente et attentive des monuments du moyen-âge, où il est venu en quelque sorte rendre le dernier soupir. Ce ne sont pas seulement de vastes édifices comme le Panthéon, la Bourse ou Notre-Dame-de-Lorette, qui chez nous sont entachés des défauts que j’ai signalés, mais nous ne savons plus construire même une chapelle, une salle d’assemblée, un théâtre qui réunissent, sous ce rapport, les conditions désirables. Lorsqu’on y réussit, c’est par hasard, lorsqu’on n’y réussit pas, et c’est le cas le plus ordinaire, ce n’est que par des tâtonnements et des remaniements sans fin que l’on parvient à corriger les vices de la construction, quand toutefois on y parvient. [...] Á part toutes ses autres magnificences, la cathédrale de Reims est une des édifices dont les lignes sonores sont le mieux entendues. Cette basilique est même calculée à cet égard avec une si extrême précision que vide, elles est un peu retentissante, et remplie, elle devient parfaite en raison de la qualité absorbante qu’exercent sur le son les vêtements. Elle vibre dans toute son étendue comme un instrument à cordes, nulle part il n’y a ni déperdition du son, ni écho; les ondulations sonores ne s’y répercutent en aucun lieu, mais s’y propagent en se renforçant; les sons grêles y prennent du corps, les sons aigus s’y adoucissent, tout y acquiert un fini, un fondu qui, pour celui qui étudie avec soin cet admirable monument, en font une véritable merveille d’acoustique.[Musicien, Louis Simon Fanart est né à Reims le 7 avril 1807, y est décédé, 48, rue des Capucins, le 6 septembre 1883. Louis Simon Fanart fut maître de chapelle de la cathédrale en 1830, créateur de la Société philharmonique en 1831 et du premier conservatoire de musique dont l’existence fut éphémère (1844-1850). (In “Dictionnaire de Biographie Rémoise”, par Jean-Yves Sureau, 2005) - Louis Fanart was the choirmaster at Reims cathedral] »
Source : Fanart, Louis Simon (1842). “Lecture donnée à la séance du 18 novembre 1842”. In Annales de l’Académie de Reims, Premier Volume, 1842-1843, “Des anciennes tapisseries et toiles peintes de la Cathédrale de Reims - Discussion sur les avantages et les inconvénients d’appliquer ces sortes de tableaux à la décoration intérieure des églises chrétiennes”. Reims : L. Jacquet.
Urls : http://www.pauldevereux.co.uk/ (last visited ) http://www.christerhamp.se/phono/archaeo/archaeoplayer.html (last visited ) http://www.christerhamp.se/phono/archaeo/archaeo.html (last visited ) http://people.tribe.net/e817c1fc-4464-4a72-8ec0-fa26c77f4306/blog/6676c7d5-000d-40a4-b0e6-80145a11a366 (last visited ) http://tyron29.kazeo.com/Ovni-l-infrarouge,r81539.html (last visited ) http://www.christerhamp.se/phono/fra/archeo.html (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: