NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

1760 __ « Giphantie »
François Tiphaigne de la Roche (1722-1774)
Comment : A man, by the name of Tiphaigne de la Roche, published at the Hague, in the year 1760, a singular book, to which he gave for a title an anagram of his name, The “Giphantie” (though the title-page says Babylon, a frequent ploy to evade censorship). He was a French doctor and author who wrote a number of scientific treatises as well as several novels. In this book (which was translated into English the following year), which contains ahurly burly of strange things and purports to be the memoirs of a traveller who journeys through the world passing through many strange lands and observing their inhabitants (not unolike Swift’s “Gulliver”, whose “Travels” were published in 1726), the invention of the Daguerreotype is clearly indicated. The perfected daguerreotype such as we shall undoubtedly have it, but such as we have not yet got it, the daguerreotype reproducing colors as well as form. And all this in the year 1760. Wonderful Utopian cum science fiction novel, including the earliest imaginary description of photography as well as of prototype televisions and telephones. Escaping death in a hurricane, the hero finds himself on the enchanted fertile island of Giphantia, where he is greeted by a benevolent shade, the prefect of the island, in the form of a speaking cloud. The prefect demonstrates numerous spacial and temporal gadgets by which the traveller can observe the world. He shows the probation-column where the spirits are purified between their missions. Beyond this is a large globe from which come loud noises representing the excessive sorrows and joys of mortals. There are tiny pipes on the surface of the globe, through which one can hear what is being said in any part of the world. Chapter 17 contains a remarkable description prefiguring the techniques of photography. The prefect of the island shows the hero into a room where he sees through the window a storm at sea. Not able to credit his sight, being in the middle of the desert, he runs to the window and bumps into the wall, finding the window to be an illusion. On Chapter 12, the transmission of images from different points of the earth to a mirror by means of “portions of air in the atmosphere reserved by the spirits for this task” anticipates television and also the contemporary global webcams. (. (Compiled from various sources.)
French comment : Au XVIIIème siècle, Tiphaigne de la Roche, dans “Giphantie” (1760), décrit un dispositif grâce auquel, moyennant un certain nombre de relais disposés dans l’atmosphère, les habitants de la Guinée peuvent recevoir dans un miroir les images de ce qui se passe dans les régions les plus éloignées. Le fait que les relais aient été placés là par des esprits élémentaires avant la naissance d’Adam montre, bien entendu, que ce texte, visant essentiellement à la satire, est dépourvu de toute prétention à la vraisemblance scientifique. Mais ces esprits n’interviennent pas dans les transmission des images proprement dite, non plus que dans le dispositif sonore qui complète cet appareillage audiovisuel. Celui-ci consiste en un globe parcouru d’une infinité de canaux reliés à toute la surface de la terre, et dont “l’intérieur est organisé de manière que l’émotion de l’air qui se propage par les tuyaux imperceptibles et s’affaiblit à la longue reprend de l’énergie à l’entrée du globe et redevient sensible”. Ce qui manque à ces spéculations pour imposer l’idée d’une possible action à distance, c’est une représentation “scientifique” de l’agent qui permettrait la transmission des messages visuels ou sonores, la notion, largement répandue dans la “philosophie naturelle” de la Renaissance, d’un fluide qui mettrait en communication les différentes parties du cosmos ne résistant plus à l’épreuve des faits. La découverte de l’électricité offrit à l’imagination la possibilité de concevoir cet agent, sous une forme d’abord suffisamment vague pour se prêter à toutes les extrapolations et projections dans l’avenir. (Max Milner)
Original excerpt 1 : « Chapter XVII.The Storm.Some paces from the noisy globe, the earth is hollowed, and there appears a descent of forty or fifty steps of turf; at the foot of which there is a beaten subterraneous path. We went in; and my guide, after leading me through several dark turnings, brought me at last to the light again. He conducted me into a hall of a middling size, and not much adorned, where I was struck with a sight that raised my astonishment. I saw, out of a window, a sea which seemed to me to be about a quarter of a mile distant. The air, full of clouds, transmitted only that pale light which forebodes a storm : the raging sea ran mountains high, and the shore was whitened with the foam of the billows which broke on the beach. By what miracle (said I to myself) has the air, serene a moment ago, been so suddenly obscured ? By what miracle do I see the ocean in the center of Africa ? Upon saying these words, I hastily ran to convince my eyes of so impropable a thing. But in trying to put my head out of the window, I knocked it against something that felt like a wall. Stunned with the blow, and still more with so many mysteries, I drew back a few paces. Thy hurry (said the Prefect) occasions thy mistake. That window, that vast horizon, those thick clouds, that raging sea, are all but a picture. Thou knowest that the rays of light, reflected from different bodies, form a picture and depict those bodies upon all polished surfaces, on the retina of the eye, for instance, on water, on glass. The elementary spirits have endeavored to fix those transient images; they have composed a very subtle matter, very viscous, quick in drying and hardening, by means of which a picture is made in the twinkle of an eye. They wash a piece of cloth with this matter, and present it to the objects which they desire to depict. The first effect of the varnished cloth is that of a mirror, in which one can see all the bodies, near and distant, of which the light can bring the image. The cloth with its viscous coating holds the images, which the glass can not do. The mirror represents the objects faitfully to you, but retains none; our cloths represent them no less faithfully, but keep them all. The impression of the images is made the instant the cloth receives them. It is taken away at once, and put in a dark place; an hour later, the coating has dried, and you have a picture, all the more precious because no art can imitate the truthfulness of it, and time can not damage it in any way. We take from the purest source, the body of light, the colors which painters extract from different materials, and which time never fails to alter. The justness of the design, the truth of the expression, the gradation of the shades, the stronger or weaker strokes, the rules of perspective, all these we leave to nature, who, with a sure and never-erring hand, draws upon our canvases images which deceive the eye and make reason to doubt, whether, what are called real objects, are not phantoms which impose upon the sight, the hearing, the feeling and all the senses at once. The Prefect then entered into some physical discussions, first, on the nature of the glutinous substance which intercepted and retained the rays; secondly, upon the difficulties of preparing and using it; thridly, upon the struggle between the rays of light and the dried substance; three problems, which I propose to the naturalists of our days, and leave to their sagacity. Mean while, I could not take off my eyes from the picture. A sensible spectator, who from the shore beholds a tempestuous sea, feels not more lively impressions: such images are equivalent to the things themselves. [...] »
Original excerpt 2 : « .Chapitre VIII.Le Globe.De chaque côté de la colonne est un grand escalier de plus de deux cents degrés, qui conduit à la cime de coteau. Nous montâmes et nous étions à peine au milieu lorsque mes oreilles furent frappées d’un bourdonnement importun, qui augmentait à mesure que nous avancions. Parvenu à une plate-forme qui termine le coteau, la première chose qui fixa mes yeux fut un globe d’un diamètre considérable. De ce globe procédait le bruit que j’entendais. De loin, c’était un bourdonnement ; de près, c’était un effroyable tintamarre, forme d’un assemblage confus de cris de joie, de cris de frayeur, de plaintes, de chants, de murmures, d’acclamations, de ris, de gémissements de tout ce qui annonce l’abattement immodéré et la joie folle des hommes. De petits canaux imperceptibles, reprit le préfet, viennent de chaque point de la superficie de la Terre aboutir à ce globe. Son intérieur est organisé de manière que l’émotion de l’air qui se propage par les tuyaux imperceptibles et s’affaiblit à la longue reprend de l’énergie à l’entrée du globe et redevient sensible. De là ces bruits de tintamarre, ce chaos. mais à quoi serviraient ces sons confus, si l’on n’avait pas trouvé le moyen de les discerner ? […] Remarque tel point de ce globe qu’il te plaira : en y posant la pointe de la baguette que je te mets aux mains et portant l’autre extrémité à ton oreille, tu vas entendre distinctement tout ce qui se dit dans l’endroit correspondant de la Terre.Chapitre IX.Les Propos.Surpris de ce prodige, je mis la pointe de la baguette sur Babylone; je prêtai l’oreille, et j’entendis ce qui suit ... [...]Chapitre XII.Le Miroir.Comme je m’amusais de ces propos, le préfet de Giphantie me présenta un miroir. Tu ne peux que deviner les choses, me dit-il; mais avec ta baguette et cette glace, tu vas entendre et voir tout-à-la-fois; rien ne t’échappera; tu seras comme présent à tout ce qui se passe. De distance en distance, poursuivit l’esprit élémentaire, il se trouve dans l’atmosphère des portions d’air que les esprits réfléchis des différents endroits de la Terre, et les renvoient au miroir que tu as sous les yeux, de manière qu’en inclinant la glace en différents sens, on y voit différentes parties de la surface de la Terre. On les verra successivement toutes, si on place successivement le miroir dans tous ses aspects possibles, tu es le maître de promener tes regards sur les habitations des hommes. Je me saisis avec empressement de cette glace merveilleuse. En moins d’un quart d’heure, je passai toute la terre en revue. [...]Chapitre XVII.La Tempête.Je fus frappé [, écrit le voyageur,] d’un spectacle qui me causa bien de l’étonnement. J’aperçus par une fenêtre une mer qui ne me parut éloignée que de 2 ou 3 stades. L’air, chargé de nuages, ne transmettait que cette lumière pâle qui annonce les orages; la mer, agitée, roulait des collines d’eau et ses bords blanchissaient de l’écume des flots qui se brisaient sur le rivage. Par quel prodige, m’écriai-je, l’air, serein il n’y a qu’un instant, s’est-il subitement obscurci ? Par quel autre prodige trouvai-je l’Océan au centre de l’Afrique ? En disant ces mots je courus avec précipitation pour convaincre mes yeux d’une chose si invraisemblable. Mais, en voulant mettre ma tête à la fenêtre, je heurtai contre un obstacle qui me résista comme un mur. Étonné par cette secousse, plus encore que par tant de choses incompréhensibles, je reculai de cinq ou six pas en arrière.Ta précipitation cause ton erreur, me dit le préfet; cette fenêtre, ce vaste horizon, ces nuages épais, cette mer en furie, tout cela n’est qu’une peinture. Tu sais que les rayons de lumière réfléchis des différents corps font tableau et peignent ces corps sur toutes les surfaces polies, sur la rétine de l’œil, par exemple, sur l’eau, sur les glaces. Les esprits élémentaires ont cherché à fixer ces images passagères; ils ont composé une matière très subtile, très visqueuse et très prompte à se dessécher et à se durcir, au moyen de laquelle un tableau est fait en un clin d’œil. Ils enduisent de cetre matière une pièce de toile et la présentent aux objets qu’ils veulent peindre. Le premier effet de la toile est celui du miroir : on y voit tous les corps voisins et éloignés dont la lumière peut apporter l’image. Mais ce qu’une glace ne saurait faire, la toile, au moyen de son enduit visqueux, retient les simulacres. Le miroir vous rend fidèlement les objets, mais n’en garde aucun; nos toiles ne les rendent pas moins fidèlement, mais les gardent tous. Cette impression des images est l’affaire du premier instant où la toile les reçoit. On l’ôte sur le champ, on la place dans un endroit obscur; une heure après, l’enduit est desséché, et vous avez un tableau d’autant plus précieux, qu’aucun art ne peut en imiter la vérité et que le temps ne peut en aucune manière l’endommager. Nous prenons dans leur source la plus pure, dans le corps de la lumière, les couleurs que les peintres tirent des différents matériaux que le temps ne manque jamais d’altérer. La précision du dessin, la variété de l’expression, les touches plus ou moins fortes, la gradation des nuances, les règles de la perspective, nous abandonnons tout cela à la nature qui, avec cette marche sûre qui jamais ne se démentit, trace sur nos toiles des images qui en imposent aux yeux et font douter à la raison, si ce qu’on appelle réalités ne sont pas d’autres espèces de fantômes qui en imposent aux yeux, à l’ouïe, au toucher, à tous les sens à la fois. [...] »
Source : The English excerpt is from the English edition, London: Robert Horsfield, 1761, pp. 93-98, and from: “The Old New”, In To-day: A Boston Literary Journal, Edited by Charles Hales, Redding & Co Publishers, 8 State Street, N°. 16, Saturday, April 17, 1852, pp. 252-253.
Source : Fournier, Édouard (1862), “Discoveries - New or Old”, British Quaterly, In The Eclectic Magazine of Foreign Literature, Science and Art, Jan-Apr 1862, W.H. Bidwell Editor, New York : Published at n°5 Beekman Street, March 1862, pp. 383-384.
Source : Rochas, Albert de (1891), “Scientific Dreams of the Past”, in Popular Science Monthly, Vol. 39, N°. 21, July 1891, pp. 365-366.
Source : Tiphaigne de la Roche, C-F (1760), “Giphantie”, In “Voyages aux pays de nulle part”, éd. Francis Lacassin, Paris, Robert Laffont (Coll. Bouquins), 1990, p. 1044.
Source : Milner, Max (1995), "Le Thème de la Communication à Distance dans quelques œuvres de science-fiction", In "Hermès sans fil — Imaginaire de la communication à distance", edited by Alain Montandon, Presses Université Blaise Pascal, pp. 35-36.
Source : Marx, J (1981), “Tiphaigne de la Roche : Modèles de l’imaginaire au XVIIIème siècle”, Éditions de l’Université de Bruxelles.
Urls : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k83191r (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: