NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

ca 750-650 BC __ « Odyssey » — Sirens, Mermaids
Homer (Homère) (end of the 8th century BC)
Comment : In Greek mythology, the Sirens (Greek singular: Σειρήν Seirēn; Greek plural: Σειρῆνες Seirēnes) were three dangerous bird-women, portrayed as seductresses who lured nearby sailors with their enchanting music and voices to shipwreck on the rocky coast of their island. Roman poets placed them on an island called Sirenum scopuli. In some later, rationalized traditions the literal geography of the "flowery" island of Anthemoessa, or Anthemusa, ("We must steer clear of the Sirens, their enchanting song, their meadow starred with flowers" is Robert Fagles' rendering of lines in Odyssey XI.) is fixed: sometimes on Cape Pelorum and at others in the islands known as the Sirenuse, near Paestum, or in Capreae (Strabo i. 22 ; Eustathius of Thessalonica's Homeric commentaries §1709 ; Servius I.e.). All such locations were surrounded by cliffs and rocks. When the Sirens were given a parentage they were considered the daughters of the river god Achelous, fathered upon Terpsichore, Melpomene, Sterope, or Chthon (the Earth; in Euripides' Helen 167, Helen in her anguish calls upon "Winged maidens, daughters of the Earth"). Although they lured mariners, for the Greeks the Sirens in their "meadow starred with flowers" were not sea deities. Roman writers linked the Sirens more closely to the sea, as daughters of Phorcys (Virgil. V. 846; Ovid XIV, 88). Their number is variously reported as between two and five. In the Odyssey, Homer says nothing of their origin or names, but gives the number of the Sirens as two (Odyssey 12:52). Later writers mention both their names and number: some state that there were three, Peisinoe, Aglaope, and Thelxiepeia (Tzetzes, ad Lycophron 7l2) or Parthenope, Ligeia, and Leucosia (Eustathius, loc. cit.; Strabo v. §246, 252 ; Servius' commentary on Virgil's Georgics iv. 562); Eustathius (Commentaries §1709) states that they were two, Aglaopheme and Thelxiepeia. Their individual names are variously rendered in the later sources as Thelxiepeia/Thelxiope/Thelxinoe, Molpe, Aglaophonos/Aglaope/Aglaopheme, Pisinoe/Peisinoë/Peisithoe, Parthenope, Ligeia, Leucosia, Raidne, and Teles. The Sirens of Greek mythology are sometimes portrayed in later folklore as fully aquatic and mermaid-like; the facts that in Spanish, French, Italian, Polish, Romanian and Portuguese the word for mermaid is respectively Sirena, Sirène, Sirena, Syrena, Sirenă and Sereia, and that in biology the Sirenia comprise an order of fully aquatic mammals that includes the dugong and manatee, add to the visual confusion, so that Sirens are even represented as mermaids. However, "the sirens, though they sing to mariners, are not sea-maidens," Harrison had cautioned; "they dwell on an island in a flowery meadow." (Harrison 198f.). According to Ovid (Metamorphoses V, 551), the Sirens were the companions of young Persephone and were given wings by Demeter (Ovid has asked rhetorically, "Whence came these feathers and these feet of birds?" "Ovid's aetiology is of course beside the mark," Jane Ellen Harrison observed; the Keres, the Sphinx and even archaic representations of Athena are winged; so is Eos and some Titans in the Gigantomachy reliefs on the Great Altar of Pergamon; Eros is often winged, and the Erotes) to search for Persephone when she was abducted. Their song is continually calling on Persephone. The term "siren song" refers to an appeal that is hard to resist but that, if heeded, will lead to a bad result. Later writers have inferred that the Sirens were anthropophagous, based on Circe's description of them "lolling there in their meadow, round them heaps of corpses rotting away, rags of skin shriveling on their bones." (Odyssey 12.45–6, Fagles' translation). As Jane Ellen Harrison notes of " The Ker as siren:" "It is strange and beautiful that Homer should make the Sirens appeal to the spirit, not to the flesh." (Harrison 198)For the matter of the siren song is a promise to Odysseus of mantic truths; with a false promise that he will live to tell them, they sing, "Once he hears to his heart's content, sails on, a wiser man. We know all the pains that the Greeks and Trojans once endured on the spreading plain of Troy when the gods willed it so.all that comes to pass on the fertile earth, we know it all! (Odyssey 12.188–91, Fagles' translation). "They are mantic creatures like the Sphinx with whom they have much in common, knowing both the past and the future," Harrison observed. "Their song takes effect at midday, in a windless calm. The end of that song is death." (Harrison 199). That the sailors' flesh is rotting away, though, would suggest it has not been eaten. It has been suggested that, with their feathers stolen, their divine nature kept them alive, but unable to provide for their visitors, who starved to death by refusing to leave. In Argonautica (4.891-919), Jason had been warned by Chiron that Orpheus would be necessary in his journey. When Orpheus heard their voices, he drew out his lyre and played his music more beautifully than they, drowning out their voices. One of the crew, however, the sharp-eared hero Butes, heard the song and leapt into the sea, but he was caught up and carried safely away by the goddess Aphrodite. Odysseus was curious as to what the Sirens sounded like, so, on Circe's advice, he had all his sailors plug their ears with beeswax and tie him to the mast. He ordered his men to leave him tied to the mast, no matter how much he would beg. When he heard their beautiful song, he ordered the sailors to untie him but they bound him tighter. When they had passed out of earshot, Odysseus demonstrated with his frowns to be released (Odyssey XII, 39). Some post-Homeric authors state that the Sirens were fated to die if someone heard their singing and escaped them, and that after Odysseus passed by they therefore flung themselves into the water and perished (Hyginus, Fabulae 141; Lycophron, Alexandra 712 ff.). It is also said that Hera, queen of the gods, persuaded the Sirens to enter a singing contest with the Muses. The Muses won the competition and then plucked out all of the Sirens' feathers and made crowns out of them. (Compiled from various sources)
French comment : Une sirène (en grec ancien Σειρήν) est une créature mythologique hybride : mi-femme et mi-oiseau (tradition antique) ou mi-femme et mi-poisson (tradition médiévale). Selon la tradition homérique, les sirènes sont des « divinités de la mer qui, à l'entrée du détroit de Messine en Sicile, attiraient par leurs chants les navigateurs et les entrainaient vers la mort ; elles étaient alors représentées avec un corps d'oiseau et une tête de femme, et jamais avec un corps de poisson comme dans les mythes nordiques » (Dictionnaire historique de la langue française, sous la direction d'Alain Rey, réimpression mise à jour en 2006, Le Robert). Sur les monuments funéraires, elles figuraient des divinités léthifères chantant au son de la lyre et laissant supposer des intentions érotiques à l’égard du héros décédé. Plusieurs auteurs anciens les ont citées : Aristote, Pline, Ovide, etc. Les bestiaires médiévaux les décrivent comme des femmes « de la tête aux cuisses » et poissons de « là jusqu’en bas avec des griffes et des ailes » dans un syncrétisme qui noue les traditions fabuleuses des mythologies grecque et germanique. Au VIIIe siècle, le moine anglais Aldhelm de Sherborne les décrit comme des vierges à queue de poisson couverte d'écailles. Ces deux représentations vont cohabiter jusqu'au XVe siècle où les sirènes volantes laissent définitivement la place à une jolie femme aux longs cheveux et à queue de poisson. À cette époque, le naturaliste allemand Johannes de Cuba les fait vivre dans des gouffres au fond des mers. « On les trouve souvent dans les mers et parfois dans les rivières », dit de son côté l'écrivain flamand Jacob Van Maerlant. En revanche, dans la mythologie grecque, ces démons habitent une île du Ponant près de l'île de la magicienne Circé. Ces filles de la mer traînent une triste réputation de dévoreuses d'homme, attirant leurs victimes par des chants mélodieux ou une apparence séduisante, voire les deux. Ces redoutables séductrices peuvent même être de simples jeunes femmes sans queue de poisson vivant dans la mer. Les Anglais les appellent alors Siren plutôt que Mermaid. D'illustres navigateurs ont dit avoir rencontré des sirènes : Christophe Colomb, en 1493, en aurait vu trois près des côtes de Saint-Domingue, « mais elles n'étaient pas aussi belles qu'on les décrit… » Un avis qui n'est pas partagé par les marins d'un navire américain qui ont observé, vers 1850, près des îles Sandwich (Hawaii), une sirène « d'une grande beauté qui ne cédait en rien aux plus belles femmes ». Ces sirènes sont certainement des mammifères marins, tels les lamantins et les dugongs, qui vivent dans les eaux peu profondes des archipels, des lagunes et estuaires. En 1403, près d'Edam en Hollande, un spécimen a été capturé par deux jeunes filles. Il s'agissait d'une femme, trouvée nue dans l'eau et ne parlant aucune langue connue, qui fut surnommée la « sirène d'Edam ». Des pastiches de sirène « desséchées » ont été fabriqués dès le XVIe siècle, et exposés dans les foires et les musées. Mais c'est surtout au XIXe siècle qu'ils ont attiré les foules. Ces monstres hideux étaient fabriqués au Japon, en Inde ou en Chine. Le haut du corps est constitué d'un buste d'orang-outan ou de guenon. La queue est celle d'un gros poisson. Quant au XVIIe siècle, à Leyde, un certain Pavio disséqua une sirène en présence du célèbre médecin Johannes de Laet, apportant un certain crédit scientifique à l'animal fabuleux. La tête et la poitrine étaient humaines mais, du nombril au pied, l'être était informe et sans queue. Musiciennes dotées d’un talent exceptionnel, elles séduisaient les navigateurs qui, attirés par les accents magiques, de leurs lyres et flûtes et perdaient le sens de l’orientation, fracassant leur bateau sur les récifs où ils étaient dévorés par ces enchanteresses. On leur attribue divers noms : Aglaopé (celle au beau visage), Agalophonos (celle qui a une belle voix), Leucosia (la blanche), Ligéia (celle au cri perçant), Molpé (la musicienne), Parthénopé (celle qui a un visage de jeune fille), Raidné (l’amie du progrès), Télès (la parfaite), Thelxépéia (l’enchanteresse), Thelxiopé (celle qui persuade). Traditionnellement, lorsqu'elles sont trois, une joue de la lyre, une autre de la flûte et la troisième chante. La première mention des sirènes dans la littérature se trouve chez Homère, au chant XII de l'Odyssée, dans un des plus fameux passages du récit : Ulysse s'est fait attacher au grand mât de son navire pour ne pas céder au chant des sirènes, pendant que ses compagnons rament, les oreilles bouchées par la cire. Cependant, Homère ne fait aucune allusion à des femmes-oiseaux. Le texte semble même suggérer qu'il pense à des femmes normales se tenant au bord de la mer, contrairement à certaines représentations grecques. Selon certaines interprétations, les sirènes n’étaient autre chose que des courtisanes qui demeuraient sur les bords de la mer de Sicile et qui séduisaient les marins. (Compiled from various sources).
Original excerpt 1 : « [Kirke advises Odysseus on his journey :] You will come to the Seirenes first of all; they bewitch any mortal who approaches them. If a man in ignorance draws too close and catches their music, he will never return to fine wife and little children near him and to see their joy at his homecoming; the high clear tones of the Seirenes will bewitch him. They sit in a meadow; men’s corpses lie heaped up all round them, mouldering upon the bones as the skin decays. You must row past there; you must stop the ears of all your crew with sweet wax that you have kneaded, so that none of the rest may hear the song. But if you yourself are bent on hearing, then give them orders to bind you both hand and foot as you stand upright against the mast-stay, with the rope-ends tied to the mast itself; thus you may hear the two Seirenes’ voices and be enraptured. If you implore your crew and beg them to release you, then they must bind you fast with more bonds again. When your crew have rowed past the Seirenes [you reach the Wandering Rocks & the straight of Skylla and Kharybdis].Then with heavy heart I [Odysseus] spoke to my comrades thus : `Friends it is not right that only one man, or only two, should know the divine decrees that Lady Kirke has uttered to me. I will tell you of them, so that in full knowledge we may die or in full knowledge escape, it may be, from death and doom. Her first command was to shun the Seirenes--their enchanting notes, their flowery meadow. I alone was to hear their song, she said. You for your part must bind me with galling ropes as I stand upright against the mast-stay, with the rope-ends tied to the mast itself; then I shall stay there immovably. And if I beg and beseech you to set me free, you must bind me hard with more ropes again.’ Thus I told my comrades and made things plain, point by point. Meanwhile the trim ship sped swiftly on to the island of the Seirenes, wafted still be the favouring breeze. Then of a sudden the wind dropped and everything became hushed and still, because some divinity lulled the waters. My men stood up, furled the sails and stowed them in the ship’s hold, then sat at the thwarts and made the sea white with their polished oars of fir. I myself, with my sharp sword, cut a great round of wax into little pieces and set about kneading them with all the strength I had. Under my mighty hands, and under the beams of the lordly sun-god whose father is Hyperion, the wax quickly began to melt, and with it I sealed all my comrades’ ears in turn. Then they bound me fast, hand and foot, with the rope-ends tied to the mast itself, then again sat down and dipped their oars in the whitening sea. But them, the Seirenes saw the quick vessel near them and raised their voices in high clear notes : `Come hither, renowned Odysseus, hither, you pride and glory of all Achaea! Pause with your ship; listen to our song. Never has nay man passed this way in his dark vessel and left unheard the honey-sweet music from our lips; first he has taken his delight, then gone on his way a wiser man. We know of all the sorrows in the wide land of Troy that Argives and Trojans bore because the gods would needs have it so; we know all things that come to pass on the fruitful earth.’ So they sang with their lovely voices, and my heart was eager to listen still. I twitched my brows to sign to the crew to let me go, but they leaned to their oars and rowed on; Eurylokhos and Perimedes quickly stood up and bound me with more ropes and with firmer hold. But when they had rowed well past the Seirenes--when music and words could be heard no more--my trusty comrades were quick to take out the wax that had sealed their ears, and to rescue and unbind myself. But the island was hardly left behind when I saw smoke above the heavy breakers and heard a great noise [the whirlpool of Kharybdis].[Odysseus tells Penelope of his travels :] How he heard the Seirenes singing and came to the Wanderers, to grim Kharybdis and to Skylla. » (Homer, Odyssey 13. 322 ff; trans. Shewring)
Original excerpt 2 : « CHANT XII.[...] - Ainsi, tu as accompli tous ces travaux. Maintenant, écoute ce que je vais te dire. Un Dieu lui-même fera que tu t'en souviennes. Tu rencontreras d'abord les Seirènes qui charment tous les hommes qui les approchent ; mais il est perdu celui qui, par imprudence, écoute leur chant, et jamais sa femme et ses enfants ne le reverront dans sa demeure, et ne se réjouiront. Les Seirènes le charment par leur chant harmonieux, assises dans une prairie, autour d'un grand amas d'ossements d'hommes et de peaux en putréfaction. Navigue rapidement au delà, et bouche les oreilles de tes compagnons avec de la cire molle, de peur qu'aucun d'eux entende. Pour toi, écoute-les, si tu veux ; mais que tes compagnons te lient, [50] à l'aide de cordes, dans la nef rapide, debout contre le mât, par les pieds et les mains, avant que tu écoutes avec une grande volupté la voix des Seirènes. Et, si tu pries tes compagnons, si tu leur ordonnes de te délier, qu'ils te chargent de plus de liens encore. Après que vous aurez navigué au delà, je ne puis te dire, des deux voies que tu trouveras, laquelle choisir ; mais tu te décideras dans ton esprit. Je te les décrirai cependant. Là, se dressent deux hautes roches, et contre elles retentissent les grands flots d'Amphitrite aux yeux bleus. Les Dieux heureux les nomment les Errantes. Et jamais les oiseaux ne volent au delà, pas même les timides colombes qui portent l'ambroisie au Père Zeus. Souvent une d'elles tombe sur la roche, mais le Père en crée une autre, afin que le nombre en soit complet. Jamais aucune nef, ayant approché ces roches, n'en a échappé ; et les flots de la mer et la tempête pleine d'éclairs emportent les bancs de rameurs et les corps des hommes. Et une seule nef, sillonnant la mer, a navigué au delà : Argô, chère à tous les Dieux, et qui revenait de la terre d'Aiètès. Et même, elle allait être jetée contre les grandes roches, mais Hèrè la fit passer outre, car Jèsôn lui était cher. Tels sont ces deux écueils. L'un, de son faîte aigu, atteint le haut Ouranos, et une nuée bleue l'environne sans cesse, et jamais la sérénité ne baigne son sommet, ni en été, ni en automne ; et jamais aucun homme mortel ne pourrait y monter ou en descendre, quand il aurait vingt bras et vingt pieds, tant la roche est haute et semblable à une pierre polie. Au milieu de l'écueil il y a une caverne noire dont l'entrée est tournée vers l'Érébos et c'est de cette caverne, illustre Odysseus, qu'il faut approcher ta nef creuse. Un homme dans la force de la jeunesse ne pourrait, de sa nef, lancer une flèche jusque dans cette caverne profonde. Et c'est là qu'habite Skyllè qui pousse des rugissements et dont la voix est aussi forte que celle d'un jeune lion. C'est un monstre prodigieux, et nul n'est joyeux de l'avoir vu, pas même un Dieu. Elle a douze pieds difformes, et six cous sortent longuement de son corps, et à chaque cou est attachée une tête horrible, et dans chaque gueule pleine de la noire mort il y a une triple rangée de dents épaisses et nombreuses. Et elle est plongée dans la caverne creuse jusqu'aux reins ; mais elle étend au dehors ses têtes, et, regardant autour de l'écueil, elle saisit les dauphins, les chiens de mer et les autres monstres innombrables qu'elle veut prendre et que nourrit la gémissante Amphitritè. Jamais les marins ne pourront se glorifier d'avoir passé auprès d'elle sains et saufs sur leur nef, car chaque tête [100] enlève un homme hors de la nef à proue bleue. L'autre écueil voisin que tu verras, Odysseus, est moins élevé, et tu en atteindrais le sommet d'un trait. Il y croit un grand figuier sauvage chargé de feuilles, et, sous ce figuier, la divine Kharybdis engloutit l'eau noire. Et elle la revomit trois fois par jour et elle l'engloutit trois fois horriblement. Et si tu arrivais quand elle l'engloutit, Celui qui ébranle la terre, lui-même, voudrait te sauver, qu'il ne le pourrait pas. Pousse donc rapidement ta nef le long de Skyllè, car il vaut mieux perdre six hommes de tes compagnons, que de les perdre tous. [...] Elle parla ainsi, et aussitôt Éôs s'assit sur son thrône d'or, et la noble Déesse Kirkè disparut dans l'île. Et, retournant vers ma nef, j'excitai mes compagnons à y monter et à détacher les câbles. Et ils montèrent aussitôt, et ils s'assirent en ordre sur les bancs, et ils frappèrent la blanche mer de leurs avirons. [150] Kirkè aux beaux cheveux, terrible et vénérable Déesse, envoya derrière la nef à proue bleue un vent favorable qui emplit la voile ; et, toutes choses étant mises en place sur la nef, nous nous assîmes, et le vent et le pilote nous conduisirent. Alors, triste dans le coeur, je dis à mes compagnons : - Ô amis, il ne faut pas qu'un seul, et même deux seulement d'entre nous, sachent ce que m'a prédit la noble Déesse Kirkè ; mais il faut que nous le sachions tous, et je vous le dirai. Nous mourrons après, ou, évitant le danger, nous échapperons à la mort et à la Kèr. Avant tout, elle nous ordonne de fuir le chant et la prairie des divines Seirènes, et à moi seul elle permet de les écouter ; mais liez-moi fortement avec des cordes, debout contre le, mât, afin que j'y reste immobile, et, si je vous supplie et vous ordonne de me délier, alors, au contraire, chargez-moi de plus de liens. [165] Et je disais cela à mes compagnons, et, pendant ce temps, la nef bien construite approcha rapidement de l'île des Seirènes [Sirènes], tant le vent favorable nous poussait ; mais il s'apaisa aussitôt, et il fit silence, et un Daimôn assoupit les flots. Alors, mes compagnons, se levant, plièrent les voiles et les déposèrent dans la nef creuse ; et, s'étant assis, ils blanchirent l'eau avec leurs avirons polis. Et je coupai, à l'aide de l'airain tranchant, une grande masse ronde de cire, dont je pressai les morceaux dans mes fortes mains ; et la cire s'amollit, car la chaleur du Roi Hèlios était brûlante, et j'employais une grande force. Et je fermai les oreilles de tous mes compagnons. Et, dans la nef, ils me lièrent avec des cordes, par les pieds et les mains, debout contre le mât. Puis, s'asseyant, ils frappèrent de leurs avirons la mer écumeuse. Et nous approchâmes à la portée de la voix, et la nef rapide, étant proche, fut promptement aperçue par les Seirènes, et elles chantèrent leur chant harmonieux : - Viens, ô illustre Odysseus, grande gloire des Akhaiens. Arrête ta nef, afin d'écouter notre voix. Aucun homme n'a dépassé notre île sur sa nef noire sans écouter notre douce voix ; puis, il s'éloigne, plein de joie, et sachant de nombreuses choses. Nous savons, en effet, tout ce que les Akhaiens et les Troiens ont subi devant la grande Troiè par la volonté des Dieux, et nous savons aussi tout ce qui arrive sur la terre nourricière. Elles chantaient ainsi, faisant résonner leur belle voix, et mon coeur voulait les entendre ; et, en remuant les sourcils, je fis signe à mes compagnons de me détacher ; mais ils agitaient plus ardemment les avirons ; et, aussitôt, Périmèdès et Eurylokhos, se levant, me chargèrent de plus de liens. Après que nous les eûmes dépassées et que nous n'entendîmes plus leur voix et leur chant, mes chers compagnons retirèrent la cire de leurs oreilles et me détachèrent ; [200] mais, à peine avions-nous laissé l'île, que je vis de la fumée et de grands flots et que j'entendis un bruit immense. Et mes compagnons, frappés de crainte, laissèrent les avirons tomber de leurs mains. Et le courant emportait la nef, parce qu'ils n'agitaient plus les avirons. » (L'Odyssée d'Homère, traduction de Leconte de Lisle, 1818-1894)
Source : Harrison, Jane Ellen (1922) (3rd ed.) “Prolegomena to the Study of Greek Religion”. London: C.J. Clay and Sons.
Source : Homère (ca - 700 BC[1992]). “Odyssée”. Chant XII, v. 39-55 et 165-200, texte établi et traduit par Victor Bérard, (pp. 112-113 et 118-119). Paris : Belles Lettres.
Source : Homer (ca - 700 BC[1980]). “Odyssey”. Trans. by Walter Shewring, 1980. Oxford University Press (Oxford World's Classics).
Urls : http://philoctetes.free.fr/odchant12.htm (last visited ) http://www.perseus.tufts.edu/hopper/text?doc=Perseus%3Atext%3A1999.01.0135%3Abook%3D12%3Acard%3D36 (last visited ) http://www.hs-augsburg.de/~harsch/Chronologia/Lspost02/Hyginus/hyg_fabu.htm (last visited ) http://ugo.bratelli.free.fr/Homere/Odyssee.pdf (last visited ) http://www.theoi.com/Pontios/Seirenes.html (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: