NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

1952 __ « Player Piano »
Kurt Vonnegut (1922-2007)
Comment : “Player Piano”, author Kurt Vonnegut's first novel, was published in 1952. The dystopian story takes place in a near-future society that is almost totally mechanized, eliminating the need for human laborers. This widespread mechanization creates conflict between the wealthy upper class.the engineers and managers who keep society running.and the lower class, whose skills and purpose in society have been replaced by machines. « I was working for General Electric at the time, right after World War Two, and I saw a milling machine for cutting the rotors on jet engines, gas turbines. This was a very expensive thing for a machinist to do, to cut what is essentially one of those Brancusi forms. So they had a computer-operated milling machine built to cut the blades, and I was fascinated by that. This was in 1949 and the guys who were working on it were foreseeing all sorts of machines being run by little boxes and punched cards. Player Piano was my response to the implications of having everything run by little boxes. The idea of doing that, you know, made sense, perfect sense. To have a little clicking box make all the decisions wasn't a vicious thing to do. But it was too bad for the human beings who got their dignity from their jobs » (Playboy Magazine interview with Kurt Vonnegut, Jr., July 1973). A player piano is a modified piano that "plays itself". The piano keys move according to a pattern of holes punched in an unwinding scroll. Unlike a music synthesizer, the instrument actually produces the sound itself, with the keys moving up and down, driving hammers that strike the strings. Like its counterpart, a player piano can be played by hand as well. When a scroll is run through the ghost-operated instrument, the movement of its keys produce the illusion that an invisible performer is playing the instrument. Vonnegut uses the player piano as a metaphor to represent how the novel's imaginary society is run by machines instead of people. Early in the book, Paul's friend and future member of the Ghost Shirt Society, Ed Finnerty, is shown playing a player piano, suggesting the idea of humans regaining control from the machines. (Compiled from various sources)
French comment : “Le Pianiste déchaîné” (titre français de “Player Piano”) s’inscrit dans une longue tradition d’anticipations dystopiques, et ne manque pas, par certains aspects, de faire penser notamment au Meilleur des mondes d’Aldous HUXLEY. Nous y découvrons une humanité future largement débarrassée du travail grâce aux machines, et à leur place de plus en plus prépondérante dans la société depuis la troisième guerre mondiale. L’État-nation n’est plus guère une notion pertinente dans ce monde où les valeurs essentielles sont celles de l’efficacité et de la productivité, et où le patriotisme emprunte le plus souvent l’aspect de l’esprit de corps. Les machines se révélant bien plus efficaces que les humains, dont les erreurs et les faiblesses ne pouvaient que nuire à la production, il en a résulté une scission de la population en deux catégories totalement disproportionnées. La première, largement minoritaire, est celle des ingénieurs et administrateurs : des hommes au Q.I. élevé, dont la valeur est attestée par un diplôme universitaire, et dont les activités - guère attrayantes - ne pourraient être mieux accomplies par des machines. Pas encore, du moins... La seconde, bien plus nombreuse, est constituée par tous les autres, les innombrables individus au Q.I. moins élevé et dénués de diplômes, qui ont été remplacés par les machines ; pour ceux-là, il n’y a guère que deux possibilités : soit ils intègrent l’armée - mais personne n’est assez fou pour leur confier des armes, il s’agit seulement de les occuper - soit ils font « semblant » de travailler au sein des Brigades de Reconstruction et de Récupération. L’ennui, c’est que, parmi les « soldats » comme parmi les Recons & Récus, la colère gronde : cette vie sans travail leur apparaît totalement vaine, et ils rechignent, en dépit de la propagande des soap opéras télévisés et de leur relatif confort matériel, à n’être que des consommateurs ; aussi méprisent-ils les diplômés, et plus encore les machines, certains d’entre eux devenant même des « saboteurs » - et l’on ne saurait imaginer crime plus atroce... (Compiled from various sources)Quatrième de couverture de l’édition de poche : “Et maintenant, voici les premières notes de “Halte à la société industrielle”, une composition célèbre des années 80... ou 90... Peu importe : vous êtes dans le très proche avenir, à Ilium, Etat de New York. Une cité charmante divisée en trois districts : un pour les administrateurs, ingénieurs et fonctionnaires. Un autre pour les machines. Et un troisième pour les gens. Les gens, tout simplement. Ceux qui font semblant de travailler, parce que tel est leur devoir. Ou d'appartenir à une armée artificielle que ne justifie pas la moindre petite guerre. Les gens. Les «Recons» et les «Récus». N'essayez pas de vous reconnaître en eux : ce serait trop navrant…”. (Le Livre de Poche)
Source : Vonnegut Jr, Kurt (1952), “Player Piano“, Dell Publishing, 1999 (Scribner, 1952).
Source : Vonnegut Jr, Kurt (1952), “Le Pianiste déchaîné, [Player Piano]”, Translated by Yvette Rickards, coll. Poussière d’étoiles, Rennes : Terre de brume, 2008.
Urls : http://www.vonnegutweb.com/playerpiano/pp_peterjreed.html (last visited ) http://www.lewrockwell.com/orig4/sipos2.html (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: