NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

1947 __ « Cybernetics - Control and Communication in the Animal and the Machine » — Ultrafax
Norbert Wiener (1894-1964)
Comment : In 1948 Norbert Wiener published his path-breaking book “Cybernetics or Control and Communication in the Animal and the Machine”. This paper focusses on the chapter on “information language and society”. The inderdependance betweeen communication, transmission of information and power becomes ever more important in the recent boost of the so-called information society. [...] As Wiener points out, the transmission of information defines the extension of a community. In the course of this argument he stresses the importance of the relation of observable behaviour and information. In other words he underlines the close link between the semantic and the pragmatic dimension of communication. As a consequence he focusses on the very interesting aspects of homeostatic processes with respect to communal information. Homestatic processes are defined as feedback mechanisms inducing measures to keep systems continuing. Applied to social systems this means that their homestatic processes guarantee the existence of the community, wherby Wiener critizes the lack of homeostatic processes in politics. [...] Especially in connection with available information Wiener points out the importance of the control of the information space in a society: Mass media, pseudo sciences, opinion samplings and the like are instruments to support the interests of those in power: « It is only in the large community, where the Lords of Things as They Are protect themselves from hunger by wealth, from public opinion by privacy and anonymity, from private criticism by the laws of libel and the possession of the means of communication, that ruthlessness can reach its most sublime levels ». The triple constriction of the means of communication are (a) the elimination of the less profitable means in favor of the more profitable; (b) the fact that these means are in the hands of the very limited class of wealthy men; and (c) the fact that - as one of the chief avenues to political and personal power, they attract above all those ambigious for such power. Thus, while communication channels could be the main mechanism to perpetuate homeostasis, these tendencies lead to the opposite: Anti-homeostatic elements get into power. [...] In Wiener's view social systems can be distinguished from other biological organisation forms by the following property: « The degree of integration of the life of the community may very well approach the level shown in the conduct of a single individual, yet the individual will probably have a fixed nervous system, with permanent topographic relations between the elements and permanent connections, while the community consists of individuals with shifting relations in space and time and no permanent unbreakable physical connections. » (Wiener, 1948, p.156). What replaces these permanent physical ties in a community is a basically new phenomenon - communication. Communication often is thought to be equivalent to the use of language, but Wiener carefully insists that other forms of intercommunication, e.g. transmission via odors, do exist as well. But even without a common set of signals with intrinsic content two social entities can communicate: « The ability that he (the sender, H. H.-E.) has to pick out the moments of my (the receiver's, H. H.-E.) special, active attention is in itself a language as varied in possibilities as the range of impressions that the two of us are able to encompass. » (Wiener, 1948, p.156). Since communication is the characteristic property of social systems a closer look at the way it takes place is of primordal interest. Of course, communication usually is not uni-directional, it is an ongoing exchange of information. This leads us to the interesting question of the long-run outcomes of these mutual interactions, in Wiener's terminology the question of homeostasis in social systems. These dynamic processes of communicating social entities imply emergence and change of power and control structures. [...] When investigating information and language Wiener already pointed out that the control of the means of communication is the most effective and most important issue. Thus in large societies ( in which direct contact of all members is not possible) it is crucial who has control over the means - such as « the press, both as it concerns books and as it concerns newspapers, the radio, the telephone system, the telegraph, ... » (Wiener, 1948, p.161) - or in more contemporary terms: the mass media. These aspects of power and control become even more important in the era of the so-called information society. As the concept “information society” suggests, the processing of information has become so easy - in terms of cost, speed and capacity - that information processing really dominates our lifes. In the industrialized world there are PCs in almost every household and internet connection is heavily pushed by powerful pressure groups. As a consequence these new types of information processing devices are omnipresent in work, education and leisure time. The information services distributed by the mentioned technologies are available 24 hours every day - the permanent offers of these information channels perpetuate their continually increasing use and importance. Mass media in the immediate post-war period used to be uni-directional, television being the best example. There was one centralized sender and a mass of receivers with no technical possibility of quick feedback. Already in this setting - the one which Wiener must have had in mind - centrally developed role models were distributed most efficiently to implant 'correct' behavior in the privately entertained models of information consumers. With the introduction of home computers and network technologies bi-directional communication is conquering mass communication. Does this new type of intercommunication undermine the evident dangers of ideological manipulation by powerful entities owning the centre of information distribution - the abyss envisaged by Norbert Wiener ? it can even be argued that the possibility of bi-directional communication can amplify ideological streamlining. (Hardy Hanappi and Edeltraud Hanappi-Egger, “Norbert Wiener's Cybernetic Critique of the Information Society - An Update”)
French comment : Dans “Cybernétique et Société”, paru aux États-Unis en 1950, Norbert Wiener, l'un des principaux créateurs du mouvement de la cybernétique, propose une argumentation visant à établir la possibilité théorique de l'enregistrement et de la transmission du vivant. Il s'agit là d'un tournant dans le projet de transfert de présence, car pour la première fois c'est une argumentation scientifique, et non une spéculation visionnaire, qui est avancée. Indépendamment du degré de pertinence du propos, ce changement de registre mérite d'être souligné. Wiener ne décrit pas simplement le projet, il indique comment il faut le réaliser. L'idée maîtresse, conforme à l'esprit conquérant de la cybernétique, repose sur une conception "immatérielle" du corps, sa définition informationnelle, énergétique. « L'individualité du corps est celle de la flamme plus que celle de la pierre, de la forme plus que celle d'un fragment matériel ; cette forme peut être transmise ou modifiée, ou doublée » (“Cybernétique et société”, pp. 118-120). La définition énergétique de la matière annonce sa définition informationnelle : « Nous ne sommes que les tourbillons d'un fleuve intarissable, non-substance qui demeure, mais modèles qui se perpétuent, [...] l'idée selon laquelle on pourrait imaginer non seulement le voyage par train ou par avion, mais aussi par télégraphe, n'est pas absurde en soi, si loin qu'elle doive être de sa réalisation » (“Cybernétique et société”, pp. 118-120). L'idée générale est de remplacer un corps humain par son double informationnel, de le transmettre et de le reconstituer à distance par une sorte de synthétiseur de présence. Affirmant que l'obstacle technique n'est que provisoire, il ajoute que cette reconstitution totale d'un organisme vivant ne serait pas « plus radicale que celle subie effectivement par le papillon au cours de sa métamorphose » (“Cybernétique et société”, p. 128). Un tel projet se rapproche clairement de la synthèse numérique. Il demeure partiellement organisciste : on s'attache à la constitution d'une matière modélisée, - la comparaison avec la chrysalide atteste qu'il s'agit toujours de mutation organique- et on l'expédie grâce à une transmission substantielle. Mais l'évocation de la synthèse informationnelle rapproche le projet de la logique numérique et même de la Réalité Virtuelle. Observons que les voies imaginées par Wiener ne sont pas du tout, actuellement tout au moins, celles qu'empruntent les ingénieurs de la Téléprésence. Ils oeuvrent dans le champ de la synthèse de la présence perceptive (image, son, tactilité, effort) et n'envisagent pas le moins du monde de se lancer dans des projets de synthèse et de transport substantiel du vivant (aujourd'hui, ils en seraient, de toute manière, bien incapables). [...] Wiener avait vu juste lorsqu'il préconisait de réaliser le doublage informationnel d'un corps pour, ensuite, le télé-déplacer. Il prévoyait ainsi l'interdépendance entre la simulation informatique et l'expansion des réseaux numériques, qui constituent aujourd'hui les deux cas d'emploi du terme "virtuel". Mais le cybernéticien, tout comme ses prédécesseurs de l'avant-dernier siècle, demeurait prisonnier d'une vision réaliste du doublage. Il s'agissait bien de reconstitution à l'identique. Or les réalisations actuelles démontrent que la virtualisation ne réplique pas des univers de référence, elle invente, à partir d'eux, de nouveaux mondes. (Jean-Louis Weissberg, “Entre présence et absence” in “Présences à distance”, Chapitre 1)
Original excerpt 1 : « The fact that we cannot telegraph the pattern of a man from one place to another seems to be due to technical difficulties, and in particular, to the difficulty of keeping an organism in being during such a radical reconstruction » . « We have thus established the basis in man for the simplest element in his communication: namely, the communication of man with man by the immediate use of language, when two men are face to face with one another... this capacity is not intrinsically restricted to the immediate presense of the individual, for we have many means to carry this tool of communication to the ends of the earth » (. » (The Human Use of Human Beings Cybernetics and Society)
French translated excerpt 2 : « V - Organisme et Message.[...] Un modèle est un message et peut être transmis comme un message. N’est-ce pas ainsi que nous employons notre radio pour transmettre des modèles de son, et notre poste de télévision pour transmettre des modèles de lumière ? Il est aussi amusant qu’instructif de considérer ce qu’il arriverait si nous avions à transmettre le modèle entier du corps humain, du cerveau humain avec ses souvenirs et ses communications croisées, de sorte qu’in récepteur instrumental hypothétique pourrait réorganiser convenablement ces messages et serait capable de poursuivre le processus préexistant dans le corps et l’esprit, et de maintenir l’intégrité par cette continuation grâce à un processus d’homéostasis. [...] Pour comprendre que le transport d’information importe plus qu’un simple transport physique, imaginons en Europe un architecte surveillant l’édification d’un immeuble aux États-unis. Je suppose, bien entendu, un personnel compétent d’ingénieurs, conducteurs de travaux, etc. sur le chantier. Dans ces conditions, sans transmettre ni recevoir aucun produit matériel, l’architecte peut prendre une part active à la construction de l’immeuble. Il établit ses plans et ses devis, comme d’habitude. Même actuellement, on n’a pas à transmettre au chantier les plans sur le papier même ayant servi au tracé dans le cabinet de l’architecte. L’ultrafax offre le moyen de transmettre en une fraction de seconde le fac-similé de tous ces documents, les copies reçues étant des plans aussi exacts que les originaux. L’architecte peut être informé de la progression du travail par les documents photographiques quotidiens ou horaires, qui peuvent lui être retransmis par ultrafax. Les conseils ou remarques qu’il tient à adresser à son représentant sur le chantier peuvent être transmis par téléphone, ultrafax ou télétype. Bref, la transmission physique de l’architecte et de ses documents est effectivement remplaçable par la transmission sous forme de messages de communication n’impliquant le transport d’aucune parcelle de matière d’une extrémité à l’autre de la ligne. Considérons les deux types de communication: transport matériel et transport d’information seule. A l’heure actuelle, on ne saurait se rendre d’un endroit à l’autre que par le premier type et non sous forme de messages. Cependant, même maintenant, la communication de messages sert à transmettre jusqu’aux extrémités du monde une extension de nos sens et capacités. [...] [I]l n’existe pas de distinction absolue entre les genres de transmission utilisables pour envoyer un télégramme d’un pays à l’autre et les modes de transmission théoriquement possibles pour un organisme vivant tel que l’être humain. Admettons alors que l’idée selon laquelle on pourrait imaginer non seulement le voyage par train ou avion, mais aussi par le télégraphe, n’est pas absurde en soi, si loin qu’elle doive être de sa réalisation. Les difficultés sont énormes, bien entendu. [...] [L’]impossibilité de télégraphier, d’un endroit à l’autre, le modèle d’un homme est due probablement à ds obstacles techniques, en particulier la difficulté de maintenir en vie un organisme au cours d’une reconstitution aussi complète. Elle ne résulte pas d’une impossibilité quelconque de l’idée elle-même. Quant au problème de la reconstitution totale de l’organisme vivant, on a peine à en imaginer une plus radicale que celel subie effectivement par le papillon au cours de sa métamorphose. Si j’ai exposé ces idées, ce n’est pas dans le désir d’écrire un récit d’anticipation scientifique avec la possibilité de télégraphier un homme, mais parce que cela peut nous aider à comprendre que l’idée maîtresse de la communication est la transmission de messages. La transmission physique de la matière et des messages n’est qu’un moyen concevable d’atteindre ce but. [...] - VII - Communication, Secret et Politique Sociale.[...] Il est incontestable qu’une appréciation esthétique parfaite n’est possible qu’en présence des originaux, mais il n’est pas moins vrai qu’un homme peut acquérir une culture étendue sans avoir jamais vu l’original d’une grande œuvre, et l’on sait que la plus large part de l’attrait d’une création artistique se transmet par des reproductions de qualité. Le cas de la musique est analogue. Bien que l’auditeur puisse mieux apprécier l’œuvre musicale s’il assiste physiquement à son interprétation, l’audition de bons enregistrements sera, pour la comprendre, une aide si précieuse qu’on peut difficilement dire laquelle de ces deux expériences est la plus importante. [...] Les limitations propres au caractère marchand de la communication ne sont pas comprises d’une notable partie du public. [...] Il est incapable de concevoir une information sans propriétaire. [...] » (Cybernétique et Société - L’Usage Humain des Êtres Humains)
Source : Weissberg, Jean-Louis (1999), “PRÉSENCES À DISTANCE — Déplacement virtuel et réseaux numériques : POURQUOI NOUS NE CROYONS PLUS LA TELEVISION”, Paris, Ed. L’Harmattan.
Source : Wiener, Norbert (1948), “Cybernetics”, Paris - New York: Ed. Hermann, 1948.
Source : Wiener, Norbert (1954), “The Human Use of Human Beings (Cybernetics and Society)”, Houghton Mifflin Company, 1954.
Source : Norbert Wiener (1954), “Cybernétique et Société - L’Usage Humain des Êtres Humains”, Paris: Deux-Rives, 1954.
Urls : http://hypermedia.univ-paris8.fr/Weissberg/presence/1.html (last visited ) http://ftp.vwl.tuwien.ac.at/hanappi/Papers/WIENER1.pdf (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: