NMSAT :: Networked Music & SoundArt Timeline

1543 __ « Alcorani, seu legis Mahometani et evangelistarum concordiae liber » — Frozen words
Guillaume Postel (ca 1510-1591)
Comment : Guillaume Postel (March 25, 1510 – September 6, 1581) was a French linguist, astronomer, Cabbalist, diplomat, professor, and religious universalist. Born in the village of Barenton in Basse-Normandie, Postel made his way to Paris to further his education. While studying at the College Sainte-Barbe, he became acquainted with Ignatius Loyola and many of the men who would become the founders of the Company of Jesus, retaining a lifelong affiliation with them. Postel was adept at Arabic, Hebrew, and Syriac and other Semitic languages, as well as the Classical languages of Ancient Greek and Latin, and soon came to the attention of the French court. In 1543, Postel published a criticism of Protestantism, and highlighted parallels between Islam and Protestantism in Alcorani seu legis Mahometi et Evangelistarum concordiae liber ("The book of concord between the Coran and the Gospel"). (Compiled from various sources)
French comment : “L'amour de Postel pour l'Hébreu et la primauté qu'il donnait à cette langue ainsi que ses généalogies aux origines hébraïques feraient de Postel un bon candidat pour les "joueurs de cornemuse hébraïques" de Rabelais. Je m'aventurerais même à suggérer que l'histoire merveilleuse des mots gelés avait été suggérés à Rabelais par le compte rendu de Postel sur le froid extrême qui sévissait à Paris lorsque Postel écrivait son "De orbis concordia". D'après l'histoire de Postel le froid était si intense qu'il ne pouvait pas écrire un mot avant d'avoir soufflé sur la plume pour faire fondre l'encre. [...] Les mots de Postel étaient gelés à cause de froid, et il devait les dégeler en soufflant sur la plume. La Sorbonne figea aussi ses mots, puisqu'elle ne lui a pas donné la permission de publier le "De orbis concordia" (Voir Rabelais, Tome IV, Chap. 55, et Postel, "Alcorani, seu legis Mahometani et evangelistarum concordiae liber", p. 6). Ses mots furent dégelés lorsqu'il publia son livre à Bâle. Je crois que Rabelais connaissait l'histoire de Postel sur le froid de Paris et ses mots gelés et qu'il déconstruisit sa phrase pour en faire la merveilleuse histoire des mots gelés et dégelés où Rabelais écrivit que "Antiphanes disoit la doctirne de Palton ès paroles éstre semblable, lesquelles en quelque contrée, on temps du fort hyver, lorsque sont proférées, gèlent et glassent à la froydeur de l'air, et ne sont ouyes". (Plutarque écrivit aussi sur les mots gelés, "De profectibus in virtute", 15) [...].”. (Marion Leathers Kuntz.)
Original excerpt : « sub eaque sevissimae hyemis asperitate qua nisi admoto oris halitui calamo nil attramenti ob gelu instilari potuisset, exaraui. »
Source : Kuntz, Marion Leathers (1998), "Rabelais, Postel et Utopie", Rabelais pour le XXIe siècle: actes du colloque du Centre d'études supérieures de la Renaissance (Chinon-Tours, 1994), In Etudes Rabelaisiennes, Droz éditeur, Tome XXXIII, pp. 55-64 p. 61.
Source : Postel, Guillaume (1543), “Alcorani seu legis Mahometi et Evangelistarum liber, in quo de calamitatibus orbi Christiano imminentibus tractatur”, Paris: Petrus Gromorsus.
Urls : http://www.columbia.edu/~gas1/project/visions/case1/sci.4.html (last visited )

No comment for this page

Leave a comment

:
: